Le rappeur Médine veut déconstruire les Français et les libérer des démons de la laïcité

CHRONIQUES QUOTIDIENNES DE L’ISLAMISATION N°41

 

En marge d’une tournée de concerts en septembre 2015, quelques mois seulement après l’attentat de Charlie Hebdo, le rappeur islamiste Médine était interrogé par France 3 sur la notion de laïcité en France. Le journaliste rappelle que le titre « Don’t Laik » de Médine a crée la polémique avec des paroles virulentes contre les fondements de la laïcité française :


« Je porte la barbe j’suis de mauvais poil
Porte le voile t’es dans de beaux draps
Crucifions les laïcards comme à Golgotha
Si j’applique la Charia les voleurs pourront plus faire de main courante
J’suis une Djellaba à la journée de la jupe
Islamo-caillera, c’est ma prière de rue
J’mets des fatwas sur la tête des cons
Religion pour les francs-maçons, catéchisme pour les athées
La laïcité n’est plus qu’une ombre entre l’éclairé et l’illuminé »

Médine s’exprime librement sur l’antenne de France 3 en affirmant que « la laïcité en France est possédée par un certain nombre de démons, des philosophes, des éditorialistes, des politiques qui font dire à la laïcité des choses qu’elle n’a pas vocation à dire. ». Médine conclut son intervention en affirmant qu’il est dans une posture de provocation. Il confirme vouloir bousculer les fantasmes des Français pour mieux les déconstruire.

 [embedded content]

Print Friendly, PDF & Email
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

« Voile, repas sans porc, enseignements contestés » : laïcité à l’école, les enseignants en première ligne

59 % des 650 enseignants sondés par l’IFOP estiment la laïcité en danger. Parmi les situations problématiques rapportées, l’enseignement moral et civique, la mixité filles-garçons ou encore le temps de recueillement sont en première ligne.

En donnant la parole à plus de 1 500 enseignants sur le sujet – un échantillon de 650 professeurs sondés par l’IFOP, un autre de 999 longuement interviewés –, le Comité national d’action laïque (CNAL), fédération de cinq organisations impliquées de longue date sur le terrain de l’éducation (dont la Ligue de l’enseignement), a deux ambitions : nourrir de faits et de témoignages un débat rythmé par les polémiques – sur le voile, les repas sans porc, les enseignements contestés –, et jauger le plus objectivement possible un phénomène de contestation prompt à toutes les instrumentalisations.

Les résultats, dont Le Monde a pu prendre connaissance, ne dessinent pas une école à feu et à sang : à peine plus d’un enseignant sur dix de l’échantillon IFOP témoigne de contestations « régulières » et/ou « de temps en temps » de la loi du 15 mars 2004 sur le port de signes religieux, ratio qui dépasse néanmoins un sur trois dès lors que sont intégrées les atteintes occasionnelles. […]

Le Monde

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Brighelli soutient Blanquer pour son « vade-mecum de la laïcité ».

Photo : Brighelli lors d’une conférence à Béziers…

Rappelons-nous le livre de Christine, « L’islam à la conquête de l’Ecole«  .

Dans son article, Jean-Paul Brighelli donne son avis sur le vade-mecum de la laïcité que fait éditer Jean-Michel Blanquer le ministre de l’EN :
« Le document, très détaillé, énumère les éléments des programmes sujets à contestation au nom des croyances religieuses ». C’est page 31 :
«L’histoire des génocides, l’histoire des religions, l’origine de la vie, la théorie de l’évolution, l’éducation à la sexualité, l’égalité filles-garçons, l’enseignement du fait religieux en histoire des arts, l’éducation musicale, les arts plastiques, le système solaire en sciences de la vie et de la Terre, etc.»

Et la suite fait une liste de nombre de contestations que rencontrent les enseignants dans leur ministère…

En réalité, ce vade-mecum n’est que l’application de la loi dont la rigueur relative ne devrait même pas être discutée…

Lien vers le vade-mecum :
http://cache.media.eduscol.education.fr/file/laicite/89/4/Vademecum_laicite_VF2_955894.pdf

Il conclut par :
« Il faut tout reprendre à la base. Blanquer, il n’en a pas fini. »

Bien sûr, sa lecture doit être plus pointue, mais les difficultés des enseignants sont prises un peu plus en considération que par le passé…
Il n’a donc pas de peine à dépasser celui de la triste Vallaud-Belkacem…

A lire :
https://blog.causeur.fr/bonnetdane/enseignement-sequences-interdites-002223.html

Note de  Christine Tasin

Blanquer ? Il autorise les accompagnatrices voilées, les visites de mosquées, et on devrait croire à son vade-mecum sur la laïcité ? Des mots, des mots, de la fumée…

Je suis hélas bien plus pessimiste que Jean-Paul Brighelli, je l’avais écrit il y a peu :

http://resistancerepublicaine.eu/2018/04/20/le-rectorat-de-creteil-et-blanquer-se-couchent-devant-le-ccif-accompagnatrices-voilees-autorisees/

Maxime est hélas bien plus pessimiste que Jean-Paul Brighelli, il l’avait écrit il y a peu :

http://resistancerepublicaine.eu/2018/06/07/laicite-blanquer-fait-du-bel-kacem-les-eleves-pourront-continuer-daller-visiter-des-mosquees/

D’ailleurs, être Ministre de Macron c’est, forcément, adhérer à un projet contraire à la laïcité….

Print Friendly, PDF & Email
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Laïcité : Blanquer fait du Belkacem, les élèves pourront continuer d’aller visiter des mosquées

Comparons Belkacem et Blanquer 

I La France de Hollande et donc celle de Belkacem : 

Des lycéens de Nantes en visite dans une mosquée, c’était en janvier 2017.
http://resistancerepublicaine.eu/2017/01/13/des-lyceens-de-nantes-en-visite-a-la-mosquee-uoif-les-profs-voulaient-ils-influencer-leurs-votes/
Mais l’événement n’était pas isolé si l’on fait quelques recherches sur Internet.
Un site évoque la visite de collégiens de Pontarlier dans une mosquée en 2013 par exemple, photos à l’appui.
http://pleinair.net/actualites-regionales/29-education/46826-pontarlier-les-collegiens-visitent-la-mosquee
On croit bien comprendre que l’idée est de faire connaître l’islam aux enfants, mais à quoi cela rime-t-il d’aller dans un bâtiment de construction récente à cette fin, fût-ce dans le cadre d’un enseignement d’histoire ?
http://www.college-malraux-pontarlier.fr/news.php?lng=fr&pg=0&id=20
Pour faire bonne mesure, une église a été aussi visitée en 2016. Cela ferait moins tache… (même source)
Sauf que la mosquée a été construite en 1983. Difficile de la mettre sur le même plan que l’église Saint-Bénigne construite au XVème siècle.
A moins d’avoir une conception pour le moins extensive de « l’Histoire », il est évident que la visite d’une mosquée construite en 1983 sort du cadre d’un enseignement historique.
Quant à accorder autant d’importance à l’enseignement de la culture d’autrui, au point de prévoir une sortie scolaire qui marque nécessairement les élèves, qui reste gravée dans leurs souvenirs d’école, cela paraît inadmissible.
En effet, l’islam ne fait pas partie de la culture française (http://resistancerepublicaine.eu/2018/04/27/le-film-ramdam-le-nouveau-mauvais-coup-darte/).
On lit d’ailleurs sur le site de la mosquée, « la mosquée Philippe Grenier a été créer en 1983 ».
L’orthographe « Omar m’a tuer » est offerte, voilà une phôte d’haurtôgraf qui en dit peut-être long sur l’aspect effectivement historique des rapports entre islam et Occident…
https://www.mosqueepontarlier.com/
Peut-on concevoir qu’il s’agisse d’autre chose que de prosélytisme et de tentative de conversion à l’islam ou, à tout le moins, à l’islamogauchisme de la part de « tel.le ou tel.le professeur.e » ?
C’était dans la France de Hollande…

II En ira-t-il autrement dans la France de Macron ?

