Pays-Bas : grâce au Plan Einstein une migrante syrienne entrera à l’Université en septembre

Ces deux jeunes femmes se considèrent comme voisines à Overvecht, un quartier d’Utrecht aux Pays-Bas. Depuis un an Maaike donne des cours d’entrepreunariat au Plan Einstein. Dema, jeune réfugiée syrienne de 21 ans, apprend ici le hollandais et c’est ici aussi qu’elle a préparé sa candidature pour étudier à l’université.

[embedded content]

« On parle aux participants, on voit ce dont ils ont besoin pour leur carrière professionnelle et nous proposons des ateliers, du coaching, on essaie d’élargir leur réseau professionnel en les mettant en relation, avec l’hôpital local pour les étudiants en médecine, ou en leur présentant des entrepreneurs locaux, c’est comme ça que nous les aidons. Notre programme est « future free », ce n’est pas grave si la personne ne reste pas aux Pays Bas, tout ce qui est appris ici sera utile ici ou n’importe où dans le monde« , explique Maiike Wit, chef de projet.

« Ce n’est pas moi qui les aide et ils ne doivent pas me dire « merci » mais c’est vraiment une coopération entre nous et chacun a une responsabilité et j’aime beaucoup faire partie de ce programme, j’apprends sur ma propre ville mais je peux aussi parler avec des gens du monde entier« , ajoute-t-elle.

« Pour être honnête les deux premiers jours ici je me sentais un peu seule, vivant dans ma chambre dans une endroit où je ne connaissais pas grand monde, donc j’avais un peu peur mais quand je suis venue ici et que j’ai rencontré de nouvelles personnes chaque jour alors on est devenu presque comme une famille« , explique Dema Kadre. « J’ai des amis syriens dans le centre d’asile et aussi des personnes d’autres nationalités, j’ai aussi des amis Néerlandais que j’ai rencontré ici au Plan Einstein. Parce que quand je suis venu, j’étais complètement perdu je ne savais pas par où commencer donc ensemble on a essayé de voir ce que je voulais faire pour que je puisse m’inscrire à la fac et maintenant je suis inscrite et j’ai été prise dans une université et je commence en septembre donc oui je suis tellement heureuse maintenant« , ajoute-t-elle.

Dema pourra étudier le droit international à partir de septembre à l’Université.

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Documentaire : « Le Cerveau des Enfants »

Le Cerveau des Enfants est une plongée dans les neurosciences et explique comment nos expériences dans l’enfance façonne notre cerveau. Le film donne les clefs essentielles pour contribuer à le développer correctement. Comment aider les enfants à mieux gérer leurs colères, à se relever des échecs, à apprendre efficacement, etc. De l’émotion à l’apprentissage, le film présente tout ce qu’il est nécessaire de savoir, en tant que parent ou éducateur, pour accompagner les enfants dans la réalisations de leur plein potentiel, et leur permettre de s’épanouir.

[embedded content]

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Éducation nationale : la crise du recrutement ne s’arrange pas

Les premiers résultats des admissibles aux concours externe de professeur des écoles et au capes externe laissent présager que la crise du recrutement dont souffre l’Education nationale se prolonge. En ce qui concerne le premier degré, les premiers résultats sont sans appel. Les résultats des épreuves d’admissibilité disent dès maintenant que dans les académies de Créteil et Versailles on n’aura pas un nombre d’enseignants permettant de couvrir le nombre de postes offerts. Le déficit final pourrait être de 700 postes. Dans le second degré, malgré la forte réduction du nombre de postes proposés cette année, les résultats de l’admissibilité annoncent près de 400 postes non couverts en lettres (modernes et surtout classiques), allemand et maths. Les résultats de l’anglais, une autre discipline en déficit l’année dernière, ne sont pas encore connus.

Dans le premier degré, les résultats des épreuves d’admissibilité au concours externe de professeur des écoles mettent en lumière l’aggravation de la crise du recrutement dans les académies de Versailles et de Créteil.

A Créteil, 1379 candidats ont été déclarés admissibles. Or 1450 postes sont offerts cette année au concours. Même en ayant diminué de 150 places le nombre de postes cette année, il est clair que tous les postes ne seront pas couverts. Le déficit devrait dépasser 71 postes. En reprenant le ration admis / admissibles de l’an dernier (80% d’admis) on obtiendrait environ 1100 admis soit un déficit d’environ 350 postes. L’année dernière 489 places n’avaient trouvé preneur.

Sur Versailles la situation est bien pire. On compte 1657 admissibles pour 1700 postes proposés. Il est clair que 43 postes ne seront pas couverts. Mais en reprenant le ration d’admis de 2017 (85%) on obtiendrait 1408 admis. Dans cette hypothèse ce sont environ 300 postes qui en seront pas couverts. L’année dernière le déficit n’a été que de 74 postes. […]

Faute d’une vraie politique de recrutement le ministère n’est pas arrivé à atteindre les créations de postes qu’il avait jugé nécessaires. Le ministre promet de favoriser les pré recrutements prochainement. C’est une bonne idée . Mais il a aussi annoncé vouloir distinguer entre réussite au concours et recrutement. Appliquer cette idée serait-il sans effet sur l’attractivité du métier enseignant ?

Café Pédagogique

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

La génétique sur le terrain miné des « races »

Une tribune publiée par le « New York Times » relance une question minée, celle des différences génétiques observées entre groupes humains. Laurent Alexandre met en garde contre les dérives d’une telle discussion.

« Dans « Le Monde » je m’oppose à l’article de David Reich célèbre généticien de Harvard dans le New-York Times qui veut faire des études génétiques par race. Il ne s’interdit même pas de traiter des différences génétiques des capacités cognitives par races. Je suis contre ! »

La part de la génétique dans nos destinées est un sujet douloureux en France. Notre pays est probablement l’un des derniers où une majorité de gens et même d’intellectuels sont persuadés que ­l’intelligence est purement produite par ­l’environnement culturel et familial. Toutes les études montrent pourtant le contraire et relativisent au passage le rôle de l’école.

Des études ont mis en évidence le fait que la réussite et les capacités intellectuelles étaient fortement dépendantes du patrimoine génétique. Partager un environnement commun – famille et éducation – n’explique qu’environ un tiers des différences cognitives. Autrement dit, l’école et la culture familiale ne ­pèsent pas beaucoup face au poids décisif de la génétique, qui compte pour près des deux tiers dans nos différences intellectuelles, si l’on en croit les travaux du Britannique Robert Plomin (King’s College, Londres).

Les différences de réussite scolaire ne traduisent pas avant tout la qualité des professeurs ou des écoles. Ce n’est pas un défaut de compétence des professeurs, ou même des problèmes de méthode, qui expliquent les mauvais résultats de l’école. Égaliser les chances à travers l’éducation est une tâche décourageante ; et la gestion politique des différences neurogénétiques interindividuelles est difficile.

Aux Etats-Unis, certains généticiens de haut vol implorent néanmoins l’opinion de rouvrir un autre débat miné : le lien entre ­notre race, notre ADN et nos caractéristiques, sans même s’interdire de traiter des différences cognitives. Dans un long article publié dans le New York Times, le 23 mars, David Reich – généticien à Harvard de réputation internationale – plaide pour l’ouverture d’une discussion sur la notion de « race » à travers l’analyse génétique. […]

Le Monde

Merci à Thibault

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Irlande : une année agricole avec Erasmus+ pour de jeunes Bretons

Vous en avez marre de ces pubs ? Faites-un don ou abonnez-vous… Fdesouche n’est pas un service public. Pas le site d’un parti. Pas un site de promotion personnelle. Mais un site animé par des gens comme vous, bénévoles, qui sacrifient leur vie personnelle, leur temps pour vous rendre un service en faisant de la veille et en vous fournissant gratuitement une revue de presse. Ce travail à un coût. Comme vos dons et abonnements sont inférieurs à celui-ci, nous n’avons dû trouver d’autres solutions. Quand les dons et abonnements nous permettrons de couvrir nos frais, nous retirerons ces pubs. Encore merci à ceux qui nous aident.

Solution 1 : Faire un don avec paypal ou carte bancaire


Solution 2 : S’abonner avec paypal

Option A : paiement mensuel

Option B : paiement hedomadaire


Solution 3 : Faire un don par chèque

Chèque à l’ordre d’Esprit de Clocher

Esprit de Clocher 64, rue Anatole France 92300 Levallois-Perret France


Solution 4 : Faire un don en Bitcoin

Adresse bitcoin : 1KyyRyYGMMfxYi6qCGkFARQ1TcqcrumoC4


PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Laurent Alexandre : « l’ADN détermine plus de 50% de notre intelligence », « le rôle de la génétique croît avec l’âge »

Solution 1 : Faire un don avec paypal ou carte bancaire


Solution 2 : S’abonner avec paypal

Option A : paiement mensuel

Option B : paiement hedomadaire


Solution 3 : Faire un don par chèque

Chèque à l’ordre d’Esprit de Clocher

Esprit de Clocher 64, rue Anatole France 92300 Levallois-Perret France


Solution 4 : Faire un don en Bitcoin

Adresse bitcoin : 1KyyRyYGMMfxYi6qCGkFARQ1TcqcrumoC4


PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Une Britannique élue « meilleure enseignante du monde » a appris 35 langues pour mieux communiquer avec ses élèves

hostpic

Sur les 30 000 candidats de toutes nationalités qui s’étaient présentés au concours, ils étaient 10 finalistes, dimanche, à se disputer le titre de meilleur enseignant du monde. Le trophée est allé à une institutrice de Londres, qui enseigne dans un quartier pauvre et multiethnique du nord de la capitale, à l’école communautaire Alperton.

« Félicitations à Andria Zafirakou pour avoir remporté le titre de meilleur enseignant du monde, le plus beau métier du monde », a tweeté cheikh Mohammad ben Rached Al-Maktoum, souverain de Dubaï, après avoir remis le prix à la lauréate.

Andria Zafirakou a appris les bases de la plupart des 35 langues parlées dans son école, et peut ainsi communiquer avec ses élèves et leurs parents, qui comptent de nombreux réfugiés. Elle a également imposé une refonte du programme scolaire pour le rendre plus proche de la vie de ses élèves. […]

Le Parisien/AFP

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Ecole : comment des parents combattent le racisme de leurs enfants

[…] Le fils de Mélanie, 7 ans, lui a déjà dit qu’il était « raciste », voyant que le mot semblait susciter des réactions. « Encore une fois, j’ai expliqué le sens et tout est rentré dans l’ordre. C’est juste qu’ils mélangent toutes les informations qu’ils reçoivent. » Quand la fille d’Anaïs lui a dit qu’elle « n’aimait pas les […]

L’article Ecole : comment des parents combattent le racisme de leurs enfants est apparu en premier sur Fdesouche.

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture