Tulle (19) inaugure sa nouvelle mosquée dans les anciens locaux des Assedic. L’Imam arrive du Maroc.

Tulle inaugure sa nouvelle mosquée dans le quartier de Souilhac. Vendredi 18 mai 2018, l’établissement ouvrira ses portes aux fidèles en ce début de ramadan.

[embedded content]

400 mètres carrés sur deux niveaux. Deux salles de prière, la nouvelle mosquée pourra accueillir près de 200 personnes.
Après 4 ans de démarches et de travaux, le président de l’association des musulmans de Tulle se dit très satisfait.

Un investissement de 450 000 euros, financé par l’Union des mosquées de France.
Un nouvel imam est venu du Maroc.

france3-regions.francetvinfo.fr

(Merci à PierreTerrail)

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Gigean (34) : fermeture administrative d’une salle de prière musulmane

Près de sept mois après l’entrée en vigueur de la loi sur la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme (SILT), les pouvoirs publics ordonnent la fermeture d’une quatrième salle de prière musulmane, selon les informations de RTL, confirmées par le ministère de l’Intérieur.

La décision, prise par le préfet de l’Hérault Pierre Pouëssel, concerne la salle de prière Abu Darda, située à Gigean, à une cinquantaine de kilomètres de Lunel. Sauf recours suspensif formulé d’ici la fin de journée, la décision sera effective ce mercredi 16 mai à 17 heures pour une durée de six mois.

La salle de prière, fréquentée par une centaine de fidèles, était dans le viseur de la préfecture du département à cause des prêches de l’imam actuel, qui aurait exercé auprès des fidèles un prosélytisme radical. Le religieux aurait formulé des appels à la haine et à la discrimination envers les femmes, les juifs et les chrétiens. Des livres mis à disposition dans la bibliothèque du lieu de culte auraient également étayé cette idéologie.

www.rtl.fr

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Ahmet Ogras (CFCM) appelle à réciter la « prière de l’absent pour toutes les victimes du terrorisme mais surtout une prière pour les martyrs palestiniens »

Le ramadan commencera jeudi en France. Le président du Conseil français du culte musulman (CFCM) l’a annoncé mardi à l’issue d’une cérémonie de fixation du début de ce mois béni de jeûne, de partage et de prière. Ahmet Ogras, a fait cette annonce à la grande mosquée de Paris, en présence des représentants des principales fédérations qui structurent la deuxième religion de France.

Ahmet Ogras a demandé au mufti de la grande mosquée de Paris, présent lors de cette courte « nuit du doute », d’élever une prière « pour toutes les victimes du terrorisme mais surtout une prière pour les martyrs d’hier », lundi, dans la bande de Gaza.

Près de 60 Palestiniens y ont été tués et 2 400 blessés par des tirs de soldats israéliens. Il a aussi appelé les imams des quelque 2 500 mosquées et salles de prière en France à réciter la « prière de l’absent » vendredi, en mémoire de l’ensemble de ces victimes. […]

Dans une quête d’ascèse et de purification, le fidèle peut méditer le Coran, participer à des veillées de prière, avec le renfort cette année de quelque 300 « récitateurs » venus de l’étranger, et se montrer généreux avec les plus démunis.

L’Express

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

L’imam antichrétien et antisioniste Mourad Hamza de la Mosquée d’Aix-en-Provence prédit la destruction prochaine d’Israël

Le sud-est de la France est soumis depuis quelques décennies à une intense campagne d’islamisation liée à deux facteurs : la forte population musulmane qui s’y développe, et les centaines de Mosquées construites pilotées par des prédicateurs diffusant une violente propagande islamiste antioccidentale, antichrétienne et antisémite, comme on le voit dans les Mosquées de Marseille […]

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

La Suède autorise une mosquée à diffuser l’appel à la prière du vendredi

Cette autorisation a provoqué de nombreuses réactions dans les sphères politique et publique, à cinq mois des élections législatives.

La Suède a accordé mardi le droit de diffusion de l’appel à la prière – l’Adhan – à une mosquée, provoquant de nombreuses réactions dans les sphères politique et publique, à cinq mois des élections législatives. La mesure, qui prendra effet à partir de vendredi et pendant une période d’un an sur la commune de Växjö (sud), fait craindre à certains politiques une scission. « L’appel à la prière ne renforcera pas l’intégration à Växjö , mais risque plutôt d’éloigner davantage la ville », a déclaré Anna Tenje, conseillère municipale, à l’agence de presse TT.

De son côté, le Premier ministre social-démocrate suédois Stefan Löfven a indiqué que la fin du communautarisme allait de pair avec la lutte contre le chômage, comme le combat pour des écoles et des quartiers de qualité. « La société suédoise toute entière est fondée sur différentes religions », a-t-il affirmé à TT. La cheffe de file des démocrates-chrétiens, Ebba Busch Thor, opposée à la décision, a déclaré de son côté que « les gens n’avaient pas à entendre chez eux » l’appel, tous les vendredis pendant trois minutes et 45 secondes. Les autorités ont cependant précisé que le volume des hauts-parleurs ne devait pas dépasser un 110 décibels en extérieur pour être conforme à la réglementation suédoise en vigueur, une condition que respecte la mosquée de Växjö.

Avdi Islami, porte-parole de la communauté musulmane de la ville, a indiqué que des milliers de musulmans allaient à la mosquée chaque année et compare la diffusion de l’Adhan aux cloches des églises. « Nous sommes une société dans laquelle nous sommes différents […] mieux vaut penser que les différences nous rendent plus forts », a-t-il déclaré à TT.

La mosquée de Växjö est la troisième du pays à pouvoir diffuser de l’appel à la prière du vendredi, après celles de Botkyrka (banlieue de Stockholm) et Karlskrona (sud). Selon un sondage réalisé par l’institut d’opinion Kantar Sifo, 60% des personnes interrogées ont déclaré vouloir interdire l’Adhan en Suède.

www.parismatch.com

(Merci à Jacquouille)

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Ecquevilly (78) : 2 ans après la fermeture de la salle de prière salafiste, le chantier de la nouvelle mosquée devrait pouvoir reprendre

Leur nouveau projet sera examiné de près, mais les dons des croyants pour la mosquée en construction, interrompus suite à la fermeture de la salle de prière par le ministère de l’Intérieur, devraient pouvoir reprendre, et avec eux le chantier de cet édifice de 400 places. La décision a été validée lors d’une réunion publique ce dimanche, en présence d’environ 150 Ecquevillois et des responsables de l’association historique, Malik Ibn Anas. Elle comptait environ 300 membres avant fermeture, et une centaine aujourd’hui.

Le 2 novembre 2016, le ministre de l’Intérieur fermait la salle de prière louée à la municipalité par l’Association islamique Malik Ibn Anas (AIMA) dans le cadre de l’état d’urgence, pour des propos qui auraient été tenus par son imam. Le préfet des Yvelines, dans son arrêté, décrivait « un lieu de référence influent […] prônant un islam rigoriste, appelant à la discrimination et à la haine, voire à la violence ».

A l’époque, l’avocat d’AIMA proteste fortement contre cette fermeture : « L’État fait un amalgame entre salafisme et jihadisme », déclare-t-il dans La Gazette. L’association fait appel, perd au tribunal administratif, puis au Conseil d’Etat. Chez les fidèles venus dimanche, qui vont prier aux Mureaux faute de lieu de culte, la colère suscitée par cette fermeture et par sa large médiatisation, est toujours vive.

lagazette-yvelines.fr

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Marseille : Une mosquée salafiste installée sur un terrain municipal

La mosquée salafiste des Caillols, située dans le XIIe arrondissement de Marseille, sur un terrain municipal, est surveillée par la DGSI. Arrosée de subventions, elle se trouve sur un terrain appartenant à la commune.

Vendredi 20 avril, El Hadi Doudi, l’imam salafiste connu pour ses prêches radicaux et haineux à la mosquée As-Sounna, située en plein coeur de Marseille, a été expulsé vers l’Algérie. Par un arrêté du 11 décembre, la fermeture de la mosquée a été ordonnée par la préfecture des Bouches-du-Rhône. Reste que l’imam algérien jouissait d’une grande influence et avait la mainmise sur au moins 17 mosquées du département. Dont celle des Caillols, située dans le XIIe arrondissement. Une mosquée aujourd’hui qualifiée de salafiste et surveillée comme telle par la DGSI.

Avant de se transformer en mosquée et même d’abriter une école coranique clandestine, le bâtiment était dédié à une association sportive, Jeunesse 11/12, à destination des gamins des quartiers. La structure avait été bâtie en 2005 sur un terrain appartenant à la Mairie, et l’association bénéficiait alors d’un bail emphytéotique de soixante ans, pour un loyer dérisoire de 30 euros, et de multiples subventions (394 800 euros du conseil régional et 51 000 euros de la Mairie). Jusqu’à sa mutation en association cultuelle, Les Jardins de la paix, en 2014 et, six mois plus tard, en mosquée, inaugurée en toute discrétion par Valérie Boyer, députée LR des Bouches-du-Rhône alors maire du 6e secteur de la cité phocéenne.

« La mosquée salafiste des Caillols a pu prendre racine sur un terrain municipal, arrosée de subventions et en violation totale de la loi de 1905 ! », s’insurge la conseillère municipale des XIe et XIIe arrondissements de Marseille, Élisabeth Philippe, qui s’est autosaisie du dossier. Après des courriers adressés aux préfets de région et de police, elle attend une réponse à celui envoyé début avril au ministre de l’Intérieur.

Valeurs Actuelles

Merci à vert

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Paris : pourchassés et interdits par l’islam, des musulmans ouvrent une mosquée réservée aux homos (chronique 16)

Chroniques Quotidiennes de l’islamisation N°16

 

En 2012, dans la maison d’un moine bouddhiste située en banlieue parisienne, s’est tenue la première prière pour homosexuels musulmans. La salle d’une superficie de dix mètres carrés est la première mosquée ultra-progressiste d’Europe, un espace « gay-friendly » où sont accueillis homosexuels, transgenres et transsexuels.

Ludovic-Mohamed Zahed, un franco-algérien de 35 ans et homosexuel musulman, est à l’initiative de ce projet. Son association, « Homosexuels Musulmans de France », compte aujourd’hui plus de 300 membres et a été créée en 2010 avec un petit groupe de six personnes. Il entend offrir un havre de paix à tous ceux qui pourraient ne pas se sentir à l’aise dans des lieux de culte traditionnels. Ce projet n’a reçu le soutien d’aucune institution musulmane, de nombreux imams et personnalités de l’islam de France y voyant un projet contraire à la religion.

Pour le Président de l’Observatoire des actes islamophobes, sous l’autorité du Conseil français du culte musulman (CFCM) : « Il y a des musulmans homosexuels mais ouvrir une mosquée, c’est une aberration « . Et selon Dalil Boubakeur, le recteur de la Grande Mosquée de Paris : « Nous ne culpabilisons pas les homosexuels, mais nous ne pouvons pas donner une place à cette pratique au point qu’elle devienne un aspect de la société. »

Marié à un Sud-Africain depuis 2010, Ludovic-Mohamed Zahed est aujourd’hui menacé car il souhaite réformer et promouvoir un islam inclusif de valeurs progressistes.

Dans une interview donnée à BFM TV en 2012, Ludovic-Mohamed Zahed rappelle que les musulmans homosexuels sont stigmatisés et vite repérés au sein des mosquées traditionnelles. Il veut pouvoir offrir un espace sécurisé à ceux qui se sentent rejetés par la communauté musulmane.

[embedded content]

Dans une vidéo datant de 2017, un homme de confession musulmane condamne sévèrement l’initiative de Ludovic-Mohamed Zahed, l’homosexualité étant considérée comme une abomination en islam. Cet homme rappelle que les versets du Coran interdisent les pratiques homosexuelles et il exige que cette mosquée gay soit fermée dans les meilleurs délais. Des critiques virulentes sont portées à l’encontre de Ludovic-Mohamed Zahed qui est comparé tour à tour à un terroriste, un sioniste, un sataniste, un drogué et à d’autres qualificatifs abjects.

[embedded content]

Voir les précédentes chroniques de l’islamisation parues ici 

Note de Christine Tasin

Comment peut-on être homo et musulman ?

Comment peut-on respecter un système totalitaire qui voue les homos à l’enfer sur terre et au-delà, ce qui explique que les mollahs iraniens les pendent quand les djihadistes les balancent du haut d’immeubles de 4 étages ?

Vous me direz, comment peut-on être femme et musulmane ? Comment peut-on être femme et accepter un système qui vous condamne à l’enfermement, à hériter de la moitié de la part de votre frère, à la polygamie et aux joies du mariage forcé, entre autres horreurs ?

Vous me direz aussi, comment peut-on être homme et musulman ? Comment peut-on être un homme et accepter de voir son enfant voué à mourir pour les beaux yeux du pédophile mahomet, voué à ne jamais être libre, voué à ne vivre que d’interdits et d’obligations ?

Finalement, comment peut-on être Homme et musulman ?

Print Friendly, PDF & Email
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Suite au manifeste contre l’antisémitisme, la Grande mosquée de Paris dénonce un « procès injuste et délirant » et évoque le « racisme antimusulman »

« Le procès injuste et délirant d’antisémitisme fait aux citoyens français de confession musulmane et à l’islam de France à travers cette tribune présente le risque patent de dresser les communautés religieuses entre elles », écrit le recteur de la mosquée, Dalil Boubakeur, dans un communiqué.

Cause nationale contre l’antisémitisme et le racisme antimusulman. « Dans tous les cas, nous, citoyens français de confession musulmane, souhaitons faire de la lutte contre l’antisémitisme et le racisme anti-musulman une cause nationale, afin d’éradiquer ces poisons extrêmement nocifs pour notre unité nationale », poursuit-il. […]

Europe 1

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Lausanne (Suisse) : Epris d’une ado de 15 ans, un quadragénaire l’épouse à la mosquée pour pouvoir coucher avec elle pendant le Ramadan

«Je devais l’épouser pour pouvoir entretenir des relations sexuelles avec elle pendant le ramadan.» Si Habib*, un sans-emploi de 40 ans, respecte les préceptes de sa religion, lui et l’imam qui a officialisé l’union ont violé la loi suisse: la mariée n’avait que 15 ans, loin des 18 requis pour un mariage.

Mariages avec des mineurs en hausse
En 2016, 21 cas de mariages avec mineurs ont été recensés, la plupart impliquant des ados en provenance de pays musulmans. Trois mariages chrétiens dans la communauté rom ont aussi eu lieu. La plupart de ces unions se font sous la contrainte. Le Service contre les mariages forcés s’inquiète de leur augmentation. Ces unions sont illégales, car elles ne font pas suite à une union civile. Les associations musulmanes, elles, déplorent ces violations de la législation.

Ce Tunisien, détenteur d’un permis C à la suite d’une première union légale et rapidement dissoute, a rencontré sa future femme à Lausanne en 2016. La jeune Suissesse lui aurait dit être âgée de 19 ans. Le couple entretient des relations sexuelles.

Mais Habib doute de son âge réel et questionne la mère de la jeune fille. Il apprend qu’elle est mineure, mais poursuit les relations avec celle qui s’est convertie à l’islam. Et pour que les apparences soient sauves, les deux se marient religieusement à la mosquée du Tunnel, où l’âge de l’adolescente ne semble pas susciter d’interrogations. Une fois remarié, l’époux se rend dans son pays. Il apprend à son retour que sa «femme» a été infidèle. Il n’en veut plus. Les parents de la jeune fille, qui ignoraient l’union, ont déposé plainte en son nom.

Déjà condamné pour avoir frappé son enfant de 5 ans, Habib vient d’être reconnu coupable d’actes sexuels avec un enfant. Il écope de 180 jours-amende avec 5 ans de sursis. Les 12’000 fr. de frais, dont 7000 pour son avocat, sont supportés par le Canton. L’imam, lui, conteste formellement avoir marié les deux amants.

www.20min.ch

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture