Tag Archive

La Grande Mosquée de Saint-Ouen, nouveau bastion de l’organisation politique misogyne, antioccidentale et antisémite des Frères Musulmans (UOIF) érigé avec la collaboration du maire UDI William Delannoy

Published on mars 19, 2017 By islamineurope

La Seine-Saint-Denis est le département français le plus avancé en terme de processus d’islamisation, les Mosquées s’érigent comme des baïonnettes, transformant progressivement le paysage culturel et cultuel en territoires islamiques.
On peut constater la multiplication de femmes voilées, hommes en Qami, de centaines de restaurants islamiques (kebab, pizzeria, boucheries), banissant la viande de porc et tout ce qui est non halal (impur/illicite), avec pour conséquences à terme l’érosion de la population de souche de la banlieue parisienne vers les banlieues lointaines ou la province.

On peut par exemple brièvement noter que Stains accueille par exemple l’assocation de l’Islam radical chatibi, géré par le prédicateur antioccidental et antisioniste Nabil Ennasri.
La Courneuve en Seine-Saint-Denis, héberge le siège des Frères Musulmans (UOIF), l’organisation politique antioccidentale la plus influente de l’Islam radical en France.

L’assocation de la Mosquée Saint-Ouen fait partie du réseau islamiste des Frères Musulmans (UOIF). Des prédicateurs formés à l’Institut Européen des Sciences Humaines (IESH), viennent régulièrement endoctriner les Musulmans de la commune.
L’IESH sous ce titre pompeux, n’est en fait rien d’autre q’une immense Madrassah, une école Coranique enseignant le Droit islamique, la Jurisprudence du Droit (fiqh), des Fatwas, la finance Islamique, un Système pénal et juridique concurrent de la Constitution Républicaine. On peut remarquer que l’islamiste radical Youssouf Al-Qaradawi fait parti du « Conseil Scientifique » de l’IESH (hard-copy), on peut par exemple le voir ici lors de l’inauguration de la mise en place du 3ème cycle de l’IESH. Ce Cheikh fait autorité dans le Monde Musulman, il est consultant religieux sur la chaîne Qatari Al-Jazira. Il dirige également en Europe le Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche (CEFR).
Dans ses discours et ses ouvrages, le Cheikh Youssuf Al-Qaradawi diffuse son programme Totalitaire : la mise en place de la Charia, la conquête de Jérusalem et de Rome. Dans son ouvrage « Le licite et l’illicte en Islam » , il explique que tous les homosexuels doivent être exterminés (pendus ou jetés du haut d’un mur), il milite également pour un antisémitisme ultraviolent (extermination des Juifs, voir vidéo plus bas dans l’article).

Image de prévisualisation YouTube

Le mentor antichrétien et antisémite des Frères Musulmans Youssef Al-Qaradawi, à l’IESH de Saint-Denis en 2007, en compagnie de Ahmed Jaballah, président de l’UOIF à l’époque.

Image de prévisualisation YouTube

L’UOIF a suffisamment d’influence pour attirer et obtenir sur la ville de Saint-Ouen les faveurs de l’électorat de la communauté musulmane en pleine expansion. Le 28 juin 2013, l’ex-maire communiste Jacqueline Rouillon participe à la pose de la première pierre de la future Grande Mosquée de Saint-Ouen, marquant l’implantation de l’Islam radical des Frères Musulmans (UOIF) dans la ville.

L’édifice de 2000 m² est principalement constitué de deux grandes salles,  560 m² pour la salle de prière des hommes et 298 m² pour celle des femmes. L’espace cultuel permettra d’accueillir plus de 1700 fidèles, la Mosquée est doté d’un dôme et d’un minaret. Il sera alors impossible pour les habitants d’ignorer l’emprise de l’Islam sur la ville de Saint-Ouen.

–                       La Grande Mosquée de Saint-Ouen, nouveau bastion de l'organisation politique misogyne, antioccidentale et antisémite des Frères Musulmans (UOIF) érigé avec la collaboration du maire UDI William Delannoy dans Politique 134472MosqueSaintOuenprojet

–                                                       Projet de la Grande Mosquée de Saint-Ouen

–                                      315099MosqueSaintOuensalledeprireentravaux2015 Ahmed Jaballah dans religion
–                   salle de prière hommes de la Grande Mosquée de Saint-Ouen en cours de travaux

–                               649297MosqueSaintOuentravaux Al-Qaradawi
–                                       La Grande Mosquée de Saint-Ouen en 2017, presque finalisée

–                                        778118MosqueSaintOuenAhmedJaballah Allah

Le 24 juin 2016, Ahmed Jaballah, ex-président de l’UOIF, la branche politique antioccidentale et antisioniste des Frères Musulmans en France, donnait une conférence à la Grande Mosquée de Saint-Ouen

Image de prévisualisation YouTube

Ahmed Jaballah, président de l’UOIF (à droite), et le prédicateur antisémite égyptien Youssef Al-Qaradawi (au centre) à l’IESH de Paris (Saint-Denis) en 2007

Image de prévisualisation YouTube

Le prédicateur des Frères Musulmans Youssef Al-Qaradawi en démonstration devant des millions de Fidèles Musulmans sur les chaînes télévisées de pays arabes : haine de l’Occident, diatribes antichrétiennes, antiaméricaines et antisémites.

–                                                     919876MosqueSaintOuenassociationFranceplurielle antisémitisme

Les responsables de la Grande Mosquée de Saint-Ouen font la promotion sur leur page Facebook de l’Association France Plurielle (AFP), organisme de l’Islam radical, vecteur de l’idéologie de fondamentalistes complotistes antisionistes et antioccidentaux tels Nabil Ennasri ou encore Mohamed Bajrafil (hard-copy).

Parmi les intervenants, il est inquiétant de constater que Hassan El Houari, prédicateur diplômé de l’école coranique des Frères Musulmans de Saint-Denis (IESH), vient précher à la Mosquée de Saint-Ouen.

–                                                   319215MosqueSaintOuenHassanElHouari antisionisme

–                                          304241MosqueSaintOuenEtatislamique charia

Hassan El Houari, prédicateur à la Mosquée de Goussainville et invité à la Grande Mosquée de Saint-Ouen, fait la promotion de l’État Islamique et défend la constitution coranique, la loi du Talion, les communautarismes, une « nation musulmane » sous laquelle Chrétiens et Juifs seraient censés vivre sous la protection des Musulmans.

Hassan El Houari est un grand défenseur des lois islamiques de la charia, en particulier la loi du Talion, totalement incompatible avec les lois de la république. Il diffuse et demande aux Fidèles Musulmans de suivre les commandements coraniques, et explique comment se faire justice soi-même. Extraits d’une de ses conférences :

« Si vous punissez quelqu’un qui vous a puni, il ne faut pas commettre un excès, punissez selon la punition qu’on vous a fait. Punissez selon le tort qu’on vous a fait. Il vous a insulté, insultez-le, entre parenthèse, il vous a tapé, tapez-le, Punissez selon le tort qu’il vous a fait. »
[19:08]
Conférence de Hassan El Houari, « L’Islam condamne le terrorisme » donnée le 9 janvier 2015 (hard-copy)


« Ceux qui ont été averti de la vérité, qui ont l’occasion de connaître cette vérité, qui leur a été exposée, mais ils détournent le dos, ceux là sont parmi les mécréants. »
[13:13]
« Allah a dit : « ton Seigneur ne fait pas périr des cités avant d’avoir envoyé dans leur métropole un messager. » Ça veut dire que tant que un messager n’a pas été envoyé das les métropoles, ils ne connaissent pas, ils ne sont pas des mécréants. »

« Ceux qui mécroient sont ceux qui empêchent de cheminer vers Dieu. »
[29:50]
Conférence de Hassan El Houari le 11 novembre 2016, « Dieu n’aime pas les infidèles » à la Mosquée de Goussainville (hard-copy)

Hassan El Houari sous-entend que si on expose l’Islam a une personne, et que cette personne rejette la doctrine coranique, elle est mécréante et il serait autorisé à la faire périr, comme le faisait le Prophète Mohamed.

Hassan El Houari est un promoteur du jihad islamique, qui serait d’après lui non offensif, le guerre sainte ne serait qu’une guerre défensive ! Voici comment, devant ses fidèles musulmans de la Mosquée de Goussainville où il prèche d’habitude, il exprime sa vision du Jihad :

–                                                       932635MosqueSaintOuenjihad chrétiens

« Allah a dit : « Certes, Allah aime ceux qui combattent dans son chemin en rang, comme un édifice, une construction solide. Allah aime ceux qui ont réalisé cette image. »
« Chaque mot a un sens dans ce verset. Allah aime ceux qui combattent dans son chemin en rangs solides. Ceux qui combattent, ce n’est pas ceux qui assassinent, dans la langue arabe j’ai bien fait la différence, comme les arabes et les savants l’ont fait. Assassiner c’est tuer. Ici, Allah n’a pas dit « tuer », il a dit « combattre », ça veut dire quoi ? Combattre quelqu’un, ça veut dire qu’il est bien prêt à combattre, mais pas à assassiner gratuitement. Combattre, ça veut dire défendre. Défendre sa dignité, défendre sa religion, et ainsi de suite. Dans cette image ceux qui combattent leurs ennemis, doivent être comme cela : une construction solide, en rang, droit, qu’on ne peut pas traverser. »
[11:58]
Conférence de Hassan El Houari le 11 novembre 2016, « Le rang serré » à la Mosquée de Goussainville (hard-copy)

Hassan El Houari use également de la fibre victimaire, en critiquant les média, les politiques, l’éducation nationale, tous considérés comme ligués contre l’Islam et les Musulmans, et fait la leçon aux Français, afin de souder la communauté musulmane contre les institutions de l’État. Les attentats se produisant sur le territoire ne serviraient qu’à stigmatiser les Musulmans, Hassan El Houari refusant de voir que le terrorisme islamique est à la racine des textes coraniques :

« J’adresse la paroles à ces Français, politiciens et les média, si votre mémoire est courte, lisez l’Histoire qui n’est pas loin de nous. Qui sommes-nous, les Musulmans ? C’est quoi l’origine des Musulmans en France, on est descendu du ciel ? On est sorti de la terre !?
Il faut que vous sachiez mes chers Français, mes chers concitoyens, que nous, on est fiers d’être Musulmans, on est fiers d’être là en France parce que nous sommes des petits-fils de milliers de Musulmans qui sont venus dans la grande guerre de 1914-18 pour vous libérer, pour libérer votre grand-père et votre grand-mère, et votre territoire qui est le nôtre aujourd’hui.
Et les tombes, et les cimetières de nos grand-pères dont on est fiers aujourd’hui, elles sont là comme témoin, et la Mosquée construite au milieu de Paris, n’a pas été construite gratuitement, c’est un symbole de reconnaissance de l’effort des Musulmans qui ont libéré la France. »

[…]
« Si vous pouvez reprocher quelque chose, vous devez le reprocher à l’éducation nationale, vous devez le reprocher aux média, à ceux qui ne tendent pas la main aux théologiens et aux savants pour dire : « nous voici, en est là pour vous aidez, pour parler du vrai Islam. »
[09:51]
Conférence de Hassan El Houari sur « les attentats du 13 novembre » le 20 novembre 2015

« Le Prophète a rédigé la constitution de la nation musulmane, qui signifie l’organisation, la stratégie. »
[…]
« Si on ne se soumet pas tous à une constitution liée au livre de Dieu selon la tradition prophétique, chacun invente des stratégies, des théologies par lui même, on ne va jamais survivre. Cette communauté ne sera jamais détruite jusqu’à la fin des temps, seulement, quand elle est faible, quand elle est divisée, dégradée, il faut que les membres de cette communauté reviennent à la lumière du Prophète. »
[06:17]
« Le Prophète a rédigé la première constitution, cette première constitution est partagée en deux, elle contient environ 51 chapitres. 25 chapitres permettent de régler les relations entre les Musulmans, en gros c’est la fraternité, et d’autres citoyens qui ne sont pas Musulmans.
Il y a d’autres citoyens qui ne sont pas Musulmans. Le Prophète a considéré, les Juifs et les Chrétiens, il a considéré tous ceux qui vivaient en paix avec cela, des citoyens de cette nouvelle nation, ils devaient tous se réunir, s’aider entre eux. Les juifs ont le droit de pratiquer leur religion librement, les Chrétiens ont le droit de pratiquer leur religion librement, mais tout le monde entre dans la citoyenneté. »

« Quand il y a un conflit entre deux Juifs, ils jugent entre eux, selon la Torah, pas selon le Coran, ils ont droit de pratiquer leur religion, parce que ce sont des citoyens tant qu’ils acceptent de vivre au sein de la nation musulmane. »
[30:20]
Conférence de Hassan El Houari sur « Les fondements de l’état islamique à Médine » (hard-copy)

Hassan El Houari explique aux Musulmans quelle est la finalité de la communauté des Croyants, la Oumma sur Terre : vivre dans un État Islamique, régi par une législation coranique, qui admet des principes communautaristes, incompatible avec les législations de la communauté nationale française, qui ne peut à terme, que conduire à des dissensions, des conflits.

–                                              962958MosqueSaintOuenHaniRamadan christianophobie

Hassan El Houari reçoit le prédicateur antichrétien et antisémite Hani Ramadan à la Mosquée de Goussainville le 29 mars 2014 (lien). Un membre éminent lié au réseau islamiste des Frères Musulmans (UOIF).

Hani Ramadan, petit-fils du fondateur de l’organisation politique des Frères Musulmans Hassan Al-Bannah (et frère de Tariq Ramadan), est le directeur du centre islamique de Genève en Suisse, un prédicateur qui tient des propos à caractère antisémite, n’hésitant pas à comparer les Juifs à des « serpents, une race de vipères » dans une conférence donnée à Bruxelles devant des centaines de Musulmans.

Dans ses ouvrages et conférences, Hani Ramadan explique que tous les Musulmans doivent être gouvernés par un Califat sous les Lois islamiques de la Charia. (conférence à la Grande Mosquée Al-imane de Lille-Sud dont le recteur n’est autre que Amar Lasfar). D’après lui, l’Occident décadent est contaminé par l’Antéchrist, le « Dadjhal », un borgne de l’oeil droit, et seul l’Islam et la Charia peuvent le guérir.
Hani Ramadan soutient également le Hamas, la branche armée des Frères Musulmans, qui dans sa charte prévoit l’éradication des Juifs.


Autre invité de marque par l’association de la Grande Mosquée de Saint-Ouen, le prédicateur Ounis Guergah
.

–                                     530587MosqueSaintOuenOunisGuergah Coran
Le militant politique Ounis Guergah des Frères Musulmans, directeur d’études à l’IESH de Saint-Denis (UOIF), est également membre du Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche (CEFR), une institution qui donne des avis juridiques (fatwas) en fonction de la jurisprudence islamique et de la charia, en Europe !

Le CEFR admet donc l’existence d’une autre base de la juridiction que le droit français, ce qui ne peut que générer conflits, et création sur le long terme d’une société parallèle sur le territoire.
R
appelons que la charia est un corpus dogmatique islamique incompatible avec une démocratie de type occidental d’après un arrêté de la Cour Européenne des Droit de l’Homme (CEDH) du 13 février 2003.

–                                                    125573MosqueSaintOuenGuergah France
Le prédicateur islamiste Ounis Guergah, invité de la Grande Mosquée de Saint-Ouen, figure sur une affiche de promotion d’une conférence donnée à la Grande Mosquée de Saint-Chamond au côté du prédicateur antisémite Youssef Al-Qaradawi, mentor des Frères Musulmans.

 

–                                                                                 684422MosqueSaintOuenWilliamDelannoy Frères Musulmans

« La précédente majorité avait signé la promesse de vente, l’ancienne Mosquée a été détruite et comme il n’est pas question que les musulmans prient dehors, j’ai décidé de leur prêter ce terrain, où étaient entreposés des gravats. »
Allocution de William Delannoy, maire UDI de Saint-Ouen, qui a attribué un terrain gratuitement pour la Mosquée provisoire en attendant la finalisation des travaux de l’immense Mosquée cathédrale Essalam, qui enracinera définitivement l’Islam politique radical des Frères Musulmans au coeur de la commune.

PARTAGEZ ! ...

Des cours gratuits sur Internet contre le racisme et l’antisémitisme

Published on mars 16, 2017 By €ric

Le sociologue Michel Wieviorka anime une équipe de vingt chercheurs en histoire, démographie, politique… Pendant cinq semaines, sur Internet, ils analysent les idéologies racistes, leurs manifestations concrètes, et les manières de lutter contre. […]

Ouest-France

Merci à Pythéas

PARTAGEZ ! ...

Allemagne : Un universitaire s’alarme du retour de l’antisémitisme par le biais des migrants

Published on mars 13, 2017 By Francois

Dans le pays du « plus jamais » les musulmans cultivent à nouveau l’antisémitisme. L’Allemagne tente de dissimuler le phénomène.

Bassam Tibi est allemand, né à Damas (Syrie) en 1944. Il  fut professeur en relations internationales à l’université de Göttingen. Il intervient dans une tribune libre dans la Basler Zeitung du 13 mars 2017, faisant suite à une première intervention l’été dernier dans le même quotidien suisse.


tmp_Reden9178-1342408285-300x300Dans une interview du 7 juillet dernier, j’évoquais la partie de ma vie passée à Damas durant laquelle j’avais relevé comment les citoyens du Proche-Orient grandissaient dans une culture politique de la haine du juif. Les migrants qui viennent de ces régions en Europe, apportent avec eux cette culture anti-occident et anti-juif.

Prenons cette problématique qui concerne toute l’Europe, sous l’angle de l’Allemagne et son histoire honteuse envers les juifs, et ce que les gens en on retenu depuis et en retirent aujourd’hui encore. Fort de cette vision, la réalité est que l’Allemagne, malgré son passé, se présente à d’autres en tant que moralisatrice, mais dans le même temps assure la protection de réfugiés islamistes antisémites.

Je voudrais commencer par un juif allemand qui a fui la dictature Hitler en 1933 pour se réfugier aux USA, où il a demeuré pour moi jusqu’à sa mort, un ami et un mentor. Il s’agit du grand sociologue Reinhard Bendix, qui est né à Berlin et qui a enseigné à Berkeley jusqu’à sa mort. Il est aussi l’auteur du drame familial juif « De Berlin à Berkeley . Identités allemand et juive ». Après la réunification allemande, il s’était ouvert à moi du souci : que feraient les allemands s’ils redevenaient puissants.

Récemment, Bendix s’est rappelé à mon souvenir lorsque j’ai vu comment le ministre des affaires étrangères d’Allemagne en déplacement à Washington faisait la leçon aux américains concernant la liberté religieuse. L’individu en question, Sigmar Gabriel, ne manque pas seulement de charisme, mais il manque totalement de compétence en politique extérieure. Ce qui ne l’empêche pas de se comporter comme un éléphant dans un magasin de porcelaine, lorsqu’à l’administration Trump, il enseigne le respect de l’islam et le respect de la liberté religieuse. Tout aussi instructive, la ministre de la défense lors de la conférence sur la sécurité à Munich qui pointait l’Amérique islamophobe.

DE L’IDOLARTRIE DE SOI-MEME AU NARCISSISME COLLECTIF

En tant qu’étranger vivant en Allemagne, j’aimerais clarifier ce point : les Allemands n’ont aucune légitimité pour donner ce genre de leçon. Dans la bouche de ces politiciens, je reconnais ce que mon vieil enseignant juif expliquait « à la question qu’est-ce qui est allemand ? Obtenir la réponse l’idolâtrie de soi-même et narcissisme collectif ». En lieu et place de cela, la situation actuelle exige une éthique responsable dans la question des liens avec les juifs et les musulmans qui vivent en Allemagne. Donner des leçons à la terre entière ne mène nulle part.

Les politiciens allemands qui veulent préserver la planète de l’islamophobie négligent délibérément de voir avec quelle impunité l’antisémitisme se développe au sein de la communauté musulmane. Pendant la guerre de Gaza de 2014, on a dénombre 1596 actes antisémites de la part de musulmans. Dans ce même laps de temps, aucun juif n’a fait quoi que ce soit à un arabe. Et comme réagit la bien-pensance politique à cela ? Le journal Zeit du 9 février 2017 écrit : « les actes antisémites commis par des migrants sont enregistrés comme délits motivés politiquement dans des bases de criminalité de la part d’étranger et n’apparaissent donc jamais dans les statistiques d’actes antisémites ». Un an plus-tôt, Spiegel évoquait « la multiplication des agressions contre les juifs » en précisant « que ces actes n’étaient pas enregistrés ». Pourquoi ?

La réponse est claire : parce que les auteurs sont des arabes et non des nazis allemands. Un juge allemand avait d’ailleurs libéré un auteur antisémite en motivant sa décision : « les auteurs voulaient attirer l’attention sur le conflit à Gaza ». J’ajouterais : cela n’est pas ce que les allemands aiment appeler des cas isolés, mais il s’agit d’une règle dans l’Allemagne d’aujourd’hui. L’antisémitisme arabe n’est pas seulement couvert, mais il n’est jamais saisi en tant que tel dans des statistiques, ni jamais poursuivi. Je demande de façon provocante : est-ce que les allemands ont oublié leurs crimes contre les juifs ?

LA CRAINTE DES ALLEMANDS

En tant que musulman et en tant que migrant vivant en Allemagne, je n’ai pas seulement peur des islamistes radicaux, mais j’ai aussi peur de ces allemands, qui ont l’art et la manière d’aborder leur passé criminel de façon maladive. Dans mon livre « Islamisme et islam » rédigé entre 2007 et 2010 à l’Institut de recherche du Musée Mémorial de l’Holocauste à Washington et achevé en 2012 à Yale, j’évoque les 6 piliers de l’idéologie islamiste et plus particulièrement l’antisémitisme islamisé. J’arrive à la conclusion que l’islamisme est le nouveau totalitarisme antisémite du 21ème siècle. Comment les allemands abordent-ils ce danger ? Quels enseignements ont-ils retirés d’Auschwitz ?

Mon autorité en la matière est Adorno (évoqué plus haut) avec son travail « Eduquer après Auschwitz ». Pour Adorno, Auschwitz était une barbarie qui reste : « ce danger demeure aussi longtemps que les conditions sont réunies pour qu’il se reproduise ». Quelles sont ces conditions ? Toujours selon Adorno « le plus grand danger d’une répétition réside dans l’aveuglément collectif ».

Les juifs de Berlin ne sont pas seulement considérés comme communauté, mais c’est justement aussi en tant que communauté qu’on les rend responsables des actes de juifs vivants qui devraient être condamnés collectivement. Ce raisonnement est celui des allemands qui justifient ainsi les crimes antisémites arabes. La condamnation des juifs s’ensuit par la diaspora arabo-musulmane à Berlin et d’autres villes allemandes. Tous les actes antisémites seront effectivement enregistrés dans un fichier de la criminalité commise par des étrangers et jamais en tant que crimes antisémites, ce qu’ils sont effectivement dans la réalité.

Autre question : comment les allemands réparent-ils la mort de 6 millions de juifs ? Pour un observateur extérieur comme moi, la culture de bienvenue (refugees welcome) allemande est incompréhensible, elle n’est pas du tout compréhensible. Elle m’amène à me demander quelles en sont les causes. Le journal Zeit du 28 janvier 2016 titrait « les allemands sont-ils fous, ou serait-ce plutôt le reste du monde qui n’accueille aucun réfugié ? »d’où la réponse : « en voulant se libérer d’un passé traumatisant, les allemands ont plongé dans une culture de bienvenue complètement irrationnelle : pour faire court d’Auschwitz directement à la gare centrale de Munich ». Entre septembre et décembre 2015, des milliers d’allemands contaminés par la folie de culture de bienvenue, accueillaient des musulmans du Proche-Orient, Asie centrale ou Afrique du Nord : ils faisaient cela non pour raisons humanitaires, mais pour réparer la mort de 6 millions de juifs. De fait, en agissant de la sorte, ils ignoraient, ou plutôt ils ne voulaient pas savoir qu’ils pratiquaient une culture de bienvenue antisémite.

Constater l’antisémitisme musulman n’est pas un préjugé, mais le résultat d’une étude dans 22 pays islamiques, que j’ai publiée aux Etats-Unis. Sur cette base, je peux confirmer ce que relève le journal Zeit du 9 février 2017 : il y a une raison à « considérer le danger que posent des centaines de milliers de réfugiés arabes ». Pourquoi ? « parce qu’ils sont originaires de pays où l’antisémitisme est aussi naturel que boire ou manger ».

UNE POLITIQUE MORALE

J’en viens un autre sujet : les partis de la gauche allemande et leurs rapports à l’holocauste. Selon les critères de la gauche, l’Etat démocratique devrait se définir de manière significative sur l’effondrement de la civilisation sur la conclusion « plus jamais ! ». C’est le phénomène d’une « politique morale ». De fait, les écologistes se voient comme éducateurs et correcteurs de la société.

Mais alors, comment réagissent ces mêmes écologistes dans leur rôle d’éducateurs et correcteurs, face à un antisémitisme qui ne provient pas de vieux nazis, mais de camps de réfugiés ? Depuis 2015, les moralisateurs Verts apparaissent moins comme le parti du « plus jamais ! » que comme avocats de réfugiés islamistes.

Le fait est que les réfugiés du Proche-Orient ramènent l’antisémitisme de leur région. Les écolos et gens de gauche sont assez courageux pour exiger des excuses à l’antisémitisme islamiste. Cette excuse est alors formulée ainsi : « ces musulmans n’ont rien contre les juifs, mais seulement contre l’Etat d’Israël et contre le racisme sioniste ». Si cela était vrai, Theodor Herzl aurait été raciste, ce qu’il n’a jamais été. Il n’y a pas de différenciation entre antisémitisme et antisionisme. Au travers de mes travaux, j’ai pu vérifier que les arabes ne faisaient aucune différence entre Jahudi/Juif et Sahyuni/Sioniste.

UNE DECLARATION INQUIETANTE

Le chercher spécialiste de l’antisémitisme, né à Vienne et vivant aujourd’hui à Jérusalem, Manfred Gerstenfeld, a établi de manière certaine l’antisémitisme agressif parmi les migrants musulmans, au point de faire cette déclaration inquiétante : « au 21ème siècle, tous les meurtres de juifs en Europe, tués parce que juifs, furent commis par des musulmans ».

En octobre dernier, j’intervenais à l’Académie de Bonn en évoquant plusieurs points contenus dans le présent article, pour terminer par la question ces gens-là sont les « nouveaux allemands ». Aussitôt, une autre intervenante , Marina Münkler, auteur d’un ouvrage qui s’appelle justement « les nouveaux allemands » me fit cette réponse « Monsieur Tibi, vous stéréotypez les réfugiés ! ». Intéressant pour un syrien de s’entendre reprocher par une allemande qu’il fait des stéréotypes, lorsqu’il s’inquiète de la culture de l’antisémitisme politique qui est ainsi apporté en Europe.

Le plus grand historien juif du 20ème siècle, Bernard Lewis, nous dit dans son essai « The New Antisemitism » : « un antisémitisme identique au style européen grandit dans le monde arabe […] Il s’agit du nouvel antisémitisme arabe qui prospère […] Ce nouvel antisémitisme n’a rien à voir avec le conflit palestinien ». Je suggère à tous ceux qui prétendent que l’antisémitisme arabe est uniquement l’expression d’un colère contre Israël, à reprendre l’essai de Lewis.

LE NOUVEL ANTISEMITISME

Le journaliste anglais Daniel Johnson a lui aussi évoqué cette problématique sans son article paru dans le Wall Street Journal du 1er novembre 2016. D’emblée, il sépare 2 phénomènes émergeants en Europe : l’antisémitisme de plus en plus visible (increasingly visible Antisemitism) et la croissance de la population musulmane en Europe (Europe’s rapidly growing Muslim population»). Ensuite, il établit le lien entre les 2 phénomènes, en l’occurrence l’augmentation de l’antisémitisme et la croissance de la communauté musulmane.

Je ne suis vraiment pas un amateur de Donald Trump, mais j’aimerais conclure sur cette observation. Les politiciens allemands qui se rendent à Washington perdent toute mesure et donnent des leçons magistrales à l’administration Trump concernant les dangers de l’islamophobie ; toutefois, ils oublient soigneusement que l’antisémitisme islamiste fleurit dans leur pays. Ces politiciens prétendent défendre les musulmans en tant que minorité. Et qui défend l’individu juif face à la communauté musulmane ? Et qu’ont appris les allemands de leur histoire ? Qu’en était-il déjà de l’expression « plus jamais ! » ?

Basler Zeitung

(Merci à Catho Alsace pour la traduction)

PARTAGEZ ! ...

Houria Bouteldja (PIR) : « Les Juifs sont les boucliers, les tirailleurs de la politique impérialiste française et de sa politique islamophobe » (2015)

Published on mars 11, 2017 By €ric

Le 3 mars 2015, Houria Bouteldja, porte-parole du Parti des Indigènes de la République, déclarait à Oslo:

[…] Je ne résiste pas à l’envie de vous raconter l’histoire de ces tirailleurs d’Afrique qui se sont rendus coupables d’atrocités au Maroc pendant la colonisation française. Bien évidemment, ils ont été enrôlés de force par la France et c’est en son nom qu’ils ont commis ces atrocités. Les femmes qui ont été violées et les villages massacrés ont retenu que les plus sauvages étaient les Sénégalais.

Cela a laissé des traces indélébiles dans la mémoire du pays. Ils ont amorti la haine des Marocains contre le colon blanc. Aujourd’hui, le parallèle avec les Juifs est édifiant. Les Juifs sont les boucliers, les tirailleurs de la politique impérialiste française et de sa politique islamophobe. Parce qu’ils bénéficient aujourd’hui d’une « racialisation positive » d’une part, et que l’amalgame entre Juifs et sionisme est constamment alimenté d’autre part, ils détournent la colère des damnés de la terre sur eux et en même temps protègent l’infrastructure raciale de l’État-Nation.

Ils protègent le corps blanc. C’est là la seconde source du ressentiment anti-Juif qui, comme vous le voyez, n’a rien à voir avec l’antisémitisme européen même si parfois il en prend les formes. […]

Parti des Indigènes de la République

Merci à jiji

PARTAGEZ ! ...

Les Républicains contraints de retirer un visuel anti-Macron jugé antisémite

Published on mars 10, 2017 By Horatius

Une infographie diffusée par LR, présentant Emmanuel Macron en banquier allié aux communistes, a suscité des réactions virulentes sur les réseaux sociaux.

Chapeau haut-de-forme de banquier de littérature, coupe-cigare en forme de faucille communiste, nez crochu : un visuel officiel de la campagne de François Fillon, posté par le compte Twitter des Républicains en fin de matinée ce vendredi, a suscité de nombreuses réactions outrées sur les réseaux sociaux. […]

Sollicités par « l’Obs », Les Républicains ont refusé de répondre sur le sujet. Ils ont néanmoins retiré le tweet en milieu d’après-midi : « Pour éviter toute polémique inutile, nous retirons notre dernier visuel », commente le parti dans un tweet, sans toutefois formuler d’excuses. […]

L’Obs

PARTAGEZ ! ...

« Les juifs de France partis en Israël se sentaient menacés par l’immigration arabe »

Published on mars 10, 2017 By Koba

Le livre « Les Juifs de France, pourquoi partir » dresse le portrait de Juifs récemment installés en Israël.

Le journaliste Serge Moati, qui donnait une conférence à l’Institut français de Tel Aviv jeudi soir pour présenter son livre « Les Juifs de France, pourquoi partir », a pu mesurer combien la question du destin de ses coreligionnaires agite au plus haut point la communauté française installée en Israël.

Dans son dernier ouvrage, Serge Moati dresse un portrait de ces milliers de Juifs venus récemment s’installer en Israël, suite aux violents actes antisémites qui ont touché la France ces dernières années (Ilan Halimi, tuerie de Toulouse, tuerie de l’Hypercacher). Ces-derniers racontent, parfois de façon très crue, les raisons qui les ont poussés à partir.

Le journaliste part alors en Israël recueillir le témoignage de ces Juifs, venus seuls ou en famille, ouvrir un nouveau chapitre de leur vie. Le constat est sans appel et très sévère : les Juifs du livre de Moati sont « une minorité angoissée » qui sent qu’elle ne « pesait plus rien en France » et dont le récit évoque « un sentiment de catastrophe ».

Les témoignages sont très crues et sans équivoque. Une grande majorité des personnes rencontrées reconnaissent que la « menace » que représente l’immigration arabe est la principale cause qui a motivé leur départ.

Pour lui, qui se définit à la fois comme juif, laïque, républicain et patriote, la confrontation avec ces Juifs religieux et nationalistes est troublante.

« Ces gens-là sont mes frères et mes sœurs, et pourtant ils m’ont fait remarquer qu’on n’a pas la même vie, que je ne vais pas à la synagogue, que je ne fréquente pas la communauté, que je n’habite pas, comme eux, dans des quartiers difficiles », raconte-t-il devant le public qui interagit, de façon à la fois outrageuse et amicale.

i24news

PARTAGEZ ! ...