Jan Goossens : «Des théâtres et des opéras aux publics trop âgés, trop blancs, trop homogènes»

Tribune de Jan Goossens, directeur du festival de Marseille, appelant à une « culture décentrée plurielle et métissée ». Il n’aime pas l’expression de « zones blanches » désignant les territoires peu favorisés du point de vue culturel.

Toute discussion sur la ségrégation culturelle est, au bout du compte, une discussion sur la culture et l’identité. Qui sommes-nous ? Où allons-nous ensemble ? Quelle nécessaire diversité de récits sommes-nous prêts à porter et à rendre accessible ?

Les questions posées par la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, sont de taille : n’est-il pas grand temps de faire de la participation à la vie culturelle subventionnée une priorité de la politique culturelle nationale ? Effectivement, les projets actuels de la ministre contiennent d’anciennes recettes. Mais si en tant que secteur nous sommes capables de faire mieux, pourquoi voit-on trop souvent des salles de spectacles et des musées à demi-vides, des théâtres et des opéras aux publics trop âgés, trop blancs, trop homogènes, ou encore des populations des banlieues ou des zones périurbaines qui ne se sentent pas concernées par notre production culturelle ?

Qu’il s’agisse de «la Culture près de chez vous» ou du Pass culture, on semble penser, de façon unanime, que la distance physique ou les motifs financiers sont les seuls obstacles à la participation. Et donc, les solutions sont évidentes : apportons la culture aux gens, via des tournées de spectacles, via des Micro-Folies, ou via un pass gratuit d’une valeur de 500 euros. […] Concernant la Culture près de chez vous, on constate avec surprise que le choix se porte exclusivement sur le canon culturel parisien, porté par une série de «monuments nationaux». […]

Une commission de la diversité doit veiller à ce que soient représentés des modèles culturels et intellectuels d’origines multiples. Pas pour verser dans le communautarisme, mais pour montrer que le répertoire de la République de demain est assez ouvert et généreux pour étreindre de multiples voix. […]

Libération

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

« Faire coiffer ses cheveux crépus en France, une galère sans nom »

Renée Greusard, journaliste au Nouvel Obs, se plaint de la difficulté à faire coiffer des cheveux crépus en France.

Après la polémique dont ont fait l’objet les propos de Rokhaya Diallo, on s’est dit qu’il était temps que tout le monde sache ce qu’il se passe quand on a des cheveux crépus en France. Rien de très bon.

Je marche donc dans cette grande rue du XVe arrondissement de Paris. Et je me sens honteuse. Honteuse d’avoir cru que je pouvais comme « tout le monde » (entendre les Blancs) pousser la porte d’un coiffeur « normal » (pour les Blancs, donc).

J’avais pourtant bien vu en franchissant le seuil de la boutique que l’idée n’était pas brillante. Les deux femmes (blanches) m’avaient accueillie avec un encourageant : « Ah on ne fait jamais ça, on ne sait pas bien faire, mais on peut essayer… » […]

Nouvel Obs

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Vous en avez marre de ces pubs ? Faites-un don ou abonnez-vous… Fdesouche n’est pas un service public. Pas le site d’un parti. Pas un site de promotion personnelle. Mais un site animé par des gens comme vous, bénévoles, qui sacrifient leur vie personnelle, leur temps pour vous rendre un service en faisant de la veille et en vous fournissant gratuitement une revue de presse. Ce travail à un coût. Comme vos dons et abonnements sont inférieurs à celui-ci, nous n’avons dû trouver d’autres solutions. Quand les dons et abonnements nous permettrons de couvrir nos frais, nous retirerons ces pubs. Encore merci à ceux qui nous aident.

Solution 1 : Faire un don avec paypal ou carte bancaire


Solution 2 : S’abonner avec paypal

Option A : paiement mensuel

Option B : paiement hedomadaire


Solution 3 : Faire un don par chèque

Chèque à l’ordre d’Esprit de Clocher

Esprit de Clocher 64, rue Anatole France 92300 Levallois-Perret France


Solution 4 : Faire un don en Bitcoin

Adresse bitcoin : 1KyyRyYGMMfxYi6qCGkFARQ1TcqcrumoC4


PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

« L’apartheid » scolaire selon Lucette : « Petit à petit nos petits ‘Français’ sont partis »

Le Nouvel Obs a reçu le témoignage de Lucette Sienne qui a été institutrice toute sa carrière dans la même école primaire du Val d’Oise. Elle a donc « bien connu » l’apartheid scolaire – entre riches et pauvres, entre noirs et blancs – qui sévit à Paris et dans sa banlieue.

[…] Cette histoire, en l’occurrence, commence par une douce pastorale. On est à Argenteuil (Mme Sienne ne le dit pas, mais on le devine) au début des années 60, avant que l’architecte Roland Dubrulle rase vergers et pavillons Sam-suffit pour édifier la dalle du Val d’argent – l’une des plus grandes de France. Mme Sienne est manifestement TRES nostalgique de cette époque bénie des dieux.

« Quand j’ai débarqué dans cette école de banlieue qui sortait de terre et dans laquelle j’allais passer trente-six ans, je me suis réjouie. Tout autour, des champs avec des vaches, des chèvres, des cerisiers, des pommiers, de la verdure. J’avais un CP de 40 élèves (plus facile à mener qu’un à 25 des années plus tard). Aux beaux jours avec la permission des propriétaires, j’amenais les enfants se détendre après 15h dans un de ces prés. On y lisait des histoires, on dessinait, on peignait. La chouette école ! »

La suite est moins réjouissante : « Puis ce petit coin de campagne a cédé la place à la ZUP : du béton partout, plus de pavillons ni de jardins, mais des tours de vingt étages et, pour terrain de jeu, la dalle ! La population scolaire a changé ; avec les Jean, Pierre, Nicolas, Antoine, Aurélie, Sylvie… nous avons eu des Kamel, Youssef, Djamel, Fatima, Karima, Hassiba. Petit à petit nos petits ‘Français’ sont partis, les uns chez les curés, dans le privé, les autres dans le public car les parents s’étaient trouvé une mamie, un tonton, une tata habitant une banlieue plus chic : Enghien, Taverny, Saint-Leu… Une année exceptionnelle – tous les enfants étaient très bons – dix parents sont venus m’annoncer en juin (à la fin de leur CP, ndlr.) qu’ils retiraient leurs enfants de l’école. […]

Le séparatisme social est encore plus poussé en banlieue qu’à Paris. Pour la bonne et simple raison que les classes moyennes et supérieures y sont très minoritaires. La plupart des parents CSP+ qui y résident – souvent des bobos de gauche chassés de la capitale par la flambée des prix immobiliers – oublient leurs beaux principes devant l’absence de mixité prévalant dans leur établissement de secteur et se voient contraints de déménager ou d’inscrire leurs enfants dans le privé… à l’insu de leur plein gré. […]

Nouvel Obs

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Royaume-Uni : un Lord conservateur déclare « qu’à moins que quelque chose ne change, bientôt il n’y aura plus assez de Blancs pour que la droite puisse gagner »

Royaume-Uni : un Lord conservateur déclare « qu’à moins que quelque chose ne change, bientôt il n’y aura plus assez de Blancs pour que la droite puisse gagner »

« À moins que quelque chose ne change, bientôt il n’y aura simplement plus assez de blancs pour que le parti conservateur puisse gagner. » -un membre de la chambre des Lords ??. (The Times) pic.twitter.com/UcmuQnjyKA

— Tony Thommes (@tonythommes) April 24, 2018

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Collèges « ghettos » à Paris : le choix cornéliens des « parents blancs, de gauche »

Le propos est fort, presque provocateur, et on le doit à… Gilles Pécout, recteur de l’académie, un homme extrêmement urbain, spécialiste de l’histoire italienne, faisant preuve en toute occasion d’une tempérance de sénateur romain. Oui, Paris est une ville d’apartheid, c’est dur à admettre, mais c’est une réalité. Faut-il éviter le public ? Contraindre le privé ? Ou trouver d’autres voies ?

Dans tous les quartiers de la capitale un tant soit peu mélangés, le melting-pot culturel et social dont sont si fiers les Parisiens se transforme – dans la sphère scolaire – en une mosaïque complexe d’écoles blanches, noires, ou plus ou moins métissées.

Dans les écoles à dominante noire, qui se trouvent être les plus socialement et scolairement défavorisées, les parents blancs, de gauche, se retrouvent confrontés à un choix cornélien : respecter leurs principes en scolarisant leur rejeton dans l’établissement du quartier, ou suivre la grande majorité de leurs pairs qui font désormais le choix du privé.

[…] En ségrégant son public, Paris opère par ailleurs un tri scolaire sans pitié : d’un côté une multitude de collèges excellents – majoritairement privés – dépassant les 95% de réussite au brevet, de l’autre une bonne trentaine – tous publics – fluctuant entre 50 et 75%, bien en-deçà des moyennes nationales, dont l’état dégradé étonne même les enseignants et principaux venus de Seine-Saint-Denis ou des quartiers nord de Marseille. […]

Dans ces affaires de mixité, on s’intéresse beaucoup aux parents, essentiellement pour les culpabiliser. Non sans raisons. Comme le souligne le recteur Pécout, le « Parisien n’est guère raisonnable« . A l’ouest, il est traditionnellement attaché au privé par conviction religieuse, ou, plus souvent, par attachement atavique à l’entre-soi bourgeois. Au centre et à l’est, il dégaine volontiers ses principes généreux, mais les remballe aussi vite, lorsque sa progéniture se rapproche du cap anxiogène de l’entrée au collège. […]

Nouvel Obs

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Bridgeport (États-Unis) : un lycée en état d’alerte après qu’un surveillant ait menacé de « commencer une révolution en exécutant tous les hommes blancs »

Un lycée du Connecticut a été placé en état d’alerte mercredi dernier après qu’un membre du personnel ait menacé de se lancer dans une tuerie de masse visant « les blancs » et qu’une arme ait été trouvée dans son bureau.

Carl Lemon, un surveillant à l’école Harding High School à Bridgeport, a été placé en détention et accusé de « menaces de second degré » et de « violation de la paix ». Il a ensuite été libéré de prison après avoir payé une caution de 5 000 $.

Le directeur de l’école, Dane Brown, a mis l’école en état de confinement lorsqu’un enseignant a signalé que Lemon menaçait de se livrer à une tuerie.

Selon le rapport de police, l’enseignant a dit que Lemon, 63 ans, avait déclaré qu’il «qu’une révolution devait commencer» et qu’il «comptait exécuter tous les hommes blancs qu’il verrait».

Le rapport de police indique que Lemon a également piétiné un drapeau.

Encore plus inquiétant, un grand couteau de cuisine a été trouvé dans son tiroir de bureau.

Daily Mail

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Brésil : Ils importent du sperme américain pour avoir des enfants blancs

Si plus de 50% de la population brésilienne est noire ou métisse, l’élite politique et sociale est quant à elle majoritairement composée d’individus à la peau claire, rapporte Slate. Pour cette raison, de plus en plus de couples infertiles, de femmes célibataires et de couples de femmes ont recours aux banques de sperme américaines afin […]

L’article Brésil : Ils importent du sperme américain pour avoir des enfants blancs est apparu en premier sur Fdesouche.

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Nouvelle-Orléans (USA) : un restaurateur fait payer les Blancs près de trois fois plus cher que les minorités ethniques, « ceux qui refusent de payer plus cher ont un comportement antisocial » déclare-t-il

Le chef du restaurant Saartj à la Nouvelle Orléans a décidé de faire payer les blancs 30 dollars et les « minorités » seulement 12. L’excuse de cette discrimination ? Les disparités sociales à la Nouvelle Orléans sont grandes entre les blancs « riches » et les noirs « pauvres ». Pour ce restaurateur il est donc normal de faire payer […]

L’article Nouvelle-Orléans (USA) : un restaurateur fait payer les Blancs près de trois fois plus cher que les minorités ethniques, « ceux qui refusent de payer plus cher ont un comportement antisocial » déclare-t-il est apparu en premier sur Fdesouche.

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Royaume-Uni : un migrant afghan menace de commettre un attentat terroriste contre les «Blancs» s’il n’obtient pas le statut de réfugié

Un demandeur d’asile Afghan qui a menacé de commettre une attaque terroriste à la voiture-bélier contre des «Blancs» parce qu’il était frustré d’attendre la régularisation de son statut de réfugié a évité la prison de justesse. Ruzykhan Sayadi, 23 ans, a été condamné à 18 mois de prison avec sursis après avoir été reconnu coupable […]

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Discrimination : emplois à pourvoir, Blancs s’abstenir

En parler, c’est déjà être raciste. Pourtant, la discrimination à l’embauche envers les Blancs est une réalité bien mesurable dans la société française. Enquête de Valeurs Actuelles. Pour travailler ici, il vaut mieux bien connaître notre type de clientèle. La phrase du gérant est lourde de sous-entendus. Dans cette petite boutique de téléphonie mobile, au […]

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture