Justice

Lagorce (33) : Mourad mis en examen et incarcéré après avoir tué sa compagne à coups de marteau

Posted by on avril 27, 2017 at 9:35

Le suspect arrêté lundi a été déféré en justice, à Bordeaux, mercredi. Il conteste être l’auteur des coups de marteau mortels

Il mesure 2 mètres. Une taille impressionnante renforcée par sa minceur. Les traits tirés, encadré de gendarmes, Mourad Fatah, un homme de 30 ans de nationalité marocaine, fait son entrée dans le bureau du juge des libertés et de la détention (JLD), à Bordeaux, mercredi vers 16 h 30.

Il sort de celui du juge d’instruction qui vient de le mettre en examen pour « meurtre sur conjoint », un crime passible de la réclusion à perpétuité, et pour le délit de « violences aggravées ayant entraîné une ITT de plus de huit jours », sur la mère de la défunte.

Mourad Fatah est soupçonné d’avoir tué à coups de marteau, lundi à Lagorce, Michèle Jaeckel, une femme de 38 ans qu’il avait rencontrée par Internet et avec laquelle il entretenait une relation tumultueuse depuis 2014.

Il est également suspecté d’avoir commis des violences sur la mère de la victime, une femme de 70 ans présente dans la maison où elle habitait avec sa fille depuis un an. Des faits pour lesquels le JLD a ordonné son placement en détention provisoire, suivant les réquisitions du parquet. L’auteur présumé a été écroué, mercredi, à la maison d’arrêt d’Angoulême.

Mais le suspect « conteste les accusations dont il fait l’objet », explique son avocate, Me Isabelle Vergnoux. « Il est choqué, mais cohérent », indique-t-elle. Mourad Fatah accuserait-il la mère de sa compagne ? Il serait demeuré très flou dans ses explications.

(…)

Sud-Ouest

PARTAGEZ ! ...

Vigile tué à coups de couteau à Besançon (25) : Hichem mis en examen et écroué

Posted by on avril 26, 2017 at 11:18

Vigile tué à Besançon : le suspect mis en examen pour homicide volontaire – France 3


Hichem Djebaili, 24 ans a été entendu cet après-midi par le juge d’instruction. Il est identifié comme étant l’auteur présumé des deux coups de couteau portés à Mamadou, grâce aux caméras de surveillance.

Hichem Djebaili, 24 ans, sans emploi et domicilié dans le quartier d’Orchamps était déjà connu des services de police pour des délits mineurs. Il a été présenté au juge d’instruction ce mercredi et mis en examen pour homicide volontaire. Il sera placé en détention provisoire dans l’attente de son jugement. Il encourt 30 ans de réclusion criminelle.

L’autopsie de Mamadou, effectuée ce matin a révélé deux blessures causées par une arme blanche, une à la cuisse droite, l’autre au coeur. C’est cette dernière qui lui a coûté la vie. Avant de recevoir les coups de couteau, Mamadou a été encerclé et frappé par ses agresseurs.

L’arme du crime n’a pour l’instant pas été retrouvée. Les autres suspects sont toujours recherchés par les forces de l’ordre, ils ont cependant été identifiés grâce aux caméras de surveillance. La procureure de la République, Edwige Roux-Morizot, les « engage vivement à venir s’expliquer » devant les enquêteurs de la sûreté départementale, en charge de l’enquête.

France 3

PARTAGEZ ! ...

L’État condamné à verser 15.000 euros aux parents d’une mineure partie en Syrie

Posted by on avril 26, 2017 at 4:43

La jeune fille âgée de 17 ans, inscrite sur le fichier des personnes recherchées, a quitté la France en novembre 2013 pour rejoindre l’État islamique. Le Conseil d’État pointe une défaillance du contrôle aux frontières de l’aéroport d’Orly.

Le Conseil d’État a condamné l’État à verser 15.000 euros, « en réparation du préjudice moral subi », aux parents de la jeune fille qui, à 17 ans, en novembre 2013, avait quitté la France alors qu’elle était inscrite sur le fichier des personnes recherchées après avoir quitté le domicile de ses parents le 5 juin 2013. Elle avait pu embarquer sur un vol à destination d’Istanbul d’où elle a rejoint la Syrie.

Le CE ordonne l’indemnisation des parents d’une jeune femme mineure ayant quitté la France pour la Syrie : https://t.co/ezOVzvSbCa pic.twitter.com/7Z2kG1SefO

— Conseil d’État (@Conseil_Etat) 26 avril 2017

(…) Le Figaro

PARTAGEZ ! ...

Suisse : un demandeur d’asile afghan jugé pour avoir tué son épouse de 56 coups de couteau

Posted by on avril 25, 2017 at 3:29

Un homme avait asséné 56 coups de couteau à son épouse. Le Ministère public réclame 18 ans de prison.

Un requérant d’asile afghan qui a poignardé à mort son épouse en novembre 2015 à Gipf-Oberfrick (AG) devra répondre d’assassinat devant la justice argovienne. Le Ministère public réclame 18 ans de prison contre lui. Selon l’autorité d’enquête, l’homme aujourd’hui âgé de 42 ans a asséné 56 coups de couteau à sa victime, sans le moindre scrupule.

Agée de 30 ans, la femme de nationalité afghane, elle aussi, a été découverte morte dans le jardin d’une maison mitoyenne, le 4 novembre 2015. Son mari a aussitôt été arrêté sans résistance. L’épouse a succombé à ses graves blessures, après s’être vidée de son sang en raison des nombreux coups de couteau au visage, à la nuque et au torse, révélait l’institut médico-légal qui a aussi trouvé des entailles au cou, à la main et à la cuisse.

Le meurtrier a en outre étranglé et battu sa victime, écrit mardi le Ministère public argovien qui l’a inculpé.

(…)

TDG

PARTAGEZ ! ...

Toulouse (31) : un gang jugé pour braquages sur fond de voyage en Syrie

Posted by on avril 25, 2017 at 2:27

Cinq jeunes gens de 22 à 30 ans sont jugés pour association de malfaiteurs, accusés d’une série de braquages dans des supérettes toulousaines, courant 2013, et d’une tentative de vol à main armée le 21 décembre 2013 dans un Simply Market, à Launaguet. Cinq faits et une tentative entre mai et décembre 2013, à Toulouse, Colomiers et Launaguet. Impassibles dans leur box, faisant bonne figure et même pressés de s’excuser auprès des victimes, quatre de ces hommes ne reconnaissent que la tentative de braquage de décembre 2013. Le cinquième, Yoann D., 30 ans, est mis en examen pour vol à main armée dans un Carrefour City le 19 juin 2013, avenue de Fronton, à Toulouse.

Hier, à la barre, experts psychiatres et enquêteurs de personnalité ont dressé un parcours presque banal de ces hommes, «dont l’intelligence aurait pu les emmener plus loin dans leur scolarité ou leur vie professionnelle». Malgré des études écourtées, tous sont insérés, sans antécédent judiciaire et en passe de devenir pères de famille. Entre missions d’intérim et petits boulots, ils cherchent de l’argent, «des motivations purement utilitaires», précise l’expert psychiatre. «La perte de la figure paternelle», pour Mounir D., 22 ans, ou la phobie de la mort obsédante pour Yoann D., a peut-être joué les détonateurs dans cette dérive difficilement compréhensible au regard d’une trajectoire d’adolescents flirtant avec la «normalité». Mais des personnalités dont l’immaturité est frappante. Un mois avant de passer son Bac pro, Rodrigue K., décide de partir en vacances avec ses copains en Tunisie. «Il le regrette aujourd’hui amèrement», affirme l’enquêteur de personnalité. Un voyage en Tunisie qui se poursuit jusqu’en Syrie pour lui et Mounir D. Ce duo, interpellé le 21 décembre lors de la tentative de braquage à Launaguet, avec Mustapha K. et Zied A.,intrigue le président Huet. Lors des perquisitions effectuées par les enquêteurs du SRPJ de Toulouse, on y voit ces deux garçons en tenue militaire, âgés alors de 18 et 20 ans, brandir des fusils d’assaut derrière des drapeaux noirs d’organisations terroristes. Rodrigue K. est photographié en train de porter à bout de bras une tête sanguinolente décapitée. Des documents qui feront l’objet d’une enquête par le parquet antiterroriste. L’instruction n’a pas permis d’établir un financement du jihad par les braquages commis à Toulouse. Mais ce périple syrien, pour le moins gênant pour la défense, s’immisce sournoisement au cours des premiers débats. La présence du Raid, dans les arrière-salles de la cour d’assises sécurise les interruptions de séance. Derrière cette «normalité» évoquée plus tôt, il reste les faits. Pour les victimes, difficile de les oublier. Lors du braquage d’un restaurant Quick, le 5 août 2013 (préjudice 16 000 €) l’un des braqueurs contraint une employée à une relation sexuelle avec son petit ami, lui aussi employé et présent sur les lieux. Aujourd’hui, enquêteurs du SRPJ et experts sont attendus à la barre. Les six faits seront évoqués dès demain. Verdict attendu mercredi 3 mai.

La Dépêche

PARTAGEZ ! ...

Montpon-Ménestérol (24) : Hakim condamné pour avoir foncé sur des gendarmes

Posted by on avril 22, 2017 at 4:18

Le trentenaire a été condamné hier à 8 mois de prison, dont 5 ferme.

L’homme qui a foncé sur des gendarmes à Montpon-Ménestérol le 30 mars (lire « Sud Ouest » du 31 mars) a été condamné hier par le tribunal correctionnel de Périgueux à huit mois d’emprisonnement, dont trois avec sursis.

Hakim Hannouni, 35 ans, était poursuivi pour violences aggravées.

(…)

Sud-Ouest

PARTAGEZ ! ...