Bataclan : Patton et Le Ray, deux Généraux, UN Soldat !

Deux Généraux, UN Soldat !

Juste pour vous mettre en appétit : « La plus grande obligation et le plus important privilège de la citoyenneté résident dans le port d’armes ». (Général Patton)

10 juin 2018

« Montrez-moi le chemin, suivez-moi ou dégagez » (Général Patton).

« Je suis un soldat, je me bats quand on me le dit et je gagne quand je me bats » (Général Patton).

 

Général Bruno Le Ray. 13 novembre 2015, le Bataclan, Paris. Des militaires de l’opération Sentinelle dotés d’armes automatiques ont l’interdiction d’intervenir : « Il est impensable de mettre des soldats en danger dans l’espoir hypothétique de sauver d’autres personnes ».

Général George S. Patton. Campagne de France, 1944, parlant à ses soldats : « On ne va pas se contenter de leur tirer dessus à ces petits cons. On va aussi leur faire sortir les tripes et les boyaux du ventre… ». Autre passage : « On va les tenir par la peau des fesses, on va leur botter le cul, on va tous les faire ramper dans la merde. Et si avec ça ils n’ont pas compris, on leur coupera les couilles ». (Citations tirées d’un article publié sur Résistance Républicaine par Tarisse le 15 septembre 2016 : http://resistancerepublicaine.eu/2016/09/15/rentrez-leur-dedans-massacrez-les-sans-pitie-ecrasez-les-comme-des-punaises/ )

Évidemment, quand on regarde le « parcours » de Bruno Le Ray, pas tout à fait celui d’un baroudeur, on ne s’étonne plus. Voir l’article de Christine Tasin du 8 juin 2018 : http://resistancerepublicaine.eu/2018/06/08/general-bruno-le-ray-il-fallait-laisser-tuer-les-civils-au-bataclan-pour-preserver-la-vie-des-soldats/

George Patton, c’est un tout autre parcours, celui d’un immense soldat : https://www.generalpatton.com/biography/ . Né le 11 novembre 1885, ancien de l’école militaire de West Point, il fait ses premières armes dans la guerre contre le Mexique en 1915 sous les ordres du Général John Pershing, où son attitude lui vaut le grade de capitaine. Pendant la première guerre mondiale, Patton fait parti du tout nouveau corps américain de blindés, dont il prend rapidement le commandement, obtenant une première victoire à Cambrai en 1917. Il organise sa brigade, ses procédures, tactiques, jusqu’à dessiner ses uniformes et participe, avec ses 345 tanks, aux opérations de Meuse-Argonne en septembre 1918. Patton, dirigeant ses tanks en première ligne, est blessé à cette occasion et reçoit la « Distinguished Service Cross » pour son héroïsme.

Constatant l’efficacité du « Blitzkrieg » de l’armée allemande au début de la deuxième guerre mondiale, il réussit à convaincre les États-Unis de la nécessité de former une puissante force blindée. En 1942, Patton est le commandant des blindés américains qui débarquent en Afrique du Nord. Il commande la 7ème armée blindée durant l’invasion de la Sicile en 1943, puis prend le commandement de la 3ème armée en France en 1944, emmenant ses blindés de la Normandie à la Belgique, au Luxembourg jusqu’en Allemagne et en Autriche. Après avoir libéré le camp de concentration de Buchenwald, Patton fait visiter le camp aux civils allemands de la région, politique bientôt adoptée par d’autres généraux américains. Il meurt de ses blessures le 21 décembre 1945 suite à un accident d’automobile en Allemagne, accident bien vite soupçonné d’avoir été un coup monté… mais cela est une autre histoire. Il est enterré à Hamm, Luxembourg, au milieu de ses soldats, tués durant la Bataille des Ardennes. Entré dans le souvenir pour son ardente détermination et son talent à entraîner ses soldats derrière lui, Patton est considéré comme l’une des plus grandes figures militaires de l’Histoire moderne.

Print Friendly, PDF & Email
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Vidéo de Geert Wilders : « Relâchez Tommy Robinson ! »

Dans cette vidéo, Geert Wilders fait une déclaration de solidarité envers Tommy Robinson devant l’Ambassade de Grande-Bretagne à La Haye.


« Derrière moi se tient l’ambassade britannique à La Haye.

Je suis ici parce que je suis scandalisé et outré.

Ce qui s’est produit la semaine dernière au Royaume-Uni est une véritable honte.

Tommy Robinson, un combattant pour la liberté et un critique de l’islam a été jeté en prison.

Et le juge a donné l’ordre à la presse de se taire.

La liberté d’expression est profanée dans toute l’Europe et en Grande-Bretagne.

Les lumières de la liberté s’éteignent.

Ceux qui critiquent l’islam sont traînés devant les tribunaux, emprisonnés et menacés de fatwas.

Et les pouvoirs essaient de nous réduire au silence !

Et pendant ce temps-là, les islamistes sont protégés et défendus.

Cela est absolument inacceptable.

Nous ne l’accepterons pas. Jamais !

Nous continuerons à dire la vérité sur l’islam et ses horribles crimes de viols, mutilations génitales féminines, crimes d’honneur et terrorisme.

 Car nous protégeons nos peuples, quel qu’en puisse être le prix.

 C’est pourquoi je me tiens ici, par solidarité envers Tommy Robinson.

 Il fut un temps où la Grande-Bretagne était le bastion de la liberté d’expression.

 Aujourd’hui, ces pouvoirs agissent comme ceux de Corée du Nord et d’Arabie saoudite.

 Je suis ici représentant des millions d’entre vous : aux Pays-Bas, en Europe et aussi en Grande-Bretagne.

 Et en vos noms, je dis que nous ne garderons pas plus longtemps le silence.

 Il y va de notre avenir et nous allons le protéger !

 Libérez Tommy Robinson.

 Relâchez-le, aujourd’hui !

 Rétablissez la liberté d’expression, et arrêtez de baillonner le peuple ».

 

 Traduit de l’anglais par Jack pour « Résistance Républicaine ».

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

En défense de Tommy Robinson

En Grande Bretagne, révéler des viols par des musulmans vous conduit tout droit en prison

27 mai 2018 par Jan Sobieski III |

Le patriote et activiste social anglais Tommy Robinson a été arrêté et condamné à 13 mois de prison pour avoir tenté de signaler un « prétendu gang de viols » musulman.

La Grande-Bretagne (j’utilise l’adjectif « Grande » dans son sens le plus vague, sans lien avec la réalité) a donné un ordre aux médias, leur interdisant de rendre compte de la condition de Tommy Robinson.

Il n’y a rien à voir ; circulez.Roibeard O’Longain, de Canada Free Press : « L’activiste Tommy Robinson a été condamné à 13 mois de prison pour avoir voulu faire connaître le procès de musulmans pour viols ».

Tommy Robinson fait publiquement connaître la situation depuis des années, en particulier l’épidémie de gangs de viols musulmans visant des enfants anglais non-musulmans ; il a été régulièrement arrêté et emprisonné par la police britannique tentant de le faire taire.

Partout au Royaume-Uni, des dizaines de gangs de viol musulmans ont été dénoncés comme organisant des réseaux de trafic sexuel ciblant des filles non-musulmanes, certaines âgées de 10 ans seulement, pour exploitation sexuelle, trafic de drogue et torture.

Plusieurs décès ont été liés à ces gangs.

Où est Tommy Robinson ?

Une question dont la réponse devrait être exigée plutôt que simplement posée.

Nous savons tous où est le prince Harry, mais pas où se trouve Tommy, arrêté vendredi à Leeds, Angleterre, à l’extérieur d’un tribunal.

La chère Angleterre des temps modernes est devenue bien plus cauchemardesque que n’importe quel conte de fées, car elle s’engage fermement vers le statut d’affreux état policier.

Des dizaines de photos continuent à dominer « les nouvelles » une semaine après le mariage royal alors que, selon un titre récent de Fox News : « Tommy Robinson, activiste de droite, aurait été emprisonné après avoir filmé l’arrivée de violeurs d’enfants à l’extérieur du tribunal ».« Activiste de droite » ?

Que diriez-vous plutôt de militant des droits civiques ou militant humanitaire ? « aurait été emprisonné » ?

Tommy Robinson a-t-il été jeté en prison ou non ?

Le procès du scandale sexuel des enfants qui se déroule actuellement à Leeds n’est pas exceptionnel, c’est une horreur permanente car la Grande-Bretagne a été ébranlée par une série de scandales sexuels d’enfants perpétués par des gangs d’hommes à prédominance musulmane.La vérité stupéfiante de l’abus horrible d’enfants n’est pas jolie et des litres de thé sirotés dans des tasses de porcelaine n’y changeront rien.

L’antiseptique du soleil de Dieu lui-même va être nécessaire pour pénétrer la série continue de scandales sexuels d’enfants en Grande-Bretagne.

Voici ce qui s’est passé ce vendredi 25 mai car beaucoup d’entre nous nous sommes contentés de continuer notre petit train-train quotidien : le courageux Tommy Robinson s’est rendu seul devant le tribunal, pour diffuser en direct sur son téléphone le procès du dernier « présumé » scandale de viols par des gangs musulmans, et a été arrêté pour son action, à savoir faire connaître l’actualité.

Tommy Robinson, ancien patron de la Ligue de défense anglaise et militant de longue date contre l’islam et la migration islamique, a été arrêté alors qu’il filmait des hommes accusés de faire partie d’un gang de viols d’enfants. La Grande-Bretagne est, depuis pas mal de temps, secouée de scandales sexuels d’enfants perpétués par des bandes d’hommes à prédominance musulmane.

Une vidéo montre Tommy Robinson, de son vrai nom Stephen Lennon, entouré de pas moins de sept policiers alors qu’il diffusait en direct l’évènement sur son téléphone.

La police l’a informé qu’il était arrêté pour « rupture de la paix ».

Puis peu de temps après son arrestation, une source ayant connaissance de l’affaire a dit à Fox News qu’il avait été condamné à 13 mois de prison pour « outrage au tribunal ».

Tweet de Geert Wilders :

« Arrêté pour ‘rupture de la paix » alors qu’il signalait le procès d’un gang de viols islamique ?

Est-ce l’Arabie saoudite ?

Le Royaume-Uni est-il devenu un état policier ?

Prison : c’est la condamnation à mort pour Tommy Robinson.

Avez-vous perdu tout forme de bon sens Royaume-Uni ? »

Allons-nous oser demander si les autorités ont saisi l’occasion d’arrêter Tommy Robinson vendredi pour une accusation d’outrage au tribunal datant d’une année ?

Mais si vous comptez sur le MSM britannique (Mainstream media, disons « la grande presse ») pour avoir des nouvelles, il y a peu de chances que vous sachiez même que Tommy Robinson ait été arrêté et encore moins emprisonné (une peine de prison pour Tommy pourrait bien être une condamnation à mort).

« Rien ne s’est produit…concernant un emprisonnement de Tommy Robinson »

C’est le titre d’un article du 26 mai par la journaliste de Global Vision, Vivian Evans, qui dénonce la façon pernicieuse dont la presse anglaise traite certaines nouvelles : la politique de MSM, à savoir : « Si nous ne signalons pas un évènement, c’est qu’il ne s’est pas produit », a frappé de plein fouet le Royaume-Uni, mais si vous regardez les nouvelles selon MSM, l’arrestation et l’emprisonnement de Tommy Robinson n’ont tout simplement pas eu lieu.

Martin Barillas (ancien diplomate, auteur et traducteur, États-Unis) : « Katie Hopkins dit qu’un tel activiste pourrait être tué pendant qu’il purge sa peine ; aurait-elle raison ? »

De nos jours, si vous osez dire la vérité en Grande-Bretagne, vous êtes vicieusement attaqué comme un bouffon raciste.

La Grande-Bretagne fait partie de ces puissances qui maintiennent un nœud coulant à la gorge de leur peuple.

La vérité est devenue une « incitation à la haine » et le patriotisme est considéré comme une subversion xénophobe.

Tommy Robinson a averti les États-Unis à de nombreuses reprises que ce qui arrive à la Grande-Bretagne fait inexorablement son chemin vers l’Amérique.

Mais grands dieux merci, sans Donald Trump ce serait déjà fait. Que Dieu guide, bénisse et protège Tommy Robinson.

Laus Deo, le pouvoir au peuple !

http://conservativepapers.com/news/2018/05/27/britain-imprisons-man-for-speaking-out-against-muslim-child-rape/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+TheConservativePapers+%28The+Conservative+Papers%29​

Traduit de l’anglais par Jack pour « Résistance Républicaine ».

Print Friendly, PDF & Email
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Djihad sur les plages du Canada ?

26 Mai 2018Djihad, International, Sécurité


Djihad sur les plages du Canada ?

Djihad sur les plages du Canada

La « Force révolutionnaire islamique » a-t-elle semé des éclats de verre et des aiguilles sur les plages canadiennes ?

24 mai 2018 par Robert Spencer

Brad Hammond vit au bord de l’eau à Kirby’s Beach, en Ontario, et n’avait jamais rien vu de tel : des éclats de verre ainsi que des aiguilles à coudre avaient été délibérément semés à intervalles réguliers le long de la plage. Une autre plage, Bracebridge Bay Park, a également été fermée. Pour la première fois, mais probablement pas la dernière, le djihad a visé les plages de l’Ontario.Les éclats de verre et les aiguilles avaient été délibérément plantés sur la plage, cela ne faisait aucun doute. « On en trouvait sur à peu près toute la largeur de la plage et en paquets, donc on pouvait conclure que ces paquets avaient été disséminés sur toute la zone » a déclaré Brad Hammond. Global News a ajouté que « le maire de Bracebridge, Graydon Smith, a déclaré que la découverte des aiguilles et des éclats de verre dépasse ce que les employés municipaux ont jamais rencontré lors d’un nettoyage printanier ».Mais qui a fait ça ? Global News a déclaré l’ignorer : « Ce qui n’est pas clair, c’est de savoir qui est responsable ». Cependant, il y a quelques semaines, les médias de la région de Toronto ont reçu une lettre d’un groupe appelé la Force révolutionnaire islamique, jurant de « détruire vos plages de Toronto à North Bay ».La lettre expliquait : « Nous faisons cela parce que vous rejetez l’islam et suivez le grand Satan. Infidèles vous permettez à vos femmes de se pavaner honteusement sans vergogne sur vos plages pratiquement nues ! ». Le rédacteur de cette lettre affirmait que le groupe avait déjà commencé à cibler des plages : « Nous avons commencé à Muskoka et dans d’autres destinations touristiques. Vos villes du nord sont des cibles extrêmement faciles, contrairement à d’autres villes ». Kirby’s Beach et Bracebridge Bay Park se trouvent à Muskoka. La lettre disait aussi : « Oui, nous avons détruit vos plages pendant les mois d’hiver avec des scooters de neige, les rendant dangereuses et pratiquement inutilisables ».La lettre ajoutait encore : « Oui, nous ne pouvons pas faire quelque chose comme le 11 septembre. Mais nous pouvons détruire votre industrie touristique, blesser les estivants, faire dérailler vos trains, empoisonner vos conduites d’eau, dévaster vos forêts par des incendies …. »Personne n’avait encore jamais entendu parler de la Force révolutionnaire islamique et aucun de ses membres n’a été identifié. Plusieurs possibilités se présentent. L’une d’elles est qu’il y a des musulmans qui ont menacé les plages de la violence du djihad, lesquels ont ensuite planté des éclats de verre et des aiguilles dans diverses plages du pays. Un autre possibilité est que des mystificateurs non-musulmans ont écrit la lettre de menaces par la soi-disant Force Révolutionnaire Islamique, puis ont planté les éclats de verre et les aiguilles sur les plages. Une troisième possibilité est qu’un groupe, qu’il soit musulman ou non musulman, a envoyé la lettre, puis d’autres racailles l’ont lue et ont pensé que ce serait amusant de planter des éclats de verre et des aiguilles sur les plages.

https://www.frontpagemag.com/fpm/270249/canadas-beach-jihad-robert-spencer

Traduit par Jack pour « Résistance Républicaine ».

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

Print Friendly, PDF & Email



Jack
Jack

Résistance républicaine Etats-Unis “Those who surrender freedom for security will not have, nor do they deserve, either one.” « Ceux qui sacrifient la liberté pour la sécurité n’obtiendront, ni ne méritent, ni l’une ni l’autre » Benjamin Franklin

Articles du même thême

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Un Iranien brûle le Coran : « Nous sommes otages de ce livre… Ce livre n’offre rien d’autre que violence et misère »

 Un Iranien brûle le Coran : « Nous sommes otages de ce livre… Ce livre n’offre rien d’autre que violence et misère »

3 mai 2018 par Robert Spencer

Another man from #Iran responds to #چالش_آتش_زدن_قرآن which means #Burning_Quran_Challenge:
He says: ”Our problems all come from #Islam and the #Quran. I will burn this book so that others may burn it too.“ pic.twitter.com/ldWLvj3J3q

— Armin Navabi (@ArminNavabi) May 22, 2018

L’homme qui met le feu à ce Coran n’a vraisemblablement rien connu d’autre pendant toute sa vie que la République islamique d’Iran.

Il a vu l’islam de près et vécu sous ses lois. Les gauchistes occidentaux vont-ils le traiter « d’islamophobe » ?

Son expérience vécue n’a-t-elle aucune valeur ?

Traduction de la vidéo d’après les sous-titres anglais :

• Ce livre… tous les musulmans en ont un.

• Tous suivent exactement le même livre, aucune lettre ne diffère.

• Et, par suite, il n’y a aucune différence entre les sunnites et les chiites.

• Les taliban, ISIS, Al-Qaeda, les wahhabites, shiites utilisent tous ce même livre pour justifier leurs actes.

• On vit une époque dont, à moins que nous n’arrivions à nous libérer de la source de notre problème, les autres problèmes ne finiront jamais.

• Ce problème, dont l’Iran et d’autres pays du Moyen-Orient sont infectés,

• Ainsi que d’autres pays du monde, a son origine dans l’islam et dans ce livre.

• Il a plongé le monde dans la tourmente. Il a vraiment semé le trouble chez nous.

• En Iran, les gens en ont assez du gouvernement, ils veulent un changement de régime.

• Mais un tel changement de régime, si le peuple réussit à le faire, et si les gens restent musulmans, n’aura, à mon avis, aucun impact sur la condition de l’Iran.

• La raison pour cela est que pendant une autre trentaine d’années nous aurons affaire aux mêmes sortes d’individus tels qu’un Khamenei et ses proches.

• Et le budget du pays sera dépensé sur des questions de croyance et de religion.

• Des fonds seront dépensés pour des déplacements religieux, vers des villes saintes, sur des tombeaux pour des imans et les tombeaux de leurs descendants.

• Tout cela ainsi que des dépenses en séminaires en Iran et en dehors.

• Et par dessus tout, nous sommes coincés dans des guerres de religion.

• Si ce n’était pas pour la religion ou l’islam, nous ne serions pas impliqués en Syrie, en Iraq ou avec Israël. On se ficherait bien de Jérusalem.

• Tous nos problèmes viennent de l’islam et du Coran. Je vais brûler ce livre en espérant que d’autres en fassent autant,

• Pour ouvrir un nouveau chapitre pour un nouveau peuple d’Iran,

• Pour que les gens se libèrent de ce satané livre ou peu importe le nom que vous donnerez à ce bouquin qui n’a fait que promouvoir le crime.

Traduction de Jack pour « Résistance Républicaine ».

Note d’Antiislam

L’islam est partout le même : c’est très justement dit dans la vidéo.

Il y a cependant une particularité de l’Iran.

C’est que la haine de l’islam dans la jeunesse  y est beaucoup plus forte que dans les autres pays musulmans.

Une telle scène,  dans les autres pays musulmans, est-elle possible ?

Nous verrons, bientôt, je le crois,  la fin de l’islam en Iran.

On ne peut pas en dire autant  de l’Algérie ou du Maroc.

Je ne parle même pas de l’Arabie Saoudite ou du Pakistan :=(

Print Friendly, PDF & Email
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Le plan que prépare Macron pour islamiser la France en douceur et profondeur …

En réponse au radicalisme, Macron annonce une « réforme islamique »

Commentaire, après traduction, de l’ami américain qui m’a fait suivre cet article :

« L’une des idées les plus farfelues que j’aie entendues depuis longtemps ».

Mon petit grain de sel :

« Au VIIIème siècle, les « Sarrasins » comme on les appelait dans mes livres d’histoire, avaient tenté l’invasion de la France par la force des armes. Ils ont trouvé en face d’eux une vaillante armée qui les a repoussés. Au XXIème siècle, le « chef » des armées a décidé d’offrir la France aux envahisseurs sur un plateau ».

 

19 mai 2018 par Isabelle Weeks, DC Startesman

Le président français Emmanuel Macron devrait annoncer une refonte majeure de l’islam en France après le ramadan, y compris des réformes importantes des organismes islamiques, des pratiques halal et de la formation des imams, rapporte Breitbart News.

Le président Macron devrait annoncer ses propositions de réforme après le 14 juin, après le mois sacré islamique du ramadan, et devrait étudier des changements notables dans la façon dont fonctionne l’islam en France, précise la chaîne télévisée BFM

.Selon certaines informations, le dirigeant français aurait consulté divers autres chefs d’États et de gouvernements concernant ces projets de réformes lors de ses voyages des derniers mois en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.

Les réformes ambitieuses entraîneraient vraisemblablement des changements majeurs dans la façon dont l’islam traditionnel opère en France, notamment des changements dans la formation des imams, le financement étranger des mosquées et la suppression de l’influence étrangère importante sur l’islam dans le pays.

Pour mettre en œuvre le volet financier des réformes, une nouvelle association de financement indépendante doit être créée, chargée de superviser l’argent destiné au financement des pèlerinages islamiques ou des produits halal.

Le président remplacera également le Conseil français du culte musulman (CFCM), organisme créé par l’ancien président Nicolas Sarkozy, par une nouvelle organisation qui représentera mieux les musulmans français car Macron prétend que le CFCM ne représente pas « lavoix unique de l’islam de France ».

Ces réformes vont intervenir, suite à l’expansion notoire des idéologies islamiques radicales dans la communauté musulmane française, en particulier dans les banlieues peuplées de migrants, fomentatrices de troubles, comme celles qui entourent Paris.

En novembre dernier, Macron avait reproché à l’État français la montée de l’islamisme en disant que

« la radicalisation avait pris racine parce que la République française avait démissionné »

et en ajoutant qu’il se concentrerait sur les quartiers troublés où l’islam radical s’était installé.Le mois dernier, le gouvernement a annoncé le « plan Borloo », du nom de l’ancien ministre centriste Jean-Louis Borloo, qui va dépenser cinq milliards d’euros dans les banlieues agitées pour lutter contre le chômage, revitaliser le développement urbain et l’infrastructure des transports.

https://www.dcstatesman.com/in-response-to-radicalism-french-president-macron-announces-islamic-reformation/?utm_source=email&utm_medium=car&utm_campaign=n52118

Traduction Jack  pour Résistance Républicaine.  

Note d’Antiislam

Nous n’avons rien à attendre de Macron sur la désislamisation nécessaire de notre France.

Pour ceux qui auraient des doutes, les provocations pro-islamiques de QUATRE de ses godillots LREM,  dans les jours récents,  sont assez parlantes:

http://resistancerepublicaine.eu/2018/05/21/affaire-pougetoux-le-parti-de-macron-lrem-senfonce-chaque-jour-un-peu-plus-dans-la-dhimmitude/

Non, ce que prépare Macron c’est l’application massive de vaseline à une France de plus en plus décidée, devant les exactions musulmanes, à ne plus  se laisser faire …

Print Friendly, PDF & Email
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

L’Égypte répond aux Français qui voudraient modifier le Coran.

« Allez au diable ! » (Autrement dit : « Allez vous faire foutre ! »

L’Égypte répond aux Français qui voudraient modifier le Coran.

May 16, 2018 Raymond Ibrahim

Récemment, j’ai expliqué comment, selon une logique propre aux musulmans (par mégarde), divers versets du Coran pourraient être bannis au motif qu’ils diffament et incitent à la violence contre les non-musulmans.

Deux jours plus tard, le journal Le Monde a publié une lettre signée par quelque 300 personnalités françaises de diverses opinions politiques, y compris l’ancien président Nicolas Sarkozy (ainsi que l’ex-premier ministre Manuel Valls, l’ancien maire de Paris Bertrand Delanoë, le président des Républicains Laurent Wauquiez… –, et par des artistes tels que Gérard Depardieu, Charles Aznavour, Françoise Hardy…. plus Alain Finkielkraut, Bernard-Henri Levy, Elisabeth Badinter et Luc Ferry…

Source : http://www.lemonde.fr/religions/article/2018/04/21/antisemitisme-plus-de-300-personnalites-denoncent-une-epuration-ethnique_5288826_1653130.html).

Les signataires de cette lettre « demandent que les versets du Coran appelant au meurtre et au châtiment des juifs, des chrétiens et des incroyants soient frappés de caducité par les autorités théologiques ».

Intitulée « Manifeste contre le nouvel antisémitisme », cette lettre se concentre particulièrement sur l’augmentation de la violence musulmane contre la minorité juive de France :

« Les juifs français sont 25 fois plus susceptibles d’être attaqués que leurs frères musulmans. 10 % des citoyens juifs d’Ile-de-France, soit environ 50 000 personnes, ont été récemment contraints de déménager parce qu’ils n’étaient plus en sécurité dans certaines villes et parce que leurs enfants ne pouvaient plus fréquenter les écoles de la République. Cela ressemble à un nettoyage ethnique qui fait peu de bruit… »

Il est bien évident que l’idée que les musulmans supprimeraient bien volontiers certains versets du Coran parce qu’ils dérangent ou menacent les infidèles est un non-sens.

Du point de vue musulman, le Coran étant la parole d’Allah, il ne peut être en aucune façon modifié. Si Sarkozy et ses cosignataires faisaient de telles demandes dans certains pays musulmans, ils seraient soit incarcérés pour blasphème, soit exécutés sur le champ.

Mais tandis que la plupart des musulmans, plus directs, fondent leur rejet de l’appel français sur ce simple fait, certains, plus habiles à « dialoguer » avec l’Occident suivent une stratégie différente.

Pensez un peu à l’Université Al Azhar du Caire et rattachée au gouvernement égyptien ; c’est l’université la plus prestigieuse du monde musulman (c’est-à-dire : madrasa) ; elle accueille régulièrement des « dialogues » avec des personnalités comme Barack Obama et le pape François.

Pour toute réponse à la lettre des Français, le sous-directeur d’Al Azhar, le Dr ‘Abbas Shuman, a déclaré que « l’appel de 300 Français à geler des versets du Noble Coran, qui, selon eux, appellent au meurtre des non-musulmans, est injustifiable, inacceptable ».

Et si ce n’était pas assez clair, il s’est exclamé :

« Non, pas question de geler une seule lettre du Coran, et ceux qui le demandent peuvent aller au diable ! »

Comme d’habitude, cependant, alors que des entités telles que l’État islamique se félicitent fièrement du fait que le Coran appelle à l’hostilité et à la violence contre les non-musulmans, l’université du Caire est passée en mode apologétique :

« Car nous n’avons pas de versets », a insisté le Dr ‘Abbas Shuman, « qui commandent le meurtre des autres, à moins qu’ils ne commettent l’un des crimes qui méritent la peine de mort, tels que le meurtre, ou lever des armes contre nous. Nous ne sommes pas non plus responsables de ceux (par exemple, ISIS) qui ne comprennent pas correctement les versets, qui les prennent pour argent comptant sans se référer aux exégèses (le tafasir) des oulémas ».

On dirait que le Dr ‘Abbas Shuman aurait « oublié » la Sourate 9, verset 29 :

« Combattez ceux parmi les gens du Livre (chrétiens et juifs) qui ne croient ni en Allah ni au jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son Messager ont interdit, et qui ne professent pas la religion de la vérité (l’islam), jusqu’à ce qu’ils versent la capitation de leurs propres mains (la jizya : l’argent de l’extorsion) après s’être humiliés ».

Tous les exégètes autoritaires voient dans ce verset la mission « messianique » de l’islam : subjuguer les infidèles par la force.

Non seulement le commandement d’Allah est absolument direct, mais pendant plus d’un millénaire, les musulmans l’ont exécuté à la lettre et ont, ce faisant, conquis les trois quarts du monde occidental (comme le raconte mon nouveau livre : Sword and Scimitar: Fourteen Centuries of War between Islam and the West (L’épée et le cimeterre : quatorze siècles de guerre entre l’islam et l’Occident).

Ce n’est que maintenant, alors que les musulmans sont militairement et économiquement plus faibles que le monde occidental et lui sont plus vulnérables, qu’ils prétendent que de tels versets ne signifient pas vraiment ce qu’ils disent pourtant clairement, versets qui sont devenus populaires parmi les musulmans, en particulier ceux impliqués dans le « dialogue » avec l’Occident.

Je possède un livre arabe qui fait autorité, intitulé Al-Tarbiya al-Jihadiya fi Daw ‘al-Kitab wa al-SunnaL’éducation djihadiste à la lumière du Coran et de la Sunna »), écrit par le Dr Abd al-Aziz bin Nazir al-Jalil.

Après avoir fourni plusieurs preuves, il conclut que « le djihad est quand les musulmans font la guerre aux infidèles, après les avoir appelés à adoper l’islam ou au moins à payer leur tribut et à vivre dans la soumission, et qu’ensuite ils refusent ».

En d’autres termes : Coran, Sourate 9, verset 29, ni plus ni moins.

Quant à la dépendance d’Al Azhar envers les oulémas et leurs exégèses, ce livre contient des synthèses laconiques du mot « djihad », tel qu’il est défini par les quatre écoles de jurisprudence sunnite, qui ont le dernier mot sur la façon dont l’islam, ou dans ce cas, le djihad, est articulé :

  • Selon les Hanafis, le madhhab (école) que l’Égypte suit : le djihad est « une guerre extrême et ardue dans la voie d’Allah, avec sa vie, sa richesse et sa langue ; un appel à la vraie religion, islam, et la guerre contre quiconque refuse de l’accepter ».
  • Selon les Malikis, le djihad est « lorsqu’un musulman se bat contre un infidèle (non-musulman) pour que la parole d’Allah règne en maître ».
  • Selon les Shafi’is, le djihad est « un combat acharné contre les infidèles ».
  • Et selon l’austère Hanbalis, c’est « combattre les infidèles ».

Inutile de dire que le combat contre les infidèles au nom de l’islam conduit à tuer des infidèles, des millions non révélés au cours des siècles, au nom de l’islam, ce que nie précisément Al Azhar.

Pour ajouter à son hypocrisie, le Dr ‘Abbas Shuman est allé jusqu’à insister sur le fait que

« ceux qui pensent qu’il y a des versets coraniques appelant à leur mort ignorent que ce sont en vérité des versets de paix. Tous les versets qui appellent au combat relèvent du contexte de la légitime défense … et c’est un principe que même ceux qui réclament le gel de versets du Coran, ne contestent pas. Car toutes les religions confirment le droit à la légitime défense ».

S’il en est besoin, voici un autre mensonge : s’il est un fait qu’on trouve des versets défensifs dans le Coran, on y trouve en réalité beaucoup plus de versets offensifs. Le grand philosophe musulman Ibn Khaldoun (d.1406) a expliqué, il y a des siècles de cela, les différences entre les juifs et les chrétiens d’une part, et les musulmans et les autres d’autre part :

Dans la communauté musulmane, la guerre sainte (le djihad) est un devoir religieux, à cause de l’universalisme de la mission musulmane et de « l’obligation de convertir tout le monde à l’islam par la persuasion ou par la force ». Les autres groupes religieux n’avaient pas de mission universelle et la guerre sainte n’était pas un devoir religieux pour eux, « sauf à des fins de défense ». « Mais l’islam a pour obligation de prendre le pouvoir sur les autres nations ».

Même ainsi, malgré les mots clairs du Coran et du hadith, et les paroles claires des oulémas et de leur tafasir, pour ne rien dire de la continuité de la violence commise contre les infidèles par les musulmans à travers les siècles et les continents, l’université d’Al Azhar, comme tous les apologistes, insiste toujours sur le fait que tout cela est un malentendu.

Ou, comme l’a réitéré le Dr ‘Abbas Shuman en terminant :

« Faites comprendre correctement le livre d’Allah aux signataires français. Mais s’ils s’appuient sur leurs propres compréhensions erronées, qu’ils aillent, avec leurs compréhensions et leurs demandes, au diable ! »

https://www.frontpagemag.com/fpm/270148/go-hell-raymond-ibrahim

(Précédemment publié sur PJ Media.)

Traduit par Jack pour « Résistance Républicaine ».

Print Friendly, PDF & Email
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Colonisation par l’islam : la Hongrie résiste, elle …

Résistance à la colonisation musulmane, maire en tête. (Oh non ne rêvez pas, surtout pas en France, EN HONGRIE)

Fatigué de voir des centaines d’illégaux détruire sa commune, le maire envoie des « gros bras » faire le ramassage.

17 mai 2018, par Tori McNabb

https://redrightvideos.com/fed-up-mayor-just-sent-bounty-hunters-to-round-up-hundreds-of-illegals-destroying-his-city/

Une équipe de « chasseurs de migrants » en Hongrie en a capturé des centaines qui tentaient d’entrer dans le pays, en route pour l’Autriche. Sur la photo, l’organisateur Laszlo Toroczkai, maire d’Asotthalom.

Le Daily Mail révèle que les 5000 habitants d’Asotthalom, (ville frontalière de la Hongrie avec la Serbie) ont découvert avec horreur des groupes d’immigrants disséminés dans leurs fermes, dormant dans les jardins et les dépendances, tandis que des milliers d’autres traversaient le centre de leur petite ville pour se rendre dans d’autres pays d’Europe.

Dans l’espoir de faire passer un message on ne peut plus clair aux réfugiés musulmans que « la Hongrie est un mauvais choix pour les migrants », le maire, Laszio Toroczkai, sans le moindre remords, est resté fidèle à sa parole en envoyant « un groupe de gros bras en motos, hélicoptères et même à cheval à travers la campagne de sa commune à la poursuite des indésirables ».

« Il est très important pour notre petite ville de préserver ses traditions » a dit le maire. « Nous pouvons voir de grandes communautés musulmanes en Europe occidentale qui sont incapables de s’intégrer, et nous ne voulons pas subir la même sort ici ».

Il a mis en place une politique de tolérance zéro contre les migrants, disant que le futur de l’Europe est en jeu à cause de gens qu’il appelle « envahisseurs musulmans » et « futurs terroristes » ; il s’est juré d’arrêter ce mouvement dans sa commune.

Il a annoncé de nouvelles règles pour sa ville et désire que le reste de la Hongrie fasse de même, interdisant la construction de mosquées, rendant illégal l’appel musulman à la prière et interdisant la burqa et le maillot de bain « burkini ». Il dit que ces mesures sont essentielles pour empêcher les musulmans de semer la peur, l’alarme et le choc parmi les habitants.

Il ne fait aucun doute que des millions de ses compatriotes partagent son dégoût pour les migrants. La manifestation la plus évidente en est la barrière bloquant le passage, surnommée le nouveau « rideau de fer » par certains, qui s’étend maintenant sur 176 km le long de la frontière avec la Serbie, équipée de dispositifs de surveillance déclenchant l’alarme en cas de tentative de passage et signalant tout endommagement.

Une fois les « cibles » attrapées par les « chasseurs » en tenue camouflée, ces derniers les couchent par terre et les ligotent. D’autres efforts pour ralentir le flux migratoire sont tout aussi impitoyables, avec une barrière chapotée par du fil barbelé muni de lames de rasoir sur 176 km et les interdictions déjà mentionnées concernant les mosquées, l’appel du muezzin, la burqa et le burkini.

De plus, des milliers de policiers et de soldats patrouillent le long de la barrière, avec, pour instructions, de renvoyer les migrants en Serbie y compris sans ménagement par la force, même s’ils ont déjà pu franchir la barrière.

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

12 raisons de virer la Turquie de l’OTAN

L’acceptation de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) par la Turquie en octobre 1951 était une aubaine pour l’organisation. Bien qu’ayant un bilan en matière de droits de l’homme loin d’être exceptionnel, la Turquie était résolument anti-communiste, maintenait une armée puissante, acceptait de placer des armements de l’OTAN dans le sud du pays, tels des missiles balistiques Jupiter à tête nucléaire, par protection contre l’Union soviétique, agissant en outre comme pont entre l’Europe et l’Asie.

Bien que la Turquie fût techniquement un pays musulman, ses dirigeants, suivant les doctrines adoptées par Kemal Atatürk, conservaient avec zèle la nature laïque de l’Etat.

L’influence religieuse était réduite au minimum et cela était particulièrement vrai pour les représentants du gouvernement et les parlementaires.

Il y avait d’ailleurs une importante population juive en Turquie, premier pays à majorité musulmane à reconnaître Israël, élargissant même cette reconnaissance en mars 1949.

Pendant la guerre de Corée, la Turquie avait envoyé un contingent important pour combattre aux côtés de la coalition des Nations Unies dirigée par les États-Unis, et ses troupes se sont fort bien comportées au combat.

Les relations tendues de la Turquie avec sa voisine la Grèce et son bilan en matière de droits de l’homme se sont révélés problématiques pour l’OTAN, mais ont été négligés à la lumière des avantages apportés à l’OTAN par l’adhésion turque.

Avec l’ascension de Recep Tayyip Erdoğan comme Premier ministre en 2003, l’équation s’est modifiée.

Le parti pour la justice et le développement (AKP) d’Erdoğan, une branche des Frères musulmans, a commencé à changer systématiquement le caractère de la Turquie laïque, progressivement pour ne pas contrarier l’armée turque, mais à un rythme accéléré ces dernières années.

Maintenant président, Erdoğan a consolidé son pouvoir et a neutralisé ses ennemis dans la presse, le pouvoir judiciaire, l’opposition politique et l’armée.

La Turquie d’aujourd’hui est très différente de la Turquie qui existait avant l’ascension d’Erdoğan.

Le pays est actuellement dirigé par un islamiste néo-ottoman, au pouvoir quasi-absolu, autoritaire, qui n’a rien en commun avec ses partenaires de l’OTAN et qui travaille en désaccord avec cette organisation pour contrecarrer ses objectifs.

Plutôt qu’un atout, la Turquie est devenue un obstacle. Le temps est venu pour l’OTAN de se séparer d’Erdoğan. Voici pourquoi :

  1. Non-respect des droits de l’homme. Le 20 avril dernier, le Ministère des Affaires étrangères américain a publié un rapport détaillant d’importantes violations des droits de l’homme en Turquie. Il s’agit notamment de détentions arbitraires et d’arrestations massives, de torture, de censure de la presse, de réduction de la liberté d’expression et de disparitions d’opposants politiques. L’autoritaire Erdoğan a transformé la Turquie en une quasi-dictature où l’on peut être arrêté pour des crimes douteux comme « insulte envers le président ». Les opposants politiques et les membres de la presse sont systématiquement arrêtés sur des accusations sans fondement de « terrorisme ». Le système judiciaire, autrefois indépendant, est désormais complètement corrompu et uniquement composé de protégés d’Erdoğan et d’idiots utiles du parti.
  1. Utilisation de ressortissants étrangers comme monnaie d’échange. En octobre 2016, les autorités turques ont arrêté et détenu le pasteur américain Andrew Brunson, accusé de terrorisme. L’identité des témoins qui ont témoigné contre Brunson n’était qu’une mascarade. En février 2017, la police turque a arrêté la journaliste germano-turque Deniz Yucel, l’accusant de se livrer à de la propagande terroriste. La police turque a également arrêté deux ressortissants tchèques qu’elle accusait d’avoir aidé des guérilleros kurdes et, en mars 2018, les Turcs ont arrêté deux soldats grecs qui, à cause du mauvais temps, s’étaient égarés et avaient traversé la frontière à Evros. Dans le cas des deux ressortissant tchèques, les Turcs exigent que les Tchèques livrent un dirigeant kurde actuellement exilé à Prague en échange de ces deux ressortissants et, dans le cas des deux soldats grecs, les Turcs exigent que les autorités grecques remettent à la Turquie les soldats turcs qui ont fui le pays après l’échec de la tentative de coup d’état de 2016. À cet égard, le comportement de la Turquie n’est pas différent de celui de l’Iran et de la Corée du Nord qui, tous deux, arrachent régulièrement des étrangers pour les utiliser comme monnaie d’échange.(On sait que dernièrement la Corée du Nord a libéré trois prisonniers en vue des pourparlers avec les États-Unis). La seule différence est que la Turquie est membre de l’OTAN et s’empare des ressortissants de ses partenaires alliés.
  2. Soutien de l’État islamique (ISIS). Il semble absurde de suggérer que la Turquie ait soutenu l’ISIS à la lumière des attaques terroristes perpétrées par l’État islamique sur le sol turc, mais c’était bel et bien le cas. Le gouvernement Erdoğan a d’abord cru qu’il partageait des intérêts communs avec le groupe terroriste. Tous deux étaient Sunnites et partageaient la haine des Kurdes, des Chiites et d’Assad. En tant que tel, Erdoğan a contribué à soutenir l’ISIS au cours de ses années de formation. Les responsables des services de renseignements turcs ont aidé les terroristes de l’État islamique en leur fournissant des armes et de la logistique, et le gouvernement turc a acheté au noir le pétrole de l’État islamique, fournissant ainsi au groupe terroriste un financement régulier pour soutenir ses activités. Les Turcs ont également permis à des membres connus de l’État islamique de franchir librement leurs frontières et ont entravé les efforts des États-Unis pour soutenir les Kurdes contre l’État islamique pendant la bataille de Kobani. Bien sûr, les Turcs ont appris avec amertume qu’ils ne pouvaient pas contrôler la bête qu’ils avaient aidé à créer. Néanmoins, Erdoğan et ses hommes de main étaient en partie responsables de l’ascendance du groupe terroriste.
  1. Soutien au Hamas. Le Hamas est une organisation terroriste pleinement reconnue comme telle par les États-Unis, Israël, l’Union européenne, le Canada, le Japon, l’Égypte et l’Arabie saoudite, sans distinction frauduleuse entre ses ailes militaires et « politiques ». Pourtant, la Turquie a entretenu d’excellentes relations avec ce groupe sanguinaire. Cela est dû au fait que l’AKP et le Hamas sont tous deux affiliés aux Frères musulmans et professent des idéologies similaires. La Turquie a permis aux terroristes du Hamas d’opérer librement, de recruter et de collecter des fonds à l’intérieur de ses frontières. Le meurtre-enlèvement de trois jeunes juifs du centre commercial et touristique « Gush Etzion Junction » (Cisjordanie) en été 2014 était le produit d’un plan élaboré et financé par des agents du Hamas en Turquie. Le Hamas continue de verser de l’argent à ses agents en Cisjordanie et à Gaza via ses bureaux en Turquie, comme en témoigne la récente arrestation par des commandos israéliens d’Omar al-Kiswani, un terroriste du Hamas qui avait reçu 150 000 € de ses responsables du Hamas en Turquie.
  2. Trompeur et indigne de confiance. les relations turco-israéliennes, jamais bonnes sous Erdoğan, ont connu un déclin marqué suite à la saisie en 2010 du navire Mavi Marmara, participant au blocus, et au meurtre de 10 terroristes turcs de l’IHH (une ONG islamique turquc soi-disant humanitaire) qui avaient tenté d’attaquer des commandos israéliens pendant l’opération. Les liens politiques étaient presque rompus et la coopération entre les services de renseignement israéliens et turcs était limitée. Mais dans ce qui ne peut être décrit que comme un acte de perfidie flagrante, le chef des services secrets turcs, Hakan Fidan, a trahi les noms de 10 agents israéliens, tous de nationalité iranienne, qui travaillaient incognito en Iran, les condamnant à mort et détruisant par là même l’espionnage israélien en Iran. Hakan Fidan avait obtenu l’approbation d’Erdoğan avant de commettre cet acte monstrueux. C’était un acte sans précédent considérant que les services secrets israéliens et turcs avaient auparavant bénéficié d’une relation bénéfique pendant 50 ans. Si le renseignement turc est capable de s’engager dans une telle trahison, il n’est pas douteux que la Turquie remettra des secrets de l’OTAN étroitement gardés à ses proches alliés, l’Iran et la Russie (toutefois, l’invitation récente de Benjamin Netanyahu par Vladimir Poutine à assister au 73ème anniversaire de la victoire russe sur l’Allemagne nazie serait-elle le signe d’un changement concernant la Turquie, voire même l’Iran ?).
  1. Achat incompatible d’armes. En temps de guerre, les membres de l’OTAN doivent agir de manière cohérente et unifiée pour relever les défis communs. À cette fin, les membres de l’alliance doivent se procurer des systèmes d’armes et des sous-systèmes compatibles. En termes simples, ces plates-formes doivent communiquer les unes avec les autres pour que les choses se passent bien. Jusqu’à récemment, c’était le cas jusqu’à ce que la Turquie décide d’acheter unilatéralement des missiles antiaériens S-400 russes dans le cadre d’un accord de 2,5 milliards de dollars. Cette transaction n’est pas compatible avec les plates-formes de l’alliance. Les protestations des États-Unis et d’autres membres de l’OTAN ont été largement ignorées. En outre, la Russie est toujours considérée comme la plus grande menace conventionnelle à la paix sur le continent européen, mais l’approvisionnement de la Turquie en S-400 a donné un coup de pouce notable à l’industrie russe de la défense, ce qui n’est pas bon pour l’OTAN. (N’oublions pas que les États-Unis voulaient imposer ses Patriot à Ankara…)
  1. Chantage à l’aide de migrants.A plusieurs reprises, Erdoğan a menacé d’inonder l’Europe de migrants syriens et irakiens campés en Turquie si ses demandes d’extorsions n’étaient pas satisfaites. Ainsi, il a demandé l’accès sans visa des ressortissants turcs aux pays de l’U.E., a exigé l’entrée des Turcs dans l’U.E. et exigé des milliards d’euros de la part des pays de l’U.E. ! Considérant l’abominable bilan de la Turquie en matière de droits de l’homme, sa tendance à imposer la loi islamique et son affiliation étroite avec les groupes terroristes islamistes, ces exigences dépassent l’entendement.
  1. Divergence sur la Syrie. Comme indiqué, la Turquie a aidé l’État islamique militairement, logistiquement et économiquement et, en 2014, les efforts américains se sont trouvés frustrés dans leur assistance des forces kurdes à repousser les attaques de l’État islamique contre la ville kurde de Kobani. En janvier 2018, les forces turques ont envahi la région d’Afrin, dans le nord-ouest de la Syrie, pour combattre les forces démocratiques syriennes (FDS), un groupe étroitement allié aux États-Unis et largement responsable de la victoire contre l’État islamique en Syrie. L’agression turque était motivée par des ambitions impérialistes et irrédentistes. Avant d’envahir, les Turcs consultaient les Russes mais ne prêtaient guère attention aux protestations américaines et allemandes. L’invasion de la Turquie, obscurément appelée « Operation Olive Branch », était une violation du droit international et a presque provoqué une confrontation directe avec les forces américaines stationnées dans la ville voisine de Manbij. Par ses paroles et ses actions, la Turquie a clairement fait comprendre que ses intérêts géopolitiques reposaient sur la Russie et l’Iran, et non sur l’OTAN.
  2. Rupture des sanctions imposées à l’Iran. Sur les ordres d’Erdoğan, la Turquie a aidé l’Iran à contrer les sanctions imposées à l’échelle internationale visant à forcer le fourbe régime à abandonner ses activités de prolifération nucléaire. Dans un plan élaboré par Erdoğan, les banques d’État turques ont été employées dans un système compliqué impliquant de l’or pour le pétrole iranien à hauteur de milliards de dollars. Les compères d’Erdoğan ont reçu de gros pots-de-vin en cours de route. Une tentative de la police turque d’exposer les illégalités a été annulée par Erdoğan.
  3. Rhétorique antisémite et anti-occidentale. Erdoğan fustige fréquemment Israël et les membres de l’alliance. Ses discours enflammés sont souvent lacérés de connotations antisémites, de théories de conspiration sauvage à caractère belliqueux. Erdoğan a comparé Israël à l’Allemagne nazie, a prétendu qu’Israël avait commis un génocide contre les Palestiniens, a prétendu qu’Israël avait orchestré le coup d’État qui a renversé le leader égyptien, ami des Frères Musulmans, Mohammed Morsi, et accusé le « lobby international des taux d’intérêt », un euphémisme pour les Juifs argentés, de fomenter les émeutes 2013 du parc Gezi et de la place Taksin à Istanbul. Les membres de l’Alliance n’ont pas non plus été épargnés par sa colère de conspiration. L’Allemagne, la France, les Pays-Bas, la Grèce et les États-Unis ont tous été soumis à son vitriol de déséquilibré. Suite à une série d’attaques racistes par des musulmans dirigés contre les chrétiens et les juifs français, un effort a été fait par les principaux responsables français pour supprimer les versets coraniques qui faisaient référence à la violence contre les non-musulmans (?…). Plutôt que de reconnaître le problème et de chercher une solution, Erdoğan a réagi en qualifiant l ‘Occident de « vil » et s’en est pris aux écrits judéo-chrétiens. Son mépris total pour l’Occident a été clairement démontré l’année dernière lorsqu’il a fait la déclaration suivante : « Notre préoccupation n’est pas ce que dit George ou Hans ou Helga. Notre préoccupation est ce que dit Hatice, Ayse, Fatma, Ahmet, Mehmet, Hassan, Huseyin, ce que dit Allah… »
  4. Agression contre la Grèce.La Turquie continue d’initier une agression contre un membre de l’alliance, la Grèce. En mars, elle a saisi deux soldats grecs qui ont traversé la frontière par erreur à cause du mauvais temps. Les avions turcs violent systématiquement l’espace aérien grec et ses navires ont éperonné des navires grecs près des zones contestées de la mer Égée. Il y a eu au moins deux incidents d’éperonnage hostiles cette année. Ajoutez à cela la convoitise expresse d’Erdoğan sur le territoire grec, son agenda expansionniste et son tempérament instable et nous avons une recette pour une guerre totale entre la Grèce et la Turquie. Tout cela finit par nuire à la cohésion de l’alliance de l’OTAN.
  5. Occupation de la partie nord de Chypre.En 1974, les forces turques ont envahi Chypre et occupé la partie nord de la nation insulaire méditerranéenne. Les Turcs ont qualifié leur invasion militaire belligérante d ‘« Opération de paix », un abus de langage si jamais il y en avait un. Au cours de son agression, la Turquie a déplacé quelque 200 000 Chypriotes grecs de leurs foyers. En outre, les Turcs ont implanté des colons turcs de la Turquie continentale dans le but de créer un nouveau déséquilibre ethnique. Les actions de la Turquie à Chypre ne sont pas différentes de celles des Iraniens en Syrie, qui nettoient ethniquement de grandes parties de la Syrie et remplacent les zones sunnites libérées par des chiites. La Turquie a été jugée en violation de l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme, qui traite du déplacement des populations. La Turquie peut également être en violation de l’Article 49, Clause 6 de la Quatrième Convention de Genève qui stipule que « la puissance occupante ne doit pas implanter ou transférer une partie de sa propre population civile dans le territoire qu’elle occupe. » Après 44 ans, la Turquie continue de violer de manière flagrante le droit international par l’occupation illégale d’un tiers d’un État membre de l’Union européenne.

Chacune de ces transgressions, à elle seule, est une source de préoccupation.

Collectivement cependant, elles sont accablantes.

Bien sûr, les nations souveraines sont libres de poursuivre leurs propres intérêts nationaux.

Erdoğan a choisi une voie agressivement anti-occidentale qui s’écarte nettement de celle de l’OTAN.

Il a démontré qu’il n’était rien d’autre qu’une crapule sans vergogne, enclin à la conspiration et profondément antisémite.

Il est temps que l’OTAN montre poliment la porte à Erdoğan et expulse la Turquie de l’alliance.

https://www.frontpagemag.com/fpm/270149/12-reasons-turkey-should-be-expelled-nato-ari-lieberman

 

Traduction de Jack pour Résistance Républicaine.

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Avril 2018, souvenirs de voyage d’un ménage tchèque, de retour de Paris, Paris envahi…

Avril (2018) à Paris

Photos et commentaires, souvenirs de voyage d’un ménage tchèque, de retour de Paris, Paris envahi…

(Voici un document qui circule aux États-Unis, sur le Paris d’aujourd’hui… Je l’ai reçu récemment d’un ami américain, accompagné d’un petit mot de nostalgie… Je l’ai intitulé « Avril (2018) à Paris », en souvenir d’une chanson reprise par de nombreux artistes américains, amoureux de Paris, du Paris d’avant : « April in Paris »…)

La capitale moderne de la France n’est plus celle que vous avez connue .

« Nous nous y sommes rendus il y a peu de temps, pendant un week-end seulement. Le prix des billets était inhabituellement bas, mais nous n’étions pas allés à Paris depuis au moins 10 ans. Nous voulions rafraîchir nos impressions, respirer de nouveau la romance française. Le fait est que le prix attrayant offert par Air France nous avait un peu alerté, mais absolument pas à ce point ».

« Le vol fut parfait, puis nous avons pris un train pour nous rendre au centre de la ville, et c’est là que nous avons eu notre premier choc : non seulement la Gare du Nord était elle jonchée de débris, mais aucun Français blanc n’était visible ! Cela nous a choqué jusqu’au plus profond de nous-mêmes ».

« Nous nous sommes hâtés vers le Sacré Cœur, où la situation était encore pire. Nous sommes descendus dans le métro… pour avoir le droit à d’autres attractions, et pour nous rendre compte, soudainement, que dans notre wagon ma femme et moi étions les seuls blancs. C’était un vendredi après-midi, à environ 14 heures ! »

« Le Louvre, habituellement toujours bondé de visiteurs et de touristes, était pratiquement désert, à part des patrouilles armées jusqu’aux dents. Ces hommes en uniforme nous regardaient d’un œil soupçonneux sans retirer le doigt de la gachette. Et il ne s’agissait pas de policiers ordinaires, mais de réels soldats en tenue de combat ! En fait, depuis quelque temps Paris vit en état absolu d’urgence… »

« Des rues sont envahies de migrants, avec boutiques assorties, tenues par des réfugiés. D’où peuvent-ils venir en si grand nombre ? À la Tour Eiffel – une vision : une musulmane couverte de la tête aux doigts de pied. Une sélectivité de Français. Des bornes entourent la Tour, avec des revendeurs, joueurs, mendiants africains, arabes, et de partout dans le monde, sans oublier les pickpockets ».

« 

« Quelle expérience épouvantable ! Je peux imaginer ce qu’il advient de Marseille et de Calais où les migrants imposent désormais leurs propres règles. En France, une guerre civile est en train de chauffer, c’est ce que je pense. Qui plus est, je ne vous recommande pas d’y aller – Adieu, France bien-aimée ! »

(Paris, MON Paris, c’était plutôt quelque chose comme ça, au son de cette vieille rengaine chantée ici par Tierney Sutton, vidéo choisie à cause des photos de notre Paris. Cette chanson a été interprétée par un grand nombre d’autres artistes tels que, par exemple, Ella Fitzgerald, Sarah Vaughan, Frank Sinatra, Billie Holiday, Doris Day, Louis Armstrong en duo avec Ella Fitzgerald, etc… En espérant que le truc des « droits d’auteurs » ne vous privera pas de ces quelques minutes de nostalgie)

[embedded content]

I never knew the charm of spring
I never met it face to face
I never new my heart could sing
I never missed a warm embrace

Till April in Paris, chestnuts in blossom
Holiday tables under the trees
April in Paris, this is a feeling
That no one can ever reprise

I never knew the charm of spring
I never…

Print Friendly, PDF & Email
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture