Il y a 40 ans, la Légion sautait sur Kolwezi pour sauver des Européens du massacre et empêcher le Zaïre de basculer dans le camp soviétique

L’opération Bonite visait-elle à sauver les civils européens ou le président Mobutu ? De toutes les interventions de la France en Afrique postcoloniale, c’est la plus légendaire : le 19 mai 1978, la Légion sautait sur Kolwezi au Zaïre (actuel République démocratique du Congo) officiellement pour sauver 2.000 Européens menacés voire massacrés par des rebelles séparatistes.

Six jours plus tôt, 4.000 «Katangais» commandés par Nathanaël Mbumba, venus d’Angola via la Zambie, s’étaient emparés de Kolwezi, ville stratégique au coeur du Katanga minier, gisement des richesses du Congo et haut-lieu de l’industrie métallurgique où sont extraits et transformés cuivre, zinc, cobalt et uranium.

De nombreux Français et Belges, employés par la société minière Gécamines, se retrouvent pris en étau et en otages par les «Tigres du Shaba» qui veulent renverser le maître du Zaïre, le Maréchal Mobutu. «Nous pouvions perdre la vie pour une parole, pour un geste», se souvient le Français Pierre Tramoni, âgé de 28 ans à l’époque.

Armés de matériel lourd, les rebelles investissent rapidement les points stratégiques: aéroport, hôpital, école… «En une demi-heure, ils ont eu Kolwezi en mains», racontera à l’AFP François Postorino, un ingénieur italien.

Chasse aux Européens
Le président Mobutu Sese Seko, que la rébellion a déjà tenté de renverser un an plus tôt, fait de nouveau appel à l’aide étrangère, affirmant en ce temps de guerre froide que les rebelles sont soutenus par les «marxistes» angolais et cubains.

Les puissances occidentales s’inquiètent du sort de leurs ressortissants. «Ils font la chasse aux Européens, particulièrement aux Français», déclare le ministre belge des Affaires étrangères Henri Simonet.

Le 16 mai, une intervention manquée de parachutistes zaïrois et des rumeurs insistantes d’une opération occidentale mettent Kolwezi à feu et à sang. En trois jours, plus de 700 civils, dont 120 à 170 Européens selon les bilans, sont massacrés.

«J’ai vu des massacres de gens, certains ont eu les jambes coupées, cinq de mes amis sont morts. La femme d’un ingénieur, enceinte de trois mois, a été massacrée», témoigne après son évacuation Pierre Tramoni, l’employé de la Gécamines.
Face aux hésitations du gouvernement belge, le président français Valéry Giscard d’Estaing décide d’ordonner une intervention en solo, avec le feu vert des Etats-Unis et de nombreux Etats africains.  (…)

Selon le président français, l’opération Bonite visait à «rétablir la sécurité» et «permettre la protection des étrangers». Yves Gras, devenu général, écrira dans une lettre au Monde en 1981 qu’il s’agissait aussi d’ «empêcher le Zaïre de basculer dans le camp soviétique».

(Merci à Garath)

Nouvel attentat déjoué en France, 2 frères égyptiens arrêtés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.