Tag Archive

FN/Picardie : «Il ne reste plus d’autre ‘identité positive’ disponible que nationale : ‘être Français’»

Published on mai 17, 2017 By perubu

Dans une tribune au « Monde », trois sociologues et politistes à l’université de Picardie-Jules-Verne, Willy Pelletier, Emmanuel Pierru et Sébastien Vignon expliquent qu’à force de voir le lien social et les infrastructures s’effondrer depuis vingt ans, nombre de ruraux se réfugient dans la seule identité disponible : « être français ».

Le chacun seul, le chacun pour soi, le sauve-qui-peut général qui les accompagnent alimentent cette guerre des pauvres contre de plus pauvres qu’eux, dont se nourrit le vote FN.

Près de 21 millions d’électeurs ont élu Macron président. Souvent, ils s’envisagent plein d’avenir et ils en ont les moyens. Mais les autres ? Dans le monde rural pauvre, les votes FN ne cessent d’augmenter. En Picardie singulièrement, jusqu’à dépasser deux inscrits sur trois fréquemment. […]

Dans les villages de la Somme ou de l’Aisne, il n’y a plus, bien souvent, ni bureau de poste, ni médecin, ni infirmière, ni pharmacie, quasiment plus de bistrots, mais des magasins clos, des classes d’écoles primaires et des églises qui ferment. Les sociétés de chasse ou de pêche, les majorettes, les fanfares, les sapeurs-pompiers volontaires, les associations de sport ou de parents d’élèves peinent à se renouveler. Pas d’emplois non plus. Dans chaque village, des maisons en vente. Les anciens sont trop pauvres pour secourir leurs enfants et ces derniers sont trop pauvres pour secourir leurs parents. Il faut réencastrer les votes frontistes dans leurs contextes sociaux : des contextes de raréfaction des pratiques collectives, de déstabilisation des entre-soi ruraux et de dévaluation des pratiques autochtones . […]

Le monde rural pauvre juxtapose des solitudes, des reclus chez soi devant la télévision. On ne compte plus les électeurs qui déclarent voter FN « à cause de tout ce qu’on voit à la télé, on a peur que ça vienne chez nous », en faisant là écho aux craintes et aux fantasmes liés à l’installation de logements sociaux à la périphérie des villages. […]

Le « on est chez nous » exprime haut et fort cette insécurité. Ces votes Le Pen ne vont pas disparaître miraculeusement.

Le Monde

PARTAGEZ ! ...

Düsseldorf (All.) : le parti de Merkel fait campagne sur l’insécurité

Published on avril 25, 2017 By Gaston

[les électeurs de Rhénanie-du-Nord-Westphalie se rendront aux urnes le 14 mai pour renouveler le Parlement régional. Ce Land, le plus peuplé d’Allemagne, est actuellement dirigé par une coalition SPD-Verts]

La photo d’une affiche électorale de la CDU circule depuis quelques jours sur le Net. on peut y lire : « Je ne me sens plus en sécurité ici. Pourquoi ne font-ils rien ? »

Est-ce que les chrétiens-démocrates s’imaginent vraiment qu’avec ce slogan absurde – qui pourrait tout aussi bien porter la signature de l’AfD – ils vont marquer des points dans la campagne électorale en Rhénanie-du-Nord-Westphalie ?

Des utilisateurs se sont longuement demandé s’il s’agissait d’un faux ou d’une affiche détournée par des adversaires politiques. Mais une porte-parole régionale de la CDU vient de nous le confirmer : « L’affiche fait partie de notre deuxième vague d’affichage pour l’élection régionale. »

C’est donc clair : la CDU essaie de se placer dans le sillage de l’AfD. le parti veut manifestement profiter de la peur d’une hausse de la délinquance.

[…]

(Traduction Fdesouche)

Source

PARTAGEZ ! ...

« Vitres cassées, pneus crevés, fils harcelé et passé à tabac… femme de CRS, je vis un enfer »

Published on avril 22, 2017 By Horatius

Ce samedi, les familles des policiers et gendarmes se rassemblent sur l’esplanade du Champ de Mars, à Paris, pour dénoncer les conditions de travail, le manque de considération et de moyens des forces armées. Parmi elles, Jessica qui raconte son quotidien de femme de policier. Elle fait part notamment de l’enfer vécu par sa famille et les humiliations de son fils à l’école primaire et au collège.

Jessica est épouse, fille et petite-fille de fonctionnaires de police: […] « Ça devient vraiment invivable pour les enfants »

Etre femme de policier, ce n’est pas évident tous les jours. Nous, on a été obligés de déménager de notre petit village de Loire-Atlantique car certains voisins ont su que mon mari était fonctionnaire de police. On s’est fait crever les quatre pneus de la voiture avec à chaque fois trois coups de cutter. Deux mois après, un homme est venu casser nos fenêtres à coups de masse. Mon fils, à l’époque en CM1, s’est fait harceler et passer à tabac pendant un voyage scolaire parce qu’il était fils de flic. On l’a changé d’école mais le harcèlement a recommencé. Aujourd’hui, il est en 6ème mais il ne va plus au collège depuis le mois de janvier en raison de ce harcèlement.

RMC

PARTAGEZ ! ...

Insécurité : Une femme sur deux a peur dans les transports en commun

Published on avril 18, 2017 By Koba

Les transports en commun font toujours peur, aux femmes plus qu’aux hommes. C’est ce qui ressort de la dernière enquête «victimation et sentiment d’insécurité en Ile-de-France», que vient de publier le très sérieux Institut d’aménagement et d’urbanisme (IAU).

Cette étude, qui porte sur l’année 2015, révèle que 42,3% des personnes interrogées ressentent de la peur dans les transports en commun. C’est un peu moins qu’en 2013 (43,7%), mais reste à un niveau élevé. C’est toujours le RER (35,1%) qui effraie le plus, devant le métro (30,6%), le train (26,6%), le bus (18,7%) et le tramway (13,7%).

Une peur légitime, puisque c’est dans les transports en commun et dans les gares que sont commis 37% des vols sans violence et surtout 39% des agressions sexuelles commises envers des femmes (39 %).

Les femmes qui se déclarent très majoritairement inquiètes (56,3%) à l’idée de prendre les transports, contre seulement 26,7% des hommes. «Chez les femmes, la peur d’être agressées ou volées va même jusqu’à constituer un frein à l’usage des transports en commun», déplore l’IAU. Elles sont en effet quatre fois plus nombreuses (6,2%) à déclarer éviter au moins un mode de transport en commun par crainte d’une agression ou d’un vol que les hommes (1,7%).

Le Parisien

PARTAGEZ ! ...

« Comment peux-tu voter FN si t’es homo ? »

Published on avril 14, 2017 By perubu

A 24 ans, Paul (qui souhaite rester anonyme) est étudiant à Sciences Po Strasbourg, un milieu «très à gauche», dit-il. Quand il ose y parler politique, la surprise vire à l’ahurissement : il vote Front National.

« Comment peux-tu voter Front national si t’es homo ? », lui demande-t-on. Paul se souvient qu’il a lancé le sujet il y a peu : « Le rejet a été direct, c’est allé très vite, ‘le FN, c’est les camps nazis’, et tout ça. » Pour lui, ce « dénigrement» politique est le même que celui qu’on peut ressentir quand on est homo».[…]

Une communauté « très blanche, note Didier Lestrade, cofondateur d’Act Up, qui, sur les applications de drague par exemple, n’a plus peur d’exprimer des points de vue xénophobes ».

[…] Sylvain Brouard, directeur de recherche au Cevipof, explique pourquoi les gays ne sont plus rebutés par le FN : « Déjà, c’est un parti où l’électorat masculin est majoritaire. Et le Front a des thématiques qui leur parlent, en tant que vote contestataire, et sur les questions liées à l’islam. » […]

La récente étude établit que l’orientation sexuelle est importante dans les intentions de vote, même si elle n’est pas prioritaire. Paul, qui ne cache pas que son choix est lié à ses peurs, en est l’illustration. Il redoute le déclassement, déjà. […] Il craint une trop forte immigration, aussi. « Pourquoi continuer à accepter des immigrés s’il n’y a pas assez de travail ? Il faudrait revaloriser les métiers que seuls les étrangers acceptent de faire. » Paul se veut « modéré», il se sent « mal à l’aise de dire que l’identité de la France disparaît avec l’immigration».

Enfin, il reconnaît qu’il craint d’être agressé par un musulman. « Mon orientation sexuelle n’est pas le premier facteur de mon vote, prévient-il, mais elle joue aussi. Les homos [il ne dit jamais « nous »] sont davantage confrontés à l’insécurité. Et le rejet de l’homosexualité est plus marqué chez les musulmans que dans les autres religions. Même s’ils ne subissent pas de discrimination de la part de la population immigrée, les homosexuels ont peur que ça puisse leur arriver. » Il a voté FN dès 2012. Il avait 19 ans. […]

Le Monde

PARTAGEZ ! ...

Lille (59) : des étudiants s’inquiètent pour leur sécurité, ils décident de prendre les choses en mains

Published on avril 12, 2017 By Koba

La Fédération des associations étudiantes de Lille (FAEL) lance une enquête sur la sécurité lors des sorties nocturnes…

Lille festive, mais Lille à la dérive au niveau sécurité ? Pour en avoir le cœur net, la Fédération des associations étudiantes de Lille (FAEL), qui réunit quinze associations d’écoles, d’instituts ou de facultés de Lille, se penche sur le sujet en lançant une enquête auprès des étudiants de la métropole lilloise.

[…]

20minutes

PARTAGEZ ! ...