Tag Archive

La crise du mariage en islam fait-elle avancer l’égalité ?

Published on mars 25, 2017 By Mireille Vallette

Les divorces se multiplient dans les communautés musulmanes. Des prédicateurs radicaux témoignent d’une étonnante ouverture. D’autres rappellent la pure doctrine des textes.

«La meilleure des communautés» découvre qu’elle n’échappe pas au sort commun : mariages tardifs, divorces et célibat sont en hausse. Désormais, imams, formateurs et thérapeutes hantent les centres islamiques afin de tenter de limiter les dégâts.

J’ai remarqué cette préoccupation en faisant une recherche sur le très radical Nabil Ennasri. Le visionnement de vidéos d’autres de ces faiseurs d’opinions, très suivis et que l’on connaît surtout par des discours destinés à susciter la révolte de leurs troupes contre nos sociétés, m’a fait découvrir des discours étonnants.

Certains de ces radicaux prônent une (presque) parfaite égalité entre hommes et femmes.

Droits, devoirs, virginité (de moins en moins obligatoire), infidélité (de moins en moins grave), droit égal aux études et à l’emploi, etc. Pas de blâme de la conjointe sans préciser que l’exemple vaut aussi pour le conjoint. La répudiation s’est définitivement muée en «divorce» et il est accessible aux deux sexes. La doctrine classique est oubliée. Les orateurs justifient néanmoins leur nouvelle approche en puisant dans la grande bassine à hadiths qui permet de dire tout et son contraire, voire d’inventer ici ou là.

L’adultère et les relations sexuelles avant le mariage, punis du fouet et de la lapidation dans les textes, deviennent banalement «haram» et s’effacent facilement moyennant le retour sur la bonne voie. Nulle mention de la polygamie, rarement de la dot. Et pas d’injonction à utiliser sa femme comme un champ de labour.

Reste l’obligation majeure : le sexe doit être pratiqué dans une relation licite, le mariage. Et désormais LES mariages.

Le divorce ? Une occasion de faire la fête !

[embedded content]

Dans «Divorce et famille recomposée», le formateur Hassan Iquioussen est d’une modernité époustouflante ! Il se lance dans un plaidoyer pour le divorce et même à un moment donné pour des relations hors mariages (il est remis à l’ordre par une vigilante auditrice). On a pourtant souvent entendu que ces séparations sont très peu goûtées par Mahomet. Iquioussen change d’optique. «Les compagnons du prophète divorçaient, et même à tire-larigot ! Ils divorçaient pour un oui ou pour un non. Ils se prenaient pas la tête : “Ça va pas ? Salut, on arrête les hostilités, rentre chez ton père (sic !). Hassan, le petit-fils du prophète, il paraît qu’il a eu 80 femmes dans sa vie. Divorce, mariage, divorce…” Et si son public est choqué, il a bien tort, suggère-t-il. Après tout, “c’est pas la fin du monde, un divorce”, il doit même “être une occasion de faire la fête.”

L’égalité a ses limites. Dans un enregistrement audio, Iquioussen s’indigne que seuls des hommes assistent à sa conférence, d’autant qu’il y a plein de places à l’arrière. Et d’expliquer : “Le prophète a dit : le meilleur des rangs pour les hommes, c’est le premier. Le pire c’est le dernier. Le meilleur des rangs pour les femmes, c’est le dernier, le pire c’est le premier.” Il a publié une autre intervention avertissant des “dangers de la mixité”.

[embedded content]

Ali Habibbi, “psycho praticien, thérapeute de couple, sexologue et addictologue” (aux drogues comme au porno), chasse le client dans des mosquées radicales. L’égalité dans le couple est un credo. “Des femmes ont eu des rapports avant le mariage. La réaction de certains frères et des hommes en général, c’est qu’elle est forcément une mauvaise femme. (…) Ça ne les empêche pas eux d’avoir vécu la même chose. Mais quand un homme a eu des rapports avant le mariage c’est super ! (…) L’acte est blâmable pour les deux. Vous n’avez pas à juger.”

Ces experts ont enfin découvert qu’“on ne peut prouver la virginité ni d’une femme ni d’un homme”. L’obligation d’afficher un drap taché le lendemain de la noce, dit Habibbi, n’est que “barbarie”, étrangère à l’islam. Mais –c’est moi qui souligne– pratiquée par l’islam depuis des siècles, elle a fait des dizaines de milliers de victimes, répudiées par ignorance.

Sur la virginité, Habibbi va loin. L’obligation de virginité est un phénomène culturel, pas religieux. Ce ne sont plus les relations avant le mariage qui posent problème, c’est le mensonge. Dire qu’on est vierge ou puceau à son promis ou sa promise, alors que ce n’est pas vrai, c’est “un motif d’annulation du mariage”.

[embedded content]

Rachid Haddad est au diapason. Il observe que des jeunes hommes (l’orateur utilise l’intéressante expression “musulmans de souche”) découvrent les joies de la chair avant le mariage. Et certains de ces dévergondés “voudraient que celle qu’ils épousent soit vierge. Incroyable ! (…) Et des jeunes ne savent pas comment fonctionne une fille… Des filles aussi se dévergondent. Je leur dis : stop ! stop ! Le minimum est de se nettoyer…” Haddad nous apprend aussi que des musulmanes ne veulent pas épouser des Arabes, “car ils sont violents”.

Mahomet est vraiment très fort. Il a tout prévu, tout vécu. Par exemple, lors de sa première nuit avec une nouvelle épouse, il mettait la main sur son front et faisait une prière. Ensuite il consommait “avec des préliminaires. Le prophète a fortement recommandé les préliminaires !”

En islam comme ailleurs… et plus qu’ailleurs

[embedded content]

L’ami du Qatar Nabil Ennasri pose un diagnostic “dans le cadre islamique”, en réalité dans le cadre le plus mécréant qui soit. Il affirme en ouverture qu’il va vulgariser ce que disent le Conseil européen de la fatwa et sa cinquantaine d’oulémas, de même que l’institut de formation d’imams de Château-Chinon, deux organismes de Frères musulmans liés au fanatique Al-Qaradawi dont il est un grand admirateur. Mais après avoir fait sa révérence aux extrémistes, il les oublie au profit de sociologues et démographes contemporains, Emmanuel Todd, Youssef Courbage, François de Singly.

Ennasri a découvert que le taux de fécondité, “et c’est universel”, diminue parallèlement au taux d’éducation et à la maîtrise de la procréation. Or, chez les musulmans aussi, et peut-être davantage encore que chez les infidèles, de nombreuses femmes sont plus diplômées que les hommes. “Le taux de femmes d’origine maghrébine qui entrent à l’uni est de 20 points supérieur à celui des hommes”. Les filles considèrent l’éducation comme “une planche de salut. Elles peuvent s’éduquer, s’émanciper, et sortir d’une forme de carcan.”

Le phénomène n’est pas sans conséquence : “L’homme a peur d’une femme plus éduquée que lui. Il la veut d’un niveau social inférieur au sien (…) et c’est encore plus vrai pour les hommes d’origine arabo-africaine (…) Les hommes se tournent vers des femmes moins diplômées, qui correspondent à la femme-mère”, celle qui accepte d’avoir pour unique horizon l’essor du peuple des croyants. Ou alors, précise Ennasri, ces hommes épousent des non-musulmanes ou encore vont chercher chaussure à leur pied “au bled”. Si l’on ajoute qu’une longue formation conduit de nombreuses musulmanes à rester célibataires et aux deux sexes à ne rejoindre le marché matrimonial que vers 27-28 ans, l’offre décline.

D’autres fléaux similaires à ceux qui frappent les incrédules s’ajoutent à ce paysage, cités par Ali Habibbi : “La plupart des parents ont complètement démissionné”, et même s’ils sont à la hauteur, bien des enfants “ne les écoutent plus”.

[embedded content]

Quels antidotes à ces maux ? Dur-dur ! Soigner le casting du promis ou de la promise, demander l’avis des parents, voire des “grands savants”, ne pas fuir au premier conflit. Et pour Habibbi, se marier jeune, même sans ressources. Avec cet argument imparable : “Ne pas oublier que ce ne sont pas vos clients, ce n’est pas votre patron qui vous donne de l’argent, c’est Allah ! Si vous voulez vous marier à 20 ans, il ne vous abandonnera pas. On peut très bien étudier et être marié.”

Le célibat, proscrit en islam, est vivement combattu au prétexte que la personne souffre terriblement. “Les tentations sont majeures. Nous vivons dans une société hypersexualisée (…) Tout est fait pour vous provoquer, vous pousser soit à la perversion, soit au déclin de votre âme. Les célibataires subissent cela toute la journée. Il faut résister ensemble, seul c’est très difficile. La tentation est si puissante, c’est difficile de résister même pour les personnes mariées.” Quelles solutions ? Les orateurs sont à la peine.

Aucun ne remet en question la ségrégation sexuelle des mosquées, pourtant assez peu efficace si l’on en croit ce qui précède. Et le foulard reste pour tous une obligation religieuse. Il faut bien que la conquête culturelle se manifeste quelque part.

Reste une impression positive, celle que sur ce coup-là, beaucoup de filles formées à l’égalité occidentale n’ingurgitent plus si facilement le traditionnel sexisme. Et pouvoir divorcer facilement séduit aussi les hommes. Entre études longues, volonté d’occuper des emplois rémunérateurs et pensions alimentaires, la fécondité musulmane pourrait bien être freinée. L’envie de profiter davantage des biens de ce monde qu’avec les aides sociales affleure souvent.

Leur religion devance la science depuis 1400 ans

Dans ce domaine des mœurs, il existe encore des orateurs camés aux textes, qui atteignent des scores de visites stratosphériques. Le salafiste Naber Abou Anas en est un.

[embedded content]

Dans une de ses interventions (300 000 visiteurs), il prône tout plein de gentillesses à l’égard de l’épouse. Mais ses autres vidéos le montrent en pleine marinade sexiste. “J’ai entendu de mes propres oreilles un jeune dire qu’il avait des rapports avec sa femme durant ses menstrues.” C’est l’occasion pour l’imam de conforter l’interdit par les “preuves scientifiques” apportées aujourd’hui : des transmissions d’infections sexuelles et des blessures du pénis. Et de conclure : “Notre religion, elle a devancé leurs découvertes, elle a devancé la médecine depuis 1400 ans ! On n’a rien à apprendre de chez eux, on a tout à leur enseigner !” Il sous-titre son site “Une étincelle de Science sur le net”.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Comment des centaines de milliers de musulmans éduqués dans nos sociétés, peuvent-ils avaler cette ratatouille ? Et s’ils l’avalent, pourquoi ne goberaient-ils pas aussi l’appel au rejet des non-musulmans, la nostalgie de l’esclavage, la nécessité de répandre cette religion sur la planète… le djihad ? La radicalisation ne commence-t-elle pas là ? Comment se fait-il que des Nadas, Rachid Abou Houdeyfa ou Mehdi Kabir et bien d’autres puissent librement radicaliser les musulmans ? Voir une imposante brochette d’entre eux ici.

Allez, un dernier verre de misogynie. La “législation sublime et complète” de sa religion enseigne à Adas ce que doit être “Le vêtement de la femme” (115 000 vues).

[embedded content]

“Ma sœur en islam, tu es un trésor, tu es un bijou… Mais tu n’as pas à vivre comme tu le veux, mais comme Allah le veut.” Haro sur les habits serrés, courts, colorés, sur le maquillage et le brushing. Pour sortir, elle doit être moche. “Par tes vêtements, tu peux attirer les hommes et on sait très bien que les hommes sont très fragiles… La femme ne doit pas être attirante.” L’homme fragile est néanmoins le chef de famille, rappelle-t-il, et son épouse doit le servir et lui obéir.

“Ma sœur, tu dois porter le hijab (…) Le cou, les cheveux, les oreilles, on ne doit rien voir (…) Le hijab c’est l’ensemble du vêtement et il doit être ample. … Le prophète il a dit qu’il a vu en enfer des femmes mi-nues, mi-vêtues.”

Le parfum fait d’elle “une fornicatrice”. Il attire les hommes, ce qui est aussi très fâcheux. “Toi tu es simple, humble, précieuse, discrète. Sinon tu seras la cause d’un péché.”

Dans la même veine, j’ai lu ailleurs cette énigmatique déclaration du prophète : “Quatre sont des traditions des Messagers : le henné, le parfum, le cure-dent et le mariage.”

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Mireille Vallette pour Dreuz.info.

  • Imprimer/Email

    0

PARTAGEZ ! ...

Vidéo : la valeur de la femme dans l’islam

Published on mars 19, 2017 By Dreuz Info

[19/03/2017] Liberman: « Si la Syrie vise encore nos avions, nous détruirons toute leur défense aérienne »  |  Alerte tir de roquette dans le sud israélien depuis Gaza  |  11 candidats officiels à l’élection : Arthaud, Asselineau, Cheminade, Dupont-Aignan, Fillon, Hamon, Le Pen, Lassalle, Macron, Mélenchon, Poutou  |  [18/03/2017] 1 individu armé a tiré sur 3 policiers à #Stains (93), blessant l’un d’entre eux. Il est en fuite  |  Alerte de tir de roquette sur Israël près de Gaza  |  Selon al Jazeera, des coups de feu ont été tirés à l’aéroport d’Orly  |  [17/03/2017] Maroc, arrestation de 15 combattants de l’Etat islamique qui s’apprêtaient à acheter de quoi fabriquer des bombes  |  Le directeur du département de l’ONU qui a publié le rapport Israël = Apartheid a démissionné  |  Fusillade de Grasse : quand l’agresseur ne crie pas Allahu Akbar, il n’est pas traité de dérangé par les médias. Un lien entre islamiste et folie ?  |  Libéré et blanchi, #Moubarak dépose plainte pour faire libérer ses biens  |  Elections France : #LePen progresse fortement à 45% contre #Fillon (55%) au second tour. Et à 41% contre #Macron  |  Fusillade de Grasse : Le frère du meilleur ami de l’agresseur placé en garde à vue  |  [16/03/2017] Des anarchistes grecs à l’origine des colis piégés à Berlin et au FMI à Paris, selon police grecque  |  Grasse : Pas de lien avec le terrorisme, les faits seraient liés aux mauvaises relations du suspect avec des élèves (procureur)  |  La Chine et l’Arabie saoudite sur un marché de $65 milliards de raffinage de pétrole lors de la visite du roi  | 

PARTAGEZ ! ...

Pourquoi les médias ne montrent-ils pas cet aspect de l’islam ? C’est à la fachosphère de faire tout le boulot ?

Published on mars 17, 2017 By Dreuz Info

[17/03/2017] Fusillade de Grasse : quand l’agresseur ne crie pas Allahu Akbar, il n’est pas traité de dérangé par les médias. Un lien entre islamiste et folie ?  |  Libéré et blanchi, #Moubarak dépose plainte pour faire libérer ses biens  |  Elections France : #LePen progresse fortement à 45% contre #Fillon (55%) au second tour. Et à 41% contre #Macron  |  Fusillade de Grasse : Le frère du meilleur ami de l’agresseur placé en garde à vue  |  [16/03/2017] Des anarchistes grecs à l’origine des colis piégés à Berlin et au FMI à Paris, selon police grecque  |  Grasse : Pas de lien avec le terrorisme, les faits seraient liés aux mauvaises relations du suspect avec des élèves (procureur)  |  La Chine et l’Arabie saoudite sur un marché de $65 milliards de raffinage de pétrole lors de la visite du roi  |  Correction. Grasse, le jeune arrêté n’est pas musulman – pour la rarissime fois que ce n’est pas un musulman, il faut le signaler !  |  BMW pense livrer au public une voiture autonome en 2021  |  Costumes de François Fillon: 2 perquisitions chez Arnys. Tenues haute couture offertes à Mme Macron: pas de perquisition  |  Grasse, le jeune arrêté avait aussi 2 grenades  |  Grasse, Le jeune arrêté est un lycéen de Tocqueville (17 ans), il était armé (2 pistolets, 1 fusil). Au moins 3 blessés légers.  |  France, Grasse fusillade: Un jeune interpellé, un autre en fuite. Proviseur visé  |  Grasse : plusieurs blessés lors d’une fusillade au lycée Alexis de Tocqueville  |  Paris : 1 blessé léger après avoir ouvert une enveloppe au bureau du FMI  | 

PARTAGEZ ! ...

Dreuz.tv : religieux sunnites et chiites débattent pour savoir si les rapports sexuels avec des enfants sont autorisés

Published on mars 15, 2017 By Dreuz Info

[15/03/2017] Nigeria #Maiduguri – 10 morts tués par 4 adolescentes qui se sont fait exploser  |  Judée Samarie, Gush Etsion : une terroriste palestinienne qui tentait d’écraser les passants comme à Nice tuée par la police  |  Au lieu de dénoncer les crimes en Syrie et à Gaza, les tarés de la Lalibre.be accusent Netanyahu d’avoir « été chassé de sa voiture par sa femme »  |  ISIS en panique est encerclé à Mossoul, selon un communiqué de l’armée US  |  Erdogan hystérique demande à Istanbul de rompre le jumelage avec Rotterdam  |  Erdogan plein de messages de haine, accuse les Pays-Bas d’avoir « massacré plus de 8.000 musulmans » à Srebrenica  |  Julian Assange a tweeté que Clinton tente de faire renverser Trump et de le faire remplacer par le vice-président Pence  |  Damas, attentat suicide au palais de justice, un premier bilan de 25 morts  |  Damas : l’explosion au palais de justice est un attentat suicide – très nombreuses victimes  |  Istanbul : toutes les routes, voies maritimes et aériennes fermées, 1000 policiers mobilisés dans l’opération « piège à loups »  |  Damas : gigantesque explosion à l’intérieur du palais de Justice  |  François Fillon en tête au 1er tour selon la société de sondage canadienne Filteris  |  Taré ! BHL : « Je me sens certainement plus proche d’un Afghan que d’un Français votant FN »  |  Des dizaines de comptes Twitter, y compris Envoyé Spécial et Amnesty int, hackés par la Turquie d’Erdogan  |  [14/03/2017] Évacuation du métro de Paris à Gare du nord  | 

PARTAGEZ ! ...

Nouvelle daube : Des religieux musulmans déclarent l’égalité entre les religions

Published on mars 11, 2017 By Mireille Vallette

Une nouvelle déclaration tend à laisser croire que les pays ou règle la loi d’Allah voudraient mettre fin aux discriminations de leurs minorités.

Un peu plus d’une année après la «Déclaration de Marrakech» prônant l’égalité entre les religions, le monde musulman nous en propose une autre, la «Déclaration de coexistence réciproque islamo-chrétienne.

Les deux textes visent à instaurer l’égalité entre musulmans et non-musulmans, une réalité que le monde d’Allah n’a pas connue depuis l’an 620, environ…

L’université d’Al-Azhar et le Conseil des sages musulmans basé à Abu Dhabi ont convié de nombreux responsables politiques et religieux au Caire les 28 février et 1er mars pour une “Conférence internationale sur la liberté, la citoyenneté, la diversité et la complémentarité”. Complémentarité ?!?!

Nettement moins ambitieux et plus jargonneux que celui de Marrakech, le document d’Al-Azhar puise à la même source d’illumination islamique, car la loi exige que les religieux ne puissent emprunter une voie sans validation des textes. Il s’agit de la “Constitution de Médine”.

Disons d’emblée que ce texte, dont personne n’a jamais vu la couleur, n’a rien d’une constitution et tout d’un pacte tribal. Elle est aussi dénommée “charte” et est décrite par le biographe de Mahomet Ibn Ishaq. Elle concerne essentiellement les juifs. Le pacte stipule qu’aucun signataire ne peut déclarer une guerre sans la permission de Mahomet et qu’en cas de désaccord, les belligérants doivent s’adresser “à Dieu et à Son messager” pour arbitrage. Pour les juifs, la charte s’est conclue par une épuration ethnique. Et elle n’a joué aucun rôle dans l’histoire musulmane hors le mythe persistant qu’un État parfait a été créé par le prophète à Médine avec en prime la première constitution du monde.

A l’initiative d’Al-Azhar et du Conseil des sages musulmans, des responsables politiques et religieux étaient donc présents au Caire. Les chrétiens d’Orient étaient invités, mais ils semblent avoir été là principalement pour opiner, vu que leur apport à la question des libertés et de l’égalité est totalement ignoré par le texte final. Ils sont en revanche parfaitement instrumentalisés. Pas d’allusion non plus au modèle occidental d’égalité qui pourrait inspirer nos oulémas.

Bien, me direz-vous, venons-en au contenu. Il est étonnant. La logique ne semble pas le fort des religieux.

Grâce à la Constitution de Médine, “les sociétés arabes et islamiques possèdent un patrimoine bien ancré de pratique du vivre-ensemble au sein d’une même société, marquée par la diversité, le pluralisme et la reconnaissance réciproque.” A défaut de pratique, on a appris le langage.

Il s’agit de “confirmer la foi dans l’égalité entre les musulmans et les chrétiens dans les patries, les droits et les devoirs puisqu’ils forment une seule nation.”

Les discriminations entre musulmans et non-musulmans doivent être combattues, car “contraires à la charia”. Osé… alors que 14 siècles de discriminations justifiées par la charia elle-même et des bibliothèques de jurisprudence réfutent cette assertion.

Le texte insiste sur le fait que toutes les religions et traditions refusent “les mauvaises conduites”, dont bien sûr le terrorisme. “C’est pourquoi les participants chrétiens et musulmans au congrès d’Al-Azhar déclarent que toutes les religions sont innocentes du terrorisme sous toutes ses formes et le condamnent sévèrement.” [un moyen pratique pour innocenter l’islam, puisque les autres religions ne commettent aucun attentat]

Les participants pensent aussi que “le fait de juger l’islam sur le comportement criminel de certains musulmans peut permettre de qualifier toutes les religions de terroristes…”

Qu’en est-il des droits des minorités ? Eh bien d’abord, il vaudrait mieux éviter l’utilisation de ce terme : “… la déclaration espère que les intellectuels et les penseurs font attention au danger de l’emploi du terme ‘minorités’ qui porte dans ses plis la notion de la discrimination et de l’isolement sous prétexte d’affirmer les droits.” On remarquera au passage que nul ne sait qui a signé ces déclarations… si elles sont signées.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Protéger les citoyens, leur vie, leurs biens, leur liberté et “tous les autres droits que leur confèrent leur citoyenneté et leur dignité humaine, est le devoir premier des États nationaux. On n’a, en aucun cas, le droit de rivaliser avec l’État dans l’exercice de ce devoir. Un passage à destination d’Al-Sissi avec lequel Al-Azar est en délicatesse. Le chef de l’Etat voudrait que la rénovation du discours religieux soit un peu plus rapide. Il a reçu à la veille de la conférence le grand imam d’Al-Azhar Ahmed Al Tayyeb pour lui filer quelques tuyaux.

Et on va “travailler ensemble dans les domaines de l’orientation, de l’enseignement religieux et moral, de l’éducation de la citoyenneté, et du développement de la compréhension des relations avec les institutions religieuses arabes et internationales, la consolidation du dialogue islamo-chrétien et le dialogue des civilisations.”

Si on commençait par changer les lois et les constitutions, si éloignées des vertus attribuées à la charte de Médine ? Par exemple en faveur des Coptes qui subissent le joug islamique depuis l’invasion de leur pays et tentent en vain d’obtenir quelques droits.

Impossibilité de rénover les églises, impossibilité d’exercer certaines fonctions, persécutions, enlèvement de jeunes filles pour les marier à des musulmans, assassinats…

Les Coptes apprécieront (aussi) cet extrait : “Les participants, musulmans et chrétiens renouvellent leur fraternité et leur rejet de toute tentative qui vise à faire la distinction entre eux, à montrer que les chrétiens sont ciblés dans leur pays d’origine.”

Ce blabla est surtout destiné à contrer l’hostilité qui croit devant l’absence de liberté religieuse du monde islamique. Il faudra plus que quelques déclarations pour qu’elle pâlisse.

J’observais dans mon papier sur celle de Marrakech : “S’il faut en passer par cette daube pour que les pays musulmans accordent un jour des droits égaux aux croyants, de même qu’aux athées, je veux bien. Mais que vont faire maintenant les auteurs de cette prometteuse déclaration ? Prendre leur bâton de pèlerin pour la populariser auprès des populations, chefs religieux et politiciens musulmans ? Tenter de la faire signer à ces décideurs ? Ou simplement préparer la prochaine ?”

La déclaration du Caire est une réponse.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Mireille Vallette pour Dreuz.info.

  • Imprimer/Email

    0

PARTAGEZ ! ...

Des remèdes de cheval pour combattre l’islam et ses adeptes

Published on février 27, 2017 By Mireille Vallette

Paul Korlov propose dans son livre 40 mesures sévères pour résoudre les problèmes que posent l’islam et ses activistes, et rappelle les bases de cette doctrine.

Paul Korlov, un pseudonyme, nous propose «40 mesures pour apaiser l’avenir» dans son livre «Islam, que faire ?*».

Avec elles, les contempteurs de l’islam se sentiraient peut-être apaisés, mais les musulmans seraient déchaînés. Elles montrent à quel point l’emprise et les méfaits de l’islam en France conduisent ses adversaires à suggérer des remèdes de plus en plus radicaux. A commencer –ou finir- par la «remigration» qui rassemble un nombre croissant de défenseurs. Autant dire une guerre civile, même si ses partisans assurent aimablement que tout se fera dans le respect, le calme, une douce mais ferme obligation.

Korlov n’échappe pas à cette tentation. Il estime nécessaire de «définir avec les pays d’origine les conditions financières et pratiques d’un retour massif aux pays de leur population». Mais c’est à l’intérieur surtout qu’il voit l’antidote.

L’interdiction de l’islam n’est pas au programme, mais certaines mesures s’en approchent grandement. Coran, Hadiths, biographie du prophète (sira) ne seraient autorisés que s’ils étaient précédés d’un avertissement à l’image de «Mein Kampf». «On ne changera rien aux textes sacrés, on n’en retranchera rien, on ne fera qu’y ajouter des commentaires et des mises en garde.»

les remèdes sont rudes parce que la maladie est grave

Les diffuseurs de cette idéologie politico-religieuse, les imams, devraient reconnaître l’incompatibilité de certains de leurs dogmes avec la loi française, et accepter d’y renoncer. Ils devraient aussi faire viser chaque sermon du vendredi avant qu’il ne soit prononcé.

Pour Korlov, les remèdes sont rudes parce que la maladie est grave: l’islam est une menace «infiniment plus grave que l’éphémère nazisme…» Un danger pour la permanence même de notre civilisation.

Sous le règne korlovien, il n’y aura plus de nouvelle mosquée, car chacune représente «un centre d’endoctrinement à la charia, donc au suprématisme et à la ségrégation religieuse». Et on proscrira les tenues musulmanes, l’apartheid alimentaire, funéraire, professionnel, matrimonial, les pressions à l’hôpital, dans le sport, etc. Les peines seront sévères pour sanctionner ce qu’on a défini comme illégal dans le dogme, et on renversera la pratique actuelle des lois Pleven, Gayssot, Taubira: les accusations de provocation publique à la discrimination et à la haine changeront de cibles.

Interdictions professionnelles

La pratique de l’islam sera cantonnée à la sphère privée, les écoles coraniques seront étroitement surveillées, l’enseignement de cette religion dans les écoles publiques exonéré de toute complaisance. Il faudra restreindre, voire interdire l’accès des «musulmans déclarés» à l’armée, à la police, à la fonction publique, voire au secteur privé, et envisager de pouvoir les licencier à la première revendication communautaire.

Il faudra aussi revoir les conditions d’attribution des aides sociales, modifier les conditions d’acquisition de la nationalité, expulser plus facilement. Et rétablir «le crime d’intelligence avec l’ennemi». Quant à l’immigration en provenance de pays musulmans, elle sera limitée au strict minimum.

Korlov cite aussi une mesure facile à introduire -pour moi la plus urgente – mais paradoxalement aussi improbable que les autres : «un débat franc et ouvert» sur l’islam, sur la vie de Mahomet. «L’islam radical doit être combattu sur le plan des idées avec toute la force des Lumières et de la pensée occidentale.»

Certaines propositions sont le fait de citoyens excédés et parfois désespérés à la vue des graves blessures qu’inflige une frange croissante de «croyants» aux démocraties, à la France en particulier. Mais comment comptent-ils les appliquer ? Lois d’exception ? Suppression de la charte des droits de l’homme, application sélective de cette charte aux non-musulmans exclusivement ? Korlov ne le révèle pas. Et pour tout dire, certaines de ses mesures qui ciblent tous les musulmans, pourraient transformer nos démocraties en nouvelles tyrannies. D’autant que l’auteur observe qu’une majorité des musulmans pratique un islam paisible, même si c’est par ignorance de ses textes. Avant les remèdes de cheval, il en est d’autres, qu’il cite et qui pourraient être absorbés dans une société lucide.

But ? Islamiser l’Europe

Korlov fait divers rappels historiques, dont l’application du jihad depuis Mohamed jusqu’aux Frères musulmans et à leurs disciples.

Il considère 1979 et la révolution iranienne comme le «début du troisième Jihad conquérant de l’histoire», le moment où l’islam entre en ébullition, où les musulmans accueillis en nombre en Europe se réapproprient, par le biais surtout des Frères musulmans, une religion figée depuis dix siècles. Le but ? «Il n’est pas secret : islamiser l’Europe, imposer la charia partout, aux musulmans et aux autres.»

toujours cette historique fumisterie : des musulmans qui dénoncent l’hostilité croissante qu’ils suscitent et qui réussissent  à se faire passer eux-mêmes pour des victimes

L’auteur énumère les problèmes qu’a apporté l’islam : délinquance en tous genres, agressions, violence, mépris de la loi, tenues vestimentaires discriminantes, revendications incessantes dans l’entreprise, à l’école, à l’hôpital, etc. De nombreux exemples spécifiques font parfois penser que le point de non-retour est atteint.

Et face à ce gâchis, une incroyable -admirable ?- absence de rétorsions : des insultes ici ou là, quelques têtes de porc devant les mosquées, des tags, une salle de prière saccagée… Mais toujours cette historique fumisterie : des musulmans qui dénoncent l’hostilité croissante qu’ils suscitent et qui réussissent  à se faire passer eux-mêmes pour des victimes.

Une partie dense résume avec une parfaite clarté ce qui choque les non-musulmans dans cette doctrine. Il présente «l’islam d’un point de vue infidèle (…) l’islam-dogme officiel, idéologie orthodoxe, l’islam de référence première et ultime». Il part des bases politiques du VIIe siècle coulées dans le béton au Xe, figées sur une vision puritaine et rigoriste. Cet islam enseigné aujourd’hui dans toutes les mosquées. Cette partie est une utile révision pour ceux qui connaissent cette doxa et une approche précieuse, bien structurée, pour les néophytes.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Le texte décrit les conséquences dans le quotidien de cette idéologie suprématiste, immorale, considérée par ses adeptes comme ce qui existe de meilleur pour l’humanité. Une doctrine qui méprise, injurie, encourage à la haine, à la violence, au meurtre, à la guerre totale. Et qui affaiblit nos valeurs par la tentative de faire criminaliser toute critique de l’islam.

«Plus de 60 % du Coran est consacré à la critique de l’Autre», affirme Korlov

Paul Korlov n’impute pas les maux qu’il décrit à une majorité pacifique qui pratique peu ou pas, qui ne connaît pas ses textes. Cette majorité serait d’ailleurs bien incapable de trouver dans le Coran ou la Sunna «une objection sérieuse» aux injonctions guerrières, à l’exigence de soumission, à l’impossibilité d’accepter l’Autre prônés par la doxa. «Plus de 60 % du Coran est consacré à la critique de l’Autre», affirme Korlov.

L’auteur décrit aussi les «symptômes psychiques de l’islam», son suprématisme, l’interdiction de le quitter ou même de remettre en question un élément de sa doxa. Il met en évidence l’étrange fierté de ces conquêtes sanglantes et fulgurantes qui seraient un bienfait pour l’humanité. Il en cite quelques caractéristiques :

  • des dizaines de millions de morts,
  • un interminable et féroce esclavage dont de dévastatrices castrations.

Au XXIe siècle, l’islam estime être encore sous la menace des Croisés

Il estime que le Maghreb, la Libye, l’Égypte et le Proche-Orient «ont été et sont encore colonisés depuis 13 siècles sans que personne ne s’en émeuve à part quelques kabyles». Et cette religion de 1,3 milliards d’adeptes est aussi celle de la paranoïa : «L’islam souffre d’un sentiment de persécution allant jusqu’à l’irrationalité et au délire». Au XXIe siècle, il estime être encore sous la menace des Croisés.

«Islam, que faire?: 40 mesures pour apaiser l’avenir*», accessible par Amazon.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Mireille Vallette pour Dreuz.info.

* En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

  • Imprimer/Email

    0

PARTAGEZ ! ...