enseignement

États-Unis : un professeur menacé par une foule d’étudiants pour s’être opposé à une journée « sans Blancs » dans son établissement

Posted by on mai 27, 2017 at 5:56

Les étudiants du Evergreen State College ont violemment pris à partie un professeur et ont appelé à sa démission après qu’il ait contesté l’organisation d’une journée, au cours de laquelle les étudiants blancs sont priés de ne pas être présents sur le campus.

Bret Weinstein, un professeur de biologie à l’université, a envoyé un courriel critiquant l’objet de l’événement « Jour de l’absence » de cette année où, contrairement au passé, les étudiants blancs et les membres du corps professoral ont été invités à quitter le campus afin de laisser la place aux personnes de couleur.

D’ordinaire, cette journée qui est organisée chaque année, se caractérise par le fait que les personnes de couleur quittent volontairement le campus pour montrer que leur contribution y est importante, tandis que les étudiants blancs et les membres du corps professoral assistent à des ateliers anti-racistes.

« Il y a une énorme différence entre le fait qu’un groupe ou une coalition décide de s’absenter volontairement d’un espace partagé afin de mettre en évidence leurs rôles vitaux ou secondaires … et le fait qu’un groupe ou une coalition encourage un autre groupe à partir« , a écrit Weinstein dans son courrier électronique.

«J’encourage les autres à mettre de côté le phénotype et à rejeter cette nouvelle formulation… Sur un campus universitaire, la liberté de parole et de circulation ne doit jamais être basé sur la couleur de la peau« . […]

Tucker Carlson

PARTAGEZ ! ...

Zemmour : « La volonté de nos élites est d’effacer l’Histoire de France pour la remplacer par des histoires diverses »

Posted by on mai 25, 2017 at 6:04

CHRONIQUE – On prétend que notre monde est sans mémoire. Et pourtant, le passé n’a jamais été aussi présent. Analyse d’un paradoxe. (Pour agrandir l’image : « clic droit » + « Afficher l’image »)

« Notre drame français n’est pas tant dans l’instrumentalisation excessive de l’Histoire que dans la volonté de nos élites, la plupart des politiques et des universitaires, d’effacer l’histoire de France pour mieux la remplacer par des histoires diverses, qui respecteraient « les mémoires concurrentes » et seraient l’émanation des différents peuples vivants sur le sol français. »

Le Figaro

PARTAGEZ ! ...

Éducation : les devoirs doivent-ils être faits à l’école ou à la maison ?

Posted by on mai 24, 2017 at 4:04

Abonnement mensuel

Abonnement hebdomadaire

PARTAGEZ ! ...

Torcy (77) : suspension confirmée pour l’imam/prof de maths qui légitimait le djihad armé

Posted by on mai 19, 2017 at 6:12

Le tribunal administratif de Melun a confirmé mardi 16 mai la suspension de quatre mois d’Abdelali Bouhnik, professeur de mathématiques au lycée Jean-Moulin de la ville et soupçonné de prosélytisme auprès de ses élèves par le ministère de l’Intérieur. Il est également l’imam de la mosquée de Torcy fermée le 11 avril sur arrêté du préfet de Seine-et-Marne pour « avoir légitimé le djihad armé ».

« Notre client est découragé de voir qu’il n’est pas entendu et qu’on sacralise une note blanche qui est le seul élément de preuve fourni par l’administration, regrette son avocat Me Brengarth. C’est une décision insatisfaisante et on devrait faire appel. »

Abdelali Bouhnik est suspendu par le rectorat depuis le 13 avril.

Le Parisien

PARTAGEZ ! ...

L’école au cœur des inégalités territoriales

Posted by on mai 18, 2017 at 11:34

[…] La « géographie de l’école » version ministère de l’Éducation vient d’être rendue publique. Ce douzième numéro, qui compulse les statistiques de la DEP*) en une cinquantaine de cartes et une centaine de pages, confirme une constante : l’école, par ses performances, le profil de ses élèves et son infrastructure, est largement tributaire des inégalités territoriales. Lesquelles sont particulièrement criantes en Limousin. Selon la DEPP (Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance), la « pauvreté » des enfants est plus fréquente au nord de la France, sur le pourtour méditerranéen, en Seine-Saint-Denis et… dans la Creuse.

Dans ce département rural à la démographie spécifique et au tissu socio-économique relativement faible, près de deux familles sur dix vivent en dessous du seuil de pauvreté. La Creuse fait partie des huit départements ayant les plus faibles revenus médians pour les couples avec enfants : moins de 18.500 euros par an (ceux de la Haute-Vienne et de la Corrèze n’excèdent pas 20.000 euros). Ces bas revenus peuvent aussi affecter la scolarité des enfants, par exemple en contraignant les dépenses des familles.

Mais une donnée peut cependant renforcer l’idée selon laquelle tous les élèves ne démarrent pas leur scolarité avec les mêmes chances : en Creuse, 15 % à 18 % des garçons nés en 1992 (et 10 % des filles) ont des difficultés de lecture (contre 10 % à 12 % en Haute-Vienne, et moins de 10 % en Corrèze).

En Haute-Vienne, le taux de scolarisation des enfants de deux ans est dans la moyenne basse : 2,5 % à 5 % contre 5 % à 10 % en Creuse et en Corrèze. Et c’est dans la Creuse que ce taux a le plus baissé entre 2006 et 2016 (- 20 % à – 32 % selon les secteurs).

Dans l’académie de Limoges, la part des élèves inscrits dans un lycée général et technologique est relativement faible, comparée au sud-ouest et surtout au grand ouest et à Rhône-Alpes : 62 % à 66 % contre 74 % à 78 % en Ile de France, record national.

Quant à l’apprentissage, très tributaire du tissu industriel local, sa part reste très relative en Limousin : 4,3 % des 16-25 ans sont concernés (comme dans l’académie de Bordeaux d’ailleurs), contre près de 7 % dans l’académie de Poitiers.

Si l’investissement de l’État stagne dans les collèges limousins (+ 0,3 % entre 2011 et 2014), il reste à un niveau particulièrement élevé (de 6.000 à 7.300 € par élève) et là encore supérieur au reste de la Nouvelle-Aquitaine. Idem en lycée où là, le coût par élève est énorme : jusqu’à 10.000 euros par an. En 2014, la dépense du département par collégien est en Creuse l’une des plus élevées de l’hexagone : entre 1.800 et 3.000 €, contre 1.500 à 1.800 € en Haute-Vienne et en Corrèze, ce qui est déjà dans la moyenne haute. Quant à la région, elle a dépensé en 2014 entre 2.900 et 3.800 euros par lycéen, soit le maximum constaté à l’échelle de la France. [….]

Le Populaire

Merci à Lilib

PARTAGEZ ! ...

Trappes (78) : une école bienveillante où l’on canalise la violence et les émotions

Posted by on mai 16, 2017 at 10:33

Abonnement mensuel

Abonnement hebdomadaire

PARTAGEZ ! ...