Marseille (13) : face à une violence grandissante, la détresse du personnel des lycées

Lycées Saint-Exupéry, Victor Hugo, Diderot, la Calade, le Chatelier, la Viste, l’Estaque, la Floride, Ampère, collège Rosa Parks… les représentants syndicaux ont pensé qu’ensemble, ils seraient plus forts pour dire leur sentiment, leur constat commun : « Nous avons été abandonnés. »

« Il y a eu deux menaces de mort à l’encontre d’enseignants qui sont parties de broutilles. La violence verbale et physique est alarmante à la fois devant et dans les établissements. Quand des jeunes arrivent torse nu devant l’établissement avec des battes de baseball pour se venger d’un élève, le personnel n’a pas d’autre choix que de les affronter. Dans une autre bagarre, une assistante d’éducation est tombée et s’est blessée en séparant les protagonistes. »

« Nous sommes à bout et nous sommes abandonnés. Même dans le symbole, nous n’existons pas. Quand une voiture brûle devant un collège et que le maire de Marseille ne se déplace pas, cela envoie un très mauvais signal.  »

(…) La Provence

Merci à Lilib

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.