Pourquoi ne parle-t-on jamais des très nombreuses petites Hindoues violées et tuées par des musulmans ?

En janvier dernier au J & K (Région du Cachemire) une fillette de huit ans, Asifa Bano (appartenant à la tribu des “Gujjars” – bergers nomades musulmans) a été par vengeance et suite à un conflit de voisinage, enlevée, séquestrée, battue, violée et tuée par plusieurs hommes issus de la communauté hindoue.
https://www.courrierinternational.com/article/linde-bouleversee-par-le-viol-dune-fillette-musulmane

C’est reparti !
Il aura suffi de quelques heures à peine pour que la nouvelle fasse le tour du monde.
Une énième monstrueuse affaire de viol collectif et de meurtre d’enfant, et voilà l’Inde (à travers Narendra Modi et Sanatana Dharma) à nouveau pointée du doigt et accusée du pire.
Grâce au téléphone arabe et tel un leitmotiv il vous est ainsi rappelé à vous les Français combien les Hindous faut s’en méfier comme de la peste, car en plus d’être islamophobes, fanatiques et barbares, il sont obsédés sexuels et pourris jusqu’à l’os.
C’est quelque chose d’indélébile, inscrit dans leurs veines et leur culture.

Et ça y va dans les réactions à l’emporte-pièce, en grands spécialistes de l’Inde et de l’hindouisme; chacun y allant de son petit commentaire.
En tous les cas, arriver à faire porter le chapeau de cet acte ignoble sur une population de plus de 290 millions d’Hindous (dont le Premier Ministre), il faut le faire.
Non, il faut surtout oser le faire!
Exactement comme si je traitais de pédophiles l’ensemble du peuple français pour les ignominies commises par Fourniret, Emile Louis et autres Lelandais.

Je ne soulignerai jamais assez qu’au yeux de l’immense majorité des Hindous le viol, la torture (et qui plus est à l’encontre d’un enfant) de même que le meurtre sont considérés à n’en pas douter comme faisant partie des crimes les plus graves, les plus inacceptables et les plus impardonnables qui puissent exister sur terre.
Si il est prouvé que ces individus sont bel et bien coupables, alors peu importe le sort qu’auront à subir les tortionnaires assassins de la petite Asifa Bano.
Tolérance Zéro et que Justice soit faite.

Je n’ai absolument aucun problème avec le fait qu’il ait été précisé que les bourreaux de la petite Asifa sont hindous.
Tout comme je n’ai pas le moindre problème avec le fait qu’il faut continuer de dénoncer les auteurs de tels crimes (que rien ne justifie) et de les combattre sans relâche.

Ce que je reproche par contre, c’est que les médias et les politiques (l’opposition) champions en matière d’indignation sélective se soient emparés du drame en un temps trois mouvements, et l’aient traité de façon aussi partiale et unilatérale.
Selon le scénario habituel qui perdure depuis plus de 70 ans et qui voudrait laisser entendre que le viol et la pédocriminalité en Inde, est l’apanage prédominant des Hindous.

Ces dernières années, j’ai observé “cette façon de faire et de raisonner” se produire à l’identique en France (et un peu partout en Europe).
Où à chaque crime odieux ou attentat qui se produit, les médias et les politiciens n’arrivent même plus à cacher le fait qu’ils espèrent très forts que l’acte ait été commis par un Français “pur souche” et qui cerise sur le gâteau, aurait sa carte d’adhérent au Front National.

C’est pourquoi, histoire de remettre un peu l’Eglise au milieu du village:

En mars dernier, dans l’Assam, une enfant (hindoue) de 12 ans a été violée par deux “camarades” de classe mineurs et un adulte de 21 ans Jakir Hussain (le meneur).
Depuis, la petite victime à qui ses bourreaux ont bouté le feu, a fini par succomber à ses blessures.
https://www.hindustantimes.com/india-news/three-schoolmates-gang-rape-class-5-girl-burn-her-alive-in-assam-s-nagaon/story-GjZ1TLppieNxqQbksEKfxH.html

De même que le mardi 10 avril 2018, à Rohtas (Etat du Bihar) une autre autre fillette hindoue de six ans, a été enlevée et sauvagement violée par Miraj Alam âgé de 25 ans.
https://www.hindupost.in/news/6-year-old-raped-muslim-man-bihar/
A ce jour (samedi 14 avril 2018) son état reste très critique.

Or contrairement au cas de la petite Asifa (où depuis des jours on ne parle plus que de cette tragédie), pour ces 2 autres fillettes anonymes (sans prénom, invisibles, déshumanisées parce que n’appartenant pas à la “bonne religion”) et toutes les nombreuses autres gamines hindoues du Pakistan, du Bangladesh, du Jammu & Kashmir, etc., c’est Silence Radio.
Pour elle et toutes ces autres “NO NAME”:
https://pbs.twimg.com/media/DaqgPzqU0AAvYJE.jpg
– il n’y a eu aucune manifestation au niveau national.
– il n’y a eu aucune veillée, aucune bougie, aucune fleur, aucune peluche, aucune prière en leur mémoire.
– il n’y a eu aucune réaction politique. Je pense en particulier à Rahul Gandhi et tous ses pairs (du Parti du Congrès) étant comme toujours dans ces cas-là aux abonnés absents.
– il n’y a eu aucun tweet, aucune réaction d’aucune célébrité.
– il n’y a eu aucun prime time, aucun flash spécial ou interruption des programmes, ni aucune couverture spéciale.
– il n’y a eu aucun article de publié dans les médias occidentaux.
– il n’y a eu aucune condamnation au niveau international.
– il n’y a eu aucune remise en cause de l’islam et de ses adeptes.

Parce que les criminels ayant massacré ces deux âmes innocentes et toutes les autres, appartiennent à la communauté minoritaire la plus choyée et protégée de l’Inde et de l’Occident.

Je vous épargnerai ici la vue glaciale et insoutenable (photos et vidéos) des milliers de victimes décapitées, aux corps décharnés, éviscérés, démembrés au cours des dernières décennies
Saignées à vif ou brûlées vives selon le bon plaisir des Soldats d’Allah.
Victimes hindoues contemporaines dont l’Inde laïque et communiste de 2018 ne nous parlera jamais à nous les Indiens.
Victimes hindoues contemporaines dont les médias occidentaux en 2018 ne vous parleront jamais à vous les Français et autres Européens.
Reléguées au même plan que les centaines de millions de victimes qui les ont précédées à travers l’Histoire.
http://a-contre-air-du-temps.over-blog.com/2017/10/l-invasion-islamique-de-l-inde-le-plus-grand-genocide-de-l-histoire.html

Crimes et massacres organisés qui de nos jours se perpétuent sur le continent indien; dans l’indifférence générale la plus totale.
Alors que les preuves accablantes de ces exactions existent par milliers (voir sites anglophones et indiens).

Mars 2010 (Sindh/Pakistan*): Poonam, une fillette hindoue de 13 ans enlevée de chez elle et contrainte de se convertir à l’islam.
https://www.indiatoday.in/magazine/the-big-story/story/20110530-hindus-in-pakistan-victims-of-abduction-forced-conversions-and-oppresion-746139-2011-05-20

15 – 17 mars 2011 (Sindh/Pakistan): Darshana Bajeer, fillette hindoue de 10 ans, violée et retrouvée assassinée.
http://www.hinduhumanrights.info/pakistan-protest-over-rape-and-murder-of-10-year-old-hindu-girl/

15 décembre 2014: Umraching Marma (hindoue) âgée de 16 ans, violée et retrouvée assassinée:
http://www.worldhindunews.com/2015/02/09/39683/16-year-old-hindu-girl-raped-then-murdered-by-muslims-in-bangladesh/

30 novembre 2014 (Sindh/Pakistan): Deux jeunes hindoues (Hindu Baby Mavi et Baby Badal) âgées de 13 et 14 ans ont été enlevées sous la menace d’une arme jeudi et on ensuite été mariées et converties de force à des hommes musulmans, dont un âgé de 62 ans, dans la province du Sindh au Pakistan.
https://www.crossmap.com/news/pakistan-minor-hindu-girls-abducted-converted-to-islam-forcibly-married-one-to-man-62.html

Printemps 2016 (Lahore/Pakistan): Anila Dhawan (hindoue), 17 ans, a été kidnappée à son domicile et a été forcée de se convertir à l’islam et d’épouser son ravisseur.
La police a refusé d’intervenir.
https://www.usatoday.com/story/news/world/2017/02/15/pakistani-hindus-lose-daughters-forced-muslim-marriages/97013614/

6 novembre 2017 (Ramgarh/Inde): une jeune femme hindoue a été violée et assassinée par sa belle-famille après avoir refusé de se convertir à l’islam après son mariage forcé (Love Jihad) avec un musulman.
http://zeenews.india.com/jharkhand/hindu-girl-gang-raped-by-father-in-law-uncle-killed-after-she-refuses-to-convert-to-islam-2070320.html

25 mars 2018: 500 villageois hindous ont été contraints (sous la menace d’une arme) de se convertir à l’islam dans la Province de Sindh au Pakistan
Le programme de conversion forcée a été organisé par l’ancien Dictateur, ancien Président du Pakistan et le chef de l’armée, le Général Parvez Musharraf.
http://www.republicworld.com/world-news/pakistan-news/shocking-500-hindus-in-pakistan-forcefully-converted-to-islam

Et je pourrais continuer encore et encore, tant la liste des victimes recensées me semble interminable.
Il ne se passe pas un jour sur le continent indien et dans le reste du monde, sans que plusieurs Hindous ne soient menacés, tourmentés, ou violentés, ou massacré au nom de l’islam.
Seulement, leurs histoires ne font jamais les manchettes des journaux.

* Pakistan: Au moment de l’Indépendance en 1947, les Hindous représentaient près de 15% de la population du pays.
Aujourd’hui, ils ne représentent plus que 2% de la population…..

Je terminerai donc par ce témoignage édifiant (traduction de https://www.dawn.com/news/1255011 – Auteur: Sahib Khan * ):

* Sahib Khan est une journaliste basée à Hyderabad. Photo d’en-tête de Sadia Khatri

** Les noms ont été modifiés pour protéger l’identité des victimes et de leur famille à leur demande.

*** Très surprenant, la Province du Sindh (Pakistan) où ont lieu toutes ces attaques planifiées contre les Hindous est dirigée par un parti politique laïque, le “PPP”.

Print Friendly, PDF & Email
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Le sociologue Olivier Galland : « Les ressorts de la radicalité religieuse sont d’abord culturels. Les facteurs socio-économiques jouent très peu »

Solution 1 : Faire un don avec paypal ou carte bancaire


Solution 2 : S’abonner avec paypal

Option A : paiement mensuel

Option B : paiement hedomadaire


Solution 3 : Faire un don par chèque

Chèque à l’ordre d’Esprit de Clocher

Esprit de Clocher 64, rue Anatole France 92300 Levallois-Perret France


Solution 4 : Faire un don en Bitcoin

Adresse bitcoin : 1KyyRyYGMMfxYi6qCGkFARQ1TcqcrumoC4


PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Mayotte : 5 jours de congé pour la circoncision, mais rien pour l’excision, quelle injustice !

Installez-vous confortablement et respirez un grand coup. La chambre régionale des comptes de Mayotte vient de rendre public son dernier rapport sur « la gestion des ressources humaines du département de Mayotte », un document qui, malgré son intitulé, se révèle hautement divertissant. Après lecture attentive, il apparaît que la gestion des agents départementaux se rapproche plus du vaudeville administratif et clientéliste que d’une stratégie de ressources humaines digne de ce nom.

Ce sont ainsi 127 millions d’euros qui ont été consacrés en charges de personnel en 2017, pesant pour plus d’un tiers des dépenses du département. Alors que plus de 84 % de la population de l’île vit sous le seuil de pauvreté, seules 11 % des dépenses du département ont été consacrées à des équipements. Frais de mission délirants, inflation de l’absentéisme malgré des congés généreux, stages de formation aux contenus fantaisistes, gestion du parc automobile kafkaïenne, appartements attribués en dehors de tout cadre réglementaire… Voici quelques extraits choisis de ce rapport au contenu décapant, que vous pouvez lire dans son intégralité ici.

Absentéisme

« Les effectifs du département sont élevés. Avec plus de 2 600 agents, les métiers et compétences ne correspondent pas au besoin du département. Cette situation engendre de l’inoccupation et un absentéisme non justifié. Le remplacement des agents partant en retraite devrait être limité d’autant que le temps de travail annuel est inférieur à la règlementation de plus de 50 heures par agent. Il représente un surcoût de 3 millions d’euros par an. Enfin, des agents ont continué à être rémunérés par le département plusieurs années après l’avoir quitté. »

Congés spéciaux

« Le règlement intérieur adopté en octobre 2015 retient une durée annuelle théorique du temps de travail de 1 589 heures. Il est également prévu l’octroi de quatre jours fériés supplémentaires pour les fêtes musulmanes.

Bien que les dispositions ne soient pas prévues au règlement intérieur, le département aménage les horaires pendant la période du ramadan, soit environ quatre semaines pendant lesquelles la durée de travail hebdomadaire est réduite à 32 heures. La durée effective est donc de 1 549 heures par an, ce qui représente une moyenne d’un peu plus de 33 heures par semaine. Cet écart de 58 heures par an par rapport au cadre légal correspond à un effectif de 96 équivalents temps plein en 2016, soit une dépense de 3 millions d’euros.

Le département accorde en outre des autorisations d’absence pour événements familiaux. Elles correspondent à celles retenues dans la fonction publique d’État à l’exception du congé pour maladie grave du conjoint à savoir 5 jours au lieu de 3, du congé pour garde d’un enfant malade soit 12 jours au lieu de 6 et du congé pour circoncision de 5 jours. »

Formation sophro-relaxation

« Les formations ne font pas l’objet d’un contrôle suffisant. À titre d’exemple, le département a pris en charge en 2013 une formation réalisée par la directrice générale adjointe en charge de la formation jusqu’en mai 2016. Malgré les responsabilités d’un poste de directeur général adjoint, la formation, qui était sans lien direct avec les fonctions exercées, était qualifiante et avait pour thème “praticien en relation d’aide et sophro-relaxation”. Réalisée à Paris entre novembre 2013 et août 2015, son coût s’est élevé à plus de 12 000 euros, auxquels s’ajoutent sept billets d’avion et les indemnités de stage versées à l’agent. »

Élus en vacances-travail ?

« En 2014, plus de 1 000 journées de mission d’élus ont été indemnisées au taux de 200 euros par jour. Une plus grande adéquation de la durée des missions avec les motifs des déplacements serait une source d’économie. » (…) La chambre des comptes s’interroge sur le cas d’un élu qui s’est « rendu 14 jours à Madagascar en août 2014 pour une « rencontre avec un chef de région ». Il s’était déjà rendu 10 jours dans l’île pour le festival Douna en juin avec un autre élu. » Un autre s’est aussi rendu « aux Seychelles du 10 au 17 mars 2014 pour la préparation de la participation de Mayotte au carnaval international de Victoria, puis également le 20 avril 2014 pour 10 jours pour le carnaval lui-même, accompagné d’un second élu. »

Gestion du parc auto à la mode soviétique

« La composition du parc de véhicules n’est pas exactement connue : il comporterait entre 169 et 173 véhicules. (…) Plus de 50 agents sont affectés au garage. Un agent est responsable en moyenne de trois véhicules. Par comparaison, la moyenne du nombre d’agents affectés à un parc automobile dans les collectivités est de 28 véhicules par agent et les préconisations de gestion au regard d’études réalisées dans des parcs automobiles privés, sont d’une cinquantaine de véhicules par agent. Les effectifs du garage sont nombreux et sous-employés.

Les compétences des agents sont très insuffisantes. Seuls deux ont la qualification de mécanicien ; les autres agents n’ont pas de qualification technique. Les outillages sont limités ou en panne. L’absence d’un stock de pièces usuelles et les difficultés à obtenir la signature d’un bon de commande dans un délai raisonnable ne permettent pas d’entretenir le parc. »

http://www.lepoint.fr/politique/mayotte-la-gestion-delirante-des-agents-du-departement-11-04-2018-2209738_20.php

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Olivier Galland : «L’’effet islam’ explique mieux la radicalité que des facteurs sociaux»

Le sociologue Olivier Galland a codirigé une grande enquête sur la radicalité des lycéens, lancée à la suite des attentats de 2015. Il pointe le traditionalisme des convictions religieuses de ces lycéens, ainsi que leur antilibéralisme. Selon les résultats du sociologue, les musulmans sont les jeunes les plus tolérants face à la violence religieuse. Pour lui, la radicalité religieuse s’explique moins par des facteurs économiques et sociaux que par un «effet islam». Il dénonce l’aveuglement de certains de ses collègues.

D’après votre enquête, les lycéens musulmans formeraient une jeunesse «à part»…

C’est en effet l’une de nos conclusions majeures, qui montre une forte évolution par rapport à des travaux antérieurs qui jusqu’à présent faisaient autorité. Je pense par exemple à une enquête de Michèle Tribalat, menée dans les années 90. Elle était optimiste sur ce qu’on appelait à l’époque «l’assimilation culturelle». Elle observait une tendance au rapprochement entre les normes, les valeurs et les pratiques des jeunes d’origine étrangère et celles des jeunes de la population majoritaire. Nous constatons au contraire une divergence, et l’existence d’un clivage culturel entre les jeunes musulmans et leurs camarades. Pour eux, la religion domine le monde séculier. […]

Le L’«effet islam» explique bien mieux la radicalité que des facteurs socio-économiques. C’est un résultat important. Le niveau social de la famille, l’optimisme ou le pessimisme du lycéen face à l’emploi ou à ses résultats scolaires n’ont aucun effet sur le degré d’adhésion à des idées religieuses radicales.

[…] Je pense qu’une partie de la sociologie est aveugle, sous prétexte de ne pas stigmatiser. La discrimination existe, c’est prouvé scientifiquement. Mais il ne faut pas non plus envisager ces jeunes-là uniquement d’un point de vue victimaire. Sinon, on ne peut pas les considérer comme les acteurs sociaux qu’ils sont. Cette sociologie-là est trop idéologique, elle s’est appuyée trop exclusivement sur l’analyse des discriminations. La neutralité axiologique est importante, elle est trop souvent oubliée aujourd’hui.

Libération

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Le pape : l’islam authentique et la lecture appropriée du Coran sont opposés à toute forme de violence

Menteur délibéré, inculte ou manipulateur, à votre avis ? Ou carrément Frère musulman infiltré au Vatican ?

Christine Tasin

Pour le pape, les chrétiens devraient avoir honte de la lutte générale qu’ils mènent…

Non pas les musulmans, mais bien les chrétiens !

2 avril 2018 par Robert Spencer

https://www.frontpagemag.com/fpm/269768/pope-christians-should-feel-shame-global-strife-robert-spencer

Comme le rapporte le Herald Tribune de l’Amérique latine, le pape François ne manque jamais une occasion d’embrouiller, de décevoir et de démoraliser les fidèles catholiques : « Les chrétiens doivent avoir honte des actions de ceux qui laissent aux générations futures un monde fracturé par les divisions et les guerres».

Parlant à Jésus, le pape a dit que : « notre regard sur toi est plein de honte, de repentance et d’espoir. Devant ton amour suprême, la honte nous envahit pour t’avoir laissé seul souffrir pour nos péchés … honte d’avoir choisi Barabbas et non toi, la puissance et non toi, l’apparence et non toi, le dieu de l’argent et non toi, la mondanité et non l’éternité».

Il a ajouté que les chrétiens devraient aussi avoir honte de ceux qui « se laissent séduire par l’ambition et la vaine gloire, perdant de vue leur dignité et leur premier amour», laissant derrière eux un monde « fracturé par les divisions et les guerres»et « consommé par l’égoïsme».

En parlant de ceux qui ont quitté le monde « fracturé par les divisions et les guerres», le pape François ne semble pas avoir dit un mot de la religion qui en fait enseigne que les croyants doivent faire la guerre aux incroyants et les subjuguer. Mais évidemment, à propos de cette religion, il a dit: « L’islam authentique et la lecture appropriée du Coran sont opposés à toute forme de violence».

Ce sont donc les chrétiens qui devraient ressentir de la honte pour les conflits dans le monde, personne d’autre.

En fait, rien de nouveau. En septembre dernier, le pape François a rencontréau Vatican le docteur Muhammad Bin Abdel Karim Al-Issa, le secrétaire général de la Ligue mondiale musulmane (LMM), groupe lié au financement de la terreur djihadiste. Au cours de la réunion, Muhammad Al-Issaa remercié le papepour ses « positions justes» sur ce qu’il a appelé « les fausses allégations qui lient l’extrémisme et la violence à l’islam».

En d’autres termes, Muhammad Al-Issa a remercié le pape d’avoir dissimulé l’idéologie motrice du terrorisme djihadiste, que son groupe avait été accusé de financer, et de diffamer d’autres religions dans le but de blanchir l’islam.

Ce n’était d’ailleurs pas la première fois qu’un dirigeant musulman remerciait ce pape d’être si utile. En juillet dernier, Ahmed al-Tayeb, le Grand imam d’Al-Azhar, au Caire, l’avait remerciépour sa « défense de l’islam contre l’accusation de violence et de terrorisme».

Y a-t-il jamais eu un autre pape de Rome dans l’histoire du christianisme qui ait été proclamé « défenseur de l’islam »? Dans mon prochain livre, The History of Jihad From Muhammad to ISIS, (L’histoire du djihad de Mohamet à l’ISIS), je détaille les siècles d’efforts que les guerriers du djihad ont consacrés à conquérir et subjuguer les chrétiens d’Europe, et le rôle central que l’Église catholique a joué dans la résistance au djihad. Le pape François, contrairement à ses prédécesseurs, n’aurait pas appelé à se défendre contre les djihadistes, mais leur aurait ouvert les portes.

Après tout, François n’est pas seulement un défenseur de l’islam, mais également un défenseur de la peine de mort prévue par la charia pour cause de blasphème : après que les djihadistes islamiques aient assassiné les dessinateurs de Charlie Hebdo qui avaient caricaturé Mohamet, le pape a indirectement justifié les assassins en disant que « c’est vrai qu’on ne doit pas réagir violemment, mais bien que nous soyons de bons amis, si quelqu’un dit du mal de ma mère, il peut s’attendre à un coup de poing de ma part, c’est normal. Vous ne pouvez pas vous moquer des religions des autres. Ces gens provoquent et alors quelque chose peut arriver. Il y a des limites à la liberté d’expression».

On peut donc dire que pour le pape, assassiner des gens pour avoir violé les lois de la charia, c’est « normal », et ce n’est pas du terrorisme car « le terrorisme chrétien n’existe pas, le terrorisme juif n’existe pas et le terrorisme musulman n’existe pas. Ils n’existent pas», at-il déclaré dans un discoursen février dernier. « Il y a des individus fondamentalistes et violents dans tous les peuples et religions ; et avec des généralisations intolérantes, ils deviennent plus résolus parce qu’ils se nourrissent de haine et de xénophobie ».

Il n’y a donc pas de terrorisme islamique, mais si vous vous engagez dans des « généralisations intolérantes», vous pouvez vous « attendre à un coup de poing». Le pape, comme l’Organisation de la coopération islamique, pense apparemment que le problème n’est pas la terreur djihadiste mais les non-musulmans parlant de terreur djihadiste ; les musulmans seraient pacifiques si les non-musulmans se censuraient eux-mêmes et s’imposaient eux-mêmes des restrictions du blasphème de la charia quand ils critiquent l’islam.

Le pape François n’a aucune patienceavec ceux qui discutent de ces questions : « Je n’aime pas parler de la violence islamique, parce que chaque jour, quand je lis le journal, je vois la violence», a-t-il dit. Selon le journal Crux: « quand il lit le journal, il lit un article sur un Italien qui a tué sa fiancée ou sa belle-mère». Le pontife ajoute : « Ce sont des catholiques baptisés. Ce sont des catholiques violents ». Il a dit que s’il parlait de « violence islamique», il devrait aussi parler de « violence catholique».

Cette comparaison n’a aucun sens, car les catholiques italiens qui ont tué leur fiancée ou leur belle-mère n’agissaient pas en accord avec les enseignements de leur religion, alors que le Coran et l’enseignement islamique contiennent de nombreuses exhortations à la violence.

Mais le pape François, défenseur de l’islam, ne peut se préoccuper de telles minuties. Il ne semble pas non plus particulièrement préoccupé par le fait que toutes ses fausses déclarations sur l’idéologie motrice de la persécution massive des chrétiens par les musulmans au cours des dernières années ne font qu’accentuer cette persécution, car si cette idéologie n’est pas identifiée et confrontée, elle continuera à prospérer.

Le pape de Rome, que les catholiques considèrent comme le chef terrestre de l’Église, devrait être un défenseur du christianisme, non un défenseur de l’islam, la religion qui combat le christianisme et la civilisation judéo-chrétienne depuis ses débuts. Le fait qu’un chef chrétien soit qualifié de « défenseur de l’islam» par quiconque ne fait que mettre en relief l’absurdité de notre époque et la faiblesse du monde libre. L’idolâtrie rampante de la papauté qui sévit dans l’église catholique d’aujourd’hui, avec trop de catholiques traitant chaque mot du pontife comme un oracle divin, ne fait qu’empirer les choses.

Pourriez-vous imaginer un seul instant qu’un leader musulman soit jamais appelé un « défenseur du christianisme»? Bien sûr que non ; les dirigeants musulmans sont bien plus conscients que leur défenseur du Vatican que l’Islam impose la guerre contre les incroyants, et non la défense de leurs vues théologiques.

Le pape François n’a pas seulement désastreusement tort sur un fait évident qui est renforcé par les évènements de tous les jours, il déçoit et trompe son peuple sur une question de la plus haute importance et les garde ignorants et complaisants face à une menace croissante et conquérante. Oui, les chrétiens devraient ressentir de la honte, de la honte que cet homme soit pape.

 « Laissez-les, ce sont des aveugles qui conduisent des aveugles ; et si un aveugle conduit un aveugle, ils tomberont tous deux dans une fosse». (Matthieu 15:14)

Traduction pour Résistance républicaine par Jack

Print Friendly, PDF & Email
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Le gauchiste CNRS s’inquiète : 70% des jeunes musulmans ne condamnent pas l’attentat contre Charlie Hebdo

«  »LA GUERRE C’EST LA PAIX ; LA LIBERTE C’EST L’ESCLAVAGE ; L’IGNORANCE C’EST LA FORCE

La liberté, c’est la liberté de dire que deux et deux font quatre. Lorsque cela est accordé, le reste suit.

Marianne de ce jour publie une enquête visant la radicalisation des Lycéens musulmans

«  » » » » » »

Un « effet islam prépondérant »

Une étude du CNRS observe une inquiétante tentation pour la radicalité chez les lycéens musulmans
Par Hadrien Mathoux
Publié le 03/04/2018 à 11:05
Après deux ans d’enquête auprès de 7.000 lycéens issus en grande partie de quartiers populaires, les sociologues Anne Muxel et Olivier Galland rendent leurs conclusions dans « La Tentation radicale ». La radicalité, qu’elle soit religieuse, politique ou culturelle, atteint des proportions inquiétantes, notamment chez les jeunes musulmans.
Les lycéens de France sont-ils tentés par la violence et la radicalité religieuse ? C’est la question que se sont posée les sociologues du CNRS Anne Muxel et Olivier Galland, au lendemain des attentats de novembre 2015. Les chercheurs publient leurs travaux ce mercredi 4 avril aux Presses universitaires de France (PUF), dans un ouvrage intitulé La Tentation radicale. Et leurs conclusions sont plutôt inquiétantes.

L’échantillon choisi n’est volontairement pas représentatif : les questionnaires ont été adressés à 7.000 jeunes de 14 à 16 ans, fréquentant des régions où des « manifestations de radicalité » (émeutes, bagarres avec la police, blocages de lycées) ont eu lieu : quartiers nord de Marseille, région lilloise, ville de Créteil en banlieue parisienne… l’académie de Dijon a été ajoutée pour apporter de la diversité à l’étude. Reste que celle-ci a interrogé 39% de jeunes scolarisés dans des lycées populaires, et 26% de musulmans, bien davantage donc que dans l’ensemble de la population lycéenne. Le but avoué de l’enquête était en effet d’analyser la prégnance des idées radicales chez les jeunes issus de milieux modestes et de confession musulmane. Les auteurs ont défini la radicalité par « un ensemble d’attitudes et d’actes exprimant a minima une protestation et pouvant aller jusqu’à la contestation frontale du système politique ainsi que des normes sociales et culturelles dominantes ». Des idées qui peuvent s’exprimer de manière religieuse, politique ou culturelle, et dans certains cas mener à la violence.

« Combattre les armes à la main pour sa religion »
Certains résultats interpellent : si 11% des adolescents interrogés pensent qu’il y a « une seule vraie religion » et que celle-ci « a raison contre la science », ce chiffre passe à 32% chez les musulmans, dont 81% estiment que « c’est plutôt la religion qui a raison sur la question de la création du monde ». Un décalage également constaté en ce qui concerne la tolérance à la violence : pour 25% des jeunes de l’étude, il est acceptable de voler un scooter, de dealer de la drogue ou d’affronter la police… c’est le cas pour un tiers des jeunes musulmans. D’après Anne Muxel et Olivier Galland, ceci s’explique par le fait que les lycéens de confession musulmane habitent souvent dans des quartiers sensibles où la violence est devenue banale.

Le cocktail le plus explosif est constitué par les lycéens qui sont à la fois tolérants envers la violence et radicaux dans leur vision religieuse : parmi ceux-là, 70% ne condamnent pas les auteurs des attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes. Des extraits de l’enquête publiés par Le Monde font état de nombreux témoignages de lycéens qui estiment que les journalistes de Charlie « l’ont cherché » ou « un peu provoqué », en contraste par rapport aux victimes du Bataclan. Autres chiffres pour le moins alarmants : 10% des lycéens estiment qu’il peut être acceptable de « combattre les armes à la main pour sa religion », et ils sont 20% parmi les jeunes de confession musulmane interrogés. En parallèle, la religion de ces derniers les amène à tenir des positions pour le moins rigoristes : l’homosexualité n’est pas « une façon comme une autre de vivre sa sexualité » pour 64% d’entre eux, et 69% sont hostiles à l’interdiction de porter le voile à l’école.

xxxxxx

Je vais aller me faire cuire un oeuf…de Pâques! 😆

Note de Christine Tasin

Les chercheurs du CNRS, dépités, expliquent naturellement les résultats par l’origine sociale défavorisée de nombre de jeunes musulmans… A aucun moment l’islam n’est pointé du doigt. Alors, à quoi bon ces études qui ne peuvent pas justifier une vraie politique de précaution ?

Print Friendly, PDF & Email
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Le Monde change son titre : « L’inquiétante radicalité des jeunes musulmans » devient « L’inquiétante radicalité d’une minorité de jeunes »

Le titre d’un article publié ce matin, « L’inquiétante radicalité des jeunes musulmans » (encore visible dans l’url de l’article, dans Google et Google News) est devenu « L’inquiétante radicalité d’une minorité de jeunes »

L’article


« Inquiétante radicalité d’une minorité de jeunes » ou « des jeunes musulmans » ? Comme un léger changement de titre vers 10h chez @lemondefr pic.twitter.com/GggD2GJy0Z

— Delphine Legouté (@DelphineLegoute) April 3, 2018

L’inquiétante radicalité d’une minorité de jeunes musulmans https://t.co/N2iiEIKR4a

— Caroline Monnot (@caromonnot) April 3, 2018

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Une enquête sur la radicalité chez les jeunes révèle « un clivage culturel entre les jeunes musulmans et les non-musulmans »

Les sociologues Anne Muxel et Olivier Galland sont les auteurs d’une enquête inédite sur la radicalité chez les jeunes menée auprès de 7 000 lycéens. Les conclusions de leur travail révèlent « un clivage culturel entre les jeunes musulmans et les non-musulmans ».

[…] En affirmant que les dessinateurs de Charlie Hebdo « l’ont cherché » , « ont provoqué » ou « ont abusé » , de nombreux élèves condamnent moralement la publication des dessins de Mahomet comme une forme d’irrespect envers les croyants, leur identité et leur sensibilité (…) . Ces jugements rappellent ceux d’élèves de CM2 qui condamnent l’attentat contre Charlie Hebdo mais pas son mobile (Simon, 2018). Quand nous leur avons demandé si l’on peut rire de la religion, un nombre non négligeable d’élèves nous a ainsi répondu que « c’est pas des choses qui se font » et que la religion ou les religions « ça doit se respecter » .

[…] Ces attitudes semblent liées à une conception de l’islam selon laquelle la critique de la religion, de ses croyances ou de ses pratiques témoigne d’un manque de respect envers les croyants eux-mêmes, comme si l’irrévérence envers la religion agressait l’estime de soi des croyants. Autrement dit, pour beaucoup de lycéens, « il faut pas dépasser les limites » , c’est-à-dire qu’il ne faut pas franchir la limite du respect et de l’offense, sans quoi l’on ne peut pas se plaindre de susciter une surréaction. Pour l’un d’entre eux, « c’est ça la liberté d’expression, en fait. Libre de dire ce qu’on veut sans blesser d’autres personnes » . […]

La Tentation radicale. Enquête auprès des lycéens, d’Olivier Galland et Anne Muxel, Presses universitaires de France, 464 pages, 23 euros.

Le Monde

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Genève : des tags remercient Radouane Lakdime ; à Londres des tracts appellent à tuer des musulmans

Des tags remercient Radouane Lakdime d’avoir tué des Français ? La chose a le mérite d’être claire. Pas de takki-ya, pas d’hypocrisie, pas de « pas d’amalgame ».

http://alertesinfos.fr/geneve-suisse-des-tags-remercient-le-djihadiste-radouane-lakdime-pour-avoir-execute-des-francais

Exactement comme nous, à présent, nous réjouissons qu’Israël tue les terroristes du Hamas.

Exactement comme nous nous réjouissons quand des djihadistes sont tués par les Kurdes ou autres combattants de la liberté, ou par le GIGN.

Avec juste une petite différence, c’est que nous, nous nous réjouissons de la mort d’assassins sanguinaires quand eux se réjouissent de la mort de simples non musulmans innocents.  Seconde petite différence, des juges sont même susceptibles de nous condamner pour notre joie et d’excuser les auteurs des tags ci-dessus…

Mieux encore, si nous nous réjouissions de la mort de musulmans, et hop, direction la police, garde à vue et comparution immédiate pour apologie du terrorisme. Même quand vous expliquez que le terrorisme musulman risque d’amener des mesures de rétorsion vous êtes considéré comme un terroriste potentiel ou un dangereux fanatique appelant à tuer des musulmans :

http://resistancerepublicaine.eu/2017/06/27/attentat-de-londres-le-ccif-attaque-et-menace-christine-tasin/

Bref, il s’agit, plus que jamais, d’un conflit majeur de civilisation. Et Macron-Plenel-Mélenchon et compagnie n’y pourront rien, jamais l’islam ne pourra faire partie de notre patrie.

Par contre, les excès et horreurs musulmanes suscitent d’autres excès et horreurs, forcément. C’est le cas à Londres où des tracts sont distribués encourageant à s’en prendre à des musulmans :

Dans de nombreux courriers anonymes envoyés ce week-end, les habitants du Royaume-Uni ont été appelés à prendre part le 3 avril à une journée de la violence baptisée «Punish a Muslim Day» (La journée pour punir un musulman) pour recevoir des bons points, signalent des médias britanniques.

25 points pour arracher le hijab d’une femme, 500 points pour tuer un musulman, 1.000 pour incendier ou faire exploser une mosquée et 2.500 pour bombarder la Mecque. Tel est le système de récompense qui figure dans des courriers envoyés aux Britanniques par des personnes restées anonymes qui les appellent à commettre des actes violents contre les musulmans le 3 avril, selon la presse du Royaume-Uni.

Lire l’ensemble de l’article ici :

https://fr.sputniknews.com/international/201803121035472528-musulmans-britanniques-attaques/

On ignore actuellement si le message vient de farceurs jouant à une parodie de jeux télévisés avec des points, de musulmans eux-mêmes, d’Anglais désespérés prêts à tout  pour se débarrasser de l’islam et/ou des attentats… On peut douter du sérieux de la chose, forcément. Vous imaginez, vous, pendant la seconde guerre mondiale, Jean Moulins distribuant des tracts proposant des points pour le meurtre d’Allemands, la prise d’un casque ou d’un véhicule allemand ?  A moins qu’il ne s’agisse que d’une campagne d’intimidation en direction des musulmans afin de les contraindre à mettre en veilleuse leurs revendications ou les inviter à plier bagage vers d’autres cieux… musulmans ?

En tout cas, une chose est sûre, la passivité, la soumission, la complicité…  des dirigeants européens risque de voir fleurir ce genre d’incitations, au risque de mettre à feu et à sang nos pays. Et les responsables en sont et en seront les Theresa May, Sadiq Khan, Merkel, Macron, Juncker… Tous ceux qui piétinent les peuples, les pays, la civilisation.

Le jour où ils auront réduit les peuples d’Europe au désespoir, l’Europe verra se jouer sur ses terres les horreurs qu’a connues le Liban, qu’a connues l’Algérie…

Print Friendly, PDF & Email
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Université d’Orléans : la liste des Etudiants Musulmans de France fait plus de 20% aux élections étudiantes

Résultats des élections étudiantes du 27 mars 2018

Elections étudiantes au Conseil d’Administration de l’Université d’Orléans du 27 mars 2018

Inscrits : 17 927    Votants : 1 701    Nuls & blancs : 45

Listes Nombre de voix
% Siège(s)
Liste « Contre la suppression des rattrapages et pour le libre accès à
l’université vote UNEF et associations étudiantes » présentée par UNEF
 539  32,47% 2
Liste « Ton vote, tes élus, ton campus » présentée par Ô Campus 476 28,67% 2
Liste « Active ta fac » présentée par EMF  346  20,84% 1
Liste « Des études pour un emploi » soutenue par UNI  206  12,41% 1
Liste « Solidaires étudiant-e-s Orléans »  93 5,60% 0
Élections étudiantes à la Commission de la Formation et de la Vie Universitaire de l’Université d’Orléans du 27 mars 2018

Disciplines juridiques, économiques et de gestion
Inscrits : 3 680    Votants : 475    Nuls & blancs : 19

Listes Nombre de voix
% Siège(s)
Liste « Ton vote, tes élus, ton campus » présentée par Ô Campus 183  40,13% 2
Liste « Contre la suppression des rattrapages et pour le libre accès à
l’université vote UNEF et associations étudiantes » présentée par UNEF
130 28,51% 1
Liste « Active ta fac » présentée par EMF 93  20,39% 1
Liste « Des études pour un emploi » soutenue par UNI 50  10,96% 1

Lettres, Sciences Humaines et Sociales
Inscrits : 4 651    Votants : 419    Nuls & blancs : 25

Listes Nombre de voix
% Siège(s)
Liste « Contre la suppression des rattrapages et pour le libre accès à
l’université vote UNEF et associations étudiantes » présentée par UNEF
234 59,39% 2
Liste « Ton vote, tes élus, ton campus » présentée par Ô Campus 160  40,61% 2

Sciences et Technologies
Inscrits : 9 596    Votants : 784    Nuls & blancs : 15

Listes Nombre de voix
% Siège(s)
Liste « Ton vote, tes élus, ton campus » présentée par Ô Campus 239  31,08% 2
Liste « Contre la suppression des rattrapages et pour le libre accès à
l’université vote UNEF et associations étudiantes » présentée par UNEF
205 26,66% 2
Liste « Active ta fac » présentée par EMF 154  20,03% 1
Liste « POUR UNE MEILLEURE VIE ETUDIANTE » soutenue par NAAR Kelly 123  15,99% 1
Liste « Solidaires étudiant-e-s Orléans » 48 6,24% 1

Université d’Orléans


Mardi 27 mars, plus de 18.000 étudiants sont invités à renouveler leurs représentants au sein des conseils centraux de l’université d’Orléans. […]

Liste « Active ta fac » par Étudiants musulmans de France (EMF) Qui sont-ils ? Il a été impossible de discuter avec un représentant de la liste, afin de faire le point sur les propositions faites dans le cadre des élections étudiantes de l’université d’Orléans. La liste a proposé de répondre à nos questions par mail, ce que La Rep’ a refusé.

La section orléanaise de l’Union nationale des étudiants de France (Unef) confirme que des adhérents d’Étudiants musulmans de France faisaient « habituellement » partie des soutiens mais qu’ils ont souhaité, cette année, se présenter de leur côté. […]

La République du Centre

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture