“Blondes faciles” : une marque de bière accusée de sexisme

Les nouvelles bières d’une marque sud-africaine baptisées « Blonde facile » et « Brune légère » ont suscité la polémique, contraignant la marque à retirer toutes les étiquettes du marché.

Les excuses de la marque

La marque Vale a aussi été aussi pointée du doigt pour avoir baptisé une bière « Raven Porra », alors que « Porra » est une insulte faite aux personnes de descendance portugaise.
« Nous présentons nos excuses sans réserve », a déclaré Vale dans un message sur sa page Facebook. « Nous n’avons jamais eu l’intention de blesser ou porter préjudice à quiconque », a assuré la marque.
« En tant que pères, frères et maris, la médisance n’a jamais pas fait partie de notre identité et n’en fera jamais partie », a-t-elle ajouté.
« Nous sommes aussi conscients que notre première tentative d’excuses était maladroite », a ajouté la compagnie, qui avait dans un premier temps refusé de changer le nom des produits.

Des « appellations inclusives » à l’avenir

Vale s’est finalement engagé à retirer immédiatement toutes les étiquettes incriminées du marché et de choisir à l’avenir des appellations plus « inclusives ».
La fondatrice du blog sur la bière Craft Geek, Thandi Guilherme, a accusé Vale d’être « sexiste dans sa nouvelle gammes de bières ».
« La mauvaise publicité n’est pas toujours de la bonne publicité. Sexy n’est pas toujours sexiste. Apprenez la différence », a-t-elle écrit sur son blog, tout en donnant à Vale 101 conseils de marketing.

« Le mouvement #Metoo leur a totalement échappé »

« C’est comme si des gamins de 14 ans s’étaient vu confier la tâche » de trouver des noms pour des bières, a réagi Lucy Corne, une blogueuse qui chronique les aléas du secteur de la bière en Afrique du Sud.
« A l’évidence, le mouvement #metoo leur a totalement échappé », a-t-elle fait remarquer en référence au mouvement mondial contre le harcèlement sexuel et le sexisme.
Vale ne produit pas ses propres bières mais prête sa marque à des produits faits par une brasserie partenaire.

Source : BFM

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

ADN : que change une différence de 1 ou 2 % d’avec les grands singes ?

Aussi ténue qu’elle peut paraître dérisoire : la différence génétique entre notre espèce et ses cousines est comprise entre 1,2 % avec les chimpanzés et 3 % avec les orang-outans. Concrètement, qu’est-ce que ça change ?

Selon les estimations les plus récentes, nous partageons 98,79 % de notre patrimoine génétique avec le chimpanzé, 98,47 % avec le gorille et 96,96 % avec l’orang-outan. En résumé, seul 1,2 % de notre génome a été modifié depuis que l’homme et le singe ont gagné chacun leur branche. 98 % d’ADN en commun, c’est énorme ! Oui, mais ce chiffre ne concerne que les gènes codants, qui commandent la synthèse de protéines.

Le rôle du reste, appelé à tort « ADN poubelle », reste mystérieux. Or, l’ADN codant ne représente que 1,5 % de notre génome. En clair, nous partageons en tout et pour tout 98,79 % de 1,5 % de nos gènes avec le chimpanzé. S’il semble logique que les modifications anatomiques liées à la bipédie se retrouvent dans ces 1,2 %, la connaissance parcellaire du génome humain et de celui des grands singes n’a pas encore permis de le démontrer.

En revanche, des chercheurs ont identifié deux zones ayant subi d’importantes modifications après la divergence homme-chimpanzé : l’une impliquée dans le développement du cerveau, l’autre dans la position du pouce, deux caractéristiques qui nous distinguent des grands singes. Enfin, l’apparition du langage aurait favorisé les gènes impliqués dans l’audition.

Source : Science&Vie

Merci à UnJoyeuxAnniversaire

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Néandertal ressuscité grâce à l’archéologie

Les découvertes archéologiques ont permis de brosser de l’homme de Néandertal un portrait beaucoup plus nuancé que celui, dressé au XIXe-XXe, d’un être «inférieur» à l’Homo sapiens. Le musée de l’Homme à Paris consacre une passionnante exposition à cet humain qui a vécu en Europe de 350.000 à 50.000 avant notre ère. Rencontre avec l’un des deux commissaires de l’exposition, Pascal Depaepe.

-Que sait-on aujourd’hui de l’homme de Néandertal ?
-C’était un humain parfaitement bien adapté à ses environnements. Il les connaissait parfaitement, il en tirait le meilleur. C’était un grand chasseur qui poursuivait les grands mammifères (rennes, chevaux, bisons, aurochs…), alors que pendant très longtemps, on a considéré que c’était un charognard récupérant les animaux morts. On pensait que Néandertal était un sous-homme et que la chasse était une activité trop noble pour lui.On a retrouvé des preuves d’utilisation d’armes de chasse par les Néandertaliens. Par exemple, on a mis au jour, sur des sites en Allemagne, des indices de pieux ou de lances en bois d’if aux pointes durcies au feu.
L’homme de Néandertal pouvait aussi se nourrir avec de petits mammifères (lièvres…), des poissons, des coquillages marins. Des analyses de tartres dentaires ont par ailleurs montré qu’il mangeait des céréales cuites.
Au passage, ces analyses ont également révélé des traces d’ingestion de bourgeons de peupliers. Lequel produit de l’acide salicylique, précurseur de l’aspirine. On a ainsi retrouvé un sujet qui souffrait d’un abcès dentaire et qui avait consommé des moisissures de champignon. C’est-à-dire un antibiotique naturel !Le Néandertalien pouvait donc tirer de la nature toutes les substances dont il avait besoin : sa nourriture, sa pharmacopée, mais aussi des éléments symboliques. […]

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Quand la bande dessinée investit la crise migratoire

Parce qu’aucun sujet d’actualité n’échappe désormais à sa curiosité, la bande dessinée a quelque chose à dire sur la crise migratoire. En témoigne la constitution, en quelques années, d’un véritable corpus sur le sujet. Et en atteste le choix du festival Lyon BD d’y consacrer, du 5 au 10 juin, une exposition cette année, sous le titre “Réfugiés”. En octobre 2013, le sujet avait été évoqué par le Musée national de l’histoire de l’immigration, situé porte Dorée (Paris 12e), qui avait, à travers 500 pièces, traité des relations entre bande dessinée et “mouvement migratoire”, au sens large. L’accrochage lyonnais se penche, ici, sur la façon dont le 9e art traite de la situation des réfugiés arrivés en Europe ces dernières années au péril de leur vie, et dans des proportions jamais vues.

Les titres « phares » de l’exposition et la suite de l’article sont à découvrir ici : Le Monde

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Hémochromatose, un héritage celte

Méconnue, l’hémochromatose est pourtant la maladie génétique la plus répandue en France et en Bretagne. Et c’est aux Celtes qu’on la doit. Du 4 au 10 juin se déroulera la semaine mondiale de l’hémochromatose.

[Il s’agit de] l’incapacité du corps à stopper l’absorption du fer présent dans nos aliments. Rien de bon pour l’organisme : les stocks s’accumulent, finissent par « rouiller » et deviennent délétères pour les organes. À long terme, les troubles cardiaques, le diabète ou encore la cirrhose guettent les malades.

Bretons, Irlandais, Écossais…

Ce dysfonctionnement est provoqué par une anomalie génétique dont l’origine est plus vieille que