Des musulmans chantent la Marseillaise en finissant par « Allah Ouakbar », les bobos applaudissent

Scène délirante en plein Paris. Signe inéluctable que les musulmans sont en train de gagner sur les deux fronts : le front physique (égorgements, mitraille) et le front psychologique (acceptation de l’islam comme partie intégrante de l’identité française).

Des islamistes en kami entonnent une Marseillaise. A la fin du premier refrain, concluant logiquement l’extrait généralement repris dans toute cérémonie officielle, le « meneur » termine par un retentissant « Allah Ouakbar ».

Sans oublier de souhaiter, comme une marque de condescendance, que « vive la France ».

Que vive la France, sauf que, sous domination islamique, la France n’est autre que l’antithèse d’elle-même.

L’islam est un système de soumission, d’aliénation et presque d’esclavage moderne. Système dont les principes s’opposent frontalement à ceux qui présidaient à la République.

En islam, point de liberté individuelle. Cette dernière est pourtant le pilier de nos sociétés occidentales.

En islam, point de séparation entre le spirituel et le temporel. Là encore, contradiction nette avec les principes qui animent toute société d’ascendance judéo-chrétienne.

En islam, ségrégation volontaire entre musulmans et non-musulmans. Donc, inadéquation totale avec la République une et indivisible.

La sortie très artistique de ces messieurs n’a donc aucun fondement idéologique sur lequel s’appuyer. Elle n’est qu’une démonstration supplémentaire de l’outrecuidance de l’islam sur notre territoire.

Quatre jours seulement après une énième attaque d’un soldat d’Allah contre notre pays, des groupes de fanatiques tentent encore de faire croire que l’islam, c’est la France. Ce serait son passé, son présent et surtout son avenir.

Les bobos qui applaudissent, sans même s’en rendre compte, chient sur la tête des plus de 250 victimes qu’a fait l’islam en France depuis trois ans.

On suppose que les spectateurs n’auraient pas craché sur un thé à la menthe après ce fabuleux concert. C’est sûr, la pilule islamique passe mieux avec un peu de sucre.

Je me demande ce qui doit le plus nous choquer dans leur attitude : leur lâcheté face à l’envahisseur ou leur total mépris des principes républicains, chaque jour bafoués sur notre sol par la peste islamique.

Mais à bien y réfléchir, l’un peut aller sans l’autre ?

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.