« Faire coiffer ses cheveux crépus en France, une galère sans nom »

Renée Greusard, journaliste au Nouvel Obs, se plaint de la difficulté à faire coiffer des cheveux crépus en France.

Après la polémique dont ont fait l’objet les propos de Rokhaya Diallo, on s’est dit qu’il était temps que tout le monde sache ce qu’il se passe quand on a des cheveux crépus en France. Rien de très bon.

Je marche donc dans cette grande rue du XVe arrondissement de Paris. Et je me sens honteuse. Honteuse d’avoir cru que je pouvais comme « tout le monde » (entendre les Blancs) pousser la porte d’un coiffeur « normal » (pour les Blancs, donc).

J’avais pourtant bien vu en franchissant le seuil de la boutique que l’idée n’était pas brillante. Les deux femmes (blanches) m’avaient accueillie avec un encourageant : « Ah on ne fait jamais ça, on ne sait pas bien faire, mais on peut essayer… » […]

Nouvel Obs

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Vous en avez marre de ces pubs ? Faites-un don ou abonnez-vous… Fdesouche n’est pas un service public. Pas le site d’un parti. Pas un site de promotion personnelle. Mais un site animé par des gens comme vous, bénévoles, qui sacrifient leur vie personnelle, leur temps pour vous rendre un service en faisant de la veille et en vous fournissant gratuitement une revue de presse. Ce travail à un coût. Comme vos dons et abonnements sont inférieurs à celui-ci, nous n’avons dû trouver d’autres solutions. Quand les dons et abonnements nous permettrons de couvrir nos frais, nous retirerons ces pubs. Encore merci à ceux qui nous aident.

Solution 1 : Faire un don avec paypal ou carte bancaire


Solution 2 : S’abonner avec paypal

Option A : paiement mensuel

Option B : paiement hedomadaire


Solution 3 : Faire un don par chèque

Chèque à l’ordre d’Esprit de Clocher

Esprit de Clocher 64, rue Anatole France 92300 Levallois-Perret France


Solution 4 : Faire un don en Bitcoin

Adresse bitcoin : 1KyyRyYGMMfxYi6qCGkFARQ1TcqcrumoC4


PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

La Ligue de Défense Noire Africaine (LDNA) défend les Noirs mais avant tout les musulmans ( chroniques 18 )

CHRONIQUES QUOTIDIENNES DE L’ISLAMISATION N°18

 

Depuis plusieurs mois, la Ligue de Défense Noire Africaine (LDNA) sévit sur Facebook et les réseaux sociaux pour défendre la communauté noire de France.

La première initiative médiatique de la LDNA s’est déroulée en janvier 2018 au sein du magasin H&M d’Evry 2 où des militants africains sont intervenus pour dénoncer la vente d’un sweetshirt sur lequel était imprimé le visage d’un enfant noir avec le slogan «Le Singe le plus cool de la jungle » (en anglais à l’origine). Furieux de la vente de ce pull considéré comme raciste, les membres de la LDNA ont saccagé le magasin H&M en renversant les présentoirs et les piles de vêtements.

Quelques mois plus tard, en mars 2018, un rassemblement de mouvements anti-négrophobie, dont la LDNA, s’est tenu Place Bauveau à Paris pour dénoncer les déguisements avec des têtes de Noirs (« black faces ») notamment au carnaval annuel de Dunkerque.

[embedded content]

En avril 2018, le porte-parole de la LDNA s’est rendu au siège du Crédit Agricole pour exiger le licenciement de Romain Espino, un des organisateurs de la mission « Defend Europe » de Génération Identitaire dans les Alpes en France.

Et au début du mois de mai 2018, la LDNA s’est également déplacée devant le siège des éditions de la NRF Gallimard pour demander la censure du livre de Blaise Cendrars intitulé « Petits contes des nègres pour les enfants des blancs », exigeant le retrait immédiat de cet ouvrage au sein des enseignes de distribution comme la FNAC.

A la lumière de ces différentes actions militantes, l’objectif premier de la LDNA semble à priori de lutter contre le racisme à l’égard de la communauté noire en France. C’est certes un volet essentiel de la mission de la LDNA. Mais les textes de rap du leader de la LDNA viennent rappeler en filigrane que le combat sous-jacent est la promotion de l’islam en France avec des paroles explicites dans son clip « Gucciville » : « Moi j’préfère le Coran, nique le Pape et l’Eglise ». Sous couvert de défendre les intérêts de la communauté noire en France, la LDNA est en réalité un groupuscule qui milite pour la cause islamique, à l’image de leur soutien sans faille apporté aux migrants.

[embedded content]

Voir les précédentes chroniques de l’islamisation parues ici 

Print Friendly, PDF & Email
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

« L’apartheid » scolaire selon Lucette : « Petit à petit nos petits ‘Français’ sont partis »

Le Nouvel Obs a reçu le témoignage de Lucette Sienne qui a été institutrice toute sa carrière dans la même école primaire du Val d’Oise. Elle a donc « bien connu » l’apartheid scolaire – entre riches et pauvres, entre noirs et blancs – qui sévit à Paris et dans sa banlieue.

[…] Cette histoire, en l’occurrence, commence par une douce pastorale. On est à Argenteuil (Mme Sienne ne le dit pas, mais on le devine) au début des années 60, avant que l’architecte Roland Dubrulle rase vergers et pavillons Sam-suffit pour édifier la dalle du Val d’argent – l’une des plus grandes de France. Mme Sienne est manifestement TRES nostalgique de cette époque bénie des dieux.

« Quand j’ai débarqué dans cette école de banlieue qui sortait de terre et dans laquelle j’allais passer trente-six ans, je me suis réjouie. Tout autour, des champs avec des vaches, des chèvres, des cerisiers, des pommiers, de la verdure. J’avais un CP de 40 élèves (plus facile à mener qu’un à 25 des années plus tard). Aux beaux jours avec la permission des propriétaires, j’amenais les enfants se détendre après 15h dans un de ces prés. On y lisait des histoires, on dessinait, on peignait. La chouette école ! »

La suite est moins réjouissante : « Puis ce petit coin de campagne a cédé la place à la ZUP : du béton partout, plus de pavillons ni de jardins, mais des tours de vingt étages et, pour terrain de jeu, la dalle ! La population scolaire a changé ; avec les Jean, Pierre, Nicolas, Antoine, Aurélie, Sylvie… nous avons eu des Kamel, Youssef, Djamel, Fatima, Karima, Hassiba. Petit à petit nos petits ‘Français’ sont partis, les uns chez les curés, dans le privé, les autres dans le public car les parents s’étaient trouvé une mamie, un tonton, une tata habitant une banlieue plus chic : Enghien, Taverny, Saint-Leu… Une année exceptionnelle – tous les enfants étaient très bons – dix parents sont venus m’annoncer en juin (à la fin de leur CP, ndlr.) qu’ils retiraient leurs enfants de l’école. […]

Le séparatisme social est encore plus poussé en banlieue qu’à Paris. Pour la bonne et simple raison que les classes moyennes et supérieures y sont très minoritaires. La plupart des parents CSP+ qui y résident – souvent des bobos de gauche chassés de la capitale par la flambée des prix immobiliers – oublient leurs beaux principes devant l’absence de mixité prévalant dans leur établissement de secteur et se voient contraints de déménager ou d’inscrire leurs enfants dans le privé… à l’insu de leur plein gré. […]

Nouvel Obs

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Le chômage aux Etats-Unis est au plus bas depuis 17 ans. Celui chez les Noirs est au plus bas de l’Histoire.

Etats-Unis: le taux de chômage est tombé à 3,9% en avril

Le taux de chômage aux Etats-Unis est tombé en avril à 3,9%, au plus bas depuis 17 ans, selon les chiffres du département du Travail publiés vendredi. Cette performance a été possible malgré des créations d’emplois un peu moins bonnes que prévues. L’économie a créé 164’000 nouveaux emplois, alors que les analystes s’attendaient à 190’000. La baisse de deux dixièmes de point du taux de chômage, à un plus bas depuis décembre 2000, est en partie due à une réduction du taux de participation au marché du travail.

Swissinfo

 
Jean-Eric Branaa (Maître de Conférences en politique américaine) : «4 mai 2018. +164000 emplois en avril : le chômage passe à 3,9% aux États-Unis, confirmant la bonne santé de l’économie (le taux le plus bas depuis 2000 avec une hausse des salaires de 2,6% en moyenne)»

4 mai 2018. +164000 emplois en avril : le chômage passe à 3,9% aux États-Unis, confirmant la bonne santé de l’économie (le taux le plus bas depuis 2000 avec une hausse des salaires de 2,6% en moyenne) pic.twitter.com/OSBf5DfObN

— jean-eric branaa (@BranaaJean) 4 mai 2018

 
Pierre-Yves Dugua (Correspondant US au Figaro) : «Aux États-Unis le chômage chez les noirs tombe au plus bas jamais mesuré» : https://www.cnbc.com/2018/05/04/non-farm-payrolls-april-2018.html

Aux États Unis le chômage chez les noirs tombe au plus bas jamais mesuré. #Chut https://t.co/Ss1oEcLoEJ

— Pierre-Yves Dugua (@PDugua) 4 mai 2018

 
Donald Trump : «DERNIERE MINUTE : 3,9 % de chômage, la barre des 4% est franchie ! Et pendant ce temps, la chasse aux sorcières !»

JUST OUT: 3.9% Unemployment. 4% is Broken! In the meantime, WITCH HUNT!

— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) 4 mai 2018

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Pour Rokhaya Diallo, que la compresse située au centre des pansements soit blanche est un problème (MàJ)

03/05/18

Mais pourquoi nous orienter vers des pansements transparents sous lesquels la compresse blanche reste visible quand le sparadrap pourrait être marron et la recouvrir ????

— Rokhaya Diallo (@RokhayaDiallo) May 3, 2018


02/05/18

Hey @RokhayaDiallo les pansements ajustés à sa carnation débarquent (en ligne) aux Pays-Bas. Le truc avance doucement ! https://t.co/b8CUCqIzej

— ??????? ??????? ???????? (@laurentchambon) May 2, 2018

La compresse située au centre de ces pansements est blanche.

— Rokhaya Diallo (@RokhayaDiallo) May 2, 2018

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Une vidéo japonaise sur le mouvement « Black lives matter » provoque la polémique

Solution 1 : Faire un don avec paypal ou carte bancaire


Solution 2 : S’abonner avec paypal

Option A : paiement mensuel

Option B : paiement hedomadaire


Solution 3 : Faire un don par chèque

Chèque à l’ordre d’Esprit de Clocher

Esprit de Clocher 64, rue Anatole France 92300 Levallois-Perret France


Solution 4 : Faire un don en Bitcoin

Adresse bitcoin : 1KyyRyYGMMfxYi6qCGkFARQ1TcqcrumoC4


PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

45% des Suisses estiment que les Noirs se plaignent trop souvent

Racisme Selon une enquête de l’Office fédéral de la statistique, beaucoup de Suisses pensent que le racisme anti-Noirs est un problème mineur dans notre pays. Ils confirment pourtant qu’il y a de la discrimination.

Une large majorité de la population suisse est d’avis que les personnes noires sont discriminées dans certains domaines spécifiques. Malgré cela, beaucoup pensent que le racisme envers ces personnes est un problème mineur.

Dans le cadre de son enquête « Vivre ensemble en Suisse », l’Office fédéral de la statistique (OFS) a examiné en 2017 l’attitude de la population envers les Noirs. Deux tendances apparaissent, a annoncé mardi l’office: la confirmation de la discrimination d’une part et la relativisation du racisme d’autre part.

Plus de trois quarts de la population (76%) estiment que les Noirs ont davantage de difficultés en Suisse que les autres lors de la recherche d’un logement. Presque autant confirment l’existence de discriminations dans le monde du travail, avec des conséquences négatives sur l’atmosphère quotidienne.

En dépit de ces chiffres, une courte majorité (51%) des 2900 personnes interrogées pense que le racisme anti-Noirs est un problème mineur en Suisse. Et 45% estiment que les Noirs se plaignent trop souvent.

Dans certains scénarios de la vie quotidienne, une majorité de la population perçoit des comportements racistes envers les Noirs. La part de personnes considérant les situations comme discriminatoires varie toutefois selon les scénarios exposés.

Une insulte dans le bus, un refus de se faire soigner par un infirmier noir, une personne noire ignorée par un vendeur dans un magasin sont considérés par plus de 70% de la population comme des comportements racistes. Pour 51% des sondés, un soldat noir en uniforme de l’armée suisse et qui doit expliquer pourquoi il fait du service militaire renvoie également à une situation à caractère discriminatoire.

Près de 70% de la population en Suisse rejette l’idée que les personnes noires se plaignent trop souvent des souffrances endurées sous le colonialisme. Seul un tiers serait favorable à des réparations accordées aux personnes noires pour ce qu’elles ont subi durant l’esclavage. A l’inverse, 61% sont contre l’octroi de compensations financières.

www.lacote.ch

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

États-Unis : musées et collectionneurs font grimper en flèche les prix de « l’art noir »

[…]

Les artistes noirs, longtemps négligés et sous-évalués, occupent aujourd’hui l’un des secteurs les plus chauds du marché. Parmi les acheteurs célèbres, on compte les gestionnaires de « hedge funds » Ken Griffin, Steve Cohen et Jim Chanos, les grands musées et Anderson Cooper de CNN.

« C’est un tournant décisif « , a déclaré Lisa Melandri, directrice exécutive du Contemporary Art Museum de Saint-Louis, qui accueillera la première exposition consacrée à Sherald le mois prochain. « Cela donne une nouvelle orientation aux canons de l’histoire de l’art. »

Les institutions américaines se rendent compte que leurs collections ont largement négligé la composante noire.
« C’est un peu comme une course folle« , a déclaré Todd Levin, un conseiller artistique new-yorkais. « Ils savent tous qu’ils ont pris du retard dans le soutien, la collecte et l’exposition d’œuvres d’artistes afro-américains et ils font tous des dépenses énormes pour s’assurer qu’il y ait une représentation plus équitable. »

Le Perez Art Museum de Miami a créé un fonds de 1,1 million de dollars, avec le soutien du milliardaire Jorge Perez et de la Knight Foundation, qui lui permettra d’acquérir des œuvres d’art noir à perpétuité, quel que soit le responsable, a déclaré Franklin Sirmans, directeur du musée.

[figuration anti-conventionnelle de la Vierge Marie, dans laquelle les chérubins sont à base de coupures de magazines pornographiques et où l’on trouve également une représentation d’organes génitaux et des taches en bouse d’éléphant]

Cette semaine, le MoMA [Musée d’art moderne de New York] a fait une grande percée. La « Sainte Vierge Marie » de Chris Ofili – une toile ornée d’un éléphant représentant une Vierge noire – est entrée dans la collection permanente du musée, grâce à un don de Cohen, un administrateur du MoMA. Le tableau – rendu célèbre en 1999 lorsque Rudy Giuliani, alors maire de New York, a tenté de le faire bannir d’une exposition – a rapporté 4,6 millions de dollars en 2015, un record de ventes aux enchères pour l’artiste britannique.

[…]

(Traduction Fdesouche)

Source

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Cuba : Y a-t-il du racisme envers les noirs malgré la révolution de 1959 ?

Cuba est probablement l’un des pays les plus égalitaires au monde. La révolution de 1959 s’est vite donné comme objectif d’éradiquer le racisme dans une île qui a été la première à pratiquer l’esclavage et qui a été parmi les derniers pays à l’abolir. Mais 60 ans après la révolution, il y a encore des formes de discrimination raciale à Cuba.

« Nous devons en finir avec la discrimination dans le milieu de travail grâce à une campagne qui mettra fin à ce système odieux et répugnant avec un nouveau mot d’ordre : opportunité de travail pour tous sans discrimination de races; il faut que toute discrimination cesse dans tous les centres de travail. Ainsi, nous allons forger, pas à pas, la patrie nouvelle », a déclaré Fidel Castro en 1959.

Une politique officielle ne suffit toutefois pas. Presque 400 ans d’esclavage ont laissé des traces dans les mentalités, aussi bien chez les Blancs que chez les Afrodescendants.(…)

Gisela Arandia Covarrubias, journaliste, chercheure et auteure, a consacré toute sa carrière à l’étude du racisme aux États-Unis et à Cuba. Selon elle, 50 % à 60 % des Cubains ont des racines africaines. Les 2 millions de Cubains qui ont quitté l’île pour la Floride sont tous blancs, ce qui a affaibli la proportion de Blancs.

Esteban Morales va plus loin. Le politologue de l’Université de La Havane dit que plus de 60 % des Cubains sont noirs ou mulâtres. Sauf que 65 % des Cubains se sont déclarés blancs.

Les autorités ont annoncé que la nouvelle Assemblée nationale élue le 11 mars 2018 était composée de 40 % d’Afrodescendants. Mais dans les postes dirigeants, ils sont encore sous-représentés.(…)

Mais les difficultés économiques engendrées par la disparition de l’allié soviétique dans les années 1990 vont raviver les frustrations et la fracture raciale. L’aide de l’État diminue et ce sont les Afro-Cubains qui en souffrent le plus. En février 2003, Fidel Castro doit reconnaître les obstacles rencontrés « dans la lutte pour éradiquer les différences sociales et économiques de la population noire du pays ».

« Notre imaginaire social entretient le mythe que nous ne sommes pas racistes à Cuba, mentionne Gisela Arandia. Dans les années 1980, le gouvernement a imposé des quotas pour l’embauche des femmes, des jeunes et des Noirs. Échec total. Sabotage, même. Sabotage subtil; on s’est efforcé de prouver que ces gens n’étaient pas compétents. »

Depuis 2011, le modèle économique cubain changé. Ceux qui profitent du nouveau secteur privé sont ceux qui ont hérité de maisons ou de logements qu’ils peuvent louer à des touristes, ou encore ceux qui possèdent une auto qu’ils peuvent utiliser comme taxi. S’ils reçoivent de l’argent de leur famille établie à Miami, ce qui est le cas de 35 % de la population, ils peuvent s’ouvrir un restaurant. La plupart du temps, ces gens-là sont Blancs, dit Gisela Arandia.(…)

Radio Canada

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture