Tag Archive

Cazeneuve dénonce « le discours de haine » de Mélenchon

Published on mai 26, 2017 By perubu

L’ancien Premier ministre Bernard Cazeneuve a dénoncé vendredi le « discours de haine » et les « accusations abjectes » de Jean-Luc Mélenchon, à qui il reproche « une faute politique et morale » pour « ne pas avoir appelé clairement à voter » pour Emmanuel Macron face à Marine Le Pen.

La guerre entre le Parti socialiste et La France insoumise est loin d’être finie. Dans une tribune publiée le 1er mai dans Libération, l’ancien Premier ministre Bernard Cazeneuve avait estimé que, de la part de Jean-Luc Mélenchon et ses soutiens, ne pas appeler à voter pour Emmanuel Macron, contre Marine Le Pen, était une « impardonnable faute morale« . De quoi faire bondir le leader de la France insoumise.

Mercredi, lors d’un rassemblement pour les législatives, ce dernier a vivement attaqué Bernard Cazeneuve, ce « type » qui « ose la ramener avec son costume de bedeau« . Jean-Luc Mélenchon n’a d’ailleurs pas hésité à rendre l’ancien premier ministre responsable de la mort de Rémi Fraisse, ce jeune militant écologiste tué en 2014 par le jet d’une grenade de gendarmes près du chantier controversé de retenue d’eau à Sivens.

Dans une déclaration transmise à l’AFP, Bernard Cazeneuve a dénoncé vendredi le « discours de haine » et les « déclarations abjectes » du leader de La France insoumise. Ces propos « montrent que dans sa dérive politique et morale Jean-Luc Mélenchon ne s’interdit plus rien« , a-t-il déclaré. « Sa violence, ses insultes ne m’impressionnent pas. Elles apportent la démonstration de ce qu’il est vraiment« , a conclu l’ancien chef du gouvernement.

bfmtv

PARTAGEZ ! ...

Marine Tondelier, candidate écolo à Hénin-Beaumont (62) : « Bonjour, je m’appelle Marine mais faut pas confondre…»

Published on mai 25, 2017 By perubu

Marine Tondelier, 30 ans, diplômée de Sciences Po Lille, partage sa vie entre sa ville natale et Paris, où elle travaille à temps partiel comme assistante parlementaire de la députée Cécile Duflot. Elle est est candidate écologiste aux élections législatives à Hénin-Beaumont.

«Bonjour, je m’appelle Marine mais faut pas confondre, je n’ai rien de commun avec l’autre ! » Ce mardi 23 mai, c’est jour de marché à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais). Tracts à la main, l’écologiste Marine Tondelier joue sans complexe de ce prénom qu’elle partage avec la présidente du Front national, son adversaire dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais. Sous le soleil printanier, l’accueil est aimable, malgré quelques refus polis.

En jean-baskets, panier en osier sous le bras, l’enfant du pays manie l’humour et la décontraction. Ici, elle est chez elle. «Tout le monde connaît mon engagement contre le FN», glisse-t-elle. […]

Ici, le Front national se nourrit d’une désespérance sociale et politique, alimentée dans le passé par la gestion calamiteuse de socialistes peu scrupuleux. Dans cette circonscription plus large que la seule ville d’Hénin-Beaumont, à la présidentielle, Mme Le Pen a recueilli 41,17 % des voix au premier tour, loin devant Jean-Luc Mélenchon (23,13 %) et Emmanuel Macron (14,55 %). Au second, elle a gagné plus de 7 000 voix pour atteindre les 58,17 %.[…]

«On peut battre Marine Le Pen, je suis née ici, les gens me connaissent», lance Marine Tondelier, comme pour s’en convaincre. La candidate de La République en marche ? Celui des insoumis ? «Pas assez consensuels», balaie-t-elle, le regard tourné vers l’avenir. […]

Le Monde

PARTAGEZ ! ...

Crise migratoire : « De l’audace, Monsieur le président! »

Published on mai 22, 2017 By perubu

Dans une tribune en forme d’apostrophe au chef de l’Etat, le collectif Thomas More pose les bases d’une nouvelle politique migratoire.
Ce collectif regroupe des hauts fonctionnaires et des responsables associatifs souhaitant rester anonymes.

La reconquête des électeurs de Marine Le Pen passe aussi par la démonstration de la capacité de l’État à répondre aux défis des migrations forcées.

Une des tâches du nouveau président de la République sera de trouver des solutions à la crise migratoire. Le dernier gouvernement du quinquennat de François Hollande y a fait face en respectant les valeurs de notre pays. Mais sa réponse n’a pu être que partielle, quantitative et tardive. Si des milliers de demandeurs d’asile ont été logés et pris en charge, le sentiment qui domine est celui d’avoir tous toujours couru derrière les événements. Il n’y a plus aujourd’hui de vastes camps de migrants mais de nombreux demandeurs d’asile sont pris en charge avec retard et la pression sur Calais n’a pas disparu. Reste donc à apporter une solution structurelle, soucieuse des personnes comme des finances publiques, à une crise migratoire qui ne l’est pas moins et qui promet de durer. […]

Premièrement, il faut mieux gérer l’arrivée des migrants : les plus grandes villes et surtout la région Île-de-France concentrent les flux migratoires. Les dispositifs sont saturés, les installations sauvages se multiplient et les prises en charge interviennent trop tardivement. Notre réponse doit être mieux structurée et mieux répartie, y compris de manière obligatoire […].

Troisièmement, la bonne intégration des réfugiés ayant obtenu le précieux statut est un sujet crucial. Jamais autant de personnes n’avaient été protégées (36.000 en 2016) mais notre réponse est mal coordonnée, lente et insuffisante sur des aspects essentiels comme l’apprentissage du français et la formation professionnelle. Il faut une politique cohérente et coordonnée pour améliorer leur intégration. Elle doit s’appuyer sur une approche globale avec un renforcement de l’apprentissage linguistique, y compris à l’arrivée des demandeurs d’asile ; avec des formations professionnelles mises en place rapidement, en relation étroite avec les entreprises et leurs organismes paritaires. Cette mobilisation concerne l’ensemble de la société, les élus, les organisations professionnelles, les représentants des salariés, les bailleurs sociaux. […]

Le JDD

PARTAGEZ ! ...

Marine Le Pen admet un possible départ de Florian Philippot si le FN renonce à la sortie de l’euro

Published on mai 22, 2017 By Francois

Marine Le Pen n’a pas exclu lundi un départ de Florian Philippot du Front national, estimant que son bras droit « irait au bout de ses convictions » et quitterait la formation d’extrême droite si elle ne défendait plus pour la sortie de l’euro.

[embedded content]

Alors que la position de M. Philippot sur la sortie de l’euro a suscité des remous en interne, le numéro trois du parti, Nicolas Bay, dénonçant même un « chantage », la présidente du FN a dit sur franceinfo: « Je ne prends pas les propos pour du chantage ».

« Il exprime une conviction qui est une conviction forte et après tout, il ira au bout de ses convictions ! » a-t-elle poursuivi à propos des déclarations de M. Philippot. « Si, demain, les adhérents du FN décidaient qu’on doit abandonner cette partie-là, il ne se sentirait plus en accord avec ses convictions, je trouve que c’est tout à son honneur », a encore jugé la dirigeante frontiste, défaite au second tour de la présidentielle.

« Ce retour à la souveraineté monétaire inquiète les Français »

« Nous, nous sommes des gens de conviction, nous défendons nos convictions, mais je pense que le sujet n’est pas là. Je pense que le sujet ne sera pas celui-là », a évacué Marine Le Pen.

Sur le fond, Mme Le Pen a expliqué qu’il fallait sur la sortie de l’euro « faire de la pédagogie, continuer à expliquer aux Français en quoi la souveraineté de la France est un élément essentiel à la maîtrise de notre économie ». « Ce retour à la souveraineté monétaire inquiète les Français, ça va être un débat, nous allons devoir ouvrir cette discussion pour savoir comment faire pour que les Français ne soient pas terrorisés par la souveraineté monétaire que nous appelons de nos voeux », a expliqué l’eurodéputée.

(…) La Provence

PARTAGEZ ! ...

Selon Dominique Besnehard, l’agent des stars : « Marine Le Pen est diaboliquement folle »

Published on mai 18, 2017 By €ric

Dans une interview publiée sur le site de VSD ce jeudi 18 mai, Dominique Besnehard, le célèbre agent artistique des stars du cinéma français, s’est montré particulièrement violent et injurieux à l’encontre de Marine Le Pen, Florian Philippot et leur entourage.

[…] Vous êtes un homme de gauche. Le score de Marine Le Pen au premier tour vous a-t-il inquiété?

Bien sûr ! Surtout le soir du débat avec Macron ; je me suis rendu compte combien cette femme était folle ! Il faut quand même le dire. Elle est diaboliquement folle. Quand on voit que cette femme se permet de parler de l’homosexualité – je suis moi-même homosexuel – et que son père Jean-Marie s’est moqué du discours du compagnon de ce policier homosexuel abattu sur les Champs-Élysées. Qu’il y ait des policiers homosexuels et qu’ils le revendiquent montre combien la France est en avance sur beaucoup d’autres pays.

Et, paradoxalement, Marine Le Pen n’est entourée que d’homosexuels. Un jour, j’étais dans un café du 16e arrondissement de Paris, et j’ai cru voir Michèle Torr accompagnée de ses coiffeurs… Or figurez-vous que c’était Marine Le Pen et ses garçons, qui m’ont souri au passage. Quant à Florian Philippot, je pourrais lui casser la gueule. Je le hais ! […]

VSD

PARTAGEZ ! ...