Tag Archive

Quand un journaliste de BuzzFeed se moque d’un handicapé présent à un meeting du FN

Published on avril 27, 2017 By Horatius

Quand un journaliste de BuzzFeed se moque d’un handicapé présent à un meeting du FN – Fdesouche


Accueil / Par defaut / Quand un journaliste de BuzzFeed se moque d’un handicapé présent à un meeting du FN


Par le 27/04/2017

Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Merci de nous signaler les messages litigieux en appuyant sur
le petit drapeau en haut de chaque commentaire.

Veuillez activer JavaScript pour voir les commentaires
Disqus.

PARTAGEZ ! ...

Paris : les « cadenas d’amour » vendus aux enchères au profit d’associations d’aide aux migrants

Published on avril 27, 2017 By perubu

Plusieurs centaines de kilos de « cadenas d’amour », ces cadenas gages de fidélité que les touristes accrochent aux grilles des ponts et que la Ville de Paris enlève, seront vendus aux enchères le 13 mai en faveur d’associations d’aide aux migrants. 45 tonnes de métal avaient ainsi été enlevées lors du nettoyage du Pont des Arts.

Quinze grilles portant des centaines de cadenas, pesant jusqu’à 500 kg, et 150 grappes de cadenas de tailles diverses, seront proposées à la vente. Les bénéfices iront à trois associations mobilisées dans l’accueil et l’accompagnement des réfugiés accueillis par la Ville : Solipam, l’Armée du Salut et Emmaüs Solidarité.

Cette « vente au profit des associations qui accompagnent les réfugiés, c’est notre façon de respecter le geste de tous ceux qui ont choisi de venir célébrer leur amour dans une ville ouverte et généreuse« , a assuré Bruno Julliard, premier adjoint de la maire PS de Paris Anne Hidalgo. […]


Le Nouvel Obs

PARTAGEZ ! ...

Parents noirs, arabes et musulmans : Appel du « Front de Mères »

Published on avril 27, 2017 By perubu

Appel du front de Mères : luttons ensemble pour l’avenir nos enfants !

Fatima Ouassak, auteur du livre Discriminations Classe/Genre/Race (disponible ici, et Diariatou Kebe, auteur de « Maman noire et invisible », sont les initiatrices du Front de Mères.

Parents noirs, arabes et musulmans, parents habitant les quartiers populaires, êtes-vous sereins quand vous confiez vos enfants à l’école le matin ? Etes-vous rassurés à l’idée qu’ils y passent l’essentiel de leur vie ?

Nos enfants apprennent à l’école à ne pas respecter les valeurs que nous essayons de leur transmettre.

Nous sommes, pour beaucoup d’entre nous, inquiets voire angoissés dès qu’on évoque l’école. Et pour cause ! Nos enfants fréquentent des établissements qui n’ont pas les moyens de fonctionner, avec des taux records de professeurs absents et non remplacés, des taux records de professeurs mal-formés.

Nos enfants fréquentent des établissements où ils sont stigmatisés et humiliés par certains enseignants, prêts à partir en croisade contre une jupe longue ou un début de barbe suspecte.

Nos enfants sont traumatisés par des conflits d’autorité entre leurs parents et l’école lorsque, par exemple, leurs parents leur demandent de ne pas manger la viande imposée dans leur assiette, alors que l’institution les incite, voire les oblige à la manger.

Nos enfants nous regardent quand nous sommes sermonnés et infantilisés par les enseignants.

Nos enfants assistent aux humiliations que nous y subissons, notamment lorsque nous sommes voilées et qu’on nous interdit de les accompagner en sortie.

Nos enfants apprennent à l’école à avoir honte de leurs mamans.

Nos enfants apprennent très tôt la hiérarchisation raciale.

Nos enfants comprennent très tôt que l’école a un problème avec leurs cheveux quand ils sont crépus, avec leur langue maternelle si elle est africaine, avec leur religion quand c’est l’islam.

Nos enfants subissent des programmes scolaires où les peuples dont ils sont issus, sont infantilisés, diabolisés ou invisibilisés.

Nos enfants apprennent à l’école à avoir honte de ce qu’ils sont. […]

saphirnews

PARTAGEZ ! ...

Propos sur les musulmans : le CSA instruit un dossier contre Ivan Rioufol du Figaro

Published on avril 27, 2017 By Robin

L’éditorialiste du Figaro Ivan Rioufol a affirmé le 21 avril sur CNews que « 27% des Français musulmans se réclamaient de l’idéologie de l’Etat islamique ».

Le CSA a indiqué ce mardi 25 avril avoir ouvert l’instruction d’un dossier sur les propos d’Ivan Rioufol, éditorialiste du Figaro, tenus sur CNews vendredi dernier. Invité de l’émission L’heure des pros, animée par Pascal Praud, le polémiste a cité un sondage de l’Institut Montaigne démontrant selon lui que « 27% des Français musulmans se réclamaient au bout du compte de l’idéologie de l’État islamique et 50% des jeunes musulmans des cités ». L’autorité de l’audiovisuel a reçu une quarantaine de signalements dénonçant ces propos, comme l’a révélé Buzzfeed, alors que le replay de l’émission n’est pas (ou plus) disponible sur le site de CNews.

Auprès de l’AFP, Ivan Rioufol dénonce une « intimidation » qui serait « instrumentalisée par une minorité religieuse ». « Dire que 50% des jeunes musulmans ont une pratique de l’islam “rigoriste” et “ont adopté un système de valeurs clairement opposé aux valeurs de la République” est un fait relevé dans cette étude de l’institut Montaigne, affirme-t-il. Rapprocher cela de l’idéologie de l’Etat islamique qui applique la charia relève de ma liberté de commentaire. » […]

Marianne

[embedded content]

PARTAGEZ ! ...

Christophe Guilluy : « La posture anti-fasciste de supériorité morale de la France d’en haut permet en réalité de disqualifier tout diagnostic social »

Published on avril 27, 2017 By Francois

(…) En perdant une partie de leurs bases, la gauche avec les ouvriers, la droite avec les agriculteurs, les partis de gouvernement semblent s’être détournés des classes populaires. Quelles sont les conditions permettant une « normalisation » de la situation, dont l’objectif serait de récréer des partis de masse ?

Tout le bas ne peut pas être représenté que par le Front national. Il faut que les partis aillent sur ces thématiques. Il y a toujours eu un haut et un bas, et des inégalités, la question est qu’il faut que le haut soit exemplaire pour le bas, et qu’il puisse se connecter avec le bas. Il faut que le « haut » intègre les problématiques du « bas » de façon sincère. C’est exactement ce qui s’était passé avec le parti communiste, qui était composé d’une base ouvrière, mais aussi avec des intellectuels, des gens qui parlaient « au nom de ». Aujourd’hui c’est la grande différence, il n’y a pas de haut qui est exemplaire pour le bas. La conséquence se lit dans le processus de désaffiliation et de défiance des milieux populaires dans la France périphérique mais aussi en banlieues.

Plus personne n’y croit et c’est cela l’immense problème de la classe politique, des journalistes etc. et plus généralement de la France d’en haut. Ces gens-là considèrent que le diagnostic des gens d’en bas n’est pas légitime. Ce qui est appelé « populisme ». Et cela est hyper fort dans les milieux académiques, et cela pèse énormément. On ne prend pas au sérieux ce que disent les gens. Et là, toute la machinerie se met en place. Parce que l’aveuglement face aux revendications des classes populaires se double d’une volonté de se protéger en ostracisant ces mêmes classes populaires. La posture de supériorité morale de la France d’en haut permet en réalité de disqualifier tout diagnostic social. La nouvelle bourgeoisie protège ainsi efficacement son modèle grâce à la posture antifasciste et antiraciste. L’antifascisme est devenu une arme de classe, car elle permet de dire que ce racontent les gens n’est de toute façon pas légitime puisque fasciste, puisque raciste. La bien-pensance est vraiment devenue une arme de classe. Notons à ce titre que dans les milieux populaires, dans la vie réelle les gens, quels que soient leurs origines ne se parlent pas de fascisme ou d’antifascistes, ça, ce n’est qu’un truc de la bourgeoisie. Dans la vie, les gens savent que tout est compliqué, et les gens sont en réalité d’une hyper subtilité et cherchent depuis des décennies à préserver leur capital social et culturel sans recourir à la violence. Le niveau de violence raciste en France reste très bas par rapport à la situation aux États Unis ou au Royaume Uni.

Cette posture antifasciste, à la fin, c’est un assèchement complet de la pensée. Plus personne ne pense la question sociale, la question des flux migratoires, la question de l’insécurité culturelle, celle du modèle économique et territorial. Mais le haut ne pourra se régénérer et survivre que s’il parvient à parler et à se connecter avec le bas. Ce que j’espère, c’est que ce clivage Macron Le Pen, plutôt que de se régler par la violence, se règle par la politique. Cela implique que les partis intègrent toutes ces questions ; mondialisation, protectionnisme, identité, migrations etc… On ne peut pas traiter ces questions derrière le masque du fascisme ou de l’antifascisme.

Atlantico

Merci à Loan

PARTAGEZ ! ...

Les humoristes de France Inter lâchent Pierre-Emmanuel Barré et Nagui accuse la fachosphère (MàJ)

Published on avril 26, 2017 By Francois

Charline Vanhoenacker, Alex Vizorek et Guillaume Meurice, de l’émission «Si tu écoutes, j’annule tout», signent un texte commun sur Facebook pour défendre la radio publique.

Trois humoristes de France Inter, Charline Vanhoenacker, Alex Vizorek et Guillaume Meurice, ont estimé, jeudi, que, contrairement à ce qu’il affirme, le chroniqueur Pierre-Emmanuel Barré n’a pas été censuré pour un sketch pro-abstention refusé à l’antenne. Ils signent un long texte sur la page Facebook de l’émission «Si tu écoutes, j’annule tout».

La chronique de Pierre-Emmanuel Barré «n’a pas été « censurée »», écrivent-ils, soulignant que «la censure est un mot qui ne devrait pas être manié avec autant de légèreté». «Soupçonner la radio de service public de censure est une chose grave. Et au moment précis où le Front national est finaliste de l’élection présidentielle, c’est encore plus grave», ajoutent-ils. […]

Le Parisien


Nagui / censure de Pierre-Emmanuel Barré : « la fachosphère, un ramassis de n’importe quoi »

Nagui répond aux questions soulevées par les accusations de censure sur une chronique de Pierre-Emmanuel Barré (France Inter, 27/04/17).

[embedded content]


L’humoriste a diffusé ce mercredi sur Facebook la vidéo d’un sketch refusé par l’émission «La Bande originale». S’estimant censuré, il annonce au Parisien qu’il démissionne de la station.

Le Parisien


L’humoriste, Pierre-Emmanuel Barré, qui officie d’habitude le mercredi matin sur France Inter avec sa « Drôle d »humeur », où il éreinte la classe politique, n’aurait pas été autorisé ce 26 avril à présenter son billet.

Dans une vidéo publiée sur Facebook, il a débuté le sketch prévu ce matin en disant : « Salut Nagui, salut tout le monde, ah ba non, y’a personne parce qu’on m’a demandé de ne pas faire cette chronique ce matin à France Inter, mais c’est pas grave, on la fait sur France InterNE », en désignant, derrière lui,une affiche France Inter auquel a été ajouté « NE ».

Il déroule ensuite sa chronique consacré au premier tour de l’élection présidentielle et notamment sur les abstentionnistes. « Vous pensiez vraiment que j’allais vous dire que j’allais voter Macron ? Eh ben non, je n’aime pas son programme, je ne vote pas pour lui, c’est tout, c’est ça, c’est la démocratie. Et non, ce n’est pas parce que je ne vote pas Macron que je soutiens le Front national. Attention j’ai bien conscience que Macron et Le Pen, ca n’est pas la même chose. je dis juste que je n’ai envie de baiser aucun des deux. Evidemment, si on me met un flingue sur la tempe et qu’on m’oblige à choisir, j’espère que Macron a le gland propre. Mais je préfère le prévenir, il n’est pas à l’abri d’une circoncision gratuite. […] Moi le 7 mai, je ne sais pas qui va gagner, mais je peux déjà vous dire qu’on est 65 millions à avoir perdu. »

Est-ce ce passage qui n’a pas plu ?

L’Obs

(Merci à Nicolas)

PARTAGEZ ! ...