Macron recadre un jeune qui l’appelle « Manu » et chante l’Internationale

Se faire appeler « Manu », de surcroît un jour de commémoration du 18-Juin 1940, n’est pas du goût d’Emmanuel Macron. Le chef de l’Etat l’a fait savoir assez vigoureusement à un jeune collégien qui voulait manifestement faire un peu de provocation lors d’un bain de foule en marge de la cérémonie.

Un jeune garçon, qui attendait le chef de l’Etat derrière une barrière, s’est mis à entonner les premiers mots de « L’Internationale » lorsqu’Emmanuel Macron est passé devant lui. « Ça va Manu ? » a ensuite lancé à la volée cet interlocuteur, un brin narquois, mais sans agressivité. Emmanuel Macron s’est montré très agacé par cette familiarité.
(…)
« Tu peux faire l’imbécile », a insisté Emmanuel Macron. « Mais aujourd’hui, c’est la ‘Marseillaise’ et le ‘Chant des Partisans’. Tu m’appelles Monsieur le président de la République, ou Monsieur ». Et de conclure : « Tu fais les choses dans le bon ordre. Si un jour tu veux faire la révolution, tu apprends d’abord à avoir un diplôme et à te nourrir toi-même ».

LCI

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Béziers (34) : La mairie interdit la chicha dans l’espace public cet été

Solution 1 : Faire un don avec paypal ou carte bancaire


Solution 2 : S’abonner avec paypal

Option A : paiement mensuel

Option B : paiement hedomadaire


Solution 3 : Faire un don par chèque

Chèque à l’ordre d’Esprit de Clocher

Esprit de Clocher 64, rue Anatole France 92300 Levallois-Perret France


Solution 4 : Faire un don en Bitcoin

Adresse bitcoin : 1KyyRyYGMMfxYi6qCGkFARQ1TcqcrumoC4


PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Seine-Saint-Denis : « les jeunes de banlieue », reportage de 1964

Solution 1 : Faire un don avec paypal ou carte bancaire


Solution 2 : S’abonner avec paypal

Option A : paiement mensuel

Option B : paiement hedomadaire


Solution 3 : Faire un don par chèque

Chèque à l’ordre d’Esprit de Clocher

Esprit de Clocher 64, rue Anatole France 92300 Levallois-Perret France


Solution 4 : Faire un don en Bitcoin

Adresse bitcoin : 1KyyRyYGMMfxYi6qCGkFARQ1TcqcrumoC4


PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Scène de rue à Aubervilliers

Solution 1 : Faire un don avec paypal ou carte bancaire


Solution 2 : S’abonner avec paypal

Option A : paiement mensuel

Option B : paiement hedomadaire


Solution 3 : Faire un don par chèque

Chèque à l’ordre d’Esprit de Clocher

Esprit de Clocher 64, rue Anatole France 92300 Levallois-Perret France


Solution 4 : Faire un don en Bitcoin

Adresse bitcoin : 1KyyRyYGMMfxYi6qCGkFARQ1TcqcrumoC4


PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Pour le Bataclan, le concert de Médine revêt une dimension « symbolique »

Solution 1 : Faire un don avec paypal ou carte bancaire


Solution 2 : S’abonner avec paypal

Option A : paiement mensuel

Option B : paiement hedomadaire


Solution 3 : Faire un don par chèque

Chèque à l’ordre d’Esprit de Clocher

Esprit de Clocher 64, rue Anatole France 92300 Levallois-Perret France


Solution 4 : Faire un don en Bitcoin

Adresse bitcoin : 1KyyRyYGMMfxYi6qCGkFARQ1TcqcrumoC4


PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Le maire PCF d’Ivry est « scandalisé » par le rap de Niska, mais il l’invite car « les gamins sont fous de joie »

«La chatte de la petite est sale, mon lit sent le poisson salé», «Elle veut s’acheter des nouvelles fringues, elle bosse pour nous sur Vivastreet»; ou encore : «Les bitches veulent pomper ma verge/ Elle a des gosses, mais elle est vierge/ Elle veut des loubous, elle fait le tapin» : autant de paroles issues de titres du rappeur Niska qui suscitent la polémique à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), où il doit se produire ce samedi, dans le cadre de la fête annuelle de la ville. (…)

Le maire PCF de la ville, Philippe Bouyssou, répond quant à lui être «choqué et scandalisé» par les «propos sexistes» contenus dans certaines chansons du rappeur (…) Pour autant, le maire d’Ivry juge «compliqué de demander à un artiste de faire du tri dans sa programmation », ajoutant (…) que «beaucoup de gamins sont fous de joie à l’idée de la venue du rappeur. »

Tout en condamnant certaines paroles de Niska, le maire pointe également les différences d’appréciation de sexisme en fonction des chanteurs. « Je crains fort que l’on soit beaucoup plus enclins à fouiller sévèrement dans la discographie des rappeurs de banlieue qu’envers des formes plus policées mais qui ne sont pas plus valorisantes pour l’image de la femme », lâche le maire, citant Julien Clerc et sa chanson Mélissa (…) « Il a une bonne petite tête de gendre idéal mais moi personnellement, je trouve que ce qu’il dit dans sa chanson est tout aussi choquant. »

Libé reprenant l’article de 94 citoyens

[embedded content]

[embedded content]

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Le dico « Franco-Hidalgo » de l’opposition parisienne fait des émules

Les élus d’opposition vont mettre en ligne un lexique qui définit les expressions de la maire

« Parlez-vous le Hidalgo ? ». Florence Berthout, présidente du groupe LRI (Les Républicains et Indépendants) au Conseil de Paris, va sortir la semaine prochaine un « dictionnaire » sur le Web, « pour comprendre Anne Hidalgo dans le texte ». Ainsi, quand la maire de Paris évoque une « dynamique naturelle à la salissure », l’opposition traduit par « encrassement », ou encore par « amende » quand l’élue met en place un « forfait post-stationnement » dans la capitale.

« Au-delà d’un rire libérateur, c’est un moyen de dénoncer l’instrumentalisation de la langue française qui cache ou travestit la réalité« , explique Florence Berthout, qui a eu l’idée de ce « petit dico ». « J’étais gênée et estomaquée à force d’entendre et de lire certaines terminologies dans les communications de la Mairie, poursuit-elle. Molière avait raison, le vide se cache souvent derrière le vernis d’un langage savant. »

Elle a donc demandé à ses équipes de retrouver et sourcer chaque expression de « novlangue » à la sauce Hidalgo et de les répertorier, de A à Z. A l’arrivée, plus d’une soixantaine de phrases sont décortiquées et moquées. « A coups d’euphémismes et de périphrases, Anne Hidalgo et ses équipes se sont fait une spécialité de travestir la réalité dès qu’elle leur déplaît, précise la présidente du groupe LRI au Conseil de Paris. C’est ainsi que la hausse vertigineuse des taxes et redevances est rebaptisée modernisation tarifaire ».

Le dictionnaire est réalisé avec une finalité évidemment politique, reconnaît l’opposition : « Anne Hidalgo fait le choix délibéré de dévoyer les mots pour ne pas avoir à nommer une réalité qui est un démenti de sa politique, assure Françoise Berthout. En politique, il faut appeler un chat un chat. »
20 minutes

 

 

 

Le Point de cette semaine embraye le pas :

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture