HUMOUR ET DERISION

J’avoue : j’ai passé ma soirée du réveillon avec des gens de gauche !

Posted by on janvier 3, 2015 at 11:05

HollandeetMélenchonIl paraît que cela ne se fait pas. J’apprends qu’un responsable des jeunes UMP, Pierre Gentillet, va passer devant le tribunal révolutionnaire pour avoir osé passer la nuit du réveillon, avec plusieurs autres UMP, en compagnie, horreur, de jeunes du FN !

Il paraît que c’est davantage choquant que le millier de voitures brûlées, que la mort d’un jeune au Trocadéro, que la tentative d’étranglement d’un policier à Metz, et que le coup de couteau d’un paisible Afghan, à Dijon, à l’encontre d’un Français de 58 ans qui n’avait qu’à pas se trouver là…

Naturellement, l’islamo-fellateur délateur Askolovitch ne pouvait que monter au créneau, et traiter le sujet sur I-Télé, dont il n’a pas été viré, lui…

askotwittdelateur

Naturellement, notre préposé aux gifles ne pouvait pas rater celui qu’il a appelé « un con fini », Askolovitch en personne…

Mais, à gauche, on gémit. Cambadelis (oubliant qu’il a été un temps rémunéré par un ancien membre du comité central du FN, Yves Laisné, quand il avait lancé le Manifeste contre le FN, ce qui fait désordre) somme Sarkozy de s’expliquer, rien de moins, sur les fêtes nocturnes de ses jeunes militants.

On espère qu’il va, dans le même esprit, sommer l’époux Kosciusko-Morizet, mari de Madame, qui est au PS, de justifier avec qui il a passé la nuit du réveillon….

Mais puisque la nouvelle dictature socialiste oblige les gens à passer des fêtes uniquement avec ceux qui pensent comme eux, je me dois de passer à confession, moi aussi.

Je l’avoue, avec une amie rédactrice de Riposte Laïque, j’ai passé la nuit de la Saint-Sylvestre en compagnie de quatre personnes de gauche : un socialiste, un couple (hétéro) de Mélenchoniens et une communiste.

On se connaît depuis trente ans, et on n’a pas rompu notre amitié, bien que nos parcours se soient éloignés. On continue à bien s’aimer.

Donc, chose inconcevable pour Askolovitch et Cambadélis, on ne s’est pas tapé sur la gueule. Chose encore plus abominable, on s’est fait la bise à minuit. Et, comble de l’horreur, après avoir savouré des fruits de mer arrosés au Bourgogne aligoté, puis un sanglier arrosé avec un Gevrey Chambertin 1997 amené par la camarade du PCF,  on a discuté avec passion, sachant qu’ils connaissent parfaitement Riposte Laïque et ce que nous y faisons.

Nous n’irons pas jusqu’à dire qu’on les a convertis à 3 heures du matin, parce qu’on tient mieux l’alcool chez les patriotes que chez les socialos… Mais sur l’immigration et l’islam, au 2e Cognac, ils ont admis qu’on avait raison, et qu’ils ne comprenaient pas les conneries de Mélenchon et de Valls-Hollande, dans la France actuelle.

Comme je suis un bon camarade, je ne répéterai pas ce que certains de mes amis de gauche ont dit sur Taubira, ni ce qu’a été leur rire quand je leur ai décrit le dessin de David Miège, qui lui a valu un procès…

Mais c’est promis, Messieurs Askolovitch et Cambadelis, l’année prochaine, on ne recommencera plus, on passera désormais les fêtes uniquement avec des gens qui pensent pareil.

Pourquoi ne pas suggérer à Cazeneuve de faire une loi obligeant les Français à signaler au commissariat chez qui on va, et avec qui on passe la soirée ? Pour lutter contre le terrorisme, bien sûr !

Paul Le Poulpe    

Print Friendly
PARTAGEZ ! ...

Épidémie de déséquilibrés en France

Posted by on décembre 23, 2014 at 11:07

Toutes nos excuses, mais la page que vous demandez est introuvable. Essayez de lancer une recherche.

PARTAGEZ ! ...

Le chauffard de Nantes s’appelle Yann Lescouarnec’h, et il avait une crèche dans sa voiture…

Posted by on décembre 23, 2014 at 11:05

cazeneuve-et-le-djihadCazeneuve a raison : il ne faut pas stigmatiser. Le chauffard Nantais de la place Royale se nomme Yann Lescouarnec’h, sa maman est une authentique Bigoudène portant la coiffe de Pont l’Abbé . Dans sa camionnette il y avait une crèche  avec le petit Jésus qu’il allait livrer dans le hall de la mairie, à la demande de J.M. Airault. Malheureusement un goéland qui volait au dessus de la place Royale a lâché sur le pare-brise de la camionnette une chiure, et notre pauvre petit Breton aveuglé a malencontreusement heurté la cabane d’un marchand de couscous, et il s’est écrié  » Breizh atao ;;; Breizh atao…  »

Cet acte qui n’est pas délibéré intervient après les discours d’un druide dans la forêt de Broceliande et dans lequel il prônait  ( en parlant de ces salauds de Français ) de les  exterminer tous, en les écrasant avec leurs voitures, à défaut de faire exploser une bombe cachée dans une bourriche d’huîtres de la baie de Douarnenez.

Zemmour est effectivement une infâme saloperie : il est parfaitement dégueulasse de vouloir rapatrier tous les bretons indépendantistes sur l’île de Sein .

Vive la France, vive la république, aux larmes citoyens.

Etienne Salorge

TCHODesequlibreVoiture

Print Friendly
PARTAGEZ ! ...

Les Dix commandements de la Libre Pensée contre les crèches

Posted by on décembre 20, 2014 at 11:06

CrecheVu l’ampleur que prend l’affaire des crèches, je vous propose quelques suppressions à faire d’urgence pour ne pas choquer les communautés non chrétiennes.

1 – Virer Michel Sapin du gouvernement, son nom fait trop penser à Noël.

2 – Supprimer le Jésus de Lyon de la carte de tous les restaurants.

3- Ne plus employer l’expression  » se faire enguirlander », il y a le mot guirlande qui est une référence claire aux fêtes de Noël

4 – Ne plus vendre de produits vaisselles sous l’appellation Javel-Lacroix, mais Javel tout court.

5 – Supprimer du langage courant quelques expressions comme  » J’ai les boules » ou  » dis-moi ou tu crèches »

6 – Interdire de télévision Ségolène Royal, Najat Vallaud Belkacem et Marisol Touraine le 24 Décembre. Pas de dindes à la télé le soir de Noël !

7 – Interdire le petit Papa Noël de Tino Rossi à la radio, diffuser du rap à la place.

8 – Ne plus dire : mon fils bûche ses examens, le mot bûche étant une référence inacceptable à Noël, je vous propose : mon fils fagote pour ses examens.

9 – Plus de souliers devant la cheminée le soir de Noël. A la rigueur, des babouches.

10 – Interdire à Sheila de chanter  » comme les rois mages » dans ses concerts!

Je vous souhaite à tous et à toutes un joyeux N…oh pardon! j’ai failli commettre un crime contre la laïcité !

Jean Roucas

PARTAGEZ ! ...

Le préfet de Bousquet, la crèche de Béziers et l’imam de Lunel

Posted by on décembre 16, 2014 at 11:03

MIEGEmauresmortsBientôt Noël, plus que quelques jours, tout est prêt en déco et comme j’accueille de la famille et des amis, ma maison deviendra un centre d’accueil du public, soumis donc aux lois implacables de la République Laïque. Interdit donc la crèche pour ne pastigmatiser les constructeurs de minarets. Ben non, je me ferais résistant, il y aura une crèche et une bûche de Noël et si un préfet tel que Pierre de Bousquet m’envoie les sbires du Cardinal Cazeneuve, je les ferraillerais jusqu’à trépas, le leur ou le mien.

Pourquoi je parle de Pierre de Bousquet et pas… par exemple du préfet Boucault ? Bonne question. De méchantes langues vont me suggérer qu’il est dans la crèche à côté du boeuf et qu’on le laisse tranquille. Laissons les facétieux avec leurs jeux de mots. Non si je parle de monsieur de Bousquet c’est parce que ce préfet est bien tatillon sur la laïcité au point de confondre religion et tradition et cherche des poux dans la tête d’un certain Robert Ménard qui a osé, le salaud, installer une crèche dans la Mairie de Béziers. Vous avez ici http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/12/04/01016-20141204ARTFIG00343-face-aux-pressions-menard-maintient-sa-creche-dans-la-mairie-de-beziers.php le détail de cette opération ridicule. Je pensais jusqu’à présent qu’un préfet avait d’autres préoccupations comme par exemple celle d’assurer la sécurité des citoyens et que la déco d’une mairie était le dernier de ses soucis. Robert Ménard ne lâche rien et on peut dire que De Bousquet s’est fait Béziers profondément sur ce coup là.

Mais il y a un autre sujet chez ce personnage républicain à particule qui le met en avant dans la presse, c’est l’affaire des djihadistes de Lunel. Tout de même, c’est grave, une douzaine de fanatiques musulmans sont partis et 4 seraient déjà morts pour un petit bourg de province. Donc Monsieur de Bousquet « a pris connaissance avec consternation » que le sieur Lahoucine Goumri, président de l’union des musulmans de Lunel, ne condamnait pas les petits cons soldats de Mahomet. C’est ici: http://www.midilibre.fr/2014/12/13/jihadistes-de-lunel-les-propos-d-un-responsable-de-mosquee-denonces,1097661.php.

C’est bien, se racheter une conduite pour s’offusquer d’un imam qui refuse de condamner des assassins et qui affirme, je le cite: « C’est leur choix. Je n’ai pas à les juger. Seul Dieu les jugera. Si on doit condamner quelque chose, il faut condamner ce qui est condamnable. Pourquoi condamner ces jeunes qui sont partis au nom d’une injustice en Syrie et pas ces Français qui sont partis et ont tué des bébés palestiniens avec Tsahal l’été dernier ? Pourquoi est-ce qu’une mosquée condamnerait, alors que les autres religions ne le font pas ? »

Bébés palestiniens tués par des Français avec Tsahal ??? Si quelqu’un a une trace de cet événement, merci de me remonter l’info parce que je n’ai rien trouvé à ce sujet. J’imagine que se taper la tête la tête 5 fois par jour sur le sol n’améliore pas l’état neuronal du Lahoucine. Pour preuve il vient de publier un démenti à ces propres propos ici: http://www.midilibre.fr/2014/12/14/jihad-la-mosquee-de-lunel-revient-sur-ses-declarations,1097831.php. Comme quoi Lahoucine carrée ne tourne pas rond.

Bon en substance notre bon préfet s’offusque histoire de calmer le bon peuple qui commence à en avoir ras le cul  bol des islamistes mais mais, il y a un mais, je cite à nouveau notre de Bousquet: « Le préfet rappelle que la religion musulmane n’a rien à voir avec les exactions barbares … »

Ben voyons ! Partis d’une mosquée de Lunel pour semer la terreur en Syrie ou ailleurs n’est pas l’islam. Sincèrement Monsieur le préfet, vous nous prenez pour des boeufs. Ben non ! Justement on n’en est pas, mais vous sans doute, il reste une place dans la crèche à coté d’un bourricot.

Joyeux Noël à tous.

Philippe Legrand

PARTAGEZ ! ...

Hommage aux vaillants libres-penseurs qui combattent l’infâme…

Posted by on décembre 13, 2014 at 11:10

Enfin, des hommes se sont levés ! Enfin, de courageux libres-penseurs, farouches défenseurs de la laïcité, ont décidé de combattre l’infâme ! Depuis maintenant plusieurs décennies, une religion prosélyte, conquérante, dictatoriale tente par tous les moyens de mettre à bas notre précieux pacte républicain en imposant partout et à tout propos ses symboles, ses marqueurs propres, ses signes de reconnaissance dans un espace public qui aurait dû rester, pourtant, le lieu par excellence d’un vivre ensemble apaisé, rayonnant de tranquille harmonie…

Partout, dans des mairies et des conseils généraux, sur des marchés et sur des places prolifèrent crèches, sapins, guirlandes, étoiles et tant d’autres signes qui renvoient le badaud laïque, le flâneur athée, le rêveur agnostique à l’omniprésence de cette religion qui bafoue les lois de notre République !

Faut-il évoquer ici, au risque d’être traîné devant des tribunaux qui n’ont plus rien à envier à l’ancienne Inquisition, les clochers qui se multiplient jusque dans les villages les plus reculés, les croix qui s’affichent sans vergogne aux portes d’églises pléthoriques, les carillons qui retentissent à toute heure traumatisant ainsi les populations laborieuses venues suer sang et eau dans nos sillons abandonnés pour reconstruire notre pays ?

Faut-il rappeler la funeste alliance du sabre et du goupillon conjuguant leurs efforts pour persécuter d’innocentes citoyennes modestement voilées venues goûter à Wissous Plage aux joies paisibles du sable et du roupillon ?

De plus en plus, ce christianisme ravageur, dominateur, dévoyé (mais avais-je vraiment besoin de le nommer ?) et sa branche la plus extrémiste, le catholicisme, envahissent nos banlieues et les quartiers les plus défavorisés de nos villes. Il ne se passe plus de semaine sans que l’on voie déferler dans ces rues, d’ordinaire si tranquilles, des hordes de cléricaux fanatisés, revêtus de soutanes noires, brandissant des crucifix et vociférant sans fin d’agressifs Notre Père, parfois même, hélas, en latin !… Ils sont souvent suivis d’enfants de Marie, chantant cantiques à pleins poumons et précédés d’enfants de chœur agitant, menaçants, leur liturgique sébile sous le nez d’infortunés passants sommés d’acquitter sur le champ dîme et capitation.

Il nous faut rendre hommage aux habitants de ces quartiers, tolérants jusqu’au sublime, qui sont les principales victimes de ces provocations répétées et qui ont toujours su faire preuve, en ces tragiques circonstances, d’une admirable retenue. Ces hommes et ces femmes venus de l’autre côté de la Méditerranée, souvent au péril de leur vie, ayant quitté à regret des terres où régnaient harmonie et douceur de vivre, sont donc les spectateurs sidérés de ces manifestations obscurantistes qu’ils croyaient depuis longtemps révolues. C’est bien mal récompenser le désintéressement, l’abnégation, le sacerdoce même de cette jeunesse vigoureuse et bariolée venue spontanément repeupler notre pays rendu exsangue par des siècles de consanguinité monochrome. Notre démographie renaissante doit tout, nous le savons bien, à la semence vivace de ces hommes et aux ventres féconds de leurs femmes, à ces infatigables laboureurs et à leurs insatiables labourées. Ces dernières, épuisées par leurs innombrables grossesses au service de la France, n’ont souvent même plus le temps (ou la force) d’entretenir leur chevelure comme elles le voudraient et se trouvent réduites à en cacher le piteux état d’abandon sous un humble foulard… Quel contraste avec ces oisives autochtones qui paradent en cheveux sur des podiums de fausse gloire pour de stériles et dérisoires concours de beauté !

Mais combien de temps nos si précieux hôtes, exemplaires d’indulgence et de bienveillance, combien de temps encore pourront-ils supporter ces incessantes atteintes à une laïcité qui leur est si chère, eux qui viennent par millions nous apporter leur gracieux concours sans même que nous ayons eu besoin de le leur demander, nous épargnant ainsi, par délicatesse, une bien humiliante requête ? Et que ferions-nous demain si ce fleuve de sang neuf, lassé d’irriguer une terre ingrate, venait à se tarir ?…

Heureusement, quelques souchiens – et les plus courageux d’entre eux – s’emploient aujourd’hui à sauver l’honneur de notre pays en traquant, partout où ils se trouvent, ces scandaleux manquements des calotins à notre loi commune. Ils sont secondés dans cette tâche ingrate par une poignée de valeureuses amazones qui prennent tous les risques pour combattre l’hydre catholiciste et ce, en dépit de l’extrême dénuement dans lequel elles se trouvent. Ainsi les pauvrettes ne peuvent-elles pas, faute de moyens financiers, s’offrir une tenue vestimentaire complète pour affronter les rigueurs de l’hiver et doivent-elles choisir entre vêtir le haut et couvrir le bas de leur anatomie, culotte ou soutien-gorge, jupe ou corsage, fesses virginales ou poitrine juvénile : cruel dilemme pour une jeune fille… Malgré cela, elles n’hésitent pas à mettre à mal leur pudeur naturelle en allant défier, jusque dans leurs enceintes fortifiées, des moines lubriques à l’œil concupiscent, au risque de subir de la part d’iceux d’odieux attouchements dans la pénombre complice de ces lieux de débauche : quel admirable oubli de soi, quel incomparable sacrifice, quel exemple pour nous tous !

Aujourd’hui, grâce aux efforts inlassables de ces nouveaux chevaliers à la triste figure et de leurs dulcinées, certains dignitaires de la secte christiano-catholique reviennent à la raison et entrent dans la voie salutaire de la repentance. Leur actuel chef de file, François Le Pape (parfois nommé Le Pape François), le plus ancien dans le grade le plus élevé, tente courageusement de donner l’exemple. Dès son entrée en fonction, il se refusa ainsi à porter son numéro d’ordre (François 1er) selon le funeste usage de ses prédécesseurs afin de marquer clairement qu’il n’entendait, lui, ni faire souche ni initier une dynastie. Plus récemment, de passage à Strasbourg pour une allocution devant le parlement européen, il se garda sagement de toute visite à la cathédrale locale qui constitue, aujourd’hui encore, un insupportable défi à la France de la diversité. Bien entendu, des jusqu’au-boutistes intégristes s’en émurent vivement, répétant à l’envi, dans une rare violence verbale, que l’argentin ne faisait pas le bonheur !

Le discours prononcé devant le brillant aréopage post-national, digne de la plus pointue des Miss France ou de la philosophe Mitterrande Pingeot, lui valut aussitôt le titre de Souverain Poncif : oui à la paix et non à la guerre (groß Malheur !), oui à l’accueil de l’Autre et non au cimetière marin (tant pis pour Brassens et Valéry), honte aux européens nantis et égoïstes et vive les réfugiés démunis venus d’Afrique ou d’ailleurs… Pas un mot, fort heureusement, de Dieu ou de sa famille proche ! Louable effort, donc, du prince-monseigneur qui se recueillit longuement, quelques jours plus tard, dans une mosquée ottomane en hommage à une vraie religion, cette fois, de paix, d’amour et de tolérance qui sut toujours respecter scrupuleusement laïcité, démocratie et droits humains…

Il reste encore, pour le juge-pénitent François, une longue route à parcourir sur ce nouveau chemin de Damas (ou de Canossa) mais ces premiers pas sont de bon augure pour un retour prochain à une vraie laïcité. Et foin des irréductibles ensoutanés qui continueront, jusqu’à l’extinction (de voix) finale, de tonitruer avec Georges Brassens en égrenant leur chapelet de nostalgies :

Tempête dans un bénitier

Le souverain pontife avecque

Les évêques, les archevêques

Nous font un satané chantier…

Vive la laïque (même voilée) ! A bas la calotte (même en civil) ! Vive la laïcité (à géométrie variable) !

Raphaël Delahaut

PARTAGEZ ! ...