Joseph, 7 ans : « Tu sais, papa, il y a un problème à l’école avec le ramadan »

Quand arrive le ramadan, certains enfants cessent de s’alimenter à la cantine. Face à cela, l’institution scolaire est bien démunie.

Joseph est un petit garçon de bientôt 7 ans scolarisé en CP dans une école publique de la ceinture rouge de Paris. Une école bien mixte, qui mélange les origines sociales, culturelles et géographiques, comme il en existe trop peu. Il y a trois semaines, Joseph a demandé à son papa, cadre et agnostique, ce qu’était le ramadan. Les autres enfants en parlaient beaucoup à l’école. Le père lui a expliqué, autant que sa connaissance de l’islam et son sens de la vulgarisation le lui permettaient. Et puis, il y a quatre jours, Joseph, en se mettant à table pour dîner, a annoncé de but en blanc : « Tu sais, papa, il y a un problème à l’école avec le ramadan. » Le problème, en l’occurrence, c’est que Bachir ne vient plus à la cantine parce que « les animateurs le grondent quand il ne mange pas ; ils lui disent qu’il va être fatigué« .

« Or, Bachir n’a manifestement pas le choix : S’il mange, il nous dit qu’il va se faire gronder encore plus fort par sa maman». […]

Les récits de Joseph doivent être pris pour ce qu’ils sont : des propos d’enfants qu’il nous est impossible de vérifier. […]

Nouvel Obs

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Bezons (95) : 100 kilos de cannabis retrouvés dans une école

[…] Cent kilos de cannabis ont été découverts vendredi dans une école de Bezons dans le Val-d’Oise, où deux personnes ont été interpellées, a-t-on appris de source policière. La drogue a été retrouvée dans « le groupe scolaire Louise Michel », a indiqué la préfecture du Val-d’Oise, sans autres précisions. La police judiciaire parisienne est chargée de l’enquête. […]

Ce n’est pas la première fois qu’une infrastructure publique sert de lieu de stockage. En novembre 2017, un camion transportant 500 kg de cannabis en provenance d’Espagne avait été intercepté par les douanes au moment où il entrait dans le centre technique municipal (CTM) de Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis. Trois hommes soupçonnés d’être impliqués dans ce trafic, et dont l’un travaillait pour la mairie, avaient été mis en examen et écroués.

Europe1

Merci à Jean

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Le prince Georges visé par l’Etat islamique

Husnain Rashid, un sympathisant de l’Etat islamique, a délivré des informations à son réseau pour qu’une attaque puisse être organisée contre le Prince Georges, âgé de 4 ans. Arrêté en novembre 2017, Husnain Rashid risque aujourd’hui la prison à perpétuité. Il a également avoué avoir empoisonné des fruits dans des supermarchés. Professeur dans une mosquée, il est aussi accusé d’avoir encouragé ses élèves à utiliser des armes.

Ce jeudi 31 mai, les autorités britanniques ont eu la confirmation que le détenu Husnain Rashid a envoyé des centaines de milliers de messages pour encourager le réseau terroriste à attaquer l’école du prince.

L’homme de 32 ans a publié sur le web une photo de l’école où se rend quotidiennement le petit prince. L’établissement est situé à Battersea, un quartier du sud-ouest de Londres.

Il a ajouté aux photos les messages suivants: « Même la famille royale ne sera pas épargnée. L’école commence tôt« . « Quand la guerre arrive avec le bruit des balles, on tombe dans l’incrédulité, désireux de représailles. » Ses messages ont commencé lorsque le prince est arrivé dans l’école, l’année dernière.

7 sur 7

Merci à clodimir

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

L’école se dote d’un nouveau « guide » de la laïcité : «Ni minimiser, ni dramatiser»

L’éducation nationale sera mieux outillée face aux atteintes à la laïcité et aux contestations adossées à la religion dans ses établissements scolaires : c’est le message qu’entend faire passer le ministère de l’éducation en distribuant, à compter de mercredi 30 mai, un « vade-mecum de la laïcité à l’école » rédigé par son Conseil des Sages. Sans chiffrer l’ampleur des contestations.

Installée en janvier par Jean-Michel Blanquer, l’instance dirigée par la sociologue Dominique Schnapper – réputée pour sa lecture plutôt « ferme » du principe de laïcité – était, jusqu’à présent, restée silencieuse, au point qu’on puisse s’interroger sur la capacité de ses membres – dont Jean-Louis Bianco, Laurent Bouvet, Patrick Kessel ou encore Jean-Louis Auduc – à se retrouver sur une ligne commune.

Leurs délibérations auront finalement abouti : le document de 83 pages dont « Le Monde » a pu consulter une première mouture avant présentation de sa version définitive, mercredi, a fait consensus parmi les Sages, selon plusieurs sources. Même la participation des « mères voilées » aux sorties scolaires, que d’aucuns disaient menacée, ne semble pas remise en cause par ce texte. […]

Sur le port de signes religieux ostensibles par les élèves, le vade-mecum ne se limite pas au rappel de la loi du 15 mars 2004 l’interdisant. Il entre dans le détail en affirmant qu’il « doit être étudié, au cas par cas, si le signe ou la tenue que porte l’élève démontre sa volonté au travers de son comportement, de manifester une appartenance religieuse ». […]

Le Monde

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Sujet de France 2 sur l’ISSEP, la nouvelle école de Marion Maréchal Le Pen à Lyon (MàJ Sujet de BFM TV)

Sujet du journal de 20h de France 2 sur l’ISSEP, la nouvelle école de Sciences Politiques de Marion Maréchal Le Pen à Lyon. Les frais d’inscription à l’Institut de Sciences Sociales Economiques et Politiques s’élèvent à 5 500€/an.
– France 2, 23 mai 2018, 20h18

[embedded content]

Sujet de BFM TV …

Stephan Arnaud : «L’ISSEP reviendra sur des fondamentaux et donnera des armes aux élites de demain pour ne plus être sur une grille de lecture de gauche mais conservatrice, avec des valeurs.»

Parmi les enseignants figurent des pro-Brexit et pro-Trump.
– BFM TV, 23 mai 2018, 23h03

[embedded content]

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Belfort (90) : Menaces au marteau dans une école maternelle

www.estrepublicai

Deux pères de famille se sont fait face, marteau en main, la semaine dernière dans les locaux de l’école maternelle Raymond-Aubert, au moment de la sortie, à Belfort. Les causes de cette scène incroyable restent à déterminer.

Scène quasiment surréaliste jeudi 17 mai dans les locaux de la maternelle Raymond-Aubert, à Belfort, à l’heure de la sortie.

Ce jour-là, vers 11 h 45, deux pères de famille viennent chercher leurs enfants de la classe de grande et moyenne section qui les attendent dans l’entrée de l’école.

Rien de plus banal et de plus paisible a priori, sauf que soudain, l’un des deux hommes assène, sans prononcer un mot, une violente gifle à l’autre. Il ne s’en tient pas là, et sort aussitôt de ses vêtements un marteau, menaçant d’en frapper l’autre individu.

Ce dernier n’est pas en reste. Il exhibe lui aussi un marteau, mais, selon un témoin, n’a pas le temps d’en menacer l’autre homme puisqu’une Atsem (agent territorial spécialisé des écoles maternelles) s’interpose entre eux, non sans courage.  (…)

Est Républicain

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Saint-Victor-sur-Rhins (42) : Insultes, coups, morsures, crachats, le maire ferme l’école à cause de deux élèves

n maire de la Loire a fermé l’école primaire pendant une journée pour dénoncer des problèmes avec deux élèves âgés de 6 et 7 ans.

L’école primaire de Saint-Victor-sur-Rhins est restée fermée ce mardi 22 mai : le maire de cette petite commune de la Loire entendait ainsi attirer l’attention de l’Education nationale sur deux élèves violents, âgés de six et sept ans, qui perturbent depuis deux ans la vie de l’établissement.

« Nous attendons des réponses de l’inspection académique lors du conseil d’école extraordinaire programmé mardi soir » a déclaré lundi à l’AFP Delphine Tournus, adjointe à la vie scolaire confirmant une information du quotidien Le Progrès.

(Merci à Comte Zero)

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Vaulx-en-Velin (69). Six arrestations après les coups de feu et le confinement de l’école

Un enchaînement de préoccupantes violences s’est déroulé vendredi en fin d’après-midi, émaillé de coups de feu, sur fond de rivalités de clans, dans un rayon d’un kilomètre. Une école primaire a même été confinée, les éducateurs craignant une attaque armée en plein établissement.

Les faits ont commencé par une poursuite dans le secteur du Mas du Taureau. Selon des témoins, un individu poursuivant un rival en tenant une arme, en criant qu’il allait le tuer. « Je vais te fumer » a entendu un témoin anonyme. Il portait son tee-shirt enroulé sur la tête. Des témoins affirment avoir entendu au moins trois détonations.

La poursuite est passée par le chemin de la Godille et par une école primaire. Là, par précaution, les éducateurs ont pris les mesures prévues en cas d’attaque armée, en plein contexte terroriste. L’école a été confinée. Des témoins ont entendu deux autres détonations par la suite.

(…) Le Parisien

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Propagande turque à l’école primaire en Suisse

Propagande turque à l\'école primaire en SuisseDes petits garçons ont joué à faire la guerre dans une pièce de théâtre scolaire. Ils ont tiré avec des armes factices, mimé des morts reposant sur le champ de bataille le corps recouvert d’un drapeau turc, glorifié l’Empire ottoman et crié des slogans pour la patrie. Cette scène s’est déroulée le 25 mars dernier non pas en Turquie, mais en Suisse, plus précisément à Uttwil, en Thurgovie, a révélé dimanche la SonntagsBlick. Ceci dans le cadre des «cours de langue et de culture d’origine» (LCO).

Le journal a expliqué que les bambins rejouaient la bataille de Gallipoli qui a opposé en 1915 l’Empire ottoman et les troupes franco-britanniques dans la péninsule de Gallipoli, dans l’actuelle Turquie, durant la Première guerre mondiale. Cet affrontement est considéré comme l’un des plus grands succès ottomans durant le conflit et a marqué le début de l’ascension de Mustafa Kemal, le premier président turc. Pour les experts, c’est clair: le gouvernement d’Ankara se sert de ces jeunes à des fins de propagande militaire.

Cette affaire choque la classe politique, de gauche comme de droite. «Ce sont des exercices contraires à l’intégration», critique le président du PDC Gerhard Pfister, interrogé par le Blicklundi. Mais il ne se dit pas surpris: «on voit bien que les cercles islamiques et l’Etat turc font tout pour combattre et empêcher l’intégration dans la culture occidentale», s’indigne-t-il.

www.20min.ch

(Merci à Livercingetorix)

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

« L’apartheid » scolaire selon Lucette : « Petit à petit nos petits ‘Français’ sont partis »

Le Nouvel Obs a reçu le témoignage de Lucette Sienne qui a été institutrice toute sa carrière dans la même école primaire du Val d’Oise. Elle a donc « bien connu » l’apartheid scolaire – entre riches et pauvres, entre noirs et blancs – qui sévit à Paris et dans sa banlieue.

[…] Cette histoire, en l’occurrence, commence par une douce pastorale. On est à Argenteuil (Mme Sienne ne le dit pas, mais on le devine) au début des années 60, avant que l’architecte Roland Dubrulle rase vergers et pavillons Sam-suffit pour édifier la dalle du Val d’argent – l’une des plus grandes de France. Mme Sienne est manifestement TRES nostalgique de cette époque bénie des dieux.

« Quand j’ai débarqué dans cette école de banlieue qui sortait de terre et dans laquelle j’allais passer trente-six ans, je me suis réjouie. Tout autour, des champs avec des vaches, des chèvres, des cerisiers, des pommiers, de la verdure. J’avais un CP de 40 élèves (plus facile à mener qu’un à 25 des années plus tard). Aux beaux jours avec la permission des propriétaires, j’amenais les enfants se détendre après 15h dans un de ces prés. On y lisait des histoires, on dessinait, on peignait. La chouette école ! »

La suite est moins réjouissante : « Puis ce petit coin de campagne a cédé la place à la ZUP : du béton partout, plus de pavillons ni de jardins, mais des tours de vingt étages et, pour terrain de jeu, la dalle ! La population scolaire a changé ; avec les Jean, Pierre, Nicolas, Antoine, Aurélie, Sylvie… nous avons eu des Kamel, Youssef, Djamel, Fatima, Karima, Hassiba. Petit à petit nos petits ‘Français’ sont partis, les uns chez les curés, dans le privé, les autres dans le public car les parents s’étaient trouvé une mamie, un tonton, une tata habitant une banlieue plus chic : Enghien, Taverny, Saint-Leu… Une année exceptionnelle – tous les enfants étaient très bons – dix parents sont venus m’annoncer en juin (à la fin de leur CP, ndlr.) qu’ils retiraient leurs enfants de l’école. […]

Le séparatisme social est encore plus poussé en banlieue qu’à Paris. Pour la bonne et simple raison que les classes moyennes et supérieures y sont très minoritaires. La plupart des parents CSP+ qui y résident – souvent des bobos de gauche chassés de la capitale par la flambée des prix immobiliers – oublient leurs beaux principes devant l’absence de mixité prévalant dans leur établissement de secteur et se voient contraints de déménager ou d’inscrire leurs enfants dans le privé… à l’insu de leur plein gré. […]

Nouvel Obs

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture