Allemagne : Milad H., alias Mohamad A., bénéficiaire du droit d’asile et propriétaire de neuf appartements

[…] le BAMF [Office fédéral de l’immigration et des réfugiés] a accordé à tort l’asile à un homme fortuné à qui appartiennent notamment de nombreux appartements dans le quartier sensible de Wollepark.

Milad H., qui bénéficie du droit d’asile, est propriétaire de neuf appartements, son frère Walid H. en a dix et son ami Mehmet E. 15. C’est ce que nous avons pu lire sur une liste des propriétaires de l’ensemble immobilier quelque peu à l’abandon se situant en bordure du centre-ville de Delmenhorst [Basse-Saxe]. Dans les immeubles 11 et 12 se trouvent en tout 80 appartements, habités surtout par des Européens de l’Est, certains payant des loyers complètement exorbitants, encaissés fréquemment en liquide. Tout comme les avances pour le gaz et l’eau. Avances qui n’ont manifestement pas été reversées par les propriétaires aux services techniques municipaux. […]

Mais est-ce que Milad H. est vraiment Milad H. ? En juin 2014, le BAMF de Brême aurait, sans jamais avoir vérifié ses papiers originaux, reconnu comme réfugié avec protection subsidiaire cet homme qui prétendait s’être enfui de Syrie. Une copie avait suffi, attestée par un avocat de Brême qui n’était absolument pas habilité pour cela. […]
Mais Milad H. était déjà entré en Allemagne en 2008, six ans donc auparavant. Avec, selon le BAMF, une carte d’identité roumaine au nom de Mohamad A. La même année, il fait enregistrer à Brême une société d’import-export. […] Puis c’est la surprise : changement d’identité en 2016. Le soi-disant Roumain Mohamad A., né le 1-1-1975, devient le Syrien Milad H., né le 26-5-1971 à Alep. Cette nouvelle identité fut acceptée sans sourciller par le BAMF. […]

Cette présumée escroquerie à l’identité n’a été dévoilée que parce que l’association des propriétaires de Wollepark avait accumulé des dettes à six chiffres auprès des services techniques de Delmenhorst […]

(Traduction Fdesouche)

NDR

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

La Française voilée Pougetoux ambassadeur de la France en Syrie ?

Celle qui préside l’UNEF plaît beaucoup aux islamistes, en France comme en Syrie, et notamment aux opposants à Bachar comme « l’artiste de rue » Aziz-El-Asmar ( pro-palestinien aussi bien sûr ). Il lui a rendu hommage en la dessinant sur un mur d’une ville syrienne.

On peut interpréter son tag de deux façons différentes.

Soit c’est un hymne à l’islam et au voile, avec le slogan très clair : Mon voile n’est pas une décoration, mon voile est ma doctrine.

Soit c’est une dénonciation du hidjab… Eu égard aux engagements politiques du tagueur, pro Gaza – et donc pro le Hamas, qui tient les femmes sous la férule du voile, notamment – et anti-Bachar, dont la femme n’est pas voilée, on peut penser que la Poutegoux est plutôt donnée en exemple.

Adieu Olympe de Gouges, Marguerite de Navarre, Simone de Beauvoir, Brigitte Bardot  et autres  Louise Michel,  bonjour la Poutegoux. Telle sera dorénavant l’image de la France à l’étranger. 

Admirez le désastre…

A-t-on touché le fond ? Pas encore, amis patriotes… Chaque jour est pire que le lendemain !

Une fresque de l’artiste syrien Aziz el-Asmar sur les murs d’une ville proche d’Idlib

La responsable de l’Unef Paris IV portant le voile islamique, qui s’était retrouvée au cœur d’une polémique en France en mai, a reçu un soutien original… en Syrie. En effet, un artiste de rue l’a représentée sur un mur près d’Idleb.

Aziz el-Asmar est un artiste syrien qui réalise des peintures sur les murs détruits de la ville de Binnish, en périphérie d’Idleb, au nord-ouest de la Syrie. Loin d’être neutres, ses œuvres envoient des messages politiques clairs : hostile à Bachar el-Assad, l’artiste est également anti-Trump et pro-palestinien. Au-delà de ces prises de positions, Aziz el-Asmar s’intéresse également à ce qui se passe en France et aux débats qui agitent notre pays. C’est ainsi qu’il a manifesté sa solidarité avec Maryam Pougetoux, la responsable de l’Unef à l’université Paris IV dont le voile avait suscité une polémiqueen France.

Le 27 mai, Aziz el-Asmar a publié sur sa page Facebook la photo d’une peinture murale sur laquelle on peut reconnaître la jeune syndicaliste française. A gauche de l’image on peut lire en français et en arabe : «Mon voile n’est pas une décoration, mon voile est ma doctrine» et à droite, en arabe, il est écrit : «D’Idleb à Paris, les juives se voilent, les bonnes sœurs se voilent et les musulmanes ont le droit de porter le hijab».

Maryam Pougetoux, la présidente du syndicat étudiant Unef à l’université Paris-IV Sorbonne, était apparue voilée dans une interview diffusée sur M6 le 12 mai. Un entretien qui avait provoqué nombre de réactions, poussant l’Unef à défendre sa présidente

https://francais.rt.com/france/51620-maryam-pougetoux-sattire-soutiens-jusque-murs-idleb-syrie

Print Friendly, PDF & Email
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Syrie : plus de 920.000 déplacés en 2018, record depuis le début du conflit

« Nous assistons à un déplacement massif à l’intérieur de la Syrie », a déclaré lors d’une conférence de presse le coordinateur humanitaire de l’ONU.

Plus de 920.000 personnes ont été déplacées en Syrie au cours des quatre premiers mois de l’année, un chiffre record depuis le début du conflit il y a 7 ans, a annoncé l’ONU lundi.

« Nous assistons à un déplacement massif à l’intérieur de la Syrie (…) De janvier à avril, il y a eu 920.000 nouveaux déplacés », a déclaré Panos Moumtzis, coordinateur humanitaire de l’ONU pour la Syrie, lors d’une conférence de presse à Genève. « C’est le plus grand nombre de déplacés sur une courte période de temps depuis que le conflit a débuté », a-t-il ajouté.

Europe 1

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Réfugiés syriens : le Liban bloque les demandes de permis de séjour du HCR qui veut empêcher le retour des réfugiés syriens chez eux

Le Liban a décidé vendredi de bloquer les permis de séjour des employés du Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR). Au cœur des tensions, les divergences entre Beyrouth et le HCR qui s’oppose au retour des réfugiés syriens dans leur pays.

Le Liban a annoncé, vendredi 8 juin, avoir bloqué les demandes de permis de séjour des employés du Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) à cause de divergences sur la question du retour des réfugiés syriens.

« Des instructions ont été données à la direction du protocole pour suspendre, jusqu’à nouvel ordre, les demandes de résidence concernant le HCR », a indiqué le ministère libanais des Affaires étrangères dans un communiqué. Le HCR « sème la terreur dans les esprits [des réfugiés] en invoquant le service militaire obligatoire, le risque sécuritaire, la question de logement et la suspension des aides de l’ONU » en cas de retour en Syrie.

Le chef de la diplomatie libanaise avait déjà accusé le HCR, dans un tweet, d’ »intimider » les réfugiés syriens enregistrés au Liban dans le but de les empêcher de rentrer chez eux. Le Liban accueille près de 1,5 million de réfugiés syriens, dont 1 million inscrits auprès du HCR. Ils ont fui la guerre qui ravage la Syrie depuis 2011.

La décision des autorités libanaises concerne aussi bien les nouvelles demandes de résidence que le renouvellement des permis déjà accordés à la directrice du HCR au Liban, Mireille Girard, et son équipe. Elle intervient après une enquête menée par le ministère à Aarsal, ville frontalière de la Syrie où vivent plusieurs milliers de réfugiés, selon les autorités libanaises.

Les tensions entre le HCR et les autorités libanaises sont apparues au grand jour en avril lorsque l’agence onusienne a refusé de participer au processus de retour de 500 réfugiés en Syrie, organisé par les autorités libanaises en coopération avec leurs homologues syriens.

www.france24.com

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Syrie : Guerre et déplacements massifs redessinent la carte démographique

Sept ans de guerre et de déplacements massifs ont redessiné la carte démographique en Syrie, érigeant des frontières entre les communautés ethniques, religieuses et politiques du pays qui seront difficiles à abolir.

Dans cette nouvelle Syrie, les opposants au régime ont été chassés de nombreuses régions, les minorités sont davantage fédérées et les communautés géographiquement plus homogènes, décrivent à l’AFP déplacés, analystes et défenseurs des droits humains.

Avec environ 11 millions de Syriens réfugiés à l’étranger ou déplacés à l’intérieur du pays et sans perspective claire de retour dans leur foyer d’avant-guerre, le remaniement démographique risque de perdurer, soulignent-ils.[…]

«La structure démographique a changé sans même que nous le remarquions: le pays a été divisé», déplore Abou Moussab.

«Le Nord est sunnite, le Nord-Est kurde et les alaouites et les chiites sont essentiellement concentrés à Lattaquié, Tartous et Homs», poursuit-il.

Pour Fabrice Balanche, universitaire expert du conflit syrien, «il y a clairement une stratégie d’éviction des opposants politiques»[…]

Si le régime a perdu du terrain, le soutien des alaouites, des chiites et des chrétiens lui a permis de jouir d’une assise populaire plus solide, explique M. Balanche.

«Aujourd’hui, 70% de la population syrienne vit dans des zones contrôlées par le régime, dont plus d’un tiers est issue des minorités », précise-t-il.

Certains des changements démographiques ont eu lieu via des accords politiques entre régime et rebelles.[…]

Dans le nord-ouest, une offensive menée par la Turquie début janvier a chamboulé les frontières ethno-démographiques: 137.000 habitants de l’enclave d’Afrine, à majorité kurde, ont fui vers des zones contrôlées par le régime ou l’administration autonome kurde dans le nord-est.

Certaines de leurs maisons accueillent désormais d’autres déplacés, notamment depuis qu’environ 35.000 habitants de l’ex-bastion rebelle dans la Ghouta orientale, près de Damas, se sont installés à Afrine.

Les Kurdes accusent la Turquie de vouloir changer la composition ethnique. Des analystes affirment qu’Ankara cherche à réinstaller dans la zone sous son contrôle les 3,5 millions de réfugiés syriens vivant en Turquie.

L’opposition syrienne accuse elle les Kurdes d’avoir expulsé les Arabes des villes sous leur domination.

En l’absence de justice transitionnelle et de mea culpa, de part et d’autre, la situation risque de s’aggraver, met en garde Diana Semaan de l’ONG Amnesty International: « Les communautés se recroquevilleront davantage sur elles-mêmes ».

L’Express

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Vincent Hervouët : «La politique étrangère de Poutine a des fruits juteux là où Macron essaie d’exister»

Vincent Hervouët : «Je note la réaffirmation par Emmanuel Macron que la France ne cherche pas à changer le régime en Syrie. Peu à peu, on vient vers une position Russe là-dessus (…) La politique étrangère de Poutine a des fruits juteux là où Macron essaie d’exister.»
– LCI, 25 mai 2018, 21h14

[embedded content]


Ulysse Gosset, le consultant en géopolitique de BFM TV nie les propos de Pierre Lorrain (spécialiste de la Russie) selon lesquels Emmanuel Macron avait déclaré que Bachar El Assad était légitime.Le président français avait pourtant déclaré : «Les représentants du régime actuel ont la légitimité contemporaine».
– BFM TV, 24 mai 2018, 21h37

[embedded content]

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Estinnes (Belgique): un enfant-soldat syrien poursuivi pour terrorisme

C’est un dossier ‘terrorisme’ plutôt atypique qui est examiné ce mercredi par le tribunal de Charleroi. Le prévenu est un gamin de 19 ans, Malaa Eddin, un jeune Syrien qui est en détention préventive depuis maintenant un an. Il est poursuivi pour avoir diffusé des vidéos faisant l’apologie du terrorisme et de l’organisation terroriste état islamique. Malgré son visage juvénile, Malaa Eddin a un lourd passé: il a été enfant-soldat en Syrie, il a combattu Bachar El Assad dans les rangs de ‘l’armée syrienne libre’ mais aussi de jawad al nostra.

Il est en prison depuis tout juste un an, il a été arrêté le 24 mai 2017. Et depuis, il a déjà eu pas mal de problèmes à Jamioulx, comme le jour où, surexcité, il hurlait allah akbar dans sa cellule en regardant les attentats de Barcelone à la télé. Mais aujourd’hui, il affirme avoir changé : «

www.lanouvellegazette.be

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Pays-Bas : grâce au Plan Einstein une migrante syrienne entrera à l’Université en septembre

Ces deux jeunes femmes se considèrent comme voisines à Overvecht, un quartier d’Utrecht aux Pays-Bas. Depuis un an Maaike donne des cours d’entrepreunariat au Plan Einstein. Dema, jeune réfugiée syrienne de 21 ans, apprend ici le hollandais et c’est ici aussi qu’elle a préparé sa candidature pour étudier à l’université.

[embedded content]

« On parle aux participants, on voit ce dont ils ont besoin pour leur carrière professionnelle et nous proposons des ateliers, du coaching, on essaie d’élargir leur réseau professionnel en les mettant en relation, avec l’hôpital local pour les étudiants en médecine, ou en leur présentant des entrepreneurs locaux, c’est comme ça que nous les aidons. Notre programme est « future free », ce n’est pas grave si la personne ne reste pas aux Pays Bas, tout ce qui est appris ici sera utile ici ou n’importe où dans le monde« , explique Maiike Wit, chef de projet.

« Ce n’est pas moi qui les aide et ils ne doivent pas me dire « merci » mais c’est vraiment une coopération entre nous et chacun a une responsabilité et j’aime beaucoup faire partie de ce programme, j’apprends sur ma propre ville mais je peux aussi parler avec des gens du monde entier« , ajoute-t-elle.

« Pour être honnête les deux premiers jours ici je me sentais un peu seule, vivant dans ma chambre dans une endroit où je ne connaissais pas grand monde, donc j’avais un peu peur mais quand je suis venue ici et que j’ai rencontré de nouvelles personnes chaque jour alors on est devenu presque comme une famille« , explique Dema Kadre. « J’ai des amis syriens dans le centre d’asile et aussi des personnes d’autres nationalités, j’ai aussi des amis Néerlandais que j’ai rencontré ici au Plan Einstein. Parce que quand je suis venu, j’étais complètement perdu je ne savais pas par où commencer donc ensemble on a essayé de voir ce que je voulais faire pour que je puisse m’inscrire à la fac et maintenant je suis inscrite et j’ai été prise dans une université et je commence en septembre donc oui je suis tellement heureuse maintenant« , ajoute-t-elle.

Dema pourra étudier le droit international à partir de septembre à l’Université.

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Allemagne : « Fann magazin », le nouveau média qui jette un pont vers les sociétés arabes

Plus de 5,5 millions de Syriens ont dû fuir leur pays depuis 2011. Des dizaines de milliers ont trouvé refuge en Allemagne, parmi lesquels de nombreux écrivains, musiciens, journalistes, blogueurs, cinéastes ou artistes. Certains d’entre-eux ont créé un média en ligne publié à la fois en arabe et en allemand, dédié à la littérature, aux idées, aux arts et à la culture des mondes arabophones et germaniques. Leur objectif? Rendre visible la richesse et le dynamisme culturels de la diaspora syrienne, palestinienne, irakienne ou libanaise, et favoriser les échanges et la compréhension entre les sociétés. Rencontre. […]

Fady et Dina ont un autre point commun : ils font tous deux partie de l’équipe de Fann magazin, un nouveau média en ligne publié depuis décembre 2017, qui présente l’originalité d’être à la fois en langue arabe et en allemand. Fann (qui signifie « art » en arabe) est intégralement consacré à la culture, aux idées, à la littérature, au cinéma et aux arts du monde arabophone. […]

Bastamag

Merci à Malalou

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Pour construire une « Europe de la paix », la France doit sortir de l’OTAN

Tribune: Thomas Guénolé,  coresponsable de l’école de la France insoumise, politologue et essayiste

Les grandes puissances membres de l’Union européenne se trouvent à un moment charnière. […]Depuis plusieurs années leur tendance est au suivisme de la ligne pyromane de Washington: que ce soit en s’impliquant activement dans ces conflits, en participant à une stratégie de la tension envers la Russie[…]

De fait, cette contradiction est insoutenable: bombarder la Syrie en accusant son gouvernement d’attaques chimiques sur des civils; mais se taire sur la dizaine de milliers de morts et les millions de civils en détresse humanitaire provoqués au Yémen par les bombardements de l’Arabie saoudite.[…]

Quant aux forces qui veulent une Syrie laïque et démocratique, elles sont hélas depuis longtemps réduites à la portion congrue. Comme l’a résumé Robert Baer, ancien spécialiste de la CIA pour ce pays, en 2014: « Il n’y a pas de rebelles modérés en Syrie ». Dépeindre autrement la situation, c’est soit faire de la propagande, soit prendre ses désirs pour la réalité.[…]

La Russie intervient pour soutenir son allié syrien, qui héberge une de ses rares bases à l’étranger. Flanqués de leurs alliés européens, les Etats-Unis interviennent au contraire pour subvertir cet Etat lié à la Russie et pousser ainsi plus loin leurs positions dans la région. […] Le « processus d’Astana » mené en tripartite par Moscou, Téhéran et Ankara menaçait en effet, humiliation géopolitique suprême, de résoudre le conflit syrien sans les Etats-Unis.

Toujours est-il que l’accumulation des actes de guerre unilatéraux par ces puissances porte le risque croissant de déclencher un conflit régional majeur, à l’instar des guerres balkaniques du début du 20ème siècle.[…]

À dire vrai, l’Europe de la guerre prévaut également sur la question ukrainienne. Là aussi, sa position est trompeuse. Il y aurait d’un côté les milices pro-russes fascisantes, adeptes des violences contre les civils ukrainophones, tournées vers la Russie ; et de l’autre les militants de la liberté et de la démocratie, tournés vers l’Europe et les Etats-Unis.[…]

D’abord, si le président pro-russe renversé en 2013 était effectivement à la tête d’une oligarchie corrompue et népotique, multipliant les actifs bancaires de son fils par dix de 2010 à 2012, les figures de proue du camp opposé ne sont pas en reste. Par exemple, Ioulia Tymochenko, célèbre égérie pro-Union européenne, fait partie elle aussi des oligarques ukrainiens richissimes qui ont participé dans les années 1990 à de vastes privatisations mêlant clientélisme, affairisme, népotisme et pratiques mafieuses politico-financières.

En d’autres termes, en Ukraine le choix (…) est entre des oligarques corrompus pro-Kremlin et des oligarques corrompus pro-Washington. Plus grave: parmi les forces politiques qui ont renversé le gouvernement pro-russe de 2013 pour installer à sa place un pouvoir pro-OTAN, l’on trouve des néonazis assumés. Par exemple, l’actuel président du parlement ukrainien, Andry Parouby, est le fondateur du Parti social-nationaliste d’Ukraine, c’est-à-dire du parti néonazi ukrainien créé en 1991. De plus, les violences commises par des milices nationalistes sur des civils sont attestées dans les deux camps: à l’est, par des milices pro-Kremlin sur des civils ukrainophones; à l’ouest, par des milices pro-OTAN sur des civils russophones.

A cet égard, la question ukrainienne s’inscrit dans le contexte plus large du dépeçage systématique de la sphère d’influence russe en Europe par les Etats-Unis et leurs alliés européens, en avalant les pays concernés dans l’OTAN et dans l’Union européenne – généralement dans cet ordre.

[…]l’OTAN a imposé unilatéralement la partition de la Serbie, avec pour résultat l’indépendance du Kosovo. A cet égard, l’intervention militaire unilatérale de Moscou pour imposer l’indépendance de la Crimée, suivie de son annexion, est la fille de l’intervention militaire unilatérale de Washington pour imposer l’indépendance du Kosovo.

Une telle conférence paneuropéenne sur les frontières, qui aurait dû avoir lieu dès la chute de l’URSS, pourrait avoir comme objectif raisonnable de les stabiliser en établissant explicitement leurs tracés(…)

il est donc temps de soulever la question qui fâche: à quoi sert l’OTAN? (…) elle sert tout simplement à rassembler dans une même alliance militaire les vassaux des Etats-Unis de part et d’autre de l’Atlantique Nord.

[…]La France pourrait être à l’avant-garde du mouvement: soit en quittant l’organisation; soit en quittant seulement son commandement intégré[…]Dans les deux cas, elle redeviendrait une grande puissance non-alignée, garante de sa souveraineté grâce à sa propre force armée.[…]

HuffPost

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture