Grâce au journaleux Perrotin, la voilée de l’UNEF donne des leçons à Collomb et Schiappa

Collomb et Schiappa qui jouent au con…

La petite soldate de l’islam, Maryam Poutegoux, a beau jeu de se révolter  dans les colonnes de Buzzfied https://www.buzzfeed.com/davidperrotin/maryam-pougetoux-presidente-de-lunef-a-paris-iv-mon-voile?utm_term=.qi50Nm6g4d#.uqQ90RQWxl : 

« Mon voile n’a aucune fonction politique ».

Collomb et Schiappa avaient daigné s’étonner qu’une responsable syndicale fût voilée.

« Je pense effectivement que c’est choquant. Il faut montrer un modèle et on voit bien qu’il y a un combat culturel finalement au sein des jeunes musulmans », a-t-il déclaré sur BFMTV.

Selon le ministre de l’Intérieur, « c’est du prosélytisme. On voit bien qu’il y a un certain nombre de gens qui, au travers de ces signes, sont dans la provocation ». « Est-ce que finalement l’islam c’est un islam qui veut converger avec la culture française ? », s’est-il interrogé.

Selon Schiappa, ce serait  « une marque de promotion de l’islam politique ».

(Blanquer, lui, qui passe pour une conservateur ( sic !), applaudit des deux mains ( plus macronien que ça tu meurs ) : « nous sommes une démocratie et bien entendu, elle a le droit d’être voilée ». « C’est la beauté de notre pays et on doit se battre pour la liberté de tous de faire des choix », a-t-il ajouté, tout en soulignant que « si une présidente de l’Unef est voilée, c’est quand même un changement d’époque »).

Beau numéro de claquettes des Ministres… Depuis des mois ils font des pieds et des mains avec Macron pour que l’islam soit renforcé, imposé, avec toutes ses dérives et horreurs, pour qu’il ait une place privilégiée en France, affirmant à qui mieux mieux qu’il aurait toute sa place dans la République française et là, tout à coup, ils jouent les chochottes !

Comprenne qui pourra.

Ils vous répètent sur tous les tons que l’islam a toute sa place en France, ils soutiennent Macron qui interdit d’interdire le voile en entreprise, ils islamisent à qui mieux mieux et Collomb ose nous parler de culture française. Drôle à pleurer.

Alors la Poutegoux peut s’épancher et prétendre que le voile serait « juste » une marque religieuse…

Et de refaire nos lois, nos traditions… en fonction de la charia :

«Je dois presque me justifier de porter le voile, alors que je ne devrais pas.»

Ben voyons, la France poubelle du monde, qui doit tout accepter.

C’est assez grave, je ne m’attendais pas à ce que cela monte aussi haut et que cela devienne presque une affaire d’État. C’est assez pathétique de la part d’un ministre de l’Intérieur d’avoir de tels propos, aussi violents. Sachant que mon voile n’a aucune fonction politique. C’est ma foi. Après oui, c’est visible, mais ce n’est pas pour autant du prosélytisme. Je dois presque me justifier de mon choix alors que je ne devrais pas.

Des propos violents, dire qu’il y a  un problème culturel ? La voilée de service ne serait pas une copine de Marwan Muhammad, par hasard ?

À mon sens, il n’y a aucun lien entre mon voile et des jeunes qui seraient attirés par Daech. Il faut savoir que tout vient de l’éducation. Lorsqu’on donne la possibilité à des jeunes de s’éduquer, d’aller à l’université, de se forger leur propre opinion pour qu’ils réfléchissent par eux-mêmes, on ne devrait pas avoir ce souci de jeunes radicalisés. Il y a toujours des exceptions, bien sûr, mais c’est la principale manière de lutter contre ces tentations radicales selon moi. Et s’agissant de moi, je me considère comme étant intégrée et je n’ai rien à voir avec Daech. Je suis une citoyenne française, j’ai fait des études en France, dans des établissements laïcs et publics, mon voile n’a aucun lien avec ça. Je le porte par choix, par conviction religieuse, mais dans le respect de la loi, dans le respect d’autrui, donc à partir de ce moment-là, le débat ne devrait même pas se poser.

Tout vient de l’éducation… Je ne le lui fais pas dire. Sauf que la donzelle qui, malgré ses études de lettres, confond éducation et instruction, ne sait pas, apparemment que l’immense majorité des terroristes qui ont fait les attentats de grande ampleur en Europe étaient plus que diplômés… Ils avaient suivi des parcours universitaires de médecin, d’ingénieur… Les études ne prouvent rien. Rien de rien.

Je l’ai mis par choix. À partir de ce moment-là, je pense que la question ne se pose même plus. Je défends toutes les femmes, qu’elles veuillent le porter ou qu’elles ne veuillent pas le porter, qu’elles soient musulmanes ou non musulmanes. Il n’y a pas un seul féminisme, il y en a des différents, divers et variés. Et je pense que le débat devrait se clôturer à un moment donné, ou être reposé de manière claire. Parce qu’actuellement, la loi autorise le port du voile dans l’espace public, à l’université, dans le respect d’autrui. À mon sens, je remplis toutes ces conditions.

C’est ma liberté, c’est mon choix. La notion anglo-saxonne de la liberté dans toute son horreur… On connaît. La menteuse se garde bien de dire qu’en islam il n’est pas de liberté ni de choix, elle utilise la loi française et ses faiblesses pour imposer un système totalitaire qui interdit la liberté.

On appréciera au passage le dhimmi Perrotin qui se prétend journaliste et qui lui pleurniche pour elle avant de l’interviewer pour son media de prédilection, Buzzfeed :

Depuis une semaine, tout le monde ne parle plus que de sa tenue. Pourtant Maryam Pougetoux, 19 ans, aurait préféré qu’on lui parle de son engagement syndical. Depuis décembre, elle est la présidente du syndicat étudiant Unef à Paris-IV-Sorbonne, où elle étudie les lettres et les métiers de l’édition. Il se trouve qu’elle porte un voile qui lui couvre le front, les oreilles et le cou. Quand elle arrive dans les bureaux de BuzzFeed samedi après-midi, on sent très vite que l’étudiante n’a pas l’habitude d’avoir les regards braqués sur elle. Arrière-petite-fille de résistants, Maryam Pougetoux, engagée dans un syndicat progressiste, vit dans une famille musulmane qui compte «des catholiques et où les dîners se passent très bien». Après un bac S, elle se découvre en prépa une passion pour la littérature. Elle entamera bientôt sa troisième année de licence. Et aspire un jour à travailler dans une ONG.

C’est que le journaleux Perrotin aime la liberté… de ceux qui pensent comme lui. On se souviendra qu’il avait crié son indignation, parce que la préfecture, en 2015, n’avait pas interdit rassemblement  demandant la démission de Valls et Cazeneuve, et la mise hors d’état de nuire de l’islam en France  et, circonstance aggravante, la police n’avait pas arrêté Pierre Cassen !

http://resistancerepublicaine.eu/2015/07/07/les-journaleux-perrotin-etmartin-en-rage-la-police-na-pas-arrete-pierre-cassen/

Quant au torchon Buzzfield, il suffit de parcourir leur site pour comprendre…

http://resistancerepublicaine.eu/2017/06/07/buzzfeed-les-candidats-fn-parlant-dinsecurite-de-dealers-dislamisation-sont-racistes/

Print Friendly, PDF & Email
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Selon Boutih, Mélenchon pousse les jeunes à la haine et à rejoindre l’Etat islamique

 Invité de l’émission «On n’est pas couché», l’ex-député socialiste de l’Essonne a violemment chargé son ancien camarade de parti.

La comparaison a de quoi surprendre.

Invité de l’émission «On n’est pas couché» sur France 2 samedi, l’ex-député socialiste Malek Boutih a livré une attaque violente contre Jean-Luc Mélenchon, coupable selon lui d’attiser une «haine» qui radicalise certains jeunes.

À tel point que La France insoumise serait un «sas» avant de rejoindre, dans le pire des cas, les rangs de Daech. «Quand M. Mélenchon biberonne à la haine une jeunesse, (…) oui, ça amène à ça… Quand toute la tonalité est violente, tout vous amène à la violence»,

estime l’ancien patron de SOS Racisme.

«Ce qui a tué la gauche, ce n’est pas Macron. C’est qu’elle est devenue méchante, aigrie, elle est devenue juste la volonté de combattre, de détruire. Elle a perdu ce qu’elle avait de plus beau: l’espérance, le fait de dire que demain ce sera mieux», a développé Malek Boutih.

D’après l’ex-proche de Manuel Valls, «les jeunes d’aujourd’hui qui partent vers le radicalisme ont croisé des militants politiques» qui, «au lieu de leur parler positivement, les ont caressés dans le sens du poil».

Et l’ancien élu de banlieue d’égréner le discours responsable de cette dérive d’après lui: «T’as raison d’avoir la haine, ouais c’est un pays pourri, ouais vous êtes maltraités…»

«Il est inutile à la République»

Le danger, selon l’auteur d’un clivant rapport parlementaire sur la jeunesse tentée par le fondamentalisme religieux, provient du fait que «toute une génération ne croit plus en la démocratie, pense que c’est un décor en carton-pâte».

Comparant l’islamisme à «un nouveau nazisme», Malek Boutih affirme que cette mouvance contient des «segments très violents» en son sein.

Et qu’elle pourrait être incarnée dans quelques années, «pourquoi pas», par «un terrorisme écologiste».

Ce n’est pas la première fois que l’ancien vallsiste s’en prend directement à Jean-Luc Mélenchon, qu’il côtoyait au sein de l’aile gauche du PS avant que l’intéressé ne claque la porte de la rue de Solferino. Il y a près de deux mois, fin mars, Malek Boutih constatait sur RMC que le leader des Insoumis était «incapable de peser en dehors du spectacle électoral». «Regardez comment, avec un groupe à l’Assemblée nationale, il est inutile à la République. Regardez comment dans les luttes sociales, à chaque fois qu’il s’en mêle, c’est aux dépens de ceux qui y participent. Il n’a pas de rôle», tançait-il.

Nous sommes d’accord : Mélenchon qui bâtit son affaire sur l’électorat musulman est un boutefeu de l’islam en France.

Mais on aimerait que Boutih examine, aussi,  ses propres responsabilités quant à la création de « SOS racisme », cette gigantesque manipulation du milieu des années 80 qui a, littéralement, pourri la vie politique française, la  France …

Et qui continue à la pourrir : en premier lieu il faut  donc sortir de ce type d’impostures qui a fait de tous les Français des Dupont Lajoie …

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Mondial 2018 sans Karim Benzema : Deschamps (encore) accusé de racisme ?

Illustration : Le Parisien

Didier Deschamps est-il raciste ?

A voir sa sélection pour le mondial 2018, on pourrait en douter.

Hélas, comme à l’Euro 2016, le sélectionneur de l’équipe de France a encore écarté Karim Benzema; stigmatisé, méprisé, devenu, comme en Inde, le nouvel « intouchable » du foot.

Certains, dans le milieu sportif, se demandent donc si Deschamps, ne serait pas raciste.

On se rappelle encore la phrase d’Éric Cantona au Guardian en mai 2016 :

« Deschamps, il a un nom très français. Peut-être qu’il est le seul en France à avoir un nom vraiment français. Personne dans sa famille n’est mélangé avec quelqu’un, vous savez. Comme les Mormons en Amérique. (…) Une chose est sûre, Benzema et Ben Arfa sont deux des meilleurs joueurs français et ne seront pas à l’Euro. Et pour sûr, Benzema et Ben Arfa ont des origines nord-africaines. Donc le débat est ouvert. »

Le retraité barbu de la baballe, marié à l’actrice d’origine algérienne, Rachida Brakni vit désormais au Portugal (comme Florent Pagny ou Anémone). Il avait affirmé en novembre 2017 au micro de Léa Salamé qu’il « ne se sentait pas Français. » (France Inter)

Un point commun donc avec Karim Benzema qui préfère « son pays », l’Algérie plutôt que la France (sauf pour palper des euros…).

« C’est plus pour le côté sportif, parce que l’Algérie c’est mon pays, voilà, mes parents ils viennent de là-bas. Après, la France… C’est plus sportif, voilà. »

Et qui ne chante pas la marseillaise parce qu’elle « appelle à faire la guerre » (Vanity Fair) et préfère donc les paroles de l’hymne algérien, pleines d’amour, de paix et de tolérance :

« Ô France ! le temps des palabres est révolu
Nous l’avons clos comme on ferme un livre
Ô France ! voici venu le jour où il te faut rendre des comptes
Prépare toi ! voici notre réponse
Le verdict, Notre révolution le rendra
Car nous avons décidé que l’Algérie vivra
Soyez-en témoin ! Soyez-en témoin ! Soyez-en témoin ! »
(Kassaman)

On se rappelle aussi des messages fleuris de la femme de Nasri, un autre joueur d’origine algérienne, qui n’avait pas été choisi pour la coupe du monde 2014 :

« Nique la France et nique Deschamps. Quel coach de merde ! » et pour les sourds qui n’avaient pas compris : « Au cas où vous n’auriez pas bien lu mon tweet… Je me répète…. Nique la France !!! et nique Deschamps. » (Le Figaro)

Un autre avocat de la cause Benzema, son pote Booba, prend sa défense :

« Donc ils ne t’ont pas pris… Innocenté dans l’affaire Valbuena mais ils ne t’ont pas pris… Tu es dans le top 5 des meilleurs joueurs Français mais ils ne t’ont pas pris… Sans aucune raison valable ils ne t’ont pas pris… Accusé à tort ils ne t’ont pas pris… Zidane doit se gratter le scalp car ils ne t’ont pas pris… Il sait au fond de lui pourquoi ils ne t’ont pas pris… Et moi aussi et vous aussi… One two three ils ne t’ont pas pris… Au moins tu es resté toi-même et ça, ça n’a pas de prix. » (L’équipe)

Drame national donc avec la non-sélection de Karim Benzema au Mondial 2018. Didier Deschamp serait-il donc « raciste » ?

Des daltoniens et des aveugles l’affirment.

Liste des 23 joueurs :

Gardiens. Hugo Lloris (Tottenham), Steve Mandanda (Olympique de Marseille), Alphonse Areola (Paris Saint-Germain).

Défenseurs. Adil Rami (Olympique de Marseille), Presnel Kimpembe (PSG), Raphaël Varane (Real Madrid), Samuel Umtiti (FC Barcelone), Benjamin Pavard (VfB Stuttgart), Djibril Sidibé (AS Monaco), Benjamin Mendy (Manchester City), Lucas Hernandez (Atlético Madrid).

Milieux de terrain. Blaise Matuidi (Juventus Turin), N’Golo Kanté (Chelsea), Steven Nzonzi (FC Séville), Paul Pogba (Manchester United), Corentin Tolisso (Bayern Munich).

Attaquants. Kylian Mbappé (PSG), Antoine Griezmann (Atlético Madrid), Olivier Giroud (Chelsea), Thomas Lemar (AS Monaco), Nabil Fekir (Olympique Lyonnais), Ousmane Dembélé (FC Barcelone), Florian Thauvin (OM).

http://www.leparisien.fr/sports/football/coupe-du-monde/mondial-2018-decouvrez-la-liste-des-23-de-l-equipe-de-france-17-05-2018-7721850.php

 

Print Friendly, PDF & Email
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Notre Justice à l’écoute d’un Mauritanien qui entend se prévaloir de la Constitution française !

Pourquoi seuls les Français peuvent-ils invoquer l’article 1er de la Déclaration de 1789 ?

Les juges français ont-ils besoin que les patriotes leur fassent une leçon de droit ?

C’est la réflexion qu’inspire une décision du 8 février rendue à propos du régime des étrangers résidents de longue durée en UE par la CAA de Douai, qui valide cependant l’exigence légale de ressources pérennes contestée devant elle, mais pas pour le bon motif.

D’après le Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile (article L314-8), « une carte de résident portant la mention » résident de longue durée-UE » est délivrée de plein droit à l’étranger qui justifie

-1° D’une résidence régulière ininterrompue d’au moins cinq ans en France au titre de l’une des cartes de séjour temporaires ou pluriannuelles ou de l’une des cartes de résident prévues au présent code (…)

-2° De ressources stables, régulières et suffisantes pour subvenir à ses besoins. Ces ressources doivent atteindre un montant au moins égal au salaire minimum de croissance. Sont prises en compte toutes les ressources propres du demandeur, indépendamment des prestations familiales et des allocations (…)

-3° D’une assurance maladie ».

Confrontée à une requête mettant en cause la conformité de ce texte à la CEDH et à la Constitution, la cour de Douai rejette cette demande mais sans oser affirmer franchement au Mauritanien qui l’avait formé qu’il n’avait pas le droit d’invoquer la Constitution française devant elle.

Le requérant critiquait:

« la condition de ressources pérennes exigée par l’article L. 314-8 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile »

en faisant valoir qu’elle contreviendrait au principe d’égalité.

La cour a fait valoir qu’

« à l’exception des cas où, en application de l’article 61-1 de la Constitution, une question prioritaire de constitutionnalité est présentée par mémoire distinct, il n’appartient pas au juge administratif de connaître de la question de la conformité d’une loi à la Constitution ; que le moyen tiré du non-respect par les dispositions de l’article L. 314-8 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile du principe de non-discrimination résultant de l’article 1er de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen doit également être écarté ».

La motivation est pour le moins mal conçue.

On a l’impression que les deux motifs sont distincts.

Or, comme aucune autre disposition constitutionnelle que l’article 1er de la Déclaration de 1789 n’était en cause, il y a un lien de cause à conséquence entre les deux affirmations, la QPC étant une procédure permettant de remettre en cause la validité d’un texte légal (en l’occurrence, l’article du code) sur le fondement de sa contrariété à un texte constitutionnel comme la Déclaration de 1789.

C’est, selon la cour, parce que la procédure de la QPC n’avait pas été respectée que l’article 1er de la Déclaration ne pouvait être invoqué. Au lieu d’écrire « doit également », les juges auraient dû écrire « doit donc » pour expliquer le raisonnement qu’ils ont suivi.

Pourtant, qu’ils ne l’aient pas fait est sans doute révélateur d’un vice de ce raisonnement. En effet, ce n’est pas, en réalité, parce qu’un mémoire distinct de QPC n’avait pas été présenté que ce fameux texte, que tout Français digne de ce nom connaît, n’est pas applicable.

C’est en raison de l’économie propre de la Déclaration de 1789.

Si son article 1er dispose:

« les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune »,

il ne s’en trouve pas moins dans le prolongement du préambule justifiant la déclaration par une finalité :

« que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution et au bonheur de tous ».

Idéalistes, les auteurs de la Déclaration voulurent édicter un texte qui inspirerait la terre entière et amènerait l’Humanité vers la lumière, le progrès.

Cependant, leur ambition était, dans le cadre français, de ne disposer que pour les citoyens français.

L’Etat français s’obligeait ainsi à l’égard de ses ressortissants. La dimension universelle du texte, quant à son ambition, allait de pair cependant avec un pragmatisme dans son application.

Ainsi, ce texte n’est pas invocable en France par un Mauritanien, et c’est ce que la CAA de Douai aurait dû répondre au demandeur qui avait cette nationalité!

La loi française est ainsi libre de prévoir les conditions que les représentants du peuple français jugent bonnes pour l’immigration vers la France, sans avoir à respecter un prétendu principe d’égalité qui aurait une valeur supérieure.

La motivation confuse des juges douaisiens pourrait ainsi être améliorée : la référence à la QPC est malvenue.

Le requérant mauritanien ne pouvait former une QPC tout simplement parce que le texte qu’il voulait invoquer ne peut l’être que par des Français, conformément à l’introduction de la Déclaration de 1789, qui est inséparable du corps du texte.

Si l’on fait ainsi abstraction de ce motif, le suivant devient tout à fait juste , comme l’écrivent les juges:

« le moyen tiré du non-respect par les dispositions de l’article L. 314-8 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile du principe de non-discrimination résultant de l’article 1er de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen doit être écarté »

parce que ce dernier texte n’a pas vocation à profiter à des requérants étrangers et ne conditionne donc pas la validité d’une disposition régissant l’immigration vers la France.

Certes, il reste en France – et ils sont nombreux – des gauchistes toujours prêts à défendre « l’autre » et à vouloir faire vaciller ces principes bien établis (ce pourquoi ils réclament une « 6ème République » expurgée de tout nationalisme).

Citoyens au moins sur le papier, ils ne se gênent pas pour formuler des « réclamations » en faveur des étrangers, comme leur droit de vote aux élections françaises ou leur liberté de s’implanter, sans condition, en France.

Cependant, une condition procédurale s’oppose à leur action en justice.

Ceux-ci doivent en effet justifier devant les tribunaux d’un intérêt à agir. Or, cet intérêt est absent lorsqu’il s’agit de réclamer des droits pour autrui.

Même s’il fallait prendre l’article 1er de la Déclaration au pied de la lettre, d’ailleurs ; même si l’on considérait que l’exigence d’un intérêt à agir est contraire au texte constitutionnel qui n’interdirait pas de former des réclamations pour le bénéfice d’autres personnes que soi-même, il n’en demeure pas moins conforme à « l’utilité commune » que le droit à la résidence pérenne en France soit encadré et que la nationalité française fonde une préférence nationale quant à l’accès à l’emploi, aux services publics et aux droits sociaux, notamment, compte tenu des exigences d’intégration fixées par les textes pour l’obtenir, exigences assez basses au demeurant comme le révèle l’actualité où de soi-disant « Français » commettent des attentats…

Il est conforme à l’utilité commune qu’un pays lourdement endetté, connaissance le chômage de masse et l’insécurité, réglemente fermement l’accueil de nouveaux arrivants afin de limiter le risque de non intégration et d’aggravation des difficultés sociales.

Il n’y a rien d’aberrant à réserver la protection sociale à ceux qui ont cotisé pour l’obtenir dans la mesure où cette technique s’inspire des mécanismes de l’assurance privée transposés au niveau de la nation.

En période de délinquance élevée et de terrorisme, limiter l’immigration, quelle qu’elle soit, permet aussi d’améliorer les moyens dont disposent les pouvoirs publics pour contrôler la population.

La faiblesse des moyens mis en oeuvre ne peut en effet s’accommoder d’une large ouverture des frontières.

Pour toutes ces raisons, la CAA de Douai n’aurait pas dû hésiter à l’affirmer : l’article 1er de la Déclaration de 1789 ne peut être invoqué devant elle que par un Français !

Note d’Antiislam

Maxime nous donne un exemple, avec ce Mauritanien,  de comportement totalement aberrant.

Et d’une Justice , à l’écoute de prétentions délirantes,  tout aussi aberrante.

Ce Mauritanien se pense encore citoyen français.

(C’est marrant ces gens qui hurlent contre le colonialisme à longueur de médias , contre l’horreur d’avoir été français et qui en permanence hurlent pour être considérés comme des Français, pour avoir les droits des Français).

La Mauritanie n’a plus voulu  être française et est indépendante depuis 1960.

58 ans !!!

Il serait bon que ce Mauritanien se réveille !

Print Friendly, PDF & Email
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Chanter la « Marseillaise » au début des matchs : Laura Flessel obligée de reculer …

« Marseillaise » : non seulement nous subissons ça :

http://resistancerepublicaine.eu/2018/05/16/85540/

Mais il nous faut subir aussi ceci :

Au mois de novembre, la ministre des sports, Laura Flessel, indiquait dans un courrier envoyé aux présidents des fédérations françaises de sports vouloir que la Marseillaise soit entonnée avant chaque “chaque compétition relevant de championnats de France”.

À l’image de ce qui se fait aux États-Unis avant chaque rencontre de NBA ou de NFL.

Six mois plus tard, celle qui caracole en tête des personnalités politiques préférées des Français, fait marche arrière, s’en remettant au bon vouloir des institutions sportives.

“J’ai soumis l’idée que ‘la Marseillaise’ puisse être jouée avant les Championnats de France. Aux clubs de s’en saisir”, indique-t-elle ce mardi 15 mai au Parisien, rappelant qu’entonner l’hymne national ne relève “ni du chauvinisme ni du nationalisme mais du patriotisme”.

Interrogée spécifiquement sur la possibilité de voir “la Marseillaise” entonnée avant chaque match de Ligue 1, la ministre des sports précise: “L’idée est de rassembler les acteurs qui organisent une compétition, les sportifs, les bénévoles, les juges autour de ‘la Marseillaise’. Sur la base du volontariat”.

Selon RMC, le président de la Fédération Française de Football, Noel le Graët avait à l’époque l’intention de faire savoir à la ministre que la FFF ne voyait pas d’un très bon œil cette annonce, préférant réserver l’hymne national aux grands événements, comme les finales de Coupe de France et de Coupe de la Ligue.

Selon toute vraisemblance, l’idée de Laura Flessel restera donc un vœu pieux, du moins côté football.

Par Romain Herreros Le HuffPost

http://www.jforum.fr/finalement-la-marseillaise-ne-sera-pas-entonnee-avant-les-matchs-de-foot.html

Bof !

On s’ en bat les roubignolles des footeux!

Du moment que ce sont les Imams qui la chanteront !!! :

Le travelo en jupon, c’est lui qui en chantant « l’ étendard sans gland…. » contrôle le sien rapidement en se mettant la main a la poche …

Qui viennent jusque dans nos bras EGORGER nos moutons …

Putain de lapsus, il y a échappé le juponné…. 😆

Sans oublier a la fin « Allez au Bar » !

C’est un ordre 😆

Inch’Allah!!

Print Friendly, PDF & Email
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Des musulmans chantent la Marseillaise en finissant par « Allah Ouakbar », les bobos applaudissent

Scène délirante en plein Paris. Signe inéluctable que les musulmans sont en train de gagner sur les deux fronts : le front physique (égorgements, mitraille) et le front psychologique (acceptation de l’islam comme partie intégrante de l’identité française).

Des islamistes en kami entonnent une Marseillaise. A la fin du premier refrain, concluant logiquement l’extrait généralement repris dans toute cérémonie officielle, le « meneur » termine par un retentissant « Allah Ouakbar ».

Sans oublier de souhaiter, comme une marque de condescendance, que « vive la France ».

Que vive la France, sauf que, sous domination islamique, la France n’est autre que l’antithèse d’elle-même.

L’islam est un système de soumission, d’aliénation et presque d’esclavage moderne. Système dont les principes s’opposent frontalement à ceux qui présidaient à la République.

En islam, point de liberté individuelle. Cette dernière est pourtant le pilier de nos sociétés occidentales.

En islam, point de séparation entre le spirituel et le temporel. Là encore, contradiction nette avec les principes qui animent toute société d’ascendance judéo-chrétienne.

En islam, ségrégation volontaire entre musulmans et non-musulmans. Donc, inadéquation totale avec la République une et indivisible.

La sortie très artistique de ces messieurs n’a donc aucun fondement idéologique sur lequel s’appuyer. Elle n’est qu’une démonstration supplémentaire de l’outrecuidance de l’islam sur notre territoire.

Quatre jours seulement après une énième attaque d’un soldat d’Allah contre notre pays, des groupes de fanatiques tentent encore de faire croire que l’islam, c’est la France. Ce serait son passé, son présent et surtout son avenir.

Les bobos qui applaudissent, sans même s’en rendre compte, chient sur la tête des plus de 250 victimes qu’a fait l’islam en France depuis trois ans.

On suppose que les spectateurs n’auraient pas craché sur un thé à la menthe après ce fabuleux concert. C’est sûr, la pilule islamique passe mieux avec un peu de sucre.

Je me demande ce qui doit le plus nous choquer dans leur attitude : leur lâcheté face à l’envahisseur ou leur total mépris des principes républicains, chaque jour bafoués sur notre sol par la peste islamique.

Mais à bien y réfléchir, l’un peut aller sans l’autre ?

Print Friendly, PDF & Email
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Il faut relire « Soumission » de Houellebecq

Paru le jour même de l’attentat de Charlie Hebdo, « Soumission » est aujourd’hui, non plus une fiction ou un roman d’anticipation, mais la description factuelle d’une France qui s’islamise à grande vitesse.

« L’histoire se déroule dans un futur proche : François, un professeur de littérature parisien spécialiste de Huysmans, sent venir la fin de sa vie sexuelle et sentimentale, avec pour seule perspective la vacuité et la solitude. L’environnement décrit au début du roman des affrontements réguliers entre jeunes identitaires cagoulés et jeunes salafistes : les médias semblent — par crainte d’un embrasement généralisé — ne pas relayer toutes les informations, le pays paraît être au bord de la guerre civile.

Les bouleversements politiques de l’élection présidentielle française de 2022 amènent au pouvoir un leader intelligent et charismatique d’un nouveau parti politique. Après qu’il fut parvenu de justesse à se hisser au second tour de l’élection présidentielle, Mohammed Ben Abbes énarque, président de ce nouveau parti nommé « La Fraternité musulmane », réussit, grâce au soutien au second tour de tous les anciens partis politiques traditionnels face au Front national lui aussi présent au deuxième tour, à être élu.

Ce changement politique offre au narrateur une seconde vie et une seconde chance. Parmi les changements notables découlant de cette élection, la France est pacifiée, le chômage chute, des universités — dont l’université Sorbonne-Nouvelle — sont privatisées et islamisées, les professeurs doivent être musulmans pour pouvoir enseigner, la polygamie est légalisée, les femmes n’ont plus le droit de travailler et doivent s’habiller d’une manière « non-désirable ». Grâce au soutien d’un ministre de Ben Abbes, le professeur semble s’être lui-même convaincu de retrouver le chemin des honneurs et un poste à l’université au prix d’une conversion à l’islam. » (Wikipedia)

« Soumission », roman paru aux éditions Flammarion

Comme le précisait avec délice Télérama en octobre 2015, « Soumission » n’est aucunement islamophobe : c’est une satire de la société française.

« Houellebecq est, simplement, un satiriste. Il part d’une situation réelle et imagine ce qu’il se passerait si celle-ci durait dans le temps. C’est ce que font les satiristes », écrivait en janvier le francophile journaliste du New Yorker Adam Gopnik.

« L’islam n’est pas la cible de Soumission […] Michel Houellebecq n’est pas en colère, il n’a pas de programme, il ne montre pas du doigt les traitres responsables du suicide français, comme le fait Éric Zemmour »

Le New Yorker dénonce également les accusations répétées d’islamophobie envers Michel Houellebecq en France. « Elles ne sont pas à propos. Il n’est pas islamophobe. Il est francophobe. Son portrait du régime islamique est tendre. Il aime la douceur et la sûreté des intégristes ».

« La satire découle d’une comparaison entre la folie vers laquelle on se dirige, et le passé supposé raisonnable qu’on a laissé derrière. Ainsi les satiristes sont souvent des nostalgiques, comme Tom Wolfe (NDA : auteur disparu lundi) »

« Il semble qu’il croit sincèrement que la France a malheureusement et irrémédiablement perdu son identité, mais pas à cause de l’immigration ou de la mondialisation. (…) Les Européens ont fait un pari sur l’histoire : plus l’homme est libre, plus il sera heureux. Pour Michel Houellebecq, le pari a été perdu. Le continent est ainsi à la dérive et pourrait succomber à vieille tentation, se soumettre à qui parle au nom de Dieu. »

La multiplication des hidjabs et des abayas dans les université françaises, l’islamo-gauchisme d’une partie des étudiants et du corps enseignant jusqu’à la présidente voilée de l’UNEF valident les prédictions du mage Houellebecq.

Print Friendly, PDF & Email
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Représentante syndicale voilée : les dhimmis de l’UNEF persistent et signent …

Nous avions relayé, sur « Résistance Républicaine »,  le scandaleux affichage de la représentante syndicale voilée de l’UNEF:

http://resistancerepublicaine.eu/2018/05/13/la-degringolade-de-lunef-une-voilee-a-sa-tete/

Interviewée par M6 dans le cadre d’un reportage sur les universités bloquées, Maryam Pougetoux, présidente du syndicat Unef à l’université Paris IV, est au cœur d’une polémique autour du voile islamique à l’université.

Un simple reportage télévisé crée la polémique depuis ce week-end. Samedi, le journal de la chaîne M6 revenait sur la situation dans les universités bloquées, et la difficulté qu’ont ces établissements à y assurer sereinement la bonne tenue des examens. En cause, la brève apparition de la militante étudiante Maryam Pougetoux, présidente du syndicat Unef à l’université Paris IV. La militante a déclenché, malgré elle, une polémique, non pas en réaction à son discours engagé contre la réforme de l’accueil à l’université, mais bien à cause du voile islamique qui lui couvre les cheveux.

Voici  que les  ignobles dhimmis de l’UNEF signent leur forfait :

La Gauche ne sait plus où elle habite.

Son sinistre et triste  destin est de finir en partis, en syndicats islamiques …

Print Friendly, PDF & Email
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Coût d’un mineur étranger isolé : 30 000€ par an. Qui va payer ?

Illustration : Maison du jeune réfugié (France Terre d’Asile)

Avec l’arrivée massive de migrants, les caisses de l’État sont dangereusement ponctionnées pour assurer logement, nourriture et sécurité sociale à des gens qui n’ont contribué ni cotisé à rien. De surcroît ni intégrables, ni assimilables.

De quel droit me direz-vous, quand nombre des nôtres n’arrivent pas à joindre les deux bouts ?

Et bien, la France se doit d’être fidèle à ses principes : celui des Droits de l’homme par exemple, qui nous interdisent de rejeter un salafiste algérien à la mer, un physicien atomiste soudanais dans son désert ou un djihadiste syrien dans les geôles d’El-Assad.

Plus intouchable encore, quasi-sacré : le mineur étranger isolé, appelé administrativement « MNA » (Mineur non-accompagné).

Là où le problème se corse, c’est que leur nombre augmente de façon exponentielle et qu’ils sont à la charge des départements.

En 2010, il y avait 4 000 MNA, 13 000 en décembre 2016 et presque 25 000 à la fin de l’année 2017, dont 70% originaires d’Afrique. (La Vie Publique)

Dans le Jura par exemple, l’arrivée massive de mineurs isolés « n’est pas sans poser quelques problèmes » (on appréciera les précautions sémantiques de la presse locale). Ainsi, la Voix du Jura nous rapporte la problématique, matérielle et éthique, soulevée lors de l’assemblée des PEP.

A l’origine, l’œuvre des Pupilles de l’Enseignement Public (PEP) est créée en 1915 pour aider matériellement et moralement les orphelins et victimes de guerre, puis les enfants de mutilés et réformés, fréquentant ou ayant fréquenté l’école publique : c’est l’époque du fameux « sous des pupilles ». Dans les années 50, les PEP développent les classes de découvertes, l’aide à l’enfance en difficulté puis les vacances familiales, l’accueil des handicapés, les maisons d’enfants… (PEP39)

La nouvelle mission des PEP est désormais de recueillir ces fameux MNA, « Mineurs non-accompagnés » venus du Mali, de Côte d’Ivoire ou de Guinée.

« [Ces jeunes migrants] sont en effet à la charge du département, qui doit assurer le gîte, le couvert et l’accompagnement éducatif des enfants en danger. Une mission que le département confie aux associations agrées, mais tout cela a un coût, plutôt élevé […] : à raison de 30 000€ par an et par enfant, c’est au bas mot 3 millions d’euros que le département finance, à comparer par exemple aux 2,4 millions d’euros versés au titre de la politique sportive ou les 12,8 millions pour l’ensemble de la politique éducative et culturelle. »

Et la PEP39 de déplorer l’arrivée massive de jeunes migrants, l’accueil passant ainsi « de 11 000 à 20 000 journées d’internat à Lons-Lavigny […] et de 19 664 journées à 25 351 journées pour le centre de Dole-Joux, avec les mêmes moyens humains ». Les mineurs étrangers représentent désormais 50% de la population et 62% de l’activité de ces centres. De 53 MNA en 2016, le département a dû faire face à 138 nouvelles arrivées en 2017 et sans doute beaucoup plus les années suivantes. La Voix du Jura pose donc indirectement la question : l’accueil de ces mineurs étrangers ne se fait-il pas au détriment de la population locale ? Des enfants de familles aux revenus modestes ? Des jeunes handicapés du Jura ?

En trois ans, l’activité sur les mineurs isolés a été multipliée par dix pour les PEP du Jura : « on est au bout du bout de ce qu’on peut faire » explique le nouveau directeur du Pôle social, Ludovic Zocchetti.

D’autant plus que se pose la question de la minorité ou pas de ces « migrants » (qui déclarent tous avoir 16 ans) et qu’il faut attendre la confirmation par l’administration. Du coup, « les PEP39 ont dû ouvrir une Maison d’accueil provisoire (MAP) de 25 places ».

« A l’issue de la procédure, si le jeune est reconnu mineur, il quitte la MAP pour être accueilli dans une maison d’enfants où il bénéficiera d’un accompagnement éducatif ; sinon il doit quitter la MAP sans délai et se débrouiller ».

Autant dire que le mineur étranger isolé ou le jeune migrant non reconnu mineur ont vocation à rester sur le territoire français et un jour, bien sûr, à bénéficier du regroupement familial ; tout ce petit monde obtenant la nationalité française et formant, à coup sûr, le nouvel électorat de la gauche. Au détriment, une nouvelle fois, des finances publiques et des Français attachés à leur identité.

N’oublions pas qu’à raison de 30 000€ par an et par mineur étranger, le contribuable a dû débourser en 2017 pas moins de 750 millions d’euros pour 25 000 MNA. Sans compter les 100 000 demandeurs d’asile et autant d’illégaux.

En Afrique, au Moyen-Orient ou en Albanie, de nombreuses familles « ont désormais intérêt à déléguer le projet migratoire à un de leurs enfants, pas trop jeune évidemment » (Michèle Tribalat)

Et ce n’est pas la nouvelle loi « pour une immigration maîtrisée, un droit d’asile effectif et une intégration réussie » qui inversera la submersion migratoire.

Comme Rocard, Emmanuel Macron a beau jeu de marteler, face à Plenel, que « l’on ne peut accueillir toute la misère du monde », sa nouvelle loi, peu répressive, encouragerait plutôt l’invasion. Les dispositions prises en faveur des clandestins sont nombreuses :

« Augmentation de la durée des titres de séjour délivrés aux bénéficiaires de la protection subsidiaire, renforcement de la défense des personnes exposées à un risque de mutilation sexuelle, création d’un passeport santé, sauvegarde des victimes de violences conjugales ou familiales, refus de considérer comme « pays sûrs » tout pays ne reconnaissant pas les droits LGBT, possibilité d’accorder l’aide au retour volontaire à un étranger placé en rétention […], élargissement du regroupement familial aux parents, frères et sœurs des réfugiés mineurs. » (Valeurs Actuelles)

Bref, des mesures concernant près d’un milliard de personnes dans le monde…

Print Friendly, PDF & Email
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

La dégringolade de l’UNEF : une voilée à sa tête

Après les réunions interdites aux Blancs et  l’appel à gazer les Blancs… l’UNEF d’emboîter le pas à Marwann Muhammad pour tirer à vue sur les racistes et autres islamophobes

Il y a donc des gens qui  réagissent sainement et vivement (mais oui, il y en a dans ce pays qui s’endort et oublie ses fondamentaux ).

J’adore notamment ce tweet qui résume la situation :

Bonne analyse aussi de Céline Pina, l’UNEF ou le restant de la colère de Dieu…


Pas mal vu aussi : 

Et un petit bonus pour l’humour..

L’intérêt de tout cela, c’est de montrer que, malgré Macron, Muhammad, l’UNEF et les vendus, le voile fait toujours débat… Et c’est tant mieux. Quant à l’UNEF… inexistant, inintéressant, il ne sert qu’à servir de marchepied aux prochains leaders « socialistes ». Mais le socialisme est mort en France….

Les méfaits de l’UNEF ? Quelques articles souvenir ici 

Pendant ce temps une centaine de crasseux interdit à tous les autres de passer leurs examens… Et ça passe. Tout le monde se couche. Monde de sans-couilles…

Pour le moment…

Print Friendly, PDF & Email
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture