Erasmus

Erasmus : « je suis venue découvrir la culture française, je repars en ayant découvert la culture africaine »

Posted by on octobre 12, 2017 at 6:03

Cet article Erasmus : « je suis venue découvrir la culture française, je repars en ayant découvert la culture africaine » est apparu en premier sur Fdesouche.

Arianna Mandile vient de l’Université Catholique du Sacré-Cœur de Milan et suit une licence Langues et Relations internationales. Elle est venue en Lorraine pour découvrir la culture française et elle repart en ayant découvert la culture africaine. C’est aussi ça, la magie d’Erasmus… (Merci à Jean Mary)

Cet article Erasmus : « je suis venue découvrir la culture française, je repars en ayant découvert la culture africaine » est apparu en premier sur Fdesouche.

PARTAGEZ ! ...

Rome : quel avenir pour l’Europe et son programme phare, Erasmus ?

Posted by on février 25, 2017 at 11:39

L’un des symboles de l’UE, Erasmus, le programme de mobilité entre étudiants, est-il, à l’aube de son 30e anniversaire, menacé de disparaître? Les anciens et les futurs étudiants Erasmus, les défenseurs des valeurs européennes se sont réunis dans la capitale italienne.

[embedded content]

PARTAGEZ ! ...

L’Erasmus africain séduira-t-elle les étudiants européens ?

Posted by on janvier 30, 2017 at 2:13

Le candidat de la primaire de la gauche, Manuel Valls, a annoncé, mercredi, vouloir créer un Erasmus entre Africains et Européens. Un projet très vague, qui met en lumière le recul de la France comme première destination des étudiants africains.

L’ambitieux projet ne figure pas dans son programme politique, mais il lui a déjà trouvé un nom : Senghor, du nom du poète franco-sénégalais, premier président du Sénégal et premier Africain à siéger à l’Académie française. « Une grande personnalité africaine, mais qui avait cette grande culture et cette ouverture sur la France et sur l’Europe« , confiait Manuel Valls à France 24 lors de sa tournée d’octobre en Afrique de l’Ouest. À cette occasion, il avait évoqué depuis le Ghana la proposition « que les jeunes Africains et les jeunes Européens puissent venir étudier les uns chez les autres, se rencontrer, échanger, apprendre ensemble« . […]

France24

Merci à Pythéas

PARTAGEZ ! ...

Manuel Valls souhaite un système d’échanges euro-africain sur le modèle d’ »Erasmus »

Posted by on octobre 31, 2016 at 1:10

À l’occasion d’une tournée en Afrique de l’Ouest, Manuel Valls signe une tribune intitulée « On ne peut pas réparer l’esclavage mais on peut préparer l’avenir« , publiée par le quotidien français Le Monde et le mensuel anglophone The Africa Report. Il appelle à « s’affranchir du passé » de l’esclavage, écartant les revendications de réparations financières, tout en défendant une « mémoire apaisée » de l’ »horreur » et du « désastre » de la traite négrière.

Le Premier ministre plaide pour la création d’un système d’échanges euro-africain sur le modèle d’ »Erasmus », plutôt que des « réparations » réclamées par certains militants. « Il ne s’agit pas tant de vivre dans l’idée d’une réparation – comme disait le grand poète martiniquais, descendant d’esclaves, Aimé Césaire, l’esclavage est « irréparable » – que de regarder vers demain, c’est-à-dire renforcer les liens entre nos deux continents« , plaide Valls.

« La traite négrière a été un désastre à grande échelle. Cette réalité doit être rappelée, enseignée, martelée. Il faut toujours rappeler l’enfer de douze millions d’hommes, de femmes, d’enfants arrachés à la terre de leurs ancêtres pour traverser l’Atlantique, enchaînés, réduits à l’état de bétail, de marchandises. Combien d’atrocités, de viols, de meurtres ! C’est un crime contre l’humanité« , comme le reconnaît depuis 2001 en France la loi Taubira, écrit le Premier ministre. […]

Le Point

Merci à oxoxo

PARTAGEZ ! ...

Farhad Khosrokhavar : « Il existe en Europe une armée de réserve djihadiste »

Posted by on novembre 18, 2015 at 9:36

Ceux qui ont perpétré les attentats sont des Européens, belges et français. Ils sont originaires des « banlieues » en France et de leur équivalent en Belgique. Ils sont animés d’une haine inextinguible contre cette Europe qui les a vus naître et les a plus ou moins mal éduqués.

Dans un sens pervers, ils sont plus européens que les Européens : ils réalisent l’union européenne des djihadistes là où l’Europe peine à se doter d’une police et d’un service de renseignement unifiés qui puissent, par-delà les frontières de chaque Etat, révéler leur efficacité dans la lutte contre le fléau terroriste.

Il existe en Europe une armée de réserve djihadiste dont les acteurs sont les jeunes déclassés des cités ou des poor inner cities (« quartiers populaires du centre-ville »).

A court terme, on pourra lutter contre cette armée de réserve par des arrestations et des placements en prison, mais, sur le long terme, il faudra la neutraliser par des mesures socio-économiques, faire sortir du ghetto les jeunes et inventer un nouveau mode d’urbanisme et de socialisation. Ces jeunes s’identifient au djihadisme moins pour des raisons religieuses qu’identitaires et sociales, l’islam devenant le symbole de résistance là où aucune autre idéologie ne peut leur apporter un supplément d’âme et la caution du sacré (épuisement des idéologies d’extrême gauche).

Depuis 2013, les départs pour le djihad en Syrie depuis la France (le nombre le plus élevé de djihadistes en Europe) et la Belgique (la proportion la plus élevée de djihadistes en Europe) forment la trame de fond du malaise européen.

[…] Cette victimisation malsaine fondée sur une part de vérité en termes de racisme et d’islamophobie ne saurait occulter son caractère mythifié et son excès dans un manichéisme qui nie toutes les possibilités qu’offre une démocratie à ses citoyens, ne serait-ce que par l’instrument du vote. […]

Source

Merci à Lilib

PARTAGEZ ! ...

Suisse : Les « Erasmus » helvètes à l’heure du repli identitaire et des rétorsions européennes

Posted by on mars 22, 2015 at 2:45

Le 9 février 2014, le choix suisse avait provoqué une onde de choc sur toute l’Europe. L’Union Européenne avait alors décidé, en signe de rétorsion, de remettre en cause la participation des étudiants suisses au programme d’échange universitaire Erasmus. Une façon de faire comprendre à nos voisins que la libre circulation est une règle fondamentale […]

Cet article Suisse : Les « Erasmus » helvètes à l’heure du repli identitaire et des rétorsions européennes est apparu en premier sur Fdesouche.

PARTAGEZ ! ...