Apparemment, non car il ne semble pas explicitement interdit aux enseignants de faire visiter des mosquées à leurs élèves.
Le journal Marianne évoque le vade-mecum de Blanquer à ce sujet.
https://www.marianne.net/politique/vade-mecum-sur-la-laicite-l-ecole-jean-michel-blanquer-plus-net-que-najat-belkacem

Selon ce journal, le vade-mecum rompt avec la méthode Belkacem et conseille « d’appeler l’attention des équipes éducatives et pédagogiques sur quelques points de vigilance », comme « l’entrée de l’établissement qui constitue pour les élèves le seuil entre l’espace social et l’espace scolaire » ou encore « les comportements d’élèves visant à tester l’application des règles de l’école, les comportements de militantisme ou de prosélytisme de personnels eux-mêmes ». En conséquence, le vade-mecum est considérablement plus long que le livret laïcité » conclut Marianne.
https://www.marianne.net/politique/vade-mecum-sur-la-laicite-l-ecole-jean-michel-blanquer-plus-net-que-najat-belkacem

Alors si l’espace scolaire est limité à l’enceinte de l’établissement, il devrait logiquement en résulter que l’enseignant ne pourra pas prétendre exercer ses fonctions en dehors de cet enceinte et notamment tenter d’expliquer la visite d’une mosquée par un but pédagogique.

A notre époque, il est tout à fait possible, grâce à la technologie moderne, de diffuser des savoirs en classe sans avoir à emmener des élèves dans une mosquée, sans avoir à leur présenter l’imam en habit traditionnel, sans avoir à les forcer à avoir un contact avec les musulmans présents dont certains sont peut-être d’ailleurs assignés à résidence pour de bonnes raisons…
De même, le vade-mecum met en garde contre le militantisme et le prosélytisme aussi discrets soient-ils des membres du personnel.

Cependant, comme souvent avec Macron, l’homme au rouge à lèvre à 26000 euros le trimestre, il s’agit de maquillage.

Car ce vade-mecum n’a aucune valeur juridique.
Il ne s’agit que d’une instruction qui ne peut remplacer le statut des fonctionnaires ou créer des contraintes pour la liberté individuelle, mesures qui nécessitent une loi en bonne et due forme du Parlement.
Source : légifrance, site officiel de l’accès au droit : http://circulaires.legifrance.gouv.fr/index.php?action=aProposOrdreJuridiqueFrancais point 4.3

De plus, Blanquer aurait pu profiter de la mesure récemment décidée d’interdire la visite des magasins Apple pendant les sorties scolaires pour évoquer le cas des mosquées.
https://www.marianne.net/societe/les-sorties-scolaires-organisees-dans-les-magasins-apple-proscrites-par-l-education

Qui ne dit mot ne consent…

Print Friendly, PDF & Email
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

« Pour que la France reste la France », le tract LR qui fait polémique sur les réseaux sociaux

Un tract du parti Les Républicains diffusé sur les réseaux sociaux fait polémique : il est vu comme une nouvelle preuve de la droitisation du parti dirigé par Laurent Wauquiez. L’auteur de l’article, Erwan Le Noan enseigne le droit et la macro-économie à Sciences Po (IEP Paris).

Pire, le document nie implicitement à tous les immigrés qui sont sur notre territoire qu’ils puissent « être une chance ».

Sur les réseaux sociaux a commencé à circuler le nouveau tract du parti des Républicains. Le document militant, qui suscite déjà la polémique avant même d’être diffusé, matérialise un basculement de la droite républicaine en matière de vision nationale et de doctrine économique qui l’éloigne radicalement du libéralisme.

Sur sa couverture, le tract porte un appel défensif : « pour que la France reste la France » ! Ce slogan renvoie à tous ceux qui s’opposent aux réformes et au changement, du Front National à la « Belle alliance populaire » de Benoît Hamon et Jean-Marc Cambadélis.

C’est en page 2 que les menaces sont expliquées : « il n’y a jamais eu autant d’immigrés », « un tel risque terroriste », « une telle pression communautariste », « une telle flambée de délinquance », « de telles fractures territoriales » et « autant d’impôts ». Pêle-mêle, le Président de la République Emmanuel Macron est accusé de tous les maux : de dire que « l’immigration est une chance », de « refuse(r) de défendre la laïcité », de « fai(re) l’éloge de la diversité », et d’« injecte(r) des milliards d’euros supplémentaires dans la politique de la ville sans aucune politique des campagnes ». […]

news.yahoo

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

L’école se dote d’un nouveau « guide » de la laïcité : «Ni minimiser, ni dramatiser»

L’éducation nationale sera mieux outillée face aux atteintes à la laïcité et aux contestations adossées à la religion dans ses établissements scolaires : c’est le message qu’entend faire passer le ministère de l’éducation en distribuant, à compter de mercredi 30 mai, un « vade-mecum de la laïcité à l’école » rédigé par son Conseil des Sages. Sans chiffrer l’ampleur des contestations.

Installée en janvier par Jean-Michel Blanquer, l’instance dirigée par la sociologue Dominique Schnapper – réputée pour sa lecture plutôt « ferme » du principe de laïcité – était, jusqu’à présent, restée silencieuse, au point qu’on puisse s’interroger sur la capacité de ses membres – dont Jean-Louis Bianco, Laurent Bouvet, Patrick Kessel ou encore Jean-Louis Auduc – à se retrouver sur une ligne commune.

Leurs délibérations auront finalement abouti : le document de 83 pages dont « Le Monde » a pu consulter une première mouture avant présentation de sa version définitive, mercredi, a fait consensus parmi les Sages, selon plusieurs sources. Même la participation des « mères voilées » aux sorties scolaires, que d’aucuns disaient menacée, ne semble pas remise en cause par ce texte. […]

Sur le port de signes religieux ostensibles par les élèves, le vade-mecum ne se limite pas au rappel de la loi du 15 mars 2004 l’interdisant. Il entre dans le détail en affirmant qu’il « doit être étudié, au cas par cas, si le signe ou la tenue que porte l’élève démontre sa volonté au travers de son comportement, de manifester une appartenance religieuse ». […]

Le Monde

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Yvelines : à la Verrière, islam «rigoureux» et «entre-soi»

La régie Renault logeait ses ouvriers au Bois de l’étang à la Verrière (Yvelines), Aujourd’hui, la moitié des 6 000 habitants de la commune y vivent. La plupart des femmes croisées dans le quartier portent le jilbab, composé d’un voile laissant apparaître l’ovale du visage et d’une longue robe. Ce quartier est-il devenu le «symbole de l’expansionnisme salafiste» s’interroge Le Parisien ?

Outrée, la maire (PCF) Nelly Dutu s’est fendue d’une lettre ouverte dénonçant « des représentations anti-musulmanes caricaturale pour provoquer un sentiment de rejet et de peur ».

C’est une petite supérette qui fait tout, ou presque. Des fruits et légumes, des produits frais, un rayon presse où les magazines « pour adultes » sont en bonne place. Et tout un pan de mur consacré à… l’alcool. […] Dans la file d’attente, Gilbert [le prénom a été modifié] , qui se considère comme « un pionnier arrivé là en 1972 », trouve l’image renvoyée par son quartier « un peu dure ». «On ne m’a jamais envoyé faire la prière et mes filles n’ont jamais eu de problème.» […]

Quant à la tenue vestimentaire, Mustapha Bouchicar assure que son association des musulmans de la Verrière «n’a aucune emprise, chacun est libre».[…]

Un choix qui laisse perplexes certains membres de l’association, qui s’interrogent sur «ce qui peut bien pousser nos jeunes à pratiquer un islam si visible». Au point que le centre social aurait été déserté, à cause des activités telles que la danse ou la musique, proscrites par la religion. Une situation qui a conduit la Caisse d’allocation familiale à supprimer sa subvention l’an dernier. « C’est seulement parce que la charte de la laïcité n’était pas affichée à l’accueil », avance la municipalité (PCF).

Le Parisien

Merci à yabonlaseku

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

La laïcité déchire les macronistes

La guerre était larvée, elle éclate au grand jour. Les députés REM se divisent radicalement sur la laïcité.

« Il faut prendre du recul et réaffirmer des principes. Sinon, on risque de devoir sans cesse prendre position sur des cas particuliers. » L’avertissement, signé de la députée REM Aurore Bergé, date de janvier 2018 et concerne la laïcité. A l’époque, les tiraillements sur la loi de 1905 ne s’expriment encore qu’à voix basse au sein du groupe La République en marche. Quatre mois plus tard, le mouvement d’Emmanuel Macron n’a toujours pas de doctrine claire et la virulence de la polémique sur Maryam Pougetoux, la responsable voilée de l’Unef à l’université Paris-IV, semble valider le diagnostic de l’élue des Yvelines.

Les députés macronistes n’hésitent plus à s’écharper en public. Ce mardi 22 mai, le député REM François Cormier-Bouligeon interpelle son collègue Aurélien Taché sur Twitter. « Le débat est toujours important, cher Aurélien Taché. Mais, dis-moi, jusqu’où peut-on justifier de soutenir l’obscurantisme au nom du libéralisme culturel ? » C’est la réponse au tweet de Taché, la veille : « Il est insupportable en France que ceux qui défendent un libéralisme culturel soient systématiquement taxés de complaisance islamiste ! » L’élu du Val d’Oise, lui-même ancien de l’Unef, n’est pas hostile au port du voile par une responsable syndicale. « Je ne suis pas là pour polémiquer avec mes collègues députés par tweets interposés, soupire Aurore Bergé aujourd’hui. Mais il y a des sujets sur lesquels je ne compte pas fléchir. »

www.lexpress.fr

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Maryam Pougetoux, responsable Unef : « On me prête des intentions qui ne sont pas les miennes »

Elle est devenue malgré elle, le symbole de toutes les crispations françaises autour de la laïcité. Maryam Pougetoux, 19 ans, est présidente du syndicat Unef à Parix IV-Sorbonne et porte un voile islamique. Il y a une semaine, son intervention dans le « 19 : 45 » de M6 au sujet du blocage des facultés a alimenté une avalanche de réactions, pour beaucoup, «nauséabondes», selon le Nouvel Obs. Une situation « difficile » et inattendue pour la militante qui s’est exprimée dans une interview publiée ce dimanche sur Buzzfeed.

[…] Quant aux critiques de ceux qui voient une « contradiction idéologique » entre les valeurs portées par le syndicat de gauche et celles qu’impliquerait forcément le port d’un voile, la jeune femme explique : « Porter un voile et être une responsable syndicale ne rentre absolument pas en contradiction selon moi. Personne à Unef ne m’a jamais fait la réflexion ni même posé la question« . […]

« Je réfute le fait que l’on puisse dire que mon voile est un symbole politique. On lui donne une signification que moi-même je ne lui donne pas. Je pense qu’il faut démystifier cette question-là. Derrière ‘islam politique’, on met un peu tout et n’importe quoi« . « Et c’est malheureux car, on me prête des intentions qui ne sont pas les miennes« .[…]

Nouvel Obs

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Responsable de l’Unef voilée : Schiappa souhaite « moins d’emprise du religieux » dans le débat politique

Invitée de BFM Politique ce dimanche, la secrétaire d’Etat à l’égalité femmes-hommes Marlène Schiappa est revenue sur ses propos tenus à l’encontre de Maryam Pougetoux, présidente de la section locale de l’Unef à Paris IV qui porte le voile.

«  C’est une liberté de porter le voile, et suis tout à fait opposée à l’interdiction du port de voile dans les universités. (…) Ce qui m’interpelle c’est véritablement le message politique que l’on a envie de donner quand on est une organisation politique. Là ce n’est pas une simple étudiante, elle représente l’Unef« , s’est-elle justifiée. Marlène Schiappa s’est particulièrement interrogée sur les intentions de l’Unef, en nommant Maryam Pougetoux à la tête de l’une de ses sections locales.

« L’Unef, qui est censé être un syndicat étudiant de gauche, laïc, progressiste, féministe, choisit comme porte-parole quelqu’un qui manifestement décide d’amener dans le débat public, et donc dans le débat politique, la question religieuse. (…) C’est quelque chose qui me semble ne pas correspondre aux valeurs que défend l’Unef. Donc ça m’interroge sur le positionnement politique de ce syndicat« , a-t-elle déclaré. […]

« Quand on lit les interviews de la présidente de l’Unef, et même celles de cette jeune femme porte-parole, on a le sentiment qu’il y a une volonté politique derrière. » a-t-elle ajouté. […]

bfmtv

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture