« Voile, repas sans porc, enseignements contestés » : laïcité à l’école, les enseignants en première ligne

59 % des 650 enseignants sondés par l’IFOP estiment la laïcité en danger. Parmi les situations problématiques rapportées, l’enseignement moral et civique, la mixité filles-garçons ou encore le temps de recueillement sont en première ligne.

En donnant la parole à plus de 1 500 enseignants sur le sujet – un échantillon de 650 professeurs sondés par l’IFOP, un autre de 999 longuement interviewés –, le Comité national d’action laïque (CNAL), fédération de cinq organisations impliquées de longue date sur le terrain de l’éducation (dont la Ligue de l’enseignement), a deux ambitions : nourrir de faits et de témoignages un débat rythmé par les polémiques – sur le voile, les repas sans porc, les enseignements contestés –, et jauger le plus objectivement possible un phénomène de contestation prompt à toutes les instrumentalisations.

Les résultats, dont Le Monde a pu prendre connaissance, ne dessinent pas une école à feu et à sang : à peine plus d’un enseignant sur dix de l’échantillon IFOP témoigne de contestations « régulières » et/ou « de temps en temps » de la loi du 15 mars 2004 sur le port de signes religieux, ratio qui dépasse néanmoins un sur trois dès lors que sont intégrées les atteintes occasionnelles. […]

Le Monde

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

L’école se dote d’un nouveau « guide » de la laïcité : «Ni minimiser, ni dramatiser»

L’éducation nationale sera mieux outillée face aux atteintes à la laïcité et aux contestations adossées à la religion dans ses établissements scolaires : c’est le message qu’entend faire passer le ministère de l’éducation en distribuant, à compter de mercredi 30 mai, un « vade-mecum de la laïcité à l’école » rédigé par son Conseil des Sages. Sans chiffrer l’ampleur des contestations.

Installée en janvier par Jean-Michel Blanquer, l’instance dirigée par la sociologue Dominique Schnapper – réputée pour sa lecture plutôt « ferme » du principe de laïcité – était, jusqu’à présent, restée silencieuse, au point qu’on puisse s’interroger sur la capacité de ses membres – dont Jean-Louis Bianco, Laurent Bouvet, Patrick Kessel ou encore Jean-Louis Auduc – à se retrouver sur une ligne commune.

Leurs délibérations auront finalement abouti : le document de 83 pages dont « Le Monde » a pu consulter une première mouture avant présentation de sa version définitive, mercredi, a fait consensus parmi les Sages, selon plusieurs sources. Même la participation des « mères voilées » aux sorties scolaires, que d’aucuns disaient menacée, ne semble pas remise en cause par ce texte. […]

Sur le port de signes religieux ostensibles par les élèves, le vade-mecum ne se limite pas au rappel de la loi du 15 mars 2004 l’interdisant. Il entre dans le détail en affirmant qu’il « doit être étudié, au cas par cas, si le signe ou la tenue que porte l’élève démontre sa volonté au travers de son comportement, de manifester une appartenance religieuse ». […]

Le Monde

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Jean-Marc Sauvé (Conseil d’Etat) : «Les contentieux liés au principe de laïcité avaient quasiment disparu depuis le milieu du XXe siècle, pendant quarante ans»

A quelques semaines de la fin de son mandat de douze ans, le vice-président du Conseil d’Etat, Jean-Marc Sauvé, décrit les évolutions qui ont marqué ses douze ans à la tête de l’institution.

[…]

Constatez-vous avec l’accroissement du contentieux lié à la laïcité une montée des tensions dans la société française ?

Les contentieux liés au principe de laïcité avaient fortement décru pendant l’entre-deux-guerres et quasiment disparu depuis le milieu du XXe siècle, pendant quarante ans. Ils ont ressurgi avec la question du port des signes religieux dans les écoles publiques sur laquelle le gouvernement a demandé, en 1989, un avis au Conseil d’Etat lors de l’affaire du voile à Creil (Oise). Ces contentieux sont sensibles, mais ils demeurent quantitativement limités. […]

Le Monde

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Racisme d’Etat : « Il y a des silences racistes, un laisser-faire raciste »

Pour Pierre Tévanian, militant, essayiste et professeur de philosophie, auteur notamment de « la Mécanique raciste, le racisme d’Etat est une réalité en France : « il n’y a pas de blasphème à accoler l’Etat au mot racisme. » « Blanchité », « non-mixité », « racisme d’Etat »… Jean-Michel Blanquer a bloqué sur plusieurs mots en découvrant fin novembre la plaquette d’un stage […]

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Denis Maillard : « Il faut tout faire pour éviter que la guerre identitaire entre dans l’entreprise »

Auteur de « Quand la religion s’invite dans l’entreprise », Denis Maillard spécialiste des questions sociales alerte contre une hausse des conflits religieux au travail. II ne faut pas se voiler la face : les exemples que j’ai recensés concernent très majoritairement la religion musulmane. Cela peut s’expliquer tout d’abord par les difficultés d’intégration liées à l’immigration […]

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Lidl a retiré les croix du paysage grec sur ses emballages

Cet article Lidl a retiré les croix du paysage grec sur ses emballages est apparu en premier sur Fdesouche.

Antoine a conxtacté RTL orange pour s’indigner : la chaîne de magasins Lidl ont effacé les croix sur des photos de la Grèce. « Je suis scandalisé par les magasins Lidl qui pour vendre des produits grecs efface sur des photos de la Grèce, une partie de son paysage et de sa culture », nous a écrit […]

Cet article Lidl a retiré les croix du paysage grec sur ses emballages est apparu en premier sur Fdesouche.

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Denis Lacorne : « On peut déplorer la burqa, comme le port de mini-jupes excessivement courtes »

Article de Denis Lacorne, directeur de recherche émérite au CERI-Sciences Po, intitulé : « Faut-il au nom du ‘vivre-ensemble’ interdire les signes religieux dans l’espace public ? »

La plupart des sociétés occidentales contrôlent la présence du religieux dans l’espace public. […] En France, on évoque souvent le danger du prosélytisme religieux pour justifier l’interdiction du voile islamique à l’école, de la burqa dans l’espace public ou du burkini sur les plages publiques. Mais tout prosélytisme doit-il être interdit ? Cela n’est pas certain.

Toutes les religions sont, par définition, prosélytes (à part le judaïsme) et la présence, encore rare, de quelques burqas dans la rue, ou d’un burkini sur une plage ne signalent pas nécessairement une intention maléfique, mais un acte, aussi bizarre soit-il, de modestie individuelle, qui n’est pas télécommandé par un imam soucieux de semer des signes visibles du succès de sa prédication. […]

Le cas de l’interdiction de la burqa ou du niqab est particulièrement intéressant. Il suffit de lire les décrets d’application de la loi de 2010 pour saisir l’embarras des autorités publiques. Ces décrets donnent la liste des exceptions à une loi qui se veut neutre, universelle, mais qui ne cible, en réalité, qu’une seule religion, l’islam.

Peuvent ainsi, en toute légalité, cacher leur visage les motocyclistes, les skieurs, les joueurs de hockey, les ouvriers du bâtiment, le personnel médical, les policiers-enquêteurs (portant un masque), les pénitents catholiques du sud de la France revêtus de cagoules dans leurs processions traditionnelles, les porteurs de masque à une époque de carnaval, etc. ;

liste à laquelle on pourrait ajouter ces touristes asiatiques qui se recouvrent le visage d’ un masque hygiénique au moindre rhume, et ces ministres ou ces personnalités du spectacle qui se déplacent dans des voitures à vitres fumées – de véritables burqa à quatre roues. […]

Europe 1

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Macron-Collomb : un exécutif qui se veut libéral sur la laïcité et ferme contre l’islam radical

Quelles relations demain entre l’Etat et les religions, en particulier l’islam? Emmanuel Macron et son ministre de l’Intérieur Gérard Collomb ont déjà annoncé la couleur de leur politique, nourrie par une vision libérale de la laïcité mais ferme contre l’islam radical et identitaire.

Le dossier a certes été moins présent qu’attendu dans la campagne présidentielle, après un quinquennat Hollande marqué par des débats sur la place de l’islam dans la société rendus encore plus électriques par le contexte de menace terroriste.

Mais le candidat d’En Marche! n’a pas éludé le sujet dans son programme: « Trop de Français confondent la laïcité et l’interdiction des manifestations religieuses et certains font de cette confusion leur fonds de commerce« , y lit-on.

Comme l’Observatoire de la laïcité le préconise, le candidat Macron a promis un renforcement de la formation des agents des services publics, qui devront être « vraiment neutres« . Mais pas question d’étendre à l’université la loi interdisant les signes religieux ostensibles à l’école, ou encore d’empêcher l’expression « raisonnable » de sa foi si elle respecte l’ordre public.

Sans surprise, il veut laisser « de la marge de manoeuvre aux entreprises » sur ces questions. Dans la droite ligne de la loi Travail, qui permet de graver la neutralité des salariés dans le marbre des règlements intérieurs. […]

news.yahoo

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Le « fait religieux » fait débat à la SNCF, des fichés S auraient été déplacés

Après des années de tolérance, la SNCF a durci ses positions ces derniers mois sur le « fait religieux ». Une dizaine de cheminots fichés S auraient été déplacés.

À la SNCF, la question religieuse divise depuis de nombreuses années. La position de l’entreprise sur la question prête d’ailleurs à confusion.

« Il y a une dizaine d’années, à l’approche de la campagne présidentielle de 2007, une politique d’emploi axée sur les banlieues a été développée » explique Rémi Aufrere, secrétaire général adjoint du syndicat CFDT Cheminots.

Un manuel de la diversité a été diffusé. Il évoquait la possibilité de faire sa prière dans les locaux de l’entreprise. « On a sombré dans cette mode de prendre les diversités au sens large et adopté une tolérance regrettable», déplore le syndicaliste. […]

«Nous sommes confrontés à une augmentation du fait religieux, bien qu’il n’y ait pas de crispation forte notable, témoigne le directeur du service de presse de la SNCF, Loïc Leuliette. Il est important d’adopter une position stricte. Dans les établissements publics, le principe de laïcité s’applique. Il faut donner les clés aux managers pour qu’ils puissent gérer le problème. »[…]

S’agissant de l’exercice du culte en entreprise, la CFDT considère qu’il est «hors de question» de mettre à disposition des salles de prière pour les salariés. «Depuis deux,trois ans, nous faisons face à certains de nos collègues qui se radicalisent, et ce n’est pas acceptable. Une dizaine de cheminots fichés S ont été déplacés», confie-t-il. […]

Le syndicat prône l’application totale et inconditionnelle du principe de laïcité et de neutralité. «Nous sommes opposés à toute démonstration de prosélytisme, renchérit le secrétaire général adjoint. Ce qui inclut les kippas, les foulards, tous les signes religieux ostentatoires. Nous considérons que la liberté religieuse n’est pas supérieure à la liberté politique. On ne peut pas accepter qu’un salarié fasse sa prière pendant le temps de pause, et refuser qu’un autre soutienne ostensiblement un parti politique ». Il reproche, par ailleurs à d’autres syndicats, comme le syndicat Sud Rail d’encourager le communautarisme en « acceptant l’adhésion collective de groupes de personnes issues de l’immigration ». Sud Rail rejette ces accusations. […]

Le Point

Merci à Stormisbrewing

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Mgr Pontier : «Interdire les signes religieux, c’est encourager les courants fondamentalistes»

Le président de la Conférence des évêques de France tend la main à la communauté musulmane et exhorte les Français à davantage accueillir les réfugiés…

[…] Interrogé sur le débat sur les signes religieux, le président de la Conférence des évêques de France s’est également déclaré inquiet. « Interdire les signes religieux, c’est encourager les courants fondamentalistes, les courants les plus durs. C’est ressenti comme une provocation et comme la négation d’une foi personnelle, de la possibilité de vivre sereinement sa religion au sein de la société », explique Mgr Pontier.

« Indigne d’instrumentaliser les événements »

Concernant les musulmans de France, « il est indigne d’instrumentaliser les événements causés par le courant de Daesh pour durcir les relations avec le reste de la population ». « C’est risqué, aussi, car il n’y a que deux solutions : ou nous arrivons à trouver le chemin du vivre-ensemble, ou nous nous faisons la guerre », a-t-il expliqué lors de cet entretien. […]

Le président de la Conférence des évêques de France a également dénoncé l’accueil fait aux réfugiés en France. « Cette réalité des réfugiés aussi est instrumentalisée. J’ai un peu honte pour notre pays quand je vois que la petite Jordanie accueille 1,5 million de réfugiés, le Liban autant, quand la Grèce et l’Italie font ce qu’elles peuvent depuis des années. J’ai un peu honte, et pour des chrétiens encore plus s’ils n’arrivent pas à saisir ce devoir d’humanité que nous avons aujourd’hui, et ce devoir de fraternité pour employer le mot de la République, qui est aussi un mot chrétien », a-t-il déclaré au Monde.

20 minutes

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture