Cécile Kyenge : « En Europe, on a presque 50 millions d’afro-descendants, 10 millions de la diaspora et ils ne peuvent pas être représentés par une seule personne… »

Cécile Kyenge est la première et unique personne d’origine africaine à avoir été ministre en Italie. Ce jeudi, l’eurodéputée (une des rares au Parlement européen) est venue expliquer dans Matin Première l’importance de voter des lois qui protègent les personnes dans une époque où « le racisme est en train de monter, la xénophobie est en train de monter ».

« Si on parle de racisme, il faut aussi dire que c’est une tentative de nier les droits fondamentaux aux personnes« , précise-t-elle. On le ressent dans l’accès au logement, le droit au travail, le droit de vote ou encore la participation politique. Pourtant, dans la société européenne, « il y a aussi des noirs ».

Pour Cécile Kyenge, « la première chose à faire est de reconnaître que toute personne doit être protégée par les institutions, par l’Etat« . « Cela commence par les lois et c’est du racisme institutionnel« .[…]

Et de poursuivre : « Moi je crois qu’il faudrait faire des lois qui permettent l’intégration, l’inclusion des personnes dans les institutions. Au Parlement européen, je suis l’unique dame d’origine sub-saharienne, d’Afrique sub-saharienne, mais je suis Italienne. Donc j’ai été voter au Parlement européen mais il faut reconnaître qu’au niveau de l’Europe aujourd’hui, on a presque 50 millions d’afro-descendants, 10 millions de la diaspora et je ne crois pas qu’ils puissent être représentés par une seule personne.La question de la représentation est fondamentale et il faudrait que l’Europe en prenne conscience ! »

RTBF

Paris : Collomb veut une "véritable solution" aux campements de migrants
Menton (06) : Des policiers agressés par une trentaine d'individus lors d'une soirée privée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.