sénégalais

Rome (Italie) : une femme sans-abri âgée de 75 ans a été violée par un Sénégalais de 31 ans pendant qu’elle dormait

Posted by on février 13, 2018 at 4:33

Les carabiniers de la gare Roma Piazza Dante ont arrêté hier un citoyen sénégalais de 31 ans pour avoir violé une femme sans-abri de 75 ans d’origine allemande, qui vit sous les arcades de la Piazza Vittorio. La victime, qui dormait au coin de la Via Carlo Alberto, s’est réveillée, son pantalon était baissés et […]

PARTAGEZ ! ...

Turin (Italie) : un Sénégalais tente d’égorger un vendeur de panini

Posted by on octobre 4, 2017 at 1:22

Cet article Turin (Italie) : un Sénégalais tente d’égorger un vendeur de panini est apparu en premier sur Fdesouche.

Cela s’est passé au parc Valentino. Une dispute pour un panini non payé. Un motif trivial qui a pourtant mené au cauchemar. Ce serait en effet la raison pour laquelle un Sénégalais de 18 ans aurait tranché la gorge d’un compatriote à l’aide d’un tesson de bouteille à l’intérieur de ce parc de Turin, prenant […]

Cet article Turin (Italie) : un Sénégalais tente d’égorger un vendeur de panini est apparu en premier sur Fdesouche.

PARTAGEZ ! ...

« Offrir un passeport français à de vieux tirailleurs sénégalais est un geste de terrible condescendance »

Posted by on avril 18, 2017 at 3:28

Le Monde – Notre chroniqueur dénonce la naturalisation concédée par François Hollande à une poignée d’hommes qui n’ont jamais choisi d’être colonisés.

La naturalisation, samedi 15 avril, de vingt-huit « tirailleurs sénégalais » afin de leur permettre d’avoir une fin de vie plus décente est un triste retour en arrière pour nos pays dans leur entreprise de décolonisation définitive. Après des décennies de diverses revendications, plaintes, pétitions, la France accorde enfin sa « reconnaissance » à une poignée de survivants africains de guerres auxquelles ils ne comprenaient rien et dans lesquelles, souvent, ils ne se sont pas engagés volontairement.

En naturalisant ces anciens combattants, François Hollande évoque leur retour dans la « nation française ». Faux. La France n’a jamais été la nation de ces hommes, elle s’est imposée à eux. Ces messieurs représentent pour notre génération le visage de ce que furent plusieurs siècles de négation de la dignité de l’homme africain par l’inique système de la colonisation, dont le caractère ou non de crime contre l’humanité a encore récemment fait polémique. Le travail de mémoire de la France est de faire face à ses propres démons en assumant enfin sa responsabilité sur tous les crimes commis, comme celui, justement, du massacre de tirailleurs démobilisés à Thiaroye, dans la banlieue de Dakar, en 1944.

Ce décret est une maigre pitance, une condescendance terrible de mépris pour une poignée de vieillards seuls et fragiles. François Hollande, qui a violé sa parole sur le vote des étrangers avant de promouvoir la déchéance de nationalité durant son mandat, vient instrumentaliser la misère de pauvres personnes âgées en guise de baroud d’honneur.
Une honte pour la France et pour l’Afrique

Cette naturalisation n’honore personne : ni la France qui s’en vante, ni les Africains qui s’en félicitent comme la réparation d’une vieille injustice.

La France n’a pas à offrir son passeport comme récompense à de vieux étrangers pris en otages sur son sol puisqu’un retour au pays leur ferait perdre de facto leur maigre pension. La France a mieux à accorder à ces gens : justice et dignité. Un document d’identité n’est pas une simple attestation de reconnaissance ni un certificat de bonne conduite, mais il est l’inscription pleine et entière dans l’histoire d’un pays et dans son destin. On ne devient pas Sénégalais ou Français pour arrondir ses fins de mois. […]
Le Monde

PARTAGEZ ! ...

Toulouse (31) : mobilisation pour la régularisation de Jean, aide-soignant sénégalais menacé d’expulsion

Posted by on janvier 30, 2017 at 9:34

Un collectif d’associations et d’amis de Jean Manga, un aide-soignant sénégalais, menacé d’expulsion en raison de son divorce, appelle lundi après-midi pour la 3è fois à un rassemblement devant la préfecture de la Haute-Garonne. Une pétition en sa faveur a recueilli près de 50.000 signatures.
France 3

Merci à CathyB

PARTAGEZ ! ...

Italie: un Sénégalais condamné à 30 ans de prison pour le meurtre d’une Américaine

Posted by on décembre 22, 2016 at 9:14

Un Sénégalais de 27 ans a été condamné jeudi à Florence à 30 ans de réclusion pour le meurtre en janvier d’Ashley Olsen, une Américaine de 35 ans retrouvée étranglée dans son appartement du centre historique de la ville.

Arrêté le 14 janvier, cinq jours après la découverte du corps, Tidiane Cheik Diaw avait été reconnu coupable d’homicide volontaire. La cour d’assise de Florence n’a cependant pas retenu la circonstance aggravante de la cruauté avancée par l’accusation.

L’enquête a permis de déterminer que le condamné avait rencontré la jeune femme dans une discothèque le soir du drame, avant de poursuivre la nuit chez elle. Il avait été identifié grâce aux caméras de surveillance qui l’ont filmé entrant au domicile de sa victime puis par les traces ADN sur un préservatif et sur un mégot de cigarette retrouvés dans l’appartement.
Selon les conclusions de l’enquête, le Sénégalais et l’Américaine ont consommé alcool et drogue ce soir-là et se sont battus après un rapport sexuel consenti.

En situation irrégulière, M. Diaw était considéré comme un « roi de discothèque ». Selon l’accusation, qui avait requis la réclusion à perpétuité, c’est lui qui a d’ailleurs fourni la drogue de la soirée. Il a reconnu que la jeune femme s’était cognée après qu’il l’ait poussée, mais il a assuré qu’elle était encore en vie et qu’ils étaient réconciliés quand il a quitté l’appartement.

L’autopsie de la victime, qui avait conclu à une mort par strangulation, avait aussi décelé une double fracture du crâne. Le parquet avait toutefois exclu le scénario d’un jeu érotique ayant mal tourné.

Native de Floride, Ashley Olsen travaillait comme organisatrice d’événements. Décrite par ses proches comme une jeune fille « créative » et « généreuse », elle s’était installée en Toscane il y a plusieurs années pour se rapprocher de son père, un professeur d’art. Sa famille était présente jeudi au tribunal pour l’annonce du verdict.

L’Orient / Le Jour

PARTAGEZ ! ...

Kab, le « réfugié » sénégalais qui rêvait d’entrer à la Sorbonne (Libé)

Posted by on décembre 15, 2016 at 6:26

Depuis un an qu’il est entré en France sans papiers, Kab veut reprendre ses études. Mais les programmes de Normale Sup pour les demandeurs d’asile ne peuvent l’accueillir : il vient du Sénégal et parle le français. Et de rendez-vous manqués en incompréhensions, toutes les portes se sont fermées.

Les militants d’associations des droits de l’homme qu’il a rencontrés lui ont dit et redit : ses chances sont égales à zéro, un zéro pointé de l’espoir, un zéro absolu en terme de droit.

En attendant, Kab écrit au Bondy Blog pour «assouvir le désir d’écrire».

Il appelle ça un «rendez-vous qui n’en finit pas». Cela fait un peu plus d’un an que Kab se trouve en France après avoir suivi le chemin de tant de réfugiés depuis les plages libyennes, à Lampedusa, l’île des premiers pas dans l’Union européenne.

Ce que veut Kab ? Reprendre des études abandonnées en quittant l’Afrique et s’inscrire dans une université française et la plus prestigieuse d’entre elle si possible, la Sorbonne.

Beaucoup de ceux qui partagent son sort de clandestins espèrent du travail, ceux qui viennent de la corne de l’Afrique recherchent la sécurité ou la liberté, lui, est en quête de savoir. […]

Il y a un an, il ne connaissait pas encore les règles élémentaires de comportement que doit s’imposer le «sans-papiers». La première : ne jamais avoir son passeport sur soi ou chez soi, pour éviter un retour immédiat au pays. Ensuite, il faut éviter les gares, les lieux de grandes transhumances comme les couloirs du Châtelet ou de la gare du Nord, n’avoir aucun signe distinctif, même le plus banal. Il doit s’effacer. […]

Il faut ajouter que Kab a un handicap insurmontable, ineffaçable. S’il a fui l’Afrique, s’il est monté sur ces embarcations pneumatiques blanches, qui partent de la plage de Libye, après s’être fait dépouiller de tout objet de valeur, de billets de banque, de papiers d’identité, de téléphone portable, s’il a vu la mort de près, il est le ressortissant d’un pays démocratique, le Sénégal, dont les citoyens n’ont aucune chance d’obtenir le statut de réfugiés comme les Syriens, les Irakiens ou les Somaliens. […]

Libération

PARTAGEZ ! ...