Emmanuel Macron

Affaire Ferrand : Accoyer suspecte le procureur d’avoir refusé d’enquêter sur recommandation de Bayrou

Posted by on mai 28, 2017 at 5:26

Bernard Accoyer : «Le procureur de Brest a fait un record de vitesse pour déclarer qu’il n’y avait pas besoin d’ouvrir une enquête préliminaire. On n’a jamais vu une décision prise aussi vite. A-t-il eu des recommandations orales de la part du garde des sceaux François Bayrou, qui lui-même d’ailleurs, doit comparaître devant une juridiction parce qu’il est mis en examen ? Tout cela est un peu suspect.»
– BFM TV, 28 mai 2017, 13h38

[embedded content]

«En 6 ans, parce que M. Ferrand était Directeur Général d’une importante mutuelle, son épouse a pu acquérir avec 100€ un patrimoine de près de 600 000€. Si y’a pas un enrichissement sans cause, si y’a pas un délit d’initié, si y’a pas ce que je crois être une véritable escroquerie, alors je me demande où est la loi. Que le procureur du Parquet Financier ne se saisisse pas, c’est ignorer que les mutuelles ont un statut particulier où il y a des avantages fiscaux considérables, et ça n’est pas véritablement et exclusivement de l’argent privé.

Le procureur de Brest a fait un record de vitesse pour déclarer qu’il n’y avait pas besoin d’ouvrir une enquête préliminaire. On n’a jamais vu une décision prise aussi vite. A-t-il eu des recommandations orales de la part du garde des sceaux François Bayrou, qui lui-même d’ailleurs, doit comparaître devant une juridiction parce qu’il est mis en examen ? Tout cela est un peu suspect.

Nous ne nous arrêterons pas là. Georges Fenech, député du Rhône, a saisi l’Autorité de Contrôle des Mutuelles. Et puis, je note que la première proposition de loi de M. Ferrand en 2012 est en parfait conflit d’intérêt. Certes, il n’est plus Directeur Général, mais il est chargé de mission dans le domaine des mutuelles, et il propose de permettre aux mutuelles de mettre en place des réseaux de soins. Si ce n’est pas un conflit d’intérêt, il faudra qu’on nous explique ce que c’est.

Evidemment, il y a derrière toute cette affaire un véritable scandale. Nous le dénonçons. Comme nous dénonçons le fait que l’exécutif, qui dit qu’il veut être un modèle de moralisation, dit que puisque le parquet – qui est d’ailleurs sous ses ordres – ne se saisit pas, « tournez la page, y’a rien derrière ». C’est faux. Il y a certainement des délits, et un problème moral évident.»

PARTAGEZ ! ...

Richard Ferrand disait qu’il ne fallait pas embaucher ses enfants quand a une fonction publique (VIDEO)

Posted by on mai 24, 2017 at 9:51

Abonnement mensuel

Abonnement hebdomadaire

PARTAGEZ ! ...

Diversité ethnique : le gouvernement Philippe ne fait pas mieux que les précédents (Le Monde)

Posted by on mai 24, 2017 at 4:39

Si de nouveaux visages sont apparus, venus de la société civile notamment, le gouvernement ne se distingue pas particulièrement par son ouverture à la diversité.

Le 17 avril, Emmanuel Macron promettait à ses militants parisiens une France « plus diverse encore dans cinq ans » : « Il y aura des visages, ceux de la France réelle, […] la France de tous les visages, de toutes les couleurs. » Dans un pays où les débats sur la diversité portent habituellement davantage sur la parité, les statistiques ethniques restent un sujet très controversé dans l’opinion publique. Des institutions comme le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) ou le Défenseur des droits ont pourtant décidé de s’intéresser à la question.(…)

Le premier gouvernement de la présidence Macron est aussi divers que ceux sous les présidences Chirac et Sarkozy : autour de 9 % de ses membres appartiennent à une minorité ethnique, selon nos calculs (méthodologie en fin d’article). Seul le premier gouvernement Raffarin fait figure d’exception avec ses 3,6 %.

Le gouvernement Philippe se place cependant derrière tous ceux de la présidence Hollande, s’agissant de diversité, qui comptaient parmi leurs membres entre 15,7 % et 20,5 % de personnes issues de minorités.
« On peut considérer que, grosso modo, près de 20 % de la population vivant en France peut être perçue comme non blanche », expliquait le sociologue Eric Macé à Slate, en janvier 2016. D’autres évaluent cette part de la population plutôt autour de 11 %. En l’absence de statistiques officielles, impossible d’avoir un élément de comparaison précis.

Mieux représentées, les minorités ? Le président du CRAN nuance pendant ce constat : « Il faut examiner la situation à tous les étages. Car la parité et la diversité qu’on respecte plus ou moins au niveau des ministres disparaissent totalement au niveau des cabinets, dans les lieux où s’élaborent les décisions. »
Un manque de diversité constaté dans toute la fonction publique, d’après un rapport remis à Bernard Cazeneuve en février. « Si la fonction publique hérite d’inégalités existant par ailleurs, elle les accentue parfois et ne peut se dédouaner de sa responsabilité à cet égard », expliquait alors le conseiller d’Etat Olivier Rousselle.

(…)

Le Monde

Merci à valdorf

PARTAGEZ ! ...

Foule éparse à l’investiture de Macron : son équipe aurait exigé de France 2 des plans plus serrés

Posted by on mai 24, 2017 at 3:00

Face au peu de monde venu acclamer Emmanuel Macron lors de sa visite à l’Hôtel de Ville de Paris le jour de son investiture, un de ses conseillers aurait demandé à France 2 des plans plus serrés, selon Le Canard enchaîné.

D’après Le Canard enchaîné du 24 mai, Sylvain Fort, le conseiller en communication d’Emmanuel Macron, aurait obtenu de France 2, alors en pleine retransmission en direct, que la chaîne diffuse des plans plus serrés de sa visite à l’Hôtel de Ville de Paris le 14 mai dernier. Objectif de cette faveur gracieusement accordée au chef de l’Etat : ne pas rendre trop visible la foule très peu nombreuse qui s’était déplacée ce jour-là.

Pascal Doucet-Bon, l’un des rédacteurs en chef de la chaîne publique et chargé ce jour-là de la retransmission en direct de l’événement, aurait reçu un appel de Sylvain Fort, conseiller en communication d’Emmanuel Macron. Ce dernier se serait montré «inquiet» des nombreux plans larges diffusés en direct. Ceux-ci laissaient voir un président saluant des petits groupes sur son chemin, loin de la ferveur des grands événements républicains. (…)

RT

PARTAGEZ ! ...