Perpignan (66) : trafic de drogue, menaces de mort, agressions, une bande de mineurs règne en maître dans un immeuble et impose la terreur aux habitants

Le trafic de drogue continue de se propager dans le lotissement du Vernet, faisant fuir les gens du quartier.

Depuis deux ans qu’ils ont envahi la résidence Les Oiseaux à Perpignan, ce groupe de mineurs règne en maître sur l’immeuble, imposant la terreur comme leur impitoyable loi. Celle d’un gang organisé dans le trafic de drogues qui sème colère et désarroi. L’enfer ici consume tous les espoirs, toutes les énergies.

Ayant commencé par dévaster un appartement après l’autre, les délinquants se sont désormais emparés du bâtiment entier. Quinze logements désertés par leurs occupants. À l’exception des deux derniers habitants, terrifiés mais financièrement engouffrés « On vit dans un tas d’immondices, pire que des taudis. Ils ont tout saccagé pour investir les lieux, c’est insoutenable », « Pour un rien ils nous menacent de mort. Il y a quelques mois, ils ont tabassé un gars »
« C’est hallucinant. Le monde entier semble impuissant face à ces jeunes. Même la police qui intervient tous les jours ne réussit pas à les déstabiliser », dénoncent unanimes les riverains, commerçants et professionnels du secteur

(…) L’Indépendant

Merci à RetourAuxSources

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Suisse : Michel, 68 ans, à la tête d’une entreprise de transports pour enfants handicapés, raconte son agression par un « Africain » : « Il m’a planté sans dire un mot »

Michel Bugnon est le chauffeur de taxi attaqué au couteau ce week-end à Vevey (VD) par un individu qui en voulait à sa recette. Opéré d’urgence au CHUV, il raconte sa course maudite.

(…) Le robuste Fribourgeois, hyperactif, à la tête d’une entreprise de transports pour enfants handicapés, est cloué dans un lit d’hôpital, fragilisé par une agression qu’il ne pensait pas subir un jour. «Des altercations, bien sûr que j’en ai déjà eu, mais jamais avec une arme. Je conduis des taxis depuis 1973.»

«(…) Un jeune Africain de 20-25 ans a grimpé dans mon taxi. Il s’est assis sur le siège passager, c’est assez courant. (…) Là, il farfouille dans sa besace. Et sort un couteau de cuisine avec une lame de 25-30 cm toute rouillée. Sans dire un mot, il essaie de me planter. Je me défends. Je tente de dévier son bras. Je reçois un premier coup à la poitrine, à gauche. Puis deux autres sur le bras.»

«Deux de mes doigts ont été sectionnés à la base. L’index et le majeur pendaient sur le dessus de ma main. J’ai hurlé. Il est parti avec la bourse. Il a tout éparpillé par terre et ramassé quelques billets. Le temps que je sorte de la voiture, il avait disparu.» Tout cela pour voler 500 francs.

Marié et père de deux garçons adultes, le chauffeur se veut positif. «J’essaie de l’être. Je m’inquiète pour le travail, l’organisation des plannings. Je suis cloué là. Quand je parle de mes doigts, je… (Il pleure.)» Comme pour s’excuser: «Quand j’étais plus jeune, j’étais plus costaud. Je suis une victime plus facile avec l’âge. Il a dû me repérer avant. Son geste était prémédité, c’est certain. Je n’ai rien pu faire de plus.»

Le Matin

Merci à MadeinCH

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Dunkerque (59) : un héros de 13 ans récompensé par le maire pour avoir sauvé la vie de son copain agressé au couteau en pleine rue

Il n’a que 13 ans, et c’est déjà un héros.  Souwan-Chun Defontaine se souviendra toute sa vie de cette journée du début du mois d’avril où tout d’un coup, son ami Lucas est agressé en pleine rue à coups de couteau. Le garçon est touché au poumon et au foie, l’agresseur détale, Souwan-Chun lui se précipite, prodigue les premiers secours et lui sauve la vie.

[embedded content]

« J’avais pas le temps de panique », explique l’adolescent héroïque. « J’ai vu mon ami par terre, j’ai juste pensé à sa vie. Même le sang je m’en fichais. Pour moi, c’était rien par rapport à la vie de mon ami. Si je ne faisais pas ça, mon ami mourait. »

Une attitude héroïque, félicitée par le maire de Dunkerque en personne. Le jeune héros est le premier mineur à recevoir la médaille de la ville, gravée à son nom. Souwan-Chun en est fier, mais n’attrape pas la grosse tête pour autant.

(…) France 3

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Le Mans (72) : rodéos à moto, bagarres à coups de barres de fer dans le quartier Bellevue, « des populations qui ont un autre mode de vie occupent le domaine public » déclare un policier

Plusieurs habitants du quartier Bellevue au Mans se plaignent d’incivilités et de nuisances répétées.

« Dans le quartier, on en a tous ras-le-bol ! » Cette jeune mère de famille habite Bellevue, sur les hauteurs du Mans (et de Coulaines). Elle a vu la tranquillité de son quartier se rompre ces derniers mois.

« Il y a beaucoup de nuisances sonores le soir et la nuit : la musique dehors, les rodéos à motoEt mardi dernier, j’ai même vu une quarantaine de mecs se bagarrer à coups de barres de fer ! Quand on leur dit quelque chose en descendant du tram parce qu’ils nous frôlent à moto, sans casque, on se fait insulterC’est grave ! » (…)

Le commissaire Guillaume Carabin affirme que « l’exaspération générale des habitants est due à une occupation du domaine public par des populations qui n’ont pas le même mode de vie. C’est un problème de savoir-vivre en collectivité ».

Selon ce commissaire, « il ne faut pas résumer les problèmes à l’arrivée de nouvelles communautés. Il y a aussi des habitants nés dans le quartier qui sont installés dans la petite et moyenne délinquance ».

Le Maine Libre / l’article en entier

Merci à minnow

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Nîmes (30) : une vingtaine de « jeunes musulmans » âgés de 13 à 20 ans agressent des passagers au départ d’un bus, les conductrices ont exercé leur droit de retrait

De jeunes adolescents s’en sont pris à des passagers et aux conductrices de trois bus de la ligne a un euro entre Nîmes et le Grau-du-Roi ce samedi midi. Les conductrices ont exercé leur droit de retrait. Aucun train ni bus ne circulera ce dimanche sur la ligne.

Une vingtaine de jeunes âgés de 13 à 20 ans s’en est pris à des passagers et aux conducteurs au départ d’un bus qui allait vers la mer. Ils voulaient monter dans l’autocar qui était déjà plein. Ils n’ont pas accepté de ne pas pouvoir prendre le bus de 12h35 et le ton est monté.

(…)

Les conductrices coupent le contact et appellent la police. A l’arrivée des policiers, les jeunes refusent de descendre prétextant une discrimination religieuse.

« Ils ont dit aux policiers que c’était parce qu’ils étaient musulmans qu’on les traitait de cette manière » Une témoin à France Bleu Gard Lozère.

(…) France Bleu

Merci à Minimir

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Suède : les violences contre les professeurs continuent d’augmenter, de plus en plus d’écoles embauchent des agents de sécurité

La violence continue d’augmenter à l’école, selon l’Autorité de l’environnement de travail. De nombreux enseignants de Malmö ont été victimes de violences et de menaces au cours de l’année écoulée, selon une enquête menée par l’Association nationale des enseignants.

« C’est de l’abus constant, une violence mentale et physique. J’ai un collègue qui a tenté de séparer une bagarre entre élèves, il a été blessé au genou et doit maintenant vivre avec des injections de cortisone, dit Sabina Bellanius qui est professeur dans une école à Malmö.

L’autorité chargée de l’environnement de travail a reçu environ 450 notifications de violences sur des professeurs l’année dernière.

Les problèmes de menace et de violence conduisent au fait que les enseignants tombent souvent malades, selon les fédérations d’enseignants.

(…) SVT.se

Plus de 70% des municipalités suédoises ont renforcé la sécurité dans les écoles primaires et secondaires, selon une étude.

Entre autres choses, plusieurs écoles ont commencé à embaucher des agents de sécurité.

Parmi les municipalités et les groupes scolaires privés qui ont répondu au questionnaire, sept sur dix affirment que des mesures ont été prises pour rendre les écoles plus sûres pour les élèves et le personnel.

Cela comprend des actions telles que le verrouillage par code, la surveillance par caméra, l’enregistrement des visiteurs et des rondes par des gardes de sécurité.

Près de la moitié des municipalités et des établissements scolaires prévoient également d’accroître la sécurité.

(…) Expressen.se

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

La bibliothèque parisienne Vaclav Havel livrée aux sauvages ? Hidalgo réduit les horaires d’ouverture !

SITE : delanopolis.fr
ARTICLE : Une bibliothèque parisienne livrée aux sauvages et Hidalgo ne fait toujours rien !
URL : https://www.delanopolis.fr/Une-bibliotheque-parisienne-livree-aux-sauvages-et-Hidalgo-ne-fait-toujours-rien-_a3415.html
AUTEUR : Serge Federbusch
DATE : 15 Avril 2018

La bonne volonté éducative de gauche n’est décidément pas récompensée ! Cela fait des mois désormais que les personnels de la bibliothèque Vaclav-Havel, dans le chaud 18ème arrondissement, demande de l’aide face aux agressions qu’ils subissent.

La mairie continue de botter en touche

« A l’heure où la ville de Paris (prétend faire ndlr) de la lutte contre l’exclusion un engagement majeur, notre sentiment d’abandon sur le terrain est réel. Pour le dire très clairement, ce n’est rien moins que l’implication des agents en première ligne qui est en jeu » affirment les bibliothécaires.

La bibliothèque Václav-Havel, située dans le quartier de La Chapelle dans le Nord de la capitale, est-elle abandonnée par son administration de tutelle, en l’occurrence la mairie de Paris? C’est en tout cas le sentiment bien réel des bibliothécaires qui y travaillent… Après avoir dénoncé un climat de violence au mois de janvier, la situation ne s’est pas améliorée. Bien au contraire même puisque de graves incidents sont de nouveaux survenus ces dernières semaines.

« Le Mardi 20 mars à 15h, nous avons de nouveau été contraints d’évacuer et de fermer la bibliothèque en raison d’une altercation entre deux usagers. Après avoir blessé quelqu’un par arme, l’agresseur a stationné devant l’établissement armé d’une barre de fer ramassée sur l’esplanade (et qui traînait là depuis plusieurs jours), proférant des menaces de mort à l’encontre de l’agent de sécurité et de l’équipe, jusqu’à l’arrivée de la police. Celle-ci est intervenue après 25 minutes et deux appels, et a appréhendé l’individu agressif. Si cet événement témoigne d’un cran supplémentaire dans la violence à laquelle nous avons à faire face dans l’exercice de nos fonctions, il ne s’agit aucunement d’un évènement isolé. Un autre échange de coups avait été signalé à la date du samedi 10 mars, tout comme un affrontement sur l’esplanade la veille au cours duquel une jeune fille s’était réfugiée dans la bibliothèque. Bien sûr, ces évènements font écho à ceux de janvier 2018 et d’août 2017 » ont témoigné les personnels de la bibliothèque Václav-Havel lors d’un Comité Hygiène et Sécurité (CHSCT) de la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.

Mais les agents dénoncent surtout, au-delà de ces événements, une situation devenue intenable pour fonctionner au quotidien : « c’est bien une dégradation continue de nos conditions de travail qui est à l’œuvre. Après quatre ans d’ouverture, le turnover de l’équipe est exceptionnellement élevé et traduit une fatigue grandissante de l’équipe (à titre d’exemple, l’ensemble de l’encadrement intermédiaire a déjà été renouvelé deux fois : un(e) adjoint(e) de direction, quatre responsables de pôles). Les bibliothécaires de Václav Havel ont choisi d’exercer leurs fonctions dans un quartier difficile et l’ont fait avec un volontariat sans faille, notamment en répondant à des demandes qui dépassent le cadre de leurs compétences, dans un contexte général de défaillance des pouvoirs publics à l’égard de populations en situation d’extrême précarité ».

A preuve d’exemple la bibliothèque Václav Havel inscrit à elle seule 20% des minima sociaux de tout le réseau parisien sans parler des non-inscrits qui fréquentent aussi l’établissement. Et les personnels de constater : « pour autant, à la date du 20 mars, et malgré une situation exceptionnelle qui s’installe dans la durée, aucune des demandes de l’équipe n’avait trouvé de réponse ». Des demandes pourtant loin d’être extravagantes comme l’affectation d’un médiateur expérimenté. Par ailleurs même si un service de ménage est désormais présent également l’après-midi ce n’est pas du luxe car on ne peut pas dire qu’à Václav-Havel la mairie entretienne correctement ses locaux puisqu’une des toilettes n’a plus de lumière et une autre plus de distributeur de savon (il est cassé) depuis près de cinq mois.

Pour parer au plus pressé et calmer un peu la colère des agents, l’administration a pris une première mesure forte, affecter provisoirement des agents supplémentaires en provenance d’établissements fermés pour travaux (quoique que certains soient aussi pris autoritairement au détriment d’autres bibliothèques toujours ouvertes). Mais la seconde ne manque pas de sel dans le débat actuel puisque il s’agit de…….réduire les horaires de la bibliothèque ! Laquelle désormais n’ouvrira plus que l’après-midi ! Un message certes peu amène envers un célèbre académicien mais qui ne règle rien dans le fond car le mal est plus profond. « Les rythmes de travail, l’intensité des plages de service public, font qu’une partie de l’équipe cherche à partir alors même que la bibliothèque a d’ores et déjà mauvaise presse dans le réseau, avec des difficultés certaines à pourvoir les postes vacants. Le risque est réel de voir les services proposés par la bibliothèque arrêtés faute de personnels qualifiés et motivés pour les assurer » déclarent, amers, les collègues de Václav-Havel qui ne peuvent même pas bénéficier d’une prime octroyée aux agents travaillant en « zone sensible ». Et oui, la bibliothèque n’y figure pas car, installée sur une ancienne friche industrielle, elle a été oubliée à une rue près dans le découpage administratif. Bienvenue en absurdie…

Et les bibliothécaires de constater, dépités, « qu’à l’heure où la Ville de Paris fait de la lutte contre l’exclusion un engagement majeur, notre sentiment d’abandon sur le terrain est réel. Pour le dire très clairement, ce n’est rien moins que l’implication des agents en première ligne qui est en jeu. La Ville de Paris ne pourra pas faire l’économie de valoriser les choix professionnels des agents qui s’impliquent chaque jour davantage, avec des moyens limités, pour proposer des services de qualité aux populations qui en ont le plus besoin ». D’autant qu’ils ne sont pas les seuls concernés puisque « ces questions de la valorisation salariale, de la mise en place d’emplois spécialisés (médiateur), de la prise en charge des publics précarisés sont des problématiques qui concernent d’ores et déjà d’autres bibliothèques et sont au cœur des mutations de notre métier et des multiples facettes qu’il recouvre désormais. Nous attendons de notre hiérarchie et des pouvoirs publics qu’ils se saisissent urgemment de ces questions ». Effectivement, il y a comme qui dirait urgence.

Lire aussi ICI : { http://daccgtculture.over-blog.com/2018/04/les-agents-de-la-bibliotheque-vaclav-havel-demande-a-la-mairie-de-paris-de-prendre-des-mesures-concretes-pour-ameliorer-leurs-condit?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

Note de Christine Tasin

On notera sans surprise que les agents de la bibliothèque ne peuvent demander que de la poudre de perlimpimpin (un médiateur… ) quand le fond du problème est l’immigration et la délinquance impunie installées à Paris, durablement….

Mais plutôt que de toucher à cela, « ils » préfèrent s’asseoir sur la Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen de 1989, il n’y a plus d’égalité en ce pays. Quand vous avez la malchance d’habiter quartier de la Chapelle ou d’y travailler, c’est simple. Vous risquez coups et agressions. Vous ne sortez plus le soir, vous essayez de le quitter… Mais il faut pouvoir.

Print Friendly, PDF & Email
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

La police déclare « zone dangereuse » la majeure partie du centre-ville de Flensbourg (Allemagne)

La police de Flensbourg [Schleswig-Holstein, 85 000 habitants] a déclaré « Zone dangereuse » une grande partie du centre-ville. Dans le contexte d’affrontements entre différents groupes de jeunes depuis le début de l’année. C’est selon la police un pas supplémentaire pour apaiser une situation préoccupante. À l’intérieur du secteur classé « Zone dangereuse », les policiers pourront effectuer des […]

L’article La police déclare « zone dangereuse » la majeure partie du centre-ville de Flensbourg (Allemagne) est apparu en premier sur Fdesouche.

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Sondage : 58 % des femmes disent ressentir de l’insécurité à Paris, « cette ville est pleine de prédateurs »

Peur de se promener la nuit dans les rues de Paris, peur de rentrer seule en métro, peur de se faire mettre la main aux fesses dans les escalators, peur de se faire arracher son sac à main… Plus de la moitié des femmes, 58 %, disent ressentir de l’insécurité à Paris. C’est ce qui […]

L’article Sondage : 58 % des femmes disent ressentir de l’insécurité à Paris, « cette ville est pleine de prédateurs » est apparu en premier sur Fdesouche.

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture