présidentielle 2017

Allemagne : Les nouvelles affiches anti-immigration et anti-islam de l’AfD pour les prochaines élections

Posted by on juin 10, 2017 at 5:19

Abonnement mensuel

Abonnement hebdomadaire

PARTAGEZ ! ...

Zemmour : « Macron, c’est Louis-Philippe, pas De Gaulle. Nous ne sommes pas en 1958 mais en 1830 »

Posted by on juin 9, 2017 at 6:05

CHRONIQUE – La République en marche, composée du ­centre droit et du centre gauche, ressemble au bloc bourgeois mis en place après la révolution de 1830. Louis-Philippe était alors le garant de la soumission française à l’ordre libéral imposé par l’Empire britannique.

Le Figaro

PARTAGEZ ! ...

Le ministre Gérald Darmanin accuse l’aile droite de LR de dériver vers le FN

Posted by on juin 9, 2017 at 4:05

Gérald Darmanin, l’une des prises d’Emmanuel Macron dans le camp des Républicains (LR), accuse une partie de la droite de dériver « vers l’extrême droite » dans un entretien au Monde publié jeudi, en prenant Laurent Wauquiez pour cible prioritaire.

Les déclarations du ministre des Comptes publics, qui a grandi en politique aux côtés de Xavier Bertrand, font écho à celles de l’ex-sarkozyste Frédéric Lefebvre, en partance de son parti d’origine tenu, selon lui, par un « un quarteron de généraux sectaires ».

Depuis un mois, la nouvelle donne créée par l’élection d’Emmanuel Macron a ravivé les divisions à droite, les uns jugeant possible de travailler avec le chef de l’Etat, les autres estimant qu’il faut maintenir avec le pouvoir une séparation étanche. « Ceux qui ont choisi d’être ministres d’un chef de gouvernement de droite (Edouard Philippe-NDLR) sont vus comme des traîtres », regrette Gérald Darmanin dans le Monde.

Challenges

PARTAGEZ ! ...

Patrick Buisson : « Emmanuel Macron ne peut pas être en même temps Jeanne d’Arc et Steve Jobs »

Posted by on juin 9, 2017 at 12:04

S’il a pris ses distances avec la politique, l’ex-homme de l’ombre de Nicolas Sarkozy n’a pas perdu une miette de la campagne présidentielle, ni des premiers pas du président Emmanuel Macron. En exclusivité, il livre ici son analyse de la situation politique de la France.

Si l’auteur de La Cause du peuple (Perrin) reconnaît que le président de la République a compris la dimension symbolique du pouvoir et enfilé avec aisance le costume du monarque républicain, il voit aussi dans la victoire de l’ancien locataire de Bercy le triomphe de l’économisme, celui des «forces du flux d’information, de l’échange et de l’immigration» célébrés par Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook. Macron devra choisir entre le roman national et le rêve siliconisé californien, prévient-il.

Patrick BUISSON. – La fonction présidentielle est en crise depuis que ses derniers titulaires ont refusé d’incarner la place du sacré dans la société française. Sarkozy, au nom de la modernité, et Hollande, au nom de la «normalité», n’ont eu de cesse de vouloir dépouiller la fonction de son armature symbolique, protocolaire et rituelle. Emmanuel Macron a parfaitement analysé le vide émotionnel et imaginaire que la disparition de la figure du roi a creusé dans l’inconscient politique des Français. En France, pays de tradition chrétienne, le pouvoir ne s’exerce pas par délégation mais par incarnation. C’est, selon la formule de Marcel Gauchet, «un concentré de religion à visage politique».

Mais n’est-ce pas simplement, de la part d’un homme de culture, une opération de communication bien maîtrisée?

Patrick BUISSON. – Toute la question est de savoir si, avec la présidence Macron, on sera en présence, pour le dire avec les mots de son maître Paul Ricœur, d’une «identité narrative» ou d’une «identité substantielle». Reconstituer le corps politique du chef de l’État, lui redonner la faculté d’incarner la communauté exige que s’opère à travers sa personne la symbiose entre la nation et la fonction. Emmanuel Macron récuse le postmodernisme et veut réhabiliter les «grands récits». Fort bien. Mais de quels «grands récits» parle-t-il? Le roman national ou les success-stories à l’américaine? Jeanne d’Arc ou Steve Jobs? Honoré d’Estienne d’Orves ou Bill Gates? Les vertus communautaires et sacrificielles ou le démiurgisme technologique de la Silicon Valley?

Toute la question est de savoir de quelle autorité il s’agit. Depuis Mai 68, les classes dirigeantes se sont employées à délégitimer la représentation transcendante des anciennes figures de l’autorité comme autant de formes surannées du contrôle social. Mais, si elles ont récusé l’autorité comme principe, elles n’y ont pas pour autant renoncé en tant que fonctionnalité. Autrement dit, comme technologie du pouvoir indispensable à l’induction du consentement, de l’obéissance, voire de la soumission chez les gouvernés. A l’ère de la communication, ainsi que l’avait pressenti Gramsci, la relation de domination ne repose plus sur la propriété des moyens de production. Elle dépend de l’aliénation culturelle que le pouvoir est en mesure d’imposer via la représentation des événements produite par le système politico-médiatique dont le rôle est de fabriquer de la pensée conforme et des comportements appropriés. On en a encore eu une éclatante démonstration avec la campagne présidentielle qui vient de s’achever.

Régis Debray dit que Macron est un «Gallo-ricain», le produit d’un écosystème mental américanisé où l’instance économique commande à toutes les autres. N’est ce pas excessif?

Patrick BUISSON. – Je crains qu’il n’ait raison. Emmanuel Macron apparaît comme la figure emblématique de cette nouvelle classe dominante qui aspire à substituer à tous ceux qui proposent un salut hors de l’économie – religion ou politique- la seule vérité de l’économie. Tout ce qui n’est pas de l’ordre de l’avoir, toutes les visions non utilitaristes de la vie en société relèvent pour elle de l’angle mort. Le parti de l’économisme, c’est celui de l’interchangeabilité qui cherche à réduire en l’homme tous les particularismes et toutes les appartenances (nation, famille, religion) susceptibles de faire obstacle à son exploitation en tant que producteur ou comme consommateur. C’est le parti des «citoyens du monde», des «forces du flux d’information, de l’échange et de l’immigration» célébrés par Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook lors de son discours aux diplômés d’Harvard le 25 mai dernier.

(…)

Le Figaro

Merci à valdorf

PARTAGEZ ! ...

« La plus éminente médiocrité du PS des années 2000 » : L’énorme charge de Mélenchon contre Hollande

Posted by on juin 8, 2017 at 11:37

« François Hollande est un pauvre type, la plus éminente médiocrité du PS des années 2000. La bureaucratie satisfaite d’elle-même. (…) C’est le genre de gars qui devait arracher les ailes aux mouches quand il était gamin. »

Extraits du magazine Society via Paul Larrouturou

PARTAGEZ ! ...

Morano compare LR à « un couple qui divorce » mais « obligé de rester sous le même toit pour payer le loyer »

Posted by on juin 3, 2017 at 2:30

La fracture semble en effet difficile à réduire entre la frange centro (et donc Macron) compatible de LR et les tenants d’une opposition de droite décomplexée à la politique du Président et du Premier ministre Édouard Philippe – cet éminent juppéiste qui a franchi le Rubicon, entraînant avec lui Bruno Le Maire et Gérald Darmanin au gouvernement. Une situation des plus tendues que Nadine Morano résume d’une savante métaphore, dans les colonnes du Point jeudi 1er juin. Évoquant « l’atmosphère irrespirable » des réunions du comité électoral de LR, l’eurodéputée explique :

C’est comme un couple qui divorce et qui est obligé de rester sous le même toit pendant un mois pour payer le dernier loyer tandis qu’il se dispute la garde des enfants.

Bonne ambiance donc que celle de cette ère post-primaire et naufrage de François Fillon… Car outre les désaccords politiques ou stratégiques qui traversent aujourd’hui le parti de la rue de Vaugirard, il y a aussi une vraie méfiance entre certains de ses cadres. Ainsi Nadine Morano vise-t-elle expressément Gilles Boyer comme taupe potentielle, le bras droit d’Alain Juppé ayant été investi par LR aux législatives et ayant écarté tout déménagement chez La République en marche tout en restant proche du nouveau chef du gouvernement d’Emmanuel Macron :

Gilles Boyer ne devrait plus être là. Comment peut-on parler de stratégie de campagne avec quelqu’un qui peut tout rapporter au Premier ministre de Macron ?

Le Lab

PARTAGEZ ! ...