lycée

Dijon (21) : rassemblement contre l’expulsion de lycéens

Posted by on mars 23, 2017 at 2:34

Rassemblement à l’appel du « Collectif de soutien aux demandeurs d’asile et migrants ». Solidaires avec les lycéen-n-e-s menacé-e-s d’expulsion !

[embedded content]

Après des années d’études, souvent remarquables malgré des conditions de vie difficiles, des lycéen-n-e-s étranger-e-s sont menacé-e-s d’expulsion de France. Ils et elles sont venu-e-s seul-e-s ou avec leurs familles pour fuir dictatures, guerres, misère.

Aujourd’hui, la préfecture de Dijon veut les expulser sous les prétextes les plus divers (documents manquants, conditions d’entrée… ) sans que rien ne leur soit reproché sur leur comportement en France. Ce serait un gâchis humain, un gâchis de tout ce que la société et eux mêmes ont investi, et une grave mise en danger pour certain-e-s d’entre eux.

Camarades de classe, parents d’élèves, enseignant-e-s, éducateurs et éducatrices se mobilisent pour les défendre.

Merci à kentinbrooklynny

PARTAGEZ ! ...

Dans certains lycées, 32% des Musulmans sont fondamentalistes et ne condamnent pas les attentats

Posted by on mars 20, 2017 at 9:55

Une enquête du CNRS auprès de 7000 élèves montre qu’une minorité de jeunes musulmans adhère au «fondamentalisme».

Les idées radicales religieuses ont-elles gagné l’univers lycéen? À 14-16 ans, moment clé de la construction identitaire, quel est le degré d’adhésion à ces idées radicales? Quels sont les facteurs de prédisposition? C’est sur ces questions que les deux chercheurs et leurs équipes se sont penchés en prenant le parti de mener l’enquête dans 21 lycées où sont surreprésentés les jeunes de classe populaire (41 % de milieu ouvriers), d’origine immigrée (38 %) et de confession musulmane (25 %). Un échantillon «raisonné et diversifié», pour reprendre les mots des chercheurs, qui permet d’étudier des segments de la jeunesse habituellement sous-représentés dans les enquêtes quantitatives.

Parmi eux, 11 % adhèrent au «fondamentalisme». Le CNRS préfère d’ailleurs le terme d’«absolutisme religieux», mesuré chez les lycéens à travers deux réponses: «il y a une seule vraie religion» et «dans l’explication de la création du monde, c’est la religion qui a raison plutôt que la science». La proportion grimpe à 32 % pour les musulmans, contre 6 % chez les chrétiens et 0,6 % chez les sans religion. «Un écart frappant, estime Olivier Galland, sociologue spécialiste de la jeunesse. Pour autant, les deux tiers des musulmans n’adhèrent pas à ces idées», ajoute-t-il. Cette surreprésentation des jeunes musulmans se retrouve également dans la tolérance à la violence ordinaire (voir encadré).

Que dit cet échantillon, volontairement biaisé, des facteurs de prédisposition à la radicalité? Celle-ci est-elle intrinsèque à la religion ou relève-t-elle de facteurs économiques et sociaux, d’un sentiment de frustration-victimation? Dans le monde des chercheurs, ces deux grands types d’interprétations s’affrontent sur le sujet. «L’appartenance à la religion musulmane est le facteur le plus prédicteur», tranche ici le CNRS, qui parle d’«effets intrinsèques». «Un phénomène qui reste à interpréter», ajoute-t-il.

Sans surprise, l’enquête pose que, dans un paysage sécularisé, les jeunes musulmans font l’objet d’une éducation religieuse active. Pour autant, la laïcité, l’égalité homme-femme et la liberté pour chacun d’organiser sa vie privée selon ses orientations personnelles sont assez largement reconnues. Sauf sur le point de l’homosexualité: 64 % des jeunes originaires d’Afrique et de confession musulmane estiment ce n’est «pas une façon comme une autre de vivre sa sexualité».

32 % à ne pas condamner totalement les attentats contre Charlie et de l’Hyper Cacher

Comment les jeunes sondés ont-ils perçu les attentats de 2015? Ils sont 32 % à ne pas condamner totalement les attentats contre Charlie et de l’Hyper Cacher, contre 10 % dans l’échantillon témoin représentatif de l’ensemble de la population .

(…)

Voler un scooter, tricher, conduire sans permis, dealer, affronter la police… Des comportements déviants acceptés par 33 % des musulmans, 20 % des chrétiens et 22 % des sans-religion. Parmi les lycéens cumulant cette tolérance de la violence et l’adhésion a des idées religieuses radicales, 70 % ne condamnent pas les auteurs des attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher. Ils sont 44 % à penser qu’il est acceptable, «dans certains cas dans la société actuelle», «de combattre les armes à la main pour sa religion».

(…) Le Figaro

PARTAGEZ ! ...

Cachan (94) : 11 interpellations après de nouvelles violences devant les lycées

Posted by on mars 17, 2017 at 8:21

« Les heurts ont commencé dès ce matin vers 8 heures. Les jeunes fonctionnent par vagues ponctuelles, parfois une trentaine, parfois une centaine », a expliqué cette source. « Depuis ce matin, on a fait huit interpellations et les incidents ne sont pas terminés ».

Les affrontements ont lieu dans le quartier autour des lycées Maximilien-Sorre et Gustave-Eiffel. Les participants ont jeté des projectiles sur les policiers, tirant parfois au mortier et un cocktail Molotov a été retrouvé sur place, selon cette source. […]

Le Figaro

Onze jeunes ont été interpellés pour avoir notamment lancé des mortiers sur des forces de l’ordre.

Entre 150 et 200 jeunes sont rassemblés dans un climat tendu à 8 heures ce vendredi à Cachan (Val-de-Marne) devant les lycées Maximilien-Sorre et Gustave-Eiffel mais aussi devant l’École Normale Supérieure.

Onze jeunes ont été interpellés pour avoir notamment lancé des mortiers sur des forces de l’ordre. Depuis vendredi dernier, ces manifestations quasi-quotidiennes contre les violences policières sont émaillées d’incidents.

Le Parisien

PARTAGEZ ! ...

Chevilly-Larue (94) : affrontements entre lycéens et forces de l’ordre, 8 interpellations

Posted by on mars 15, 2017 at 8:55

Les autorités avaient beau avoir anticipé, les débordements n’en ont pas été moins impressionnants. Une cinquantaine de jeunes, pour certains élèves de l’établissement, pour la plupart extérieurs, s’étaient donné rendez-vous devant le lycée Pauline-Rolland de Chevilly-Larue, ce mercredi.

Officiellement, il s’agissait de manifester contre les violences policières. Officieusement, l’objectif semblait plutôt être d’en découdre avec les forces de l’ordre, qui, prévenues, les attendaient de pied ferme. Jets de pierres, mortiers et cocktails Molotov contre grenades lacrymogènes et tirs de flash-ball, et au milieu, pas mal de jeunes qui regrettaient de s’être trouvés au mauvais endroit au mauvais moment. […]

Au total, huit personnes ont été interpellées. […] Stéphanie Daumin, maire (PCF) de la commune, qui condamne fermement ces événements. « Les casseurs ne rendent pas service à ceux qui subissent véritablement des discriminations. » […]

Le Parisien

PARTAGEZ ! ...

Alain Finkielkraut à propos des violences dans les lycées du 93

Posted by on mars 12, 2017 at 6:28


 


 

PARTAGEZ ! ...

Cachan (94) : violences urbaines lors de manifestations devant les lycées, 5 interpellations

Posted by on mars 10, 2017 at 3:28

Des violences urbaines ont éclaté ce vendredi matin autour des lycées Gustave-Eiffel et Maximilien-Sorre de Cachan. Ces incidents sont survenus lors de manifestations qui ont débuté vers 6 h 45 contre les « violences de l’État ».

???? Affrontement avec la Police lors d’un blocus ce matin à Cachan ???? pic.twitter.com/zOh68tTGoc

— INFOS BLOCUS (@BlocusInfos) March 10, 2017

Une centaine de personnes étaient rassemblées quand, selon une source policière, des projectiles ont été lancés devant l’établissement. La tension est montée d’un cran quand des individus ont dégradé des véhicules en stationnement et du mobilier urbain. Les policiers ont fait usage de flash-ball et de grenades lacrymogènes. Un des jeunes aurait été blessé sans qu’on puisse pour l’heure savoir dans quelles conditions. Cinq personnes ont été interpellées. […]

Le Parisien

PARTAGEZ ! ...