Paris : Hidalgo veut installer une centaine de « bulles » pour accueillir les sans-abri

[…] »Il manque au moins 3.000 places d’hébergement« , a estimé au cours d’une conférence de presse Dominique Versini, adjointe en charge des solidarités et de la lutte contre l’exclusion. Pour répondre aux besoins, la Mairie de Paris va créer « une centaine de petites bulles » (dont les dimensions n’ont pas été précisées), un « bain-douche réservé aux femmes« , […]

L’article Paris : Hidalgo veut installer une centaine de « bulles » pour accueillir les sans-abri est apparu en premier sur Fdesouche.

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Libération emmène ses stagiaires au Secours catholique auprès des « plus démunis »

«Libération» s’est rendu avec des stagiaires de troisième dans un centre d’aide aux démunis. « L’occasion de découvrir une double réalité : celle de l’exclusion mais aussi celle de l’entraide ». Le 20 décembre était organisé au local du Secours catholique du XIe arrondissement de Paris un goûter de Noël avec des personnes démunies. Ça tombait pile […]

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Sans-abri : désaccords sur les capacités d’accueil entre la majorité et les associations

L’engagement d’Emmanuel Macron d’offrir des capacités d’accueil est tenu, selon Christophe Castaner. Les associations évoquent des centres d’hébergement débordés. « Il y a eu des efforts », reconnaît Bruno Morel, directeur général d’Emmaüs solidarité. Au total, 140 000 places sont disponibles sur tout le territoire, « soit 13 000 de plus que l’an dernier », […]

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Paris : le Samu social s’alarme d’une fermeture en série de centres pour sans-abri

Selon l’organisme qui gère le 115 parisien (environ 1 500 appels par jour), quelque mille places d’hébergement vont fermer d’ici à la fin de l’année.

« Quand le préfet de région agit de manière très déterminée, ça marche : on l’a vu avec l’opération exemplaire du centre pour migrants de la Chapelle (XVIIIe) » (Eric Pliez, président du Samu social Paris) .

« C’est très angoissant de ne pas savoir où l’on habitera à la fin du mois, c’est très difficile à vivre ». A l’image de Perle, 67 ans, qui s’est retrouvée là en janvier après un an à dormir dans les bus, les 86 occupants du centre d’hébergement d’urgence (CHU) du 180, rue Pelleport (XXe) ne savent pas où ils séjourneront après le 31 mars. A cette date, leur centre, aménagé depuis fin 2015 dans une ex-maison de retraite de la Ville de Paris en attente de réhabilitation, fermera ses portes pour travaux. Une situation loin d’être isolée, assure le Samu social de Paris qui s’alarme de la sortie de l’hiver pour les nombreux sans-abri parisiens. […]

Le Parisien

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture