Gérard Collomb

Gérard Collomb gaffe et « désespère » les services secrets britanniques

Posted by on mai 24, 2017 at 3:54

En divulguant des informations des services secrets britanniques ce mercredi matin sur RMC/BFMTV, Gérard Collomb aurait « désespéré » les services secrets britanniques selon le journal The Guardian.

[embedded content]

C’est une première polémique dont se serait bien passé Gérard Collomb. Le journal anglais The Guardian rapporte que le nouveau ministre de l’Intérieur a passablement énervé les renseignements britanniques ce mercredi matin. Alors que Amber Rudd, la ministre de l’Intérieur britannique, s’était plainte ce matin des fuites dans les médias américains qui pouvaient compromettre l’enquête sur l’attentat de Manchester qui a fait 22 morts et 59 blessés, Gérard Collomb a déclaré sur BFMTV que Salman Abedi, le terroriste, était « sans doute » passé en Syrie et avait des liens « avérés » avec Daesh. Pour le quotidien, le nouveau ministre de l’Intérieur a dévoilé des éléments de l’enquête sur l’attentat de Manchester que les policiers britanniques souhaitaient garder sous silence.
« L’irritation [des services secrets britanniques] a tourné au désespoir »
Selon le Guardian, « l’irritation [des services secrets britanniques] a tourné au désespoir » après ces propos du maire de Lyon. Le quotidien anglais écrit que la « police et les services de sécurité ont de bonnes raisons de ne pas révéler certaines informations immédiatement. Notamment quand ces informations peuvent aider à enquête sur le réseau familial du suspect, ses collègues et ses amis avant qu’ils ne soient au courant ». Visiblement aussi désespéré que les services secrets britanniques, le Guardian a expliqué que « l’une des règles de base du partage d’informations entre services de renseignement était que les autres agences ne divulguent pas ces informations. Le problème est que les agences américaines ou françaises sont obligées de transmettre les informations au président de la République, au Premier ministre et au ministre respectifs. » « Dans le passé, ces secrets étaient généralement respectés », regrette le journal. La prochaine fois Gérard Collomb tournera 007 fois sa langue dans sa bouche avant de parler.

(…) Lyon Capitale

PARTAGEZ ! ...

Gérard Collomb annonce la mise en place d’une contravention pour les usagers de drogues

Posted by on mai 24, 2017 at 8:49

Abonnement mensuel

Abonnement hebdomadaire

PARTAGEZ ! ...

Macron-Collomb : un exécutif qui se veut libéral sur la laïcité et ferme contre l’islam radical

Posted by on mai 19, 2017 at 6:46

Quelles relations demain entre l’Etat et les religions, en particulier l’islam? Emmanuel Macron et son ministre de l’Intérieur Gérard Collomb ont déjà annoncé la couleur de leur politique, nourrie par une vision libérale de la laïcité mais ferme contre l’islam radical et identitaire.

Le dossier a certes été moins présent qu’attendu dans la campagne présidentielle, après un quinquennat Hollande marqué par des débats sur la place de l’islam dans la société rendus encore plus électriques par le contexte de menace terroriste.

Mais le candidat d’En Marche! n’a pas éludé le sujet dans son programme: « Trop de Français confondent la laïcité et l’interdiction des manifestations religieuses et certains font de cette confusion leur fonds de commerce« , y lit-on.

Comme l’Observatoire de la laïcité le préconise, le candidat Macron a promis un renforcement de la formation des agents des services publics, qui devront être « vraiment neutres« . Mais pas question d’étendre à l’université la loi interdisant les signes religieux ostensibles à l’école, ou encore d’empêcher l’expression « raisonnable » de sa foi si elle respecte l’ordre public.

Sans surprise, il veut laisser « de la marge de manoeuvre aux entreprises » sur ces questions. Dans la droite ligne de la loi Travail, qui permet de graver la neutralité des salariés dans le marbre des règlements intérieurs. […]

news.yahoo

PARTAGEZ ! ...

Saint-Fons (69) : l’affaire de détournements que Gérard Collomb aimerait oublier (2009)

Posted by on mai 18, 2017 at 7:53

(…)
Gérard Collomb profitait aussi de Saint-Fons

Le nom de Gérard Collomb apparaît dans l’ordonnance de renvoi du dossier de Saint-Fons, mais le maire de Lyon ne comparaîtra pas devant la justice. Il est associé à l’affaire en tant que fondateur de l’EPRA, une association dont Michel David, le cerveau de la nébuleuse, se servait pour faire passer l’argent vers son compte en banque personnel. Entendu par les enquêteurs, Gérard Collomb niera avoir été au courant de ces malversations et prétendra avoir démissionné de ses fonctions de président de l’EPRA au début des années 1990. Sa dernière activité avec cette association remonte à 1994. Au même titre que d’autres groupes politiques siégeant au conseil municipal de Lyon, les socialistes doivent rembourser plus de 416 000 francs indûment octroyés par l’équipe de Michel Noir. Gérard Collomb empruntera une partie des fonds auprès d’établissements bancaires. Il complétera en demandant de l’argent à l’EPRA. La somme a pu être réunie par Michel David par le biais de fausses factures entre un démembrement de Léo-Lagrange et l’EPRA. Le nom de Gérard Collomb est aussi associé à Saint-Fons en raison d’un emploi fictif qu’il aurait fait financer par Léo-Lagrange. En avril 2010, Lyon Capitale révélait que le maire de Lyon avait fait prendre en charge le salaire de l’une de ses assistantes parlementaires par cette association proche du Parti socialiste.

Lyon capitale


Le nom de Gérard Collomb a été évoqué lundi, au premier jour de l’audience pour « détournement de fons publics », concernant la gestion de la municipalité socialiste de Saint-Fons. Le procès se poursuit toute la semaine devant le tribunal correctionnel de Lyon.

Dès le premier jour d’audience, et une fois la menace d’un renvoi du procès écartée, il a été question de la campagne électorale de Gérard Collomb pour la mairie de Lyon en 2001. L’ancienne responsable de l’association Léo-Lagrange de Saint-Fons a reconnu l’existence d’un prêt au profit du candidat lyonnais, ce qui renforcerait la thèse d’une gestion opaque des finances socialistes locales. Gérard Collomb et son adjoint aux Finances avaient été entendus comme témoins lors de l’instruction.

Yves Mongenot, ancien maire de Saint-Fons et l’un des quatre prévenus, s’est lui aussi présenté à la barre. Il a confirmé l’existence de ces enveloppes allouées à Léo-Lagrange mais a invoqué la bonne foi. Une partie des sommes était de fait utilisée pour développer les actions de quartiers.

Le deuxième jour d’audience sera consacré à l’examen de l’expertise demandée par Michel Denis, élu maire de Saint-Fons en 2001. Cette expertise était chargée de chiffrer les fameuses enveloppes.

Lyon mag


Le procès d’une affaire de détournements de fonds publics s’ouvre le 30 novembre (2009) devant le tribunal correctionnel de Lyon. A Saint-Fons, petite commune de l’agglomération lyonnaise, un vaste système d’évaporation de subventions avait été mis au jour en 2001. Mais malgré huit années d’instruction, l’affaire arrive devant le tribunal avec des trous quant au rôle exact joué par l’actuel sénateur et maire de Lyon, Gérard Collomb.

(…)

Mediapart

PARTAGEZ ! ...

Lyon (69) : quand Gérard Collomb, ministre de l’intérieur, octroyait une subvention de 2 millions d’€ pour un centre islamique

Posted by on mai 17, 2017 at 3:10

Le bâtiment devrait ouvrir ses portes à côté de la Grande Mosquée de Lyon dans le 8e arrondissement en décembre 2017. Conçu comme un « centre culturel », le futur Institut Français de Civilisation Musulmane se veut un lieu « ouvert » à tous.

Le projet de l’Institut Français de Civilisation Musulmane piloté par l’association du même nom verra le jour rue Guillaume-Paradin à proximité de la mosquée.

Pour sa construction, l’établissement recevra une subvention de la Ville de Lyon dans le cadre du projet « Aide au patrimoine et lieux culturels ». La subvention a d’ailleurs été inscrite au plan d’équipement pluriannuel de la Ville, une notion évoquée ce mercredi lors du conseil d’arrondissement du 8e. La municipalité souhaite prendre part à la création du lieu qui entend aborder les aspects culturels de l’islam.

L’Institut abritera notamment des spectacles, expositions, conférences et autres animations accessibles à un large public musulman ou non. A ce titre, l’Institut bénéficiera également de subventions de plusieurs collectivités. Une salle de 240 places verra le jour ainsi que dix salles de classe d’enseignement, deux laboratoires de langues et une médiathèque. Des espaces publics et une terrasse qui donneront sur les jardins seront également accessibles à tous. L’architecture fera référence au style arabo-musulmane tout en s’inscrivant dans la modernité et les normes environnementales.

Le coût du projet est estimé à 6,5 millions d’euros. Un tiers du financement sera apporté par la communauté musulmane.

Lyon Mag


Gérard Collomb savait la partie serrée. Il y a une semaine, au conseil municipal, son opposition avait fustigé le « manque de transparence » qui entourait l’octroi d’une subvention d’1 million d’€ pour la construction de l’Institut français de civilisation musulmane (IFCM), à Lyon. Elle dénonçait notamment la présence de cofinanceurs étrangers et le « flou » de la gouvernance du futur centre culturel.

Hier, c’était au tour des élus de la Métropole de se prononcer sur une subvention équivalente. Et pour convaincre sa majorité plurielle et notamment les centristes du groupe Synergies, Collomb a soigneusement déminé ce dossier explosif. Avec succès : 115 élus ont voté pour, 43 se sont abstenus mais pas un n’a voté contre hier soir, alors qu’au conseil municipal, les voix des Républicains, des centristes de l’UDI et du FN étaient contre, à de rares exceptions près.

Interrompu pendant quelques minutes par une quinzaine d’Identitaires qui ont réussi à pénétrer dans l’enceinte du conseil en scandant « non à l’islamisation », le président de la Métropole a redit son soutien au projet d’IFCM, avant de présenter un amendement censé répondre « à des questions qui peuvent être légitimes ». Ainsi, sur la gouvernance, il a précisé la composition du futur conseil d’administration de l’IFCM présidé par Kamel Kabtane, le recteur de la Grande mosquée : « 11 membres de l’association IFCM et 11 membres institutionnels dont 3 représentant la ville de Lyon, 3 la Métropole, 2 l’Université de Lyon qui en coopteront 3 autres, des personnalités qualifiées. » Mais la véritable nouveauté par rapport au conseil municipal de Lyon, c’est l’annonce de la création d’un conseil d’orientation et de stratégie qui comprendra, outre les 23 membres du conseil d’administration, des représentants de l’Etat, issus des ministères de l’Intérieur, de l’Education nationale et de la Culture. Il aura « un droit de regard sur les orientations et sur les embauches » du futur IFCM. « On répond aux questions de ceux qui s’interrogeaient sur d’éventuels glissements. Les pouvoirs publics sont là pour garantir qu’il n’y aura aucune dérive ». La majorité des groupes du conseil métropolitain ont salué ce qu’ils estiment être une clarification nécessaire, même si l’UDI a souligné : « Vous avez fait évoluer le dossier sous la contrainte, sinon vous n’auriez pas de majorité sur ce projet ».

Gérard Collomb a aussi précisé qui financera les 6,6 millions de travaux de l’IFCM : l’Etat, la Ville de Lyon et la Métropole contribueront à hauteur de 3 millions d’€; l’association IFCM versera 2 millions issus de ses ressources propres ; des « entrepreneurs lyonnais » mettront 600 000 € et des « financeurs étrangers » – l’Algérie et l’Arabie Saoudite- donneront le million restant. Cette dernière participation « gêne » encore nombre d’élus métropolitains. Mais plusieurs groupes de gauche et du centre estiment que si Laurent Wauquiez, le nouveau président de la Région, avait honoré les engagements de son prédécesseur en subvention le projet, l’IFCM n’aurait pas eu besoin de capitaux étrangers.

Le Progrès

Relire. [Màj] Lyon : Perquisitionnés et enfermés pour s’être opposés à une subvention pour un centre islamique

PARTAGEZ ! ...

Présidentielle : quand Gérard Collomb vante le patriotisme de … « D’Emmanuel Le Pen »

Posted by on mai 3, 2017 at 4:04

Hebergeur d'imageLAPSUS – Invité sur LCI ce mercredi, le sénateur-maire de Lyon et soutien d’Emmanuel Macron, Gérard Collomb, a eu quelques difficultés à prononcer correctement les noms de deux finalistes de l’élection présidentielle. (…)

Ce soutien de la première heure du candidat En Marche! l’a rebaptisé « Emmanuel Le Pen » à deux reprises. Interrogé sur le patriotisme de son poulain, il répond : « Il est clair que nous nous définissons comme des patriotes. Si quelqu’un aime la France, sa langue, c’est Emmanuel Le Pen ». (…)

Source

« Emmanuel Le Pen » contre « Madame Macron » : quand le « renouveau de la vie politique » s’exprime à la télé… pic.twitter.com/yF7IKEDHFm

— Olivier Berruyer (@OBerruyer) 3 mai 2017

PARTAGEZ ! ...