États-Unis : musées et collectionneurs font grimper en flèche les prix de « l’art noir »

[…]

Les artistes noirs, longtemps négligés et sous-évalués, occupent aujourd’hui l’un des secteurs les plus chauds du marché. Parmi les acheteurs célèbres, on compte les gestionnaires de « hedge funds » Ken Griffin, Steve Cohen et Jim Chanos, les grands musées et Anderson Cooper de CNN.

« C’est un tournant décisif « , a déclaré Lisa Melandri, directrice exécutive du Contemporary Art Museum de Saint-Louis, qui accueillera la première exposition consacrée à Sherald le mois prochain. « Cela donne une nouvelle orientation aux canons de l’histoire de l’art. »

Les institutions américaines se rendent compte que leurs collections ont largement négligé la composante noire.
« C’est un peu comme une course folle« , a déclaré Todd Levin, un conseiller artistique new-yorkais. « Ils savent tous qu’ils ont pris du retard dans le soutien, la collecte et l’exposition d’œuvres d’artistes afro-américains et ils font tous des dépenses énormes pour s’assurer qu’il y ait une représentation plus équitable. »

Le Perez Art Museum de Miami a créé un fonds de 1,1 million de dollars, avec le soutien du milliardaire Jorge Perez et de la Knight Foundation, qui lui permettra d’acquérir des œuvres d’art noir à perpétuité, quel que soit le responsable, a déclaré Franklin Sirmans, directeur du musée.

[figuration anti-conventionnelle de la Vierge Marie, dans laquelle les chérubins sont à base de coupures de magazines pornographiques et où l’on trouve également une représentation d’organes génitaux et des taches en bouse d’éléphant]

Cette semaine, le MoMA [Musée d’art moderne de New York] a fait une grande percée. La « Sainte Vierge Marie » de Chris Ofili – une toile ornée d’un éléphant représentant une Vierge noire – est entrée dans la collection permanente du musée, grâce à un don de Cohen, un administrateur du MoMA. Le tableau – rendu célèbre en 1999 lorsque Rudy Giuliani, alors maire de New York, a tenté de le faire bannir d’une exposition – a rapporté 4,6 millions de dollars en 2015, un record de ventes aux enchères pour l’artiste britannique.

[…]

(Traduction Fdesouche)

Source

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Disparition de quatre œuvres d’art à l’Assemblée nationale

Quatre œuvres d’art ont disparu de l’Assemblée nationale, selon le dernier inventaire annuel réalisé, a-t-on appris mercredi de sources concordantes, confirmant une information du Canard Enchaîné.

Quatre œuvres d’art sont «portées disparues» à la suite d’un recensement «effectué par la cellule œuvres d’art du service des affaires immobilières et du patrimoine fin 2017», a confirmé la présidence de l’Assemblée à l’AFP.

Les œuvres étaient «accrochées au mur dans des bureaux», a précisé la présidence.

Et «les recherches menées jusqu’à présent n’ont pas permis de les localiser».

Il s’agit d’une œuvre de Takis qui appartient au Fonds national d’art contemporain, d’un tableau d’Hervé Télémaque, d’un autre de Richard Texier et d’une gravure d’un auteur inconnu, ces trois dernières pièces appartenant à l’Assemblée.

Une plainte a été déposée. La brigade de répression du banditisme (BRB) de la police judiciaire parisienne a été saisie de l’enquête, a-t-on appris de source policière.

Libération

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

États-Unis : l’artiste qu’a choisi Barack Obama pour réaliser son portrait officiel peignait des toiles de femmes noires décapitant des femmes blanches

Michelle et Barack Obama ont dévoilé, lundi 12 février, leurs portraits officiels pour la National Portrait Gallery. Pour la première fois, les portraits du couple présidentiel ont été réalisés par des artistes noirs. Comme le veut la tradition, les deux œuvres ont été dévoilées un an après le départ du président américain et de son […]

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Les islamo-collabos se prennent claque sur claque, au tour de la Bouteldja !

Illustration, Bouteldja recevant un pot de peinture sur la tête… On dirait bien que tous ceux qui depuis des années tenaient le haut du pavé dans les medias, colloques et autres, militant ouvertement pour l’islamisation de notre pays,  sont dans la tourmente. Après Obono caricaturée, Plenel ridiculisé, Ramadan au tribunal, Filoche chassé comme un malpropre […]

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Le fabuleux trésor coloré de Saint-Savin (86)

Cet article Le fabuleux trésor coloré de Saint-Savin (86) est apparu en premier sur Fdesouche.

Classée depuis 1983, l’église abbatiale de la petite commune poitevine de 900 âmes, joyau de l’art roman, renferme des fresques des XI e et XII e siècles d’une richesse inestimable, à une heure et demie de Limoges. Depuis la tribune qui surplombe la nef de l’abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe (Vienne), le regard se perd dans les […]

Cet article Le fabuleux trésor coloré de Saint-Savin (86) est apparu en premier sur Fdesouche.

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Liberia : le «salaire de la peau» des mannequins publicitaires

Au Liberia, les campagne de publicité sont peintes de la tête au pied… de véritables mannequins. Des dizaines de jeunes hommes parcourent les artères agitées de la capitale en louant leur corps comme espace publicitaire. Au Liberia, les campagne de publicité sont peintes de la tête au pied… de véritables mannequins. Des dizaines de jeunes […]

Cet article Liberia : le «salaire de la peau» des mannequins publicitaires est apparu en premier sur Fdesouche.

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

New-York : Colère noire contre une artiste blanche

Une artiste blanche a-t-elle le droit de représenter le cadavre d’un homme noir ? Tel est l’enjeu d’un débat qui fait rage dans la communauté artistique depuis l’ouverture de la Biennale du Whitney Museum, à New York. L’objet de la discorde, Open Casket, une peinture réalisée par Dana Schutz, s’inspire d’une photo du cadavre au visage défiguré d’Emmett Till, gamin de 14 ans torturé et tué en 1955 par les suprématistes blancs du Mississippi. Une image devenue une icône des droits civiques.

Or, on ne touche pas aux icônes sans permission, estime la communauté artistique noire. Le jour du vernissage, le 17 mars, l’artiste new-yorkais Parker Bright s’est placé devant le tableau pour en barrer la vue. Avec cet argument : les Blancs n’ont pas à faire circuler des images de violence raciste. Sa consœur Hannah Black a également haussé le ton dans une lettre ouverte publiée sur Facebook, et signée par une vingtaine d’artistes, appelant au retrait et à la destruction du tableau. Ni plus ni moins ! « Il est inacceptable qu’un Blanc transforme la souffrance noire en profit et en spectacle », écrit-elle. Et d’enchaîner : « La liberté de parole blanche, la liberté créative blanche repose sur la contrainte des autres. Il ne s’agit pas de droits naturels. »

Ainsi, personne n’a rien trouvé à redire à l’œuvre d’Henry Taylor, également exposée à cette biennale, représentant le meurtre de Philando Castile, en 2016, par un policier du Minnesota. Pourquoi cette peinture-ci serait-elle plus tolérable qu’Open Casket ? Parce que cet artiste afro-américain peut s’identifier à Philando Castile, répond Parker Bright. En revanche, poursuit-il, une Blanche, qui ignore dans sa chair la violence faite aux Noirs n’a pas à s’exprimer en leur nom.

En réaction à cette polémique, Dana Schutz a admis ne « pas savoir ce que c’est que d’être Noir en Amérique ». Mais, écrit-elle dans un communiqué publié aussitôt, « je sais ce que c’est que d’être mère. Emmett était l’enfant unique de Mamie Till. L’idée même que quelque chose arrive à votre enfant est impossible. Leur souffrance est notre souffrance ». Interrogée par le site spécialisé dans l’art Hyperallergic, elle a également dit comprendre la colère de ses détracteurs, avant d’ajouter être opposée à toute censure et à toute destruction d’œuvre.

(…) Le Monde

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Peinture : à quoi ressemblait la banlieue parisienne au XIXe et début du XXe siècle

L’Atelier Grognard, à Rueil-Malmaison, présente l’exposition “Peindre la Banlieue, de Corot à Vlaminck”. Un siècle de peintures thématisées autour des faubourgs de la capitale. Et visiblement, ils ont bien changé aujourd’hui.

Hervier de Romande, En barque sur la Marne (musée de la ville de Nogent-sur-Marne)

A quoi ressemblait la banlieue à la fin XIXe siècle et au début du XXe? Pour en avoir une idée, il faut aller voir l’exposition de L’Atelier Grognard à Rueil-Malmaison, ou lire cet article comparatif. Nous avons en effet choisi trois toiles présentes dans l’exposition, puis nous sommes retournés sur place en essayant de retrouver l’endroit exact où le peintre avait posé son chevalet. En passant le curseur de votre souris sur l’image, vous aurez donc une idée très concrète des changements de paysages. […]

Télérama

Merci à Mandarine

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Paris : un « graffeur » risque de la prison ferme pour avoir peint sur une cloison temporaire

Thomas, « Monsieur chat », risque de la prison ferme pour avoir dessiné un de ses célèbres chats sur les murs de la Gare du Nord. L’artiste de 39 ans avait pourtant choisi une cloison temporaire pour apporter de la gaieté aux couloirs de la gare.

[embedded content]

Déjà attaqué en justice, Thomas envisage désormais de ne plus peindre dans la rue, écœuré cette fois-ci par la sévérité des réquisitions. Malgré de nombreux soutiens, le graffeur pourrait bien à l’avenir, laisser ses chats à la maison.

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture