Tag Archive

Des remèdes de cheval pour combattre l’islam et ses adeptes

Published on février 27, 2017 By Mireille Vallette

Paul Korlov propose dans son livre 40 mesures sévères pour résoudre les problèmes que posent l’islam et ses activistes, et rappelle les bases de cette doctrine.

Paul Korlov, un pseudonyme, nous propose «40 mesures pour apaiser l’avenir» dans son livre «Islam, que faire ?*».

Avec elles, les contempteurs de l’islam se sentiraient peut-être apaisés, mais les musulmans seraient déchaînés. Elles montrent à quel point l’emprise et les méfaits de l’islam en France conduisent ses adversaires à suggérer des remèdes de plus en plus radicaux. A commencer –ou finir- par la «remigration» qui rassemble un nombre croissant de défenseurs. Autant dire une guerre civile, même si ses partisans assurent aimablement que tout se fera dans le respect, le calme, une douce mais ferme obligation.

Korlov n’échappe pas à cette tentation. Il estime nécessaire de «définir avec les pays d’origine les conditions financières et pratiques d’un retour massif aux pays de leur population». Mais c’est à l’intérieur surtout qu’il voit l’antidote.

L’interdiction de l’islam n’est pas au programme, mais certaines mesures s’en approchent grandement. Coran, Hadiths, biographie du prophète (sira) ne seraient autorisés que s’ils étaient précédés d’un avertissement à l’image de «Mein Kampf». «On ne changera rien aux textes sacrés, on n’en retranchera rien, on ne fera qu’y ajouter des commentaires et des mises en garde.»

les remèdes sont rudes parce que la maladie est grave

Les diffuseurs de cette idéologie politico-religieuse, les imams, devraient reconnaître l’incompatibilité de certains de leurs dogmes avec la loi française, et accepter d’y renoncer. Ils devraient aussi faire viser chaque sermon du vendredi avant qu’il ne soit prononcé.

Pour Korlov, les remèdes sont rudes parce que la maladie est grave: l’islam est une menace «infiniment plus grave que l’éphémère nazisme…» Un danger pour la permanence même de notre civilisation.

Sous le règne korlovien, il n’y aura plus de nouvelle mosquée, car chacune représente «un centre d’endoctrinement à la charia, donc au suprématisme et à la ségrégation religieuse». Et on proscrira les tenues musulmanes, l’apartheid alimentaire, funéraire, professionnel, matrimonial, les pressions à l’hôpital, dans le sport, etc. Les peines seront sévères pour sanctionner ce qu’on a défini comme illégal dans le dogme, et on renversera la pratique actuelle des lois Pleven, Gayssot, Taubira: les accusations de provocation publique à la discrimination et à la haine changeront de cibles.

Interdictions professionnelles

La pratique de l’islam sera cantonnée à la sphère privée, les écoles coraniques seront étroitement surveillées, l’enseignement de cette religion dans les écoles publiques exonéré de toute complaisance. Il faudra restreindre, voire interdire l’accès des «musulmans déclarés» à l’armée, à la police, à la fonction publique, voire au secteur privé, et envisager de pouvoir les licencier à la première revendication communautaire.

Il faudra aussi revoir les conditions d’attribution des aides sociales, modifier les conditions d’acquisition de la nationalité, expulser plus facilement. Et rétablir «le crime d’intelligence avec l’ennemi». Quant à l’immigration en provenance de pays musulmans, elle sera limitée au strict minimum.

Korlov cite aussi une mesure facile à introduire -pour moi la plus urgente – mais paradoxalement aussi improbable que les autres : «un débat franc et ouvert» sur l’islam, sur la vie de Mahomet. «L’islam radical doit être combattu sur le plan des idées avec toute la force des Lumières et de la pensée occidentale.»

Certaines propositions sont le fait de citoyens excédés et parfois désespérés à la vue des graves blessures qu’inflige une frange croissante de «croyants» aux démocraties, à la France en particulier. Mais comment comptent-ils les appliquer ? Lois d’exception ? Suppression de la charte des droits de l’homme, application sélective de cette charte aux non-musulmans exclusivement ? Korlov ne le révèle pas. Et pour tout dire, certaines de ses mesures qui ciblent tous les musulmans, pourraient transformer nos démocraties en nouvelles tyrannies. D’autant que l’auteur observe qu’une majorité des musulmans pratique un islam paisible, même si c’est par ignorance de ses textes. Avant les remèdes de cheval, il en est d’autres, qu’il cite et qui pourraient être absorbés dans une société lucide.

But ? Islamiser l’Europe

Korlov fait divers rappels historiques, dont l’application du jihad depuis Mohamed jusqu’aux Frères musulmans et à leurs disciples.

Il considère 1979 et la révolution iranienne comme le «début du troisième Jihad conquérant de l’histoire», le moment où l’islam entre en ébullition, où les musulmans accueillis en nombre en Europe se réapproprient, par le biais surtout des Frères musulmans, une religion figée depuis dix siècles. Le but ? «Il n’est pas secret : islamiser l’Europe, imposer la charia partout, aux musulmans et aux autres.»

toujours cette historique fumisterie : des musulmans qui dénoncent l’hostilité croissante qu’ils suscitent et qui réussissent  à se faire passer eux-mêmes pour des victimes

L’auteur énumère les problèmes qu’a apporté l’islam : délinquance en tous genres, agressions, violence, mépris de la loi, tenues vestimentaires discriminantes, revendications incessantes dans l’entreprise, à l’école, à l’hôpital, etc. De nombreux exemples spécifiques font parfois penser que le point de non-retour est atteint.

Et face à ce gâchis, une incroyable -admirable ?- absence de rétorsions : des insultes ici ou là, quelques têtes de porc devant les mosquées, des tags, une salle de prière saccagée… Mais toujours cette historique fumisterie : des musulmans qui dénoncent l’hostilité croissante qu’ils suscitent et qui réussissent  à se faire passer eux-mêmes pour des victimes.

Une partie dense résume avec une parfaite clarté ce qui choque les non-musulmans dans cette doctrine. Il présente «l’islam d’un point de vue infidèle (…) l’islam-dogme officiel, idéologie orthodoxe, l’islam de référence première et ultime». Il part des bases politiques du VIIe siècle coulées dans le béton au Xe, figées sur une vision puritaine et rigoriste. Cet islam enseigné aujourd’hui dans toutes les mosquées. Cette partie est une utile révision pour ceux qui connaissent cette doxa et une approche précieuse, bien structurée, pour les néophytes.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Le texte décrit les conséquences dans le quotidien de cette idéologie suprématiste, immorale, considérée par ses adeptes comme ce qui existe de meilleur pour l’humanité. Une doctrine qui méprise, injurie, encourage à la haine, à la violence, au meurtre, à la guerre totale. Et qui affaiblit nos valeurs par la tentative de faire criminaliser toute critique de l’islam.

«Plus de 60 % du Coran est consacré à la critique de l’Autre», affirme Korlov

Paul Korlov n’impute pas les maux qu’il décrit à une majorité pacifique qui pratique peu ou pas, qui ne connaît pas ses textes. Cette majorité serait d’ailleurs bien incapable de trouver dans le Coran ou la Sunna «une objection sérieuse» aux injonctions guerrières, à l’exigence de soumission, à l’impossibilité d’accepter l’Autre prônés par la doxa. «Plus de 60 % du Coran est consacré à la critique de l’Autre», affirme Korlov.

L’auteur décrit aussi les «symptômes psychiques de l’islam», son suprématisme, l’interdiction de le quitter ou même de remettre en question un élément de sa doxa. Il met en évidence l’étrange fierté de ces conquêtes sanglantes et fulgurantes qui seraient un bienfait pour l’humanité. Il en cite quelques caractéristiques :

  • des dizaines de millions de morts,
  • un interminable et féroce esclavage dont de dévastatrices castrations.

Au XXIe siècle, l’islam estime être encore sous la menace des Croisés

Il estime que le Maghreb, la Libye, l’Égypte et le Proche-Orient «ont été et sont encore colonisés depuis 13 siècles sans que personne ne s’en émeuve à part quelques kabyles». Et cette religion de 1,3 milliards d’adeptes est aussi celle de la paranoïa : «L’islam souffre d’un sentiment de persécution allant jusqu’à l’irrationalité et au délire». Au XXIe siècle, il estime être encore sous la menace des Croisés.

«Islam, que faire?: 40 mesures pour apaiser l’avenir*», accessible par Amazon.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Mireille Vallette pour Dreuz.info.

* En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

  • Imprimer/Email

    0

PARTAGEZ ! ...

Corse : découverte d’un sanctuaire dédié au dieu Mithra

Published on février 25, 2017 By €ric

[unable to retrieve full-text content]

Des archéologues français ont mis au jour un sanctuaire dédié au dieu Mithra sur le site de Mariana, à Lucciana, en Corse.

Cet article Corse : découverte d’un sanctuaire dédié au dieu Mithra est apparu en premier sur Fdesouche.

PARTAGEZ ! ...

Michel Onfray : « Il est trop tard pour sauver notre civilisation »

Published on février 21, 2017 By €ric

Michel Onfray s’exprime à propos de son livre « Décadence : de Jésus à Ben Laden, vie et mort de l’Occident » (Ed. Flammarion).

[embedded content]

Marine Le Pen veut qu’en France on respecte les règles françaises, elle a raison, mais au Liban on respecte les règles libanaises.

[embedded content]

PARTAGEZ ! ...

Caroline Fourest : « Le Génie de la laïcité »

Published on février 20, 2017 By €ric

Caroline Fourest, auteure et journaliste, souvent interpellée sur les questions de laïcité, vient de publier « Le Génie de la laïcité ». Un livre à la fois historique et sociologique dans lequel elle retrace l’histoire de la laïcité tout en opposant les visions française et anglo-saxonne. Elle revient aussi largement sur les accusations d’islamophobie dont elle fait souvent l’objet. Une émission préparée par Laouadi Narimène et Hanane Saïdani.

[embedded content]

PARTAGEZ ! ...

Ottawa. Islamophobie : une motion déposée par la députée libérale Iqra Khalid crée la polémique

Published on février 15, 2017 By perubu

Une motion condamnant l’islamophobie, déposée par une députée libérale fédérale, Iqra Khalid, née au Pakistan, ne fait pas l’unanimité parmi les élus à Ottawa.

(Justin Trudeau et Iqra Khalid)

La motion en question, qui sera débattue plus tard mercredi, vise à reconnaître qu’il faut «endiguer le climat de haine et de peur qui s’installe dans la population» en plus de «condamner l’islamophobie et toutes les formes de racisme et de discrimination religieuse systémiques».

Le chef par intérim du Bloc québécois a annoncé qu’il votera contre, puisqu’à son avis, elle va trop loin. […]

Dans les rangs conservateurs, ceux qui s’opposent à la motion y voient davantage une attaque à la liberté d’expression. Selon eux, l’expression «islamophobie» comprise dans le libellé de la motion est trop floue et pourrait signifier l’interdiction de critiquer l’Islam.

Le candidat à la direction du parti, Maxime Bernier, est de cet avis. « Cette motion constitue-t-elle un premier pas vers la restriction de notre droit de critiquer l’islam» s’est questionné M. Bernier dans les derniers jours, sur la page web de sa campagne. « Nous devons réaffirmer le droit de chacun de croire et de critiquer toute croyance, que ce soit l’islam, le christianisme, le judaïsme, l’hindouisme, l’athéisme ou tout autre», a-t-il ajouté. […]

Journal de Montréal

PARTAGEZ ! ...

Sermon de Malika Dif à la Grande Mosquée de Toul : « Pour les femmes Musulmanes, interdiction formelle d’épouser un non-Musulman »

Published on février 12, 2017 By islamineurope

Conséquence de l’immigration extra-européenne, les réseaux islamistes se sont fortement implantés depuis quelques années dans l’est de la France, et continuent de s’étendre, en particulier sous l’influence de Amine Nejdi, le président marocain du Conseil Régional du Culte Musulman (CRCM) de la région Lorraine.
La Mosquée de Toul, petite ville de 16 000 habitants près de Nancy, constitue un des maillons de ce réseau islamiste, tout comme les villes de Pont-à-Mousson, Behren-lès-Forbach, Tomblaine-Nancy, Metz, Mulhouse, Strasbourg, Haguenau, entre autres, déjà analysées sur « Islam mine l’Europe ».

–                                                 Sermon de Malika Dif à la Grande Mosquée de Toul :
–                                                                              Fidèles Musulmans de la Mosquée de Toul

Avant de devenir imam de la Mosquée de Tomblaine-Nancy, Amine Nejdi était le prédicateur de la Mosquée de Toul.

Amine Nejdi considère sur son site internet officiel, qu’une femme qui ne porte pas de voile islamique incite à la perversion, une saleté qui attire les mouches. Il explique également que le combat armé contre les mécréants, le Jihad Islamique, est une nécessité contre les personnes hostiles à l’Islam.

–                                                            832846MosqueToulAmineNejdi Alde Harmand dans religion

Amine Nejdi, imam de la Mosquée de Tomblaine-Nancy, conserve des liens étroits avec les responsables de la Mosquée de Toul. Le 28 janvier 2017, il y donnait une conférence.

Image de prévisualisation YouTube

« Revenir aux pages de l’Histoire, pour voir ce que l’Islam a donné à la France et à un autre pays que la France. Allez voir au Moyen-âge, l’époque des Lumières, comment l’époque des Lumières a été construite. C’était bel et bien grâce à l’apport de la civilisation andalouse musulmane. Cette civilisation qui reste jusqu’à maintenant, l’une des meilleures civilisations qui a montré ce qu’est la vraie tolérance, ce que c’est que la vraie Fraternité, ce qu’est le respect des croyances religieuses.
L’Islam, le Christianisme, le Judaïsme ont vécu pendant sept siècles durant, dans la paix en Andalousie sous l’égide de la législation musulmane. Chacun trouvait son compte, chacun trouvait sa liberté, aucun lieu de culte n’a été profané des autres religions. Allez demander aux Juifs Arabes, aux Chrétiens Arabes, qui vivent parmi les Musulmans depuis des siècles, est-ce que leurs droits sont bafoués ? Est-ce que leurs temples sont profanés ? Est-ce que leur cimetières sont gammés ? Et ils vous répondront qu’ils se sentent chez eux, qu’ils se sentent en protection avec l’Islam, parce que l’Islam n’est que la continuité des autres religions monothéistes. »

[21:15]
Conférence de Amine Nejdi sur « l’islamophobie, une menace pour la république », à la Mosquée de Toul le 21 août 2009.

La prédication de Amine Nejdi est un classique de la propagande islamiste donnée devant les Fidèles. L’Occident persécuterait les Musulmans, alors que les occidentaux leurs seraient redevables d’avoir créé une civilisation universelle tolérante et fraternelle islamique ayant germé en Andalousie sous les califats arabo-musulmans, et imprégné ensuite toute l’Europe Occidentale en léguant généreusement un savoir philosophique et scientifique exceptionnel, favorisant le rayonnement culturel de l’Europe des Lumières.
Dans les pays musulmans, les Chrétiens et les Juifs vivraient harmonieusement sous la protection des lois islamiques depuis des siècles.

Amine Nejdi suggère et distille ainsi dans l’inconscient collectif des Musulmans, une forme de frustration, d’injustice. Les Musulmans seraient aujourd’hui opprimés et persécutés par ceux auxquels ils auraient transmis un immense héritage.
Cette légende répandue dans les milieux islamistes, ainsi que dans les universités françaises et européennes, est largement démentie par les faits historiques.

–                                                                   924812MosqueToullemytheduparadisandalous Amine Nejdi

Dans son ouvrage « Le mythe du paradis andalou » (livre en anglais), l’universitaire espagnol Darío Fernández-Morera, documents historiques à l’appui, démonte le mythe de l’existence d’une Espagne tolérante, fraternelle dans laquelle Musulmans, Chrétiens et Juifs auraient vécu pacifiquement pendant des siècles sous la bienveillance des lois islamiques.

Extrait de l’ouvrage de Darío Fernández-Morera afin de donner un aperçu de la « tolérance islamique » :
« Dans la jurisprudence malékite, une esclave sexuelle achetée sur une place de marché, ou capturée dans un raid guerrier, ayant des rapports sexuels avec son maître, devient son esclave sexuelle, une « jariya » (ou djariya, une concubine).
Sous la dynastie Omeyyades, Al-Andalous est devenu un centre de commerce et d’échanges d’esclaves : jeunes femmes esclaves sexuelles, même quelquefois âgée de 11 ans, enfants mâles castrés pour devenir des eunuques dans les harems, enfants mâles capturés et entrainés dans des campements pour devenir des esclaves guerriers, enfants utilisés comme jouets sexuels par les puissants (comme le calife Abd-Al-Rahman III qui était « amoureux » d’un enfant Chrétien capturé nommé Pelayo : refusant les avances sexuelles du Calife, Pelayo a alors été torturé, martyrisé et tué), hommes utilisés comme serviteurs ou travailleurs pour tout usage concevable, les êtres humains de tout âge et race étaient achetés et vendus.

Le prix d’un esclave dépendait de son âge, de son sexe, de sa race, et de ses capacités. Les esclaves blanches, en particulier les blondes, souvent capturées dans des raids menés sur les terres chrétiennes, étaient les plus recherchées. En 912, pendant le règne de l’âge d’or du Califat Omeyyades de Cordoue, le prix d’un esclave mâle noir était de 200 dirhams (pièces) d’argent. Une fille noire de Nubie étaient vendue pour 300 dinars d’or. Une femme blanche sans éducation coûtait 1 000 dinars d’or. Une femme blanche capable de chanter, valait 14 000 dinars.
La cour du Calife Abd-Al-Rahman III comptait 3 750 esclaves, un harem de 6 300 femmes, et son armée incluait 13 750 esclaves guerriers. »
Darío Fernández-Morera, « Le mythe du paradis andalou » p158-159

Les conquérants jihadistes Musulmans qui ont envahi l’Espagne de 711 à 1492, ont provoqué pendant des siècles guerres entre factions rivales pour la conquête du pouvoir, conflits ethniques et religieux, destruction de villages, d’Églises et de Synagogues, persécutions et réduction en esclavage des populations locales chrétiennes et juives.
A l’image de Al-Andalous, dans les pays musulmans, les Chrétiens et les Juifs subissent une extinction inexorable, par l’interdiction de construction de nouveaux lieux de culte, les brimades et les persécutions. Au Maroc, les Chrétiens ne représentent plus qu’une population de 8 000 personnes, et il n’y a plus que 4 000 Juifs. 99,9% de la population marocaine est musulmane, autant dire que la présence du Christianisme et du Judaïsme est maintenant anecdotique. Tout comme en Algérie, où la communauté chrétienne est devenue pratiquement inexistante (0,2% de la population algérienne), le simple fait de posséder une Bible peut être passible de poursuites judiciaires.

Nous sommes bien loin de la rhétorique déployée par Amine Nejdi décrivant un monde musulman pacifique et tolérant.

Image de prévisualisation YouTube

« Les Juifs n’ont pas cru ni à ce qui leur a été révélé, ni au Prophète Mohammed, lorsqu’il ne leur restait plus aucun argument auquel ils puissent se tenir, ils ont voulu ruser et tromper le Prophète. Encore une fois, la méthode des Juifs a toujours été celle-là dans l’Histoire, lorsqu’ils sont au pied du mur, ils emploient la ruse. »
Sermon du prédicateur Farid Al Ansari.

–                                                                 129639MosqueTomblaineNancyFaridAlAnsari Anouar Kbibech

Le prédicateur antisémite marocain Farid Al Ansari (à gauche), invité par Amine Nejdi (à droite) à la Mosquée de Toul en mars 2007 (hard-copy)

–                                                 997207MosqueToulAmineNejdiAnouarKbibech antisémitisme

Le président du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) Anouar Kbibech (en cravate), invité par Amine Nejdi en janvier 2016 à la Mosquée de Tomblaine-Nancy. Deux des figures les plus emblématiques du réseau islamiste misogyne et antioccidental marocain en France.

 

–                                             165576MosqueToulHassanIquioussen antisionisme

Le prédicateur misogyne, antioccidental et antisioniste Hassan Iquioussen figure en vedette sur une pleine page du site officiel de la Mosquée de Toul. Il y a donné une conférence le 1er mai 2010 (hard-copy).

Hassan Iquioussen, a par le passé tenu des propos ouvertement antisémites. Il diffuse aux Fidèles Musulmans dans ses conférences données dans plusieurs Mosquées de France, une propagande politique antioccidentale, antisioniste et antiaméricaine. il refuse la mixité sociale homme/femme, et nie le génocide arménien, Hassan Iquioussen est une référence théologique pour les responsables de la Mosquée de Toul.

Les responsables de la Mosquée de Toul ont également des relations avec Malika Dif, une convertie à l’Islam qui arpente les associations islamiques depuis plus d’une trentaine d’années pour donner des conseils aux femmes Musulmanes afin de bien les éduquer. Ses fréquentations sont proches de la frange de l’Islam radical, de l’organisation politique des Frères Musulmans en particulier.

–                                                    984440MosqueToulMalikaDif2 charia

Malika Dif a donné une conférence à la Mosquée El Kaouthar de l’Union des Musulmans de Rouen (UMR) en 2010 (hard-copy). Ce lieu de culte a déjà reçu le prédicateur antisémite Hani Ramadan, ou encore l’imam Mahmoud Doua, deux pontes de l’organisation politique antioccidentale des Frères Musulmans en France (UOIF).
Hani Ramadan compare par exemple les Juifs à des « serpents, une race de vipères » dans une conférence donnée à Bruxelles le 1er mai 2004.
Malgré cela, le maire socialiste Yvon Robert est pourtant prêt à donner son accord pour l’agrandissement de la Mosquée El Kaouthar de Rouen.

Pour se faire une opinion de l’idéologie véhiculée par Malika Dif, extrait d’une de ses conférences donnée à la Mosquée de Toul le 5 juin 2011.

« L’homme Musulman peut épouser une femme qui n’est pas Musulmane, à condition qu’elle soit croyante, Chrétienne ou Juive. »
[…]
« Par contre, une femme Musulmane n’a pas le droit d’épouser un non-Musulman, quel qu’il soit, croyant ou pas croyant. Interdiction formelle, c’est tout. Je n’entrerai pas dans les détails vous comprenez facilement pourquoi. Le mari est le chef de famille, la femme se trouve en état d’infériorité dans cette situation, et le mari va l’empêcher de pratiquer correctement, il va lui ramener à la maison de l’alcool dans son frigidaire, il va lui ramener des amis à lui avec qui il a été voir un match de foot ensuite ils vont boire quelques bières à la maison, et vont raconter des bêtises, ils ne vont pas forcément avoir du respect pour la femme, etc.
Problème de culture et de toute façon l’Islam a dit non, il y a un verset du Coran qui nous dit clairement les choses, et donc pour les femmes Musulmanes, interdiction formelle d’épouser un non-Musulman.

Et donc, les soeurs, faites comme si vous étiez en train de passer dans une avenue où il y a de belles toilettes dans les vitrines, et que vous n’avez pas un sou en poche. Et bien vous passez sans regarder. Je pense que vous avez compris ce que j’ai voulu dire. On ne s’attarde pas à regarder ce à quoi on n’a pas droit. »
[01:45:56]
« Quand on marche dans la rue, il y a les kiosques à journaux avec des femmes dénudées, il y a des publicités, il y a des personnes qui sont habillées de telle façon qu’elles en sont gênantes, etc… Baisser votre regard, cela veut dire que quand vous êtes dans un endroit, et que vous avez entrevu quelque chose de gênant, vous détournez le regard, et vous ne retournez pas pour regarder. Parce que le deuxième regard devient un péché, n’est-ce pas ? »
[01:49:56]
Sermon de Malika Dif à la Grande Mosquée de Toul sur « la place de la femme en Islam », le 5 juin 2011.

Malika Dif nous décrit une société islamique archaïque, légiférée par les lois coraniques. Le Musulman pratiquant peut épouser une femme Chrétienne ou Juive, mais la femme Musulmane ne peut pas épouser un Chrétien, ni un Juif !
En effet, la femme Musulmane est considérée comme plus faible et influençable, elle se doit de baisser les yeux devant les kiosques à journaux, et elle « n’a pas droit » aux belles toilettes.
Il s’agit là typiquement d’une propagande d’embrigadement des femmes Musulmanes qui se doivent de s’isoler dans la communauté musulmane et suivre ses principes, c’est-à-dire se couper du monde non-islamique, alors que le Musulman peut se permettre de fréquenter des femmes Juives ou Chrétiennes.

–                                               387110MosquedeToulDominiquePotier chrétiens

Dominique Potier, député socialiste de Meurthe-et-Moselle, participe aux journées portes ouvertes de la Mosquée de Toul du 16 et 17 janvier 2016, offrant ainsi officiellement une légitimité aux islamistes fondamentalistes marocains du lieu de culte.

–                                    368215MosqueToulAldeArmand christianisme

Le maire socialiste Alde Harmand (au centre) en compagnie de l’imam de la Mosquée de Toul Nourddine Amzil (à droite) le 8 janvier 2015 après les attentats perpétrés contre Charlie Hebdo. Les commémorations figurent en bonne place dans la stratégie des islamistes pour endormir les élus de la République et imposer progressivement les lois coraniques aux masses musulmanes.

PARTAGEZ ! ...