Municipales 2014 : tous les résultats sur la débâcle historique de la gauche !

Afin d’avoir une vue à la fois globale et détaillée sur l’ampleur de la déroute de la gauche aux élections municipales de mars 2014, nous avons rassemblé et classé d’innombrables résultats et données éparpillés dans les divers médias.

Voici donc la plus énorme défaite aux élections municipales de toute la Ve République décortiquée, scrutée, analysée de façon approfondie.

———————————————————————————————–

1) La gauche est maintenant minoritaire dans les villes de plus de 100.000 habitants :

La France compte 41 villes de plus de 100.000 habitants. [1] Avant le scrutin, la gauche en contrôlait 29 et la droite 12. Or 10 de ces villes ont basculé à droite : Amiens, Angers, Argenteuil, Caen, Limoges, Reims, Saint-Paul (Réunion), Saint-Étienne, Toulouse, Tours. A présent, la droite détient 22 villes de plus de 100.000 habitants, la gauche 19.

2) La gauche est maintenant minoritaire dans les villes de plus de 30.000 habitants :

La France compte 258 villes de plus de 30.000 habitants. La gauche en a perdu 59, alors que la droite n’en a perdu que 3. A présent, la droite détient 165 villes de plus de 30.000 habitants (soit 64%), la gauche 91 (soit 35%), et le Front National 2.

3) La gauche est maintenant minoritaire dans les villes de plus de 10.000 habitants :

La France compte 953 villes de plus de 10.000 habitants, dans lesquelles vivent 32 millions de personnes (soit la moitié de la population française). La gauche en a perdu 170 et en a gagné 17, soit une perte globale de 153 villes. La droite, quant à elle, en a remporté 165 et en a perdu 23 (dont 5 prises par le Front National), soit un gain global de 142 villes. Enfin, l’extrême-droite a remporté 11 de ces villes (9 pour le Front National, 2 pour la Ligue du Sud). A présent, la droite détient 572 des 938 villes de plus de 10.000 habitants (hors Guadeloupe, Martinique et Guyane) (soit 61%), et la gauche 349 (soit 37%).

4) La gauche est maintenant minoritaire parmi les conseillers municipaux :

Sur 208.242 conseillers municipaux élus lors de ces municipales, 103.054 sont de droite (soit 49%), 67.138 de gauche (soit 32%), 33.630 sans étiquette, 2822 d’extrême-gauche et 1598 d’extrême-droite. Le Front National obtient 1496 conseillers municipaux, soit plus que le Front de gauche (1009) mais moins que le Parti Communiste (1589). Il en profite pour battre son record de 1249 élus datant des municipales de 1995.

5) Liste de villes de plus de 10.000 habitants perdues par la gauche, et gagnées par la droite (entre parenthèses, la date depuis laquelle cette ville était détenue par la gauche, quand il s’agit d’un bastion historique) :

Toulouse, Reims, Saint-Étienne (1977), Angers (1977), Limoges (1912), Tours (1995), Amiens, Caen, Roubaix, Tourcoing (1989), Pau (1971), Belfort (1977), Montbéliard, Charleville-Mézières (1965), Quimper, Nevers (1971), Évreux, Angoulême, Périgueux, Brive-la-Gaillarde, Bergerac, Maubeuge, Laval, Schiltigheim (1977), Saint-Dié-des-Vosges (1989), Guebwiller, Roanne, Bar-le-Duc, Anglet, La Roche-sur-Yon (1977), Pessac (1989), Saint-Médard-en-Jalles (1983), Ajaccio, Bastia (1968), Chambéry (1989), Valence, Saintes, Rochefort, Marmande (1983), Béthune (1977), Loos-lez-Lille (1992), Fourmies, Saint-Omer, Hazebrouck, Berck, Bailleul, Halluin (1989), Wavrin (1982), Albertville, Soissons, Sens, Carcassonne, Narbonne, Thionville, Oloron-Sainte-Marie, Orthez, Salon-de-Provence (1989), Romans-sur-Isère (1977), Privas, Aubagne (PC depuis 1965), Saint-Chamond, Montbrison, Saint-Priest (1977), Rillieux-la-Pape (1995), Francheville (1989), Mions, Chassieu, Décines-Charpieu, Saint-Fons, Voiron, Valentigney, Conflans-Sainte-Honorine (1977), Joué-lès-Tours (1995), Chinon (1989), Ballan-Miré, Fondettes, Niort (1957), Chalon-sur-Saône, Florange (1989), Cosne-Cours-sur-Loire, Limeil-Brévannes (1995), Dole, Sainte-Luce-sur-Loire, Montgeron, Balma, Châteauneuf-les-Martigues (1939), Saint-Orens-de-Gameville (1968), Maizières-lès-Metz (1995), Onet-le-Château, Le Taillan-Médoc, Carbon-Blanc (1976), Artigues-près-Bordeaux (1995), Pierre-Bénite, Beaumont, Bruz, Tarare.

6) Liste de villes de plus de 10.000 habitants perdues par la gauche, et gagnées par la droite en région parisienne (Ile-de-France) :

Bobigny (PC depuis 1919), Le Blanc-Mesnil (PC depuis 1935, gauche depuis 1908), Livry-Gargan (1919), Aulnay-sous-Bois, Saint-Ouen (1944), Villepinte, Taverny (1989), Villejuif (1945), Argenteuil, Eaubonne, Éragny, Fontenay-aux-Roses (1994), Colombes, Asnières-sur-Seine, Athis-Mons (1989), Palaiseau, Viry-Châtillon (1995), Saint-Quentin-en-Yvelines (1973), Saint-Germain-lès-Arpajon (1983), Igny, Chilly-Mazarin (1977), Épinay-sous-Sénart, Wissous, Villeparisis (1995), Grigny (1977), Chelles (1995), L’Haÿ-les-Roses (1965), Brétigny-sur-Orge, Bois-d’Arcy (1995), Clamart, Poissy.

7) Liste des villes de plus de 10.000 habitants perdues par la gauche, et gagnées par le Front National :

Hénin-Beaumont (1945), Villers-Cotterêts, Hayange (1995), Mantes-la-Ville (1953).

8) La gauche va perdre les 6 plus grandes communautés urbaines et métropoles de France :

Grand Paris : plus d’une vingtaine de villes de l’agglomération ayant basculé à droite, la droite et le centre seront majoritaires avec 190 sièges sur 350, contre 145 pour la gauche.

Aix-Marseille-Provence : les élus de la droite et du centre obtiennent 96 des 152 sièges, contre 39 pour la gauche et 14 pour le Front National. La communauté urbaine Marseille Provence Métropole, qui avait basculé à gauche en 2008, revient dans le giron de la droite.

Lyon : une dizaine de villes, sur les 58 de l’agglomération, étant passées à droite, la gauche et la droite se retrouvent à égalité avec 77 élus chacune, ainsi que 2 pour le Front national et 6 sans étiquette, qui pourraient faire pencher la balance vers la droite.

Lille : Roubaix, Tourcoing et plusieurs autres villes de l’agglomération ont basculé à droite. Sur les 179 sièges de la métropole, 64 reviennent à la gauche, 65 à la droite, 6 au Front National. Du côté des maires indépendants, 31 sièges reviennent au groupe Métropole Passions Communes (MPC) et 13 au Groupe indépendant des élus communautaires (Gidec). Le président du groupe MPC s’est déclaré prêt à un accord avec la droite.

Bordeaux : 6 communes de gauche ayant basculé à droite, le rassemblement UMP-UDI-MoDem détient maintenant 65 sièges à la communauté urbaine de Bordeaux, contre 39 pour la gauche et les écologistes, et 1 pour le Front National.

Toulouse : en plus de Toulouse, qui représente 60% des habitants de l’agglomération, 3 communes (sur 37) sont passées à droite, donnant 72 sièges à la droite, 59 à la gauche, et 3 au Front National.

Sur les 14 métropoles en voie de formation en France (suite aux lois de 2010 et 2014), la droite ne détenait que celle de Nice Côte d’Azur. Elle en détiendra bientôt 7. [2]

9) La gauche va perdre le Sénat :

Sur les 348 sièges du Sénat, la gauche en détient 178 et la droite 169 (1 siège n’est actuellement pas pourvu). [3] Il faut donc que la droite gagne 6 sièges pour reprendre le contrôle du Sénat. Malgré la réforme du scrutin sénatorial du 18 juin 2013 (adoptée par la gauche, majoritaire, pour rendre plus difficile les gains de la droite), les responsables de la droite sénatoriale ont calculé que la défaite écrasante de la gauche va se traduire par un gain d’une quinzaine de sièges pour la droite aux prochaines élections sénatoriales de septembre.

10) Le Front National et ses alliés sont à la tête de 15 villes en France :

Le Front National remporte, au terme de ce second tour, 13 villes : Hénin-Beaumont, Béziers, Fréjus, Beaucaire, Villers-Cotterêts, Cogolin, Le Pontet, Hayange, Le Luc, Camaret-sur-Aigues, Le Hamel, Mantes-la-Ville et le 7e secteur de Marseille, le plus important, qui compte 150.000 habitants. À ces municipalités, il faut ajouter celles remportées par le parti de Jacques Bompard, la Ligue du Sud : Orange et Bollène.

Maxime Lépante

————————————————————————————————————————

Notes :

1) Liste des communes de France les plus peuplées

http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_communes_de_France_les_plus_peupl%C3%A9es

2) Liste des métropoles françaises

http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9tropole_(intercommunalit%C3%A9_fran%C3%A7aise)#Liste_des_m.C3.A9tropoles

3) Groupes politiques du Sénat

http://www.senat.fr/grp/index.html

————————————————————————————————————————

Quelques liens :

1) Municipales: villes gagnées, villes perdues: les chiffres définitifs

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/elections/municipale-villes-gagnees-villes-perdues-les-chiffres-definitifs_1504815.html

2) Municipales : la Gauche a quasiment tout perdu

http://www.slate.fr/france/85277/municipales-ps-catastrophe-deroute-defaite

3) Résultats municipales 2014: les cinq révélateurs de la débâcle socialiste

http://www.huffingtonpost.fr/2014/03/31/resultats-municipales-2014-cinq-revelateurs-debacle-socialiste_n_5059950.html

4) La gauche ne pilotera pas les futures métropoles

http://www.acteurspublics.com/2014/03/31/la-gauche-ne-pilotera-pas-les-futures-metropoles

5) Municipales : la droite vise désormais le Grand Paris

http://www.franceinfo.fr/politique/municipales-la-droite-vise-desormais-le-grand-paris-1369723-2014-03-31

6) Près de 50 % des conseillers municipaux sont maintenant de droite

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/03/31/pres-de-la-moitie-des-conseillers-municipaux-sont-maintenant-de-droite_4392784_4355770.html

PARTAGEZ ! ...

Comments

comments

Tags: , , , , ,

Leave a Comment