Bande dessinée : « La ballade des dangereuses », journal d’une prof de français devenue droguée, voleuse et détenue

Valérie Zézé, dite madame Zézé, voleuse multirécidiviste, arrive pour la neuvième fois en prison. Elle va devoir affronter ses démons et tenter de s’en sortir. Un récit authentique, peu banal et plein de vérités. Portée par l’amour de son fils, la foi et ses codétenues, elle va devoir faire face à ses vieux démons et accepter d’affronter la réalité. Sa réalité: décrocher de la drogue, et reprendre sa vie, son existence, et s’appartenir à nouveau.

Au Palais de Justice de Bruxelles, Valérie Zézé passe devant la juge des peines. C’est la 29ème fois qu’elle est prise en flagrant délit de vol. Pour cela, la juge signe son mandat d’arrêt. Madame Zézé va être incarcérée sous le numéro d’écrou 4827, dans la maison d’arrêt de Berkendael. Dans le fourgon qui la conduit là-bas, elle emmagasine un maximum de belles images. Cette maison d’arrêt, elle l’a connait bien : elle y a déjà passé de nombreuses années d’incarcération.

Une fois sur place, la gardienne lui apporte des draps et l’uniforme de la prison. Elle doit d’abord prendre la douche obligatoire sous la surveillance de la gardienne, puis on la conduit en cellule. Elle n’est évidemment pas seule, dedans. Elle se retrouve en effet enfermée avec une codétenue qu’elle ne connait pas et avec qui elle va devoir tout partager. Plus tard, l’aumônière rend visite à madame Zézé afin de lui apporter la Bible et quelques livres. Il faut dire que les livres, elle adore ça, car avant sa descente aux enfers des vols et de la drogue, elle était professeur de français…

L’histoire vraie de Valérie Zézé, véritable hymne à l’espoir, poignant, drôle et terriblement humain. Portée par l’amour de son fils, la foi et ses codétenues, elle va devoir faire face à ses vieux démons et accepter d’affronter la réalité. Sa réalité: décrocher de la drogue, et reprendre sa vie, son existence, et s’appartenir à nouveau. Comprendre pourquoi et comment elle en est arrivée là, panser ses plaies, et laisser derrière elle la femme qu’elle ne veut plus être.

Fribourg (All.) : une jeune Allemande agressée et violée dans un parc par un migrant syrien "déjà connu des services de police"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.