Cette mafia géorgienne qui pille la France

Trente-quatre « Voleurs dans la loi » sont jugés à Nancy. Plongée dans une organisation codée et ritualisée à l’extrême.

L’homme qui comparaît devant le tribunal de Nancy (Meurthe-et-Moselle) à partir du 4 juin est une légende : Kakhaber Shushanashvili, 46 ans, serait l’un des chefs d’un redoutable gang criminel venu du Caucase, les Vory v zakone, ou « Voleurs dans la loi ». Condamné à quinze ans de prison en Espagne l’an dernier, le Géorgien a été extradé vers la France, qui le soupçonne d’avoir commandité l’assassinat de l’un de ses compatriotes à Marseille, en 2010. Détenu à la prison des Baumettes, il est placé sous haute surveillance et cantonné à l’isolement 23 heures sur 24. « On le traite comme un monstre! » s’insurge son avocat, Silvio Rossi-Arnaud. Voilà dix jours, « Kakha » a été extrait de sa cellule phocéenne. Direction la Lorraine, où il est accusé de recel de vol en bande organisée et d’association de malfaiteurs.

Kakhaber Shushanashvili affronte les juges nancéiens en bonne compagnie. Ils sont trente-quatre dans le box vitré du tribunal, dont quatre femmes. Des Géorgiens pour la plupart, mais aussi quelques Azerbaïdjanais et Arméniens, tous membres du puissant clan de Tbilissi sur lequel règnent « Kakha » et son frère Lasha. Ce réseau de voleurs et de receleurs sévissait entre l’Alsace, la région parisienne, la côte atlantique, l’Allemagne, les Pays-Bas et la Suisse. Parmi eux figurent, outre Kakhaber, trois autres « boss » des Voleurs dans la loi: Zaza Elikashvili, Georgyi Elerdzhiya et Bidzina Bakuridze.

C’est dans les geôles soviétiques que la confrérie des Vory v zakone a forgé son mythe et ses codes. Ses membres s’engagent à ne jamais travailler, à ne pas coopérer avec la justice, à ne pas s’enrichir et à ne pas fonder de famille. En théorie du moins. Dans leur monde, les tatouages tiennent lieu de serment: une croix sur l’annulaire, pour dire « Je suis né voleur »; une rose des vents sur les genoux, signe du refus de la soumission face à l’autorité; un couteau sur l’avant-bras, promesse de représailles contre les responsables d’une éventuelle incarcération; une étoile à huit branches, marque des voleurs de haut rang et synonyme de rejet de toute coopération avec la police et le personnel pénitentiaire.

www.lexpress.fr

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Femme agressée pour avoir une relation amoureuse pendant le ramadan : ses frères mis en examen

Les deux frères qui ont agressé leur soeur à Nancy (Meurthe-et-Moselle), lui reprochant son comportement pendant le ramadan et d’avoir une relation amoureuse, ainsi que de ne pas se vêtir correctement, ont été mis en examen jeudi et l’aîné a été incarcéré, a-t-on appris auprès du parquet.[…]

Chassant son compagnon hors de l’appartement, il avait roué de coups la jeune femme et lui avait coupé les cheveux avec un couteau, lui infligeant une plaie de plusieurs centimètres à la tête.

Il avait été rejoint par son frère cadet, âgé de 29 ans. Ils avaient ensuite frappé le compagnon resté en bas de l’immeuble et tenté de le renverser avec leur voiture alors qu’il prenait la fuite. Ils l’avaient menacé de mort devant le commissariat dans lequel il avait trouvé refuge.[…]

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Nancy (54) : une femme rouée de coups et torturée par ses frères pour son comportement pendant le Ramadan

Deux hommes seront présentés cet après-midi devant la justice à Nancy pour avoir roué de coups leur soeur, lui coupant les cheveux, à cause notamment de son comportement pendant le ramadan, et frappé son compagnon, a-t-on appris auprès du parquet. Un des frères de la victime, une employée de banque âgée de 25 ans, « lui aurait reproché une relation amoureuse alors qu’elle n’était pas mariée et de se vêtir de manière indécente », lors d’une première altercation lundi soir au domicile de leur mère, a relaté le procureur de la République à Nancy, François Pérain.

Apprenant que sa soeur hébergeait un homme, il s’était rendu à son domicile mardi soir. Après avoir obligé ce dernier à quitter les lieux, « il frappait sa soeur au visage et dans les cotes et coupait ses cheveux à l’aide d’un couteau. Il blessait sa soeur au cuir chevelu provoquant une plaie vive sur plusieurs centimètres », a détaillé M. Pérain. Le compagnon, resté en bas de l’immeuble et qui avait appelé les pompiers, a été ensuite roué de coups par l’agresseur et un deuxième frère, arrivé en renfort sur les lieux. Alors qu’il parvenait à s’enfuir, les deux hommes ont tenté de le renverser avec leur voiture et l’ont menacé de mort devant le commissariat de police où il s’était réfugié. Les deux suspects, nés en 1982 et 1985, ont été placés en garde à vue mardi soir.

Le Figaro

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Nancy (54) : « par erreur », un passant reçoit une balle en pleine rue tirée par un trafiquant de drogue

Un homme a été blessé par balle en pleine rue samedi après-midi à Nancy. Le tireur, un trafiquant de drogue, a visé la victime par « erreur ». Une enquête a été ouverte.

Un homme a été blessé par arme à feu dans le quartier du Haut du Lièvre samedi 19 mai 2018 en début d’après-midi, a-t-on appris auprès du parquet de Nancy (Meurthe-et-Moselle).

Selon les premiers éléments de l’enquête, il s’agit d’un conflit entre le locataire d’un appartement et des trafiquants de drogues qu’il avait autorisé à utiliser comme lieu de stockage.

L’un de ces trafiquants « aurait alors tiré à une reprise de cet appartement en direction d’un homme qui circulait en bas de l’immeuble le prenant a tort pour sa « nourrice », selon François Pérain, procureur de la République de Nancy.

actu.fr

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Nancy (54) : handicapé, Dominique doit être porté pour assister au procès de son agresseur Faouzi B., accusé de tentative d’homicide

La cour d’assises de Nancy où aura lieu l’audience mardi n’est pas accessible en fauteuil. Ce sont des avocats qui vont porter la victime à bout de bras.

Le système D. Faute d’aménagement adéquat, c’est la seule solution qui reste à Me Karine Laprevotte pour permettre à son client handicapé d’assister au procès de son agresseur présumé. Ce mardi, débute devant la cour d’assises de Nancy (Meurthe-et-Moselle) le procès de Faouzi B., accusé de tentative d’homicide après avoir asséné un coup de marteau à Dominique C en juillet 2015.

Cette agression ultra-violente s’était déroulée dans l’enceinte du centre de détention de Toul où les deux hommes étaient incarcérés. Depuis, Dominique C., qui a bénéficié d’une suspension de peine, est très lourdement handicapé et doit se déplacer en fauteuil.

(…)

Le Parisien

Merci à moi

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Nancy (54): démantèlement d’un réseau de prostitution serbe

Trois Serbes ont été interpellés pour « proxénétisme aggravé » à Nancy à l’issue de dix mois d’enquête, a indiqué jeudi le service régional de police judiciaire.

Après dix mois d’enquête, les policiers du SRPJ, en collaboration avec la brigade de répression du crime, ont interpellé trois Serbes, âgés de 25, 27 et 38 ans. Basés à Domgermain, en Meurthe-et-Moselle, les trois proxénètes présumés louaient des appartements à Nancy, où une dizaine de femmes majeures, également originaires de Serbie, se prostituaient.

« En six mois, ils ont empoché 170.000 euros. Ils repartaient fréquemment en Serbie, pour ramener l’argent et faire valider les visas touristiques des filles », explique-t-on au SRPJ. Quelque 26.000 euros ont été saisis durant les perquisitions, ainsi que le livre de comptes. Les trois hommes s’arrogeaient 60% des gains et 40% était reversé aux prostituées. Les enquêteurs ont également retrouvé un règlement intérieur, selon lequel les femmes s’engageaient à ne pas tomber amoureuses d’un client. […]

L’enquête continue pour évaluer les mécanismes de blanchiment d’argent. Des clients vont également être entendus.

Europe 1

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Nancy: la fac de Lettres vote à 70,5% pour le déblocage, l’UNEF rejette le résultat

3.919 des 9.252 étudiants de la Faculté des Lettres de Nancy (54) se sont exprimés ce lundi 9 avril 2018 en faveur de la « reprise des activités normales de formation »

Un vote électronique réalisé à la demande de la présidence de l’Université de Lorraine.

Le résultat a été annoncé par communiqué peu avant 18h et c’est une majorité des votants, 70,5% qui se sont exprimés en faveur du déblocage du campus.

(…)

Comme il l’avait annoncé, le syndicat UNEF rejette ce résultat. Il a, à sont tour, fait parvenir aux rédactions un communiqué.

« (…)Nous n’avons aucune garantie quant à l’anonymat du vote. Nous n’avons aucune garantie quant à la fiabilité des résultats.
Pour toutes ces raisons, nous ne reconnaissons pas cette consultation.
Le blocage jusqu’à la nouvelle assemblée générale a été voté jeudi 5 avril, et il se poursuivra jusqu’à la prochaine assemblée générale dont la date sera prochainement communiquée. (…) »

France3 Régions

Malgré le résultat du vote électronique, 70% contre le blocage, la fac de Nancy ne réouvre pas demain en raison de risques de confrontation. L’UNEF refuse de discuter d’une sortie de crise après ce vote, selon la direction #AFP

— Renaud Pila (@renaudpila) 10 avril 2018

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

L’islam obsède les Français : « conversion d’une jeune fille à Nancy », l’article le plus lu….

https://www.estrepublicain.fr/edition-de-nancy-ville/2018/04/07/sa-fille-s-est-convertie-a-l-islam
L’article le plus lu de « l’Est républicain » ne tourne pas non plus autour du pot.
Faut-il s’attendre à une plainte du CCIF?

« Nancy – Société Sa fille s’est convertie à l’islam
Etudiante à Nancy, elle est désormais convertie à l’islam et porte le voile. Ses contacts avec sa famille s’espacent, elle a coupé toutes relations avec ses anciens amis. Difficile de ne pas s’inquiéter ».

L’adjectif « radical » n’apparaîtra à aucun moment dans cet article, tout au plus saura-t-on que « Mme S. pense forcément aux risques de radicalisation pesant sur sa fille ».

Et en plus, c’est un voile coloré… car la mode aujourd’hui est de nous dire que tant que le voile est coloré, tout va bien.
Sauf que « la jeune étudiante, qui a pris l’option arabe à la fac de lettres, a coupé les ponts avec ses anciens amis et ses relations avec sa famille sont devenues très difficiles depuis qu’elle porte le voile. « J’essaie de maintenir un contact avec elle, Après avoir vécu un moment chez une ‘’sœur‘’, elle a pris un logement que j’ai pu voir par Skype, car elle ne veut pas nous donner son adresse. Il est meublé très sommairement ».

Je ne pense pas que le CCIF puisse gêner le journal en quoi que ce soit.

Le classement de l’article n°1 parmi les plus lus ces derniers jours montre l’intérêt des lecteurs pour ce sujet.
Les parents sont désemparés.

La réponse étatique ? « J’ai également contacté Stop-Djihadisme via un numéro vert, j’ai expliqué le changement de comportement de Léa et j’ai pu en discuter avec une psychologue. Mais c’est tout
(…) « Léa ne nous écoute plus, ni son frère ni sa sœur. Nous sommes une famille unie, ses oncles et tantes s’inquiètent aussi. Nous avions pensé, si elle voulait se rendre en Egypte, partir avec elle au cas où. Je lui avais pris son passeport, que je lui ai finalement redonné après une grosse dispute quand elle est arrivée voilée à la maison. Je tempère mais je m’inquiète forcément, son père aussi et je regrette que les services concernés ne puissent pas aller fouiller dans son ordinateur et dans son téléphone portable. Je sais que nous sommes dans un Etat de droit, mais n’y a-t-il pas non-assistance à personne en danger » ? ».

Print Friendly, PDF & Email
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Nancy (54) : un surveillant de prison suspecté de trafic de téléphones interpellé sur un parking

Un surveillant du centre pénitentiaire de Nancy-Maxéville était étroitement surveillé depuis le mois de janvier par les policiers du SRPJ de Nancy. Le gardien, qui était précédemment surveillant à Fresnes (Val-de-Marne), était soupçonné de faire entrer des téléphones portables en détention à Nancy, rapporte l’Est Républicain. Il a finalement été interpellé mardi, sur le parking […]

L’article Nancy (54) : un surveillant de prison suspecté de trafic de téléphones interpellé sur un parking est apparu en premier sur Fdesouche.

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Les juges font confiance aux copains du musulman expulsable mais pas aux services de renseignement…

L’actualité judiciaire de l’islamisation et du refus de l’islamisation met souvent en évidence le rôle du Conseil d’Etat, la Cour de cassation, le Conseil constitutionnel ainsi qu’une multitude de tribunaux et de cours ordinaires de France et de Navarre. On a moins l’occasion d’évoquer ce qui se passe devant la Cour nationale du droit d’asile […]

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture