Alexandre Del Valle sur les migrants illégaux: « Le véritable humanisme c’est de faire comme l’Australie : dire non aux bateaux de migrants »

Solution 1 : Faire un don avec paypal ou carte bancaire


Solution 2 : S’abonner avec paypal

Option A : paiement mensuel

Option B : paiement hedomadaire


Solution 3 : Faire un don par chèque

Chèque à l’ordre d’Esprit de Clocher

Esprit de Clocher 64, rue Anatole France 92300 Levallois-Perret France


Solution 4 : Faire un don en Bitcoin

Adresse bitcoin : 1KyyRyYGMMfxYi6qCGkFARQ1TcqcrumoC4


PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Australie: une mère de famille quitte l’Islam, ses deux fils chercheraient à la tuer

Une mère de trois enfants qui a renoncé à l’islam affirme que ses deux fils veulent sa mort parce qu’elle a tourné le dos à la religion.

Nadia, 40 ans, qui a caché son nom de famille, a tellement peur pour sa vie qu’elle se cache dans une résidence protégée de Melbourne avec sa fille de 18 ans.
Elle a parlé de son expérience de la religion et de ses craintes concernant ses fils dans une interview bouleversante donnée à l’émission A Current Affair (…)
« Ils criaient ‘on va te tuer tuer, on te veut morte, on te veut morte pour l’honneur de notre famille’ », a dit Nadia.

Elle a ajouté : « C’est un honneur pour eux de tuer quelqu’un qui s’est détourné de l’Islam », même s’agissant de leur propre mère.

Nadia a dit avoir cessé de croire à l’islam il y a une dizaine d’années, elle s’était convertie à la religion au moment d’épouser son ex-mari.

Elle a dit que sa famille pensait que « quiconque n’est pas musulman est un déchet ».

La police aurait trouvé des armes à feu en possession des deux fils (…)

Daily Mail

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Belgique : Theo Francken veut « fermer toutes les portes » de l’UE et plaide pour la méthode australienne de « refoulements » de bateaux de clandestins

Au sortir d’une réunion importante des ministres européens de l’Intérieur, le secrétaire d’État à la Migration tire la conclusion : la réforme de Dublin a échoué. Il plaide pour le retour aux « refoulements » de bateaux chargés de migrants. […]

Theo Francken a plaidé devant ses collègues pour le retour des « pushback », autrement dit des refoulements des bateaux chargés de migrants vers les côtes africaines. Le secrétaire d’État avait développé ses idées à ce sujet à son arrivée à la réunion ministérielle européenne, mettant en garde contre « le risque de la fin de l’UE et de la zone Schengen, si l’on ne résout pas maintenant la crise migratoire ». Pour ce faire, il faut d’abord « fermer toutes les portes », plutôt que de faire comme ce que l’Europe a fait depuis trois ans : « discuter de savoir qui on met dans quelle chambre dans la maison Europe. Mais l’important est que la porte de devant et de derrière soit fermée. » […]

Les déclarations du responsable belge valent d’être développées ici de manière détaillée, tant elles paraissent aller loin par rapport à ce qui passait jusqu’à présent pour le discours commun…

« Je comprends les pays qui disent qu’il est impossible de décider qui dort où si l’on ne sait pas combien de clients sont dans la maison et continuent à arriver. Le débat est un peu faussé, on ne parle pas de l’essentiel. Et je plaide moi pour une approche australienne, où nous dirons Vous ne ferez pas de l’Europe votre maison. On stopperait l’immigration illégale, et on privilégierait les installations légales de vrais réfugiés à partir de camps de réfugiés, légalement et correctement. Et on pourrait faire plus, sans plus accepter des bateaux. Mais permettre plus d’accueil dans les régions, donner plus de moyens à l’UNHCR, faire un accord avec la Tunisie comme on l’a fait avec la Turquie, de façon à pouvoir renvoyer vers la Tunisie des migrants partis des côtes libyennes, car les ramener vers la Libye est difficile. Je plaide pour cette approche depuis des mois et vais continuer à le faire. Je suis convaincu que si toutes les portes étaient fermées, tous les pays seraient d’accord de preuve de plus de solidarité. » […]

Le Soir

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Australie: un sympathisant de l’Etat islamique énuclée, viole et tue sa femme devant leurs trois enfants

L’identité de l’homme qui a massacré sa femme devant leurs trois jeunes enfants avant de jeter son corps dans un terrain vague ne sera jamais connue, pas même pour les détenus avec qui il passera le reste de sa vie.

Seuls quelques élus – ses enfants traumatisés, le juge horrifié de la Cour suprême qui a présidé son procès et une poignée de journalistes dégoûtés – connaissent le visage et le nom du sympathisant de l’État islamique qui a assassiné sa femme.

L’affaire contre RB, pseudonyme donné au tueur de 36 ans, a horrifié la banlieue de Melbourne de Broadmeadows, le juge Lex Lasry, et même le conseil de défense de l’homme tel qu’il a été révélé .

L’affaire a ébranlé le pays et a poussé les habitants à se demander comment un homme vivant au milieu d’eux pouvait être aussi violent après qu’il a été révélé qu’il avait arraché l’œil de sa femme, tranché ses parties génitales et violé avant de lui ôter brutalement la vie.

En prononçant la sentence, le juge Lasry a décrit les actes du tueur comme suit : « Grotesquement violents… horrifiants » et « dégoûtants ».

Cette femme de 27 ans a eu une courte vie gâchée par les mauvais traitements d’un mari qui a culminé dans sa mort atroce.

Très jeune, elle avait été envoyée au Liban pour rencontrer et épouser l’homme qui allait finir par la massacrer. Le tout a été arrangé et réalisé en deux semaines.

Les membres de la famille de la victime, qui était l’aînée de 10 enfants, dira plus tard qu’avant son départ pour le Liban, elle était  » forte « , avant qu’elle d’être brisée par son nouveau mari. Quand ils revinrent en Australie, le juge écrit, il dominait sa femme.

« Dictant qui elle pouvait voir, quels vêtements elle pouvait porter et quels travaux domestiques vous lui demandiez de faire. »

Trois ans après le retour des nouveaux mariés en Australie, elle a donné naissance à leur premier enfant et il a pris une deuxième femme  » lors d’une cérémonie présidée par un cheik local « .

Sa deuxième femme s’est enfuie après avoir enduré pendant six semaines son comportement contrôlant et abusif.

Il a déjà montré des signes de paranoïa et a dit au cheikh islamique qui les avait mariés qu’elle n’était pas une vraie musulmane mais une espionne de l’ASIO [renseignements australiens].

Il a dit que j’étais trop intelligente pour être une femme musulmane normale et que je devais être un agent de l’ASIO qui était un espion « , a-t-elle dit à un tribunal en mars de l’année dernière.

« Le sheikh a juste levé les sourcils et m’a regardé sans rien dire. »

Sa deuxième femme est également devenue la cible de : « sa domination, sa violence psychologique et ses agressions physiques « , avant qu’elle ne prenne son jeune fils et ne parte.

Sa première femme est restée, lui donnant deux autres enfants avant que la violence ne dégénère en un meurtre cruel et prolongé.

Vous avez attaqué votre femme devant vos trois enfants avec un couteau ; vous l’avez tailladée, poignardée et coupée à plusieurs reprises au visage et au corps « , a écrit le juge.

Deux des enfants ont vu leur père arracher l’œil droit de leur mère et le jeter dans les toilettes.

Ils l’ont vu couper ses doigts et les mettre à l’intérieur de ses orifices inférieurs.

Ils ont vu comment il leur a dit qu’elle « ressemblait à Dajjal » – l’anti-Christ islamique, avec son oeil manquant.

Et ils l’ont regardée envelopper son corps dans une couverture, une feuille de plastique et du ruban adhésif électrique et l’empaqueter dans le dos de la Corolla familiale.

Plus tard, ils ont dit à la police mortifiée que leur père avait  » massacré  » leur mère à l’aide d’un  » gros couteau blanc « .

Il a mis les enfants dans la voiture et s’est rendu au club de tennis voisin de Dallas où il a enterré son corps sous le couvert de l’obscurité.

Sur le chemin du retour, il s’est arrêté dans une boulangerie de nuit et a apporté des pâtisseries aux enfants à l’aide de leur carte mère.

Le lendemain matin, un jogger a trouvé le corps dans les buissons. La police a été appelée, la police scientifique est arrivée, mais le corps a subi tellement de coups de couteau qu’ils n’ont pas pu déterminer son sexe.

Beaucoup de ses blessures avaient été infligées sur une longue période. Le corps a cartographié chaque passage à tabac vicieux, montrant des mois de maltraitance.

Sa mâchoire était fracturée, son crâne était fendu, ses dents cassées et son intestin grêle était endommagé. Le pathologiste a pu voir qu’elle est probablement morte d’une perte de sang, mais ils n’avaient pas encore pu l’identifier.

Après 17 jours, la police est arrivée sur le pas de la porte du tueur. Ils étaient là parce qu’une personne anonyme les avait mis au courant de la condition des enfants.

La police l’a arrêté sur place, non pas pour le meurtre brutal de la mère des enfants, mais pour les maltraitances qu’il leur avait clairement infligés.

Ils étaient meurtris, mal nourris et déshydratés. L’une, une petite fille, avait des brûlures causées par un fer chaud sur son corps.

Ils vivaient dans la misère, leurs lits trempés d’urine. Une des couches des enfants, inchangée en quelques jours.

Deux jours plus tard, la police a réalisé que la mère des enfants avait disparu et le mystère derrière le corps mutilé a été élucidé.

Les tests ADN des enfants ont confirmé que c’était elle.

Le pathologiste a ensuite apparié les blessures aux instruments de la maison. Un couteau à manche blanc, quelques clivages, une hache et une paire de ciseaux avaient laissé des marques différentes sur le corps.

Elle était vivante quand il lui a coupé l’œil et il l’avait violée pendant le meurtre.

La défense a prétendu que ses actions étaient influencées par une psychose induite par la méthadone.

Le procureur a fait valoir que ses croyances islamiques extrémistes avaient influencé le tueur.

En prononçant la sentence, le juge Lasry a écrit que même à lui, les raisons du meurtre brutal n’étaient pas claires.

Dans une affaire aussi violente que celle-ci, la Cour et la communauté chercheront une raison qui pourrait expliquer votre conduite épouvantable.

Cependant, la motivation première reste incertaine pour moi.

Une chose qu’il pouvait voir clairement, écrivait-il, c’est que l’homme ne montrait absolument aucun remords.

Vous n’avez manifesté aucun regret ou remords pour quelque chose que vous acceptez d’avoir fait « , a-t-il dit à RB.

Daily Mail

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Australie: « Les parents devraient demander le consentement des bébés avant de changer leur couche… »

Australie: « Les parents devraient demander le consentement des bébés avant de changer leur couche… » et cela « dès leur naissance »

Une « experte en sexualité » demande à ce que les parents demandent la permission aux bébés avant de changer leur couche… afin de mettre en place une culture de consentement dès la naissance.

L’ « experte » se nomme Deanne Carson, se décrit elle même comme «pédagogue, conférencière et auteure sur la sexualité»

[embedded content]

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Vous en avez marre de ces pubs ? Faites-un don ou abonnez-vous… Fdesouche n’est pas un service public. Pas le site d’un parti. Pas un site de promotion personnelle. Mais un site animé par des gens comme vous, bénévoles, qui sacrifient leur vie personnelle, leur temps pour vous rendre un service en faisant de la veille et en vous fournissant gratuitement une revue de presse. Ce travail à un coût. Comme vos dons et abonnements sont inférieurs à celui-ci, nous n’avons dû trouver d’autres solutions. Quand les dons et abonnements nous permettrons de couvrir nos frais, nous retirerons ces pubs. Encore merci à ceux qui nous aident.

Solution 1 : Faire un don avec paypal ou carte bancaire


Solution 2 : S’abonner avec paypal

Option A : paiement mensuel

Option B : paiement hedomadaire


Solution 3 : Faire un don par chèque

Chèque à l’ordre d’Esprit de Clocher

Esprit de Clocher 64, rue Anatole France 92300 Levallois-Perret France


Solution 4 : Faire un don en Bitcoin

Adresse bitcoin : 1KyyRyYGMMfxYi6qCGkFARQ1TcqcrumoC4


PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Australie : 131 Sri Lankais interceptés en pleine mer ; le voyage leur aurait coûté environ 6.000$

La police malaisienne a intercepté un réseau de passeurs qui transportaient 131 Sri Lankais (dont 98 hommes et 9 enfants) la semaine dernière. Le ministre australien de l’immigration, Peter Dutton, a prévenu que de nouvelles vagues d’immigrations illégales pourraient accoster sur les côtes australiennes.

Lors d’une interview radiodiffusée, il a prévenu :

« Ce problème n’est pas fini : en mer Méditerranée on dénombre de nombreuses noyades ; dans le monde entier, de très importants déplacements illégaux de personnes ont lieu. (…) 14.000 personnes en Indonésie sont prêtes à faire le voyage par la mer (…) mais aussi au Sri Lanka, au Vietnam ou bien entendu en Malaisie.

« Ces gens vont à nouveau tenter d’accoster en Australie sur nos côtes, et beaucoup d’entre eux vont périr en mer. »

Par ailleurs Peter Dutton a affirmé craindre que les réseaux d’immigration illégale ne présentent désormais la Nouvelle-Zélande comme une « porte dérobée pour l’Australie » (…). « Que vous viviez à Wellington ou à Aukland, vous pouvez prendre un avion, entrer dans notre pays puis obtenir à l’arrivée un visa. (…) Ainsi s’il est facile d’entrer en Nouvelle-Zélande, il devient facile d’entrer en Australie, et c’est ce que les passeurs veulent. »

Selon le journaliste Ben Fordham, les réfugiés interceptés auraient payés entre 4.000 et 6.000 $ pour leur voyage.

(…)

La police royale malaisienne a publié les photos du pétrolier intercepté (…), ainsi que des immigrants casés parmi des piles de valise. Elle s’est félicitée d’avoir pu déjouer un réseau de passeur particulièrement habile (…) [et] qui officiait depuis mi-2017 et avait des ramifications au Sri Lanka, en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Indonésie et en Malaisie. (…) Un porte-parole du ministère de l’Intérieur australien a félicité la Malaisie rapporte le Daily Mail Australia.

Daily Mail

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Scandale chez les militants noirs : la plus importante page «Black Lives Matter» sur Facebook était tenue par un gauchiste blanc

Un dirigeant du syndicat national des travailleurs australiens (NUW) a été suspendu après qu’une enquête de la chaîne américaine CNN a révélé qu’il était à l’origine d’une escroquerie sur Facebook.

Ian Mackay, un homme blanc, vice-président du National Union of Workers (NUW) depuis 2015, a créé et géré une fausse page relative au mouvement « Black Lives Matter » (« Les vies des Noirs comptent », en français) sur le réseau social Facebook. Le mouvement militant afro-américain se mobilise contre la violence ainsi que le racisme systémique envers les Noirs. La fausse page qui compte 700.000 abonnés – deux fois plus que la page officielle du mouvement – a levé 100.000 dollars, dont une partie a été reversée sur des comptes bancaires australiens.

Une enquête et des suspensions

Contacté par CNN, le haut fonctionnaire avait refusé de clôturer la page fallacieuse. Facebook a dû intervenir et fermer le compte. Le NUW a déclaré dans un communiqué remis au Guardian, qu’une enquête sur les allégations formulées dans le rapport de la chaîne d’informations américaine avait été ouverte et que Ian Mackay, ainsi qu’une autre personne impliquée dans l’affaire, étaient suspendus.

En 2015, Ian Mackay aurait ouvert plus de 100 sites relatifs à la défense des droits des Noirs tels que « blacklivesnews.com, blackkillingsmatter.com et backfists.com ». L’un des sites, blackpowerfist.com, était un forum de discussion encourageant au don monétaire. Une recherche dans l’historique du site a permis de découvrir que le forum avait été créé à partir de l’adresse électronique du vice-président du syndicat. Le site indiquait avoir pour objectif de venir en aide aux personnes « victimes de crimes de haine ou qui ont été touchées par le racisme ».

L’enquête de CNN a retracé un profil Facebook anonyme sous le nom « BP Parker » qui a partagé un lien vers le site Web le lendemain de sa création, rapporte le quotidien britannique. Il s’agit du compte de l’administrateur de la page factice.

www.20minutes.fr

Whoops: Largest Black Lives Matter Facebook Page Is Fake

It was fake, run by a man in Australia, who collected at least $100,000 in donations

This revelation also highlights another embarrassing oversight for Facebook & Zuckerberg#FakeBLMhttps://t.co/SdWY7TwQZm

— Truth Of The Matter (@TruthMatters13) April 10, 2018

Le plus grand groupe #BlackLivesMatter sur Facebook était en fait une escroquerie. Avec presque 700 000 abonné·e·s et 100 000$ de dons, la page était gérée par… un homme blanc australien. ? pic.twitter.com/qvy4XMTJNN

— AJ+ français (@ajplusfrancais) April 11, 2018

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Australie : Smail Ayad, un citoyen français qui a poignardé à mort deux routards britanniques ne subira pas de procès.

Un ressortissant français qui a brutalement poignardé deux routards britanniques dans une auberge de jeunesse en Australie a vu les charges contre lui abandonnées après que le tribunal l’eut déclaré « mentalement aliéné » pendant la tuerie.

Smail Ayad, 30 ans, a traîné Mia Ayliffe-Chung de 20 ans de son lit en août 2016 et l’a poignardée à plusieurs reprises avant de poignarder le directeur de l’auberge dans la jambe quand ce dernier tenta de s’interposer.

Ayad a ensuite sauté la tête la première du balcon, se cassant le cou et le dos, avant de poignarder le chien du propriétaire de l’auberge et de retourner dans la chambre d’Ayliffe-Chung où il poignarda et tua Tom Jackson, agé de 30 ans.
Ayad a affirmé devant le juge qu’il était la cible d’une conspiration internationale et que 50 fermiers ainsi que le personnel de l’auberge avaient l’intention de le tuer et de brûler son corps dans un four à pizza. Ayad aurait crié « Allahu Akbar » pendant la tuerie, mais la police a rapidement conclu que l’attaque n’était pas de nature terroriste.(…)

Ayad est actuellement détenu dans un établissement psychiatrique et devrait être rapatrié en France. Il aurait prétendu qu’il n’avait aucun souvenir de l’attaque. Dans un premier temps, il avait nié être l’auteur des faits avant de se rétracter par la suite(…)

(traduction fds)

The Telegraph

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

L’Australie prête à accueillir des fermiers blancs persécutés en Afrique du Sud, « ils ont besoin de l’aide d’un pays civilisé » déclare le ministre de l’Immigration (MàJ: rétractation)

02/04/2018

Le gouvernement de Pretoria a « salué » lundi la décision de l’Australie de « retirer » les propos de son ministre de l’Intérieur qui avait suscité une vive polémique en affirmant que les agriculteurs sud-africains blancs étaient « persécutés ».

Mi-mars, Peter Dutton avait déclaré que les fermiers blancs sud-africains devaient fuir les « conditions atroces » provoquées par les violences criminelles et la politique de redistribution des terres de Pretoria pour gagner « un pays civilisé ». Il avait proposé de faciliter la délivrance de visas pour cette catégorie de population. Le gouvernement sud-africain avait jugé ces propos « offensants » et convoqué immédiatement l’ambassadeur australien pour exiger « le retrait des commentaires » de Peter Dutton. Pretoria vient d’obtenir gain de cause.

Dans un communiqué lundi, la chef de la diplomatie sud-africaine, Lindiwe Sisulu, « a salué le fait que le Premier ministre australien, Malcolm Turnbull, et la ministre des Affaires étrangères, Jullie Bishop, aient retiré les commentaires du ministre de l’Intérieur, Peter Dutton, sur le processus de redistribution des terres en Afrique du Sud ». « Nous avons reçu une lettre du ministère australien des Affaires étrangères » expliquant que les propos de Peter Dutton « ne reflétaient pas la position du gouvernement australien », a expliqué lundi le porte-parole du ministère sud-africain des Affaires étrangères, Ndivhuwo Mabaya.

500.000 Sud-Africains blancs sont partis depuis 30 ans

Lindiwe Sisulu a de nouveau assuré lundi que « personne n’était persécuté en Afrique du Sud ». « L’Afrique du Sud est un pays de droit, et via un processus constitutionnel, parviendra à des solutions pour redistribuer la terre (…) sans violer les droits de quiconque », a assuré la ministre.

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa compte « accélérer » la réforme agraire destinée à redistribuer des terres de la minorité blanche au profit de la majorité noire pour « corriger les injustices » passées.

L’écrasante majorité des fermes (72%) appartient toujours à la minorité blanche (8%), près d’un quart de siècle après la chute officielle du régime raciste. La très délicate question de la réforme agraire inquiète nombre d’agriculteurs blancs qui craignent que l’Afrique du Sud ne suive la voie du Zimbabwe voisin, où la réforme agraire et la saisie brutale des terres ont plongé le pays dans une crise économique sans précédent. Selon des statistiques officielles, jusqu’à 500.000 Sud-Africains blancs ont quitté leur pays ces trente dernières années, et l’Australie est la destination numéro un.


14/03/2018

L’Australie est prête à envisager de délivrer des visas spéciaux à des fermiers sud-africains principalement blancs, en raison des « circonstances horribles » des saisies de terres, de la violence et des meurtre auxquels ils sont confrontés.

Peter Dutton, le ministre australien des Affaires intérieures, a déclaré mercredi au Sydney Daily Telegraph que son département examinait une série de méthodes pour faciliter leur chemin vers l’Australie via des programmes de visas humanitaires ou autres.

« Je pense que ces gens ont besoin d’aide, et ils ont besoin de l’aide d’un pays civilisé comme le nôtre », a déclaré M. Dutton.

Le ministre a dit qu’il était clair que les agriculteurs en question voulaient travailler dur et contribuer à la richesse de pays comme l’Australie.

« Nous voulons que les gens qui viennent chez nous respectent nos lois, s’intègrent dans notre société, travaillent dur. Nous ne voulons pas d’immigrés vivant uniquement d’aides sociales », a-t-il dit.

« Et je pense que ces fermiers méritent une attention particulière »

Sydney Herald

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Australie : un journaliste juif traité de « nazi » par des pro-migrants auxquels il demande d’accueillir des réfugiés blancs Sud-Africains

Solution 1 : Faire un don avec paypal ou carte bancaire


Solution 2 : S’abonner avec paypal

Option A : paiement mensuel

Option B : paiement hedomadaire


Solution 3 : Faire un don par chèque

Chèque à l’ordre d’Esprit de Clocher

Esprit de Clocher 64, rue Anatole France 92300 Levallois-Perret France


Solution 4 : Faire un don 100% anonyme en Bitcoin

Adresse bitcoin : 1KyyRyYGMMfxYi6qCGkFARQ1TcqcrumoC4


Solution 5 : Commander sur notre boutique

[mediagrid cat= »190989″]

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture