géopolitique

Moyen-Orient: le spectaculaire revirement de l’Arabie saoudite sur Jérusalem

Posted by on décembre 7, 2017 at 10:53

Nouveau coup du futur roi : au nom de la lutte contre un ennemi commun, l’Iran, Riyad cherche à se rapprocher d’Israël, quitte à froisser les Palestiniens. D’une capitale à l’autre. L’information est passée relativement inaperçue, mais le New York Times s’en est fait l’écho au début de la semaine. Le mois dernier, le prince […]

PARTAGEZ ! ...

États-Unis : décès de Zbigniew Brzezinski, l’une des voix influentes de la politique étrangère américaine

Posted by on mai 27, 2017 at 4:44

Abonnement mensuel

Abonnement hebdomadaire

PARTAGEZ ! ...

Thierry Mariani : « Au lieu d’étendre la démocratie on a étendu le chaos »

Posted by on janvier 28, 2017 at 2:11


 


 

PARTAGEZ ! ...

Géopolitique de l’eau : de la soif à la guerre

Posted by on janvier 4, 2017 at 6:50

Les hommes vont avoir soif et risquent de s’entre-tuer pour accéder à l’eau potable. Les chiffres des Nations unies sont impressionnants et font peur. En 1995, 400 millions de personnes étaient dans une situation de stress hydrique. Dans moins de 8 ans, si rien n’est fait pour éviter cette catastrophe, ils seront quatre milliards. L’un des meilleurs experts dans ce domaine, Franck Galland, président d’Environmental Emergency and Security Service est notre invité.

[embedded content]

PARTAGEZ ! ...

Géopolitique des banlieues françaises

Posted by on octobre 17, 2016 at 2:36

Frédéric Encel, docteur en géopolitique et maître de conférences à Sciences–Po Paris, lauréat du grand prix annuel de la Société de Géographie en 2015 et Yves Lacoste, géographe et géopoliticien qui a révolutionné l’approche géographique et l’émergence de la géopolitique en France, notamment en créant la revue Hérodote qui viennent de publier Géopolitique de la Nation France, aux éditions des Presses Universitaires de France.

PARTAGEZ ! ...

Abkhazie : le pays qui n’existe (presque) pas

Posted by on septembre 30, 2016 at 5:21

Aux yeux du monde, c’est un pays qui n’existe pas. Ou presque. Si l’Abkhazie a fait sécession de la Géorgie et déclaré son indépendance il y a près d’un quart de siècle, son existence n’est reconnue que par une poignée de pays, dont la Russie, son puissant voisin. Visite dans cette petite république du Caucase, jadis surnommée « perle de la mer Noire« , en quête de reconnaissance internationale.

[embedded content]

Au pied de la chaîne du Caucase, l’Abkhazie est un petit territoire de 240.000 habitants coincé entre la Géorgie et la Russie. Au temps de l’Union soviétique, c’était une république autonome au sein de la République socialiste soviétique de Géorgie. Au lendemain de la chute de l’URSS, en 1992, l’Abkhazie déclare son indépendance, au prix d’une guerre de plus d’un an contre la tutelle géorgienne qui coûte la vie à plus de 15 000 personnes et engendre le déplacement de plusieurs centaines de milliers de Géorgiens. Un traumatisme encore présents dans les esprits.

Seize ans plus tard, en août 2008, les choses s’accélèrent. Alors que la Géorgie et la Russie s’affrontent militairement pendant cinq jours, la Russie reconnaît officiellement l’Abkhazie, tout comme l’Ossétie du Sud, autre république séparatiste de Géorgie située à quelques milliers de kilomètres de là. Tbilissi dénonce « l’annexion flagrante » de son territoire. La reconnaissance de Moscou s’accompagne rapidement d’un renforcement de la présence militaire russe et de l’accroissement des investissements, notamment grâce à la signature, en 2014, d’un « partenariat d’alliance stratégique ».

Si cette reconnaissance permet une forme de protection et de développement économique, elle rend surtout la petite république dépendante du géant russe. Aujourd’hui, l’État abkhaze n’est reconnu que par trois autres pays, outre la Russie: le Nicaragua, le Venezuela et Nauru, un micro-État du Pacifique… Pour le reste du monde, c’est un territoire géorgien.

Reportage dans ce petit bout de Caucase au climat subtropical et à la nature luxuriante, jadis surnommé « perle de la mer Noire » et lieu de villégiature privilégié de l’intelligentsia soviétique. Ils y ont rencontré des vétérans de la guerre, des personnalités politiques, des hommes d’affaires ou encore des touristes russes, afin de tenter de comprendre comment cette petite république autoproclamée, qui vit dans l’ombre de Moscou, tente de se construire et d’affirmer son identité.

PARTAGEZ ! ...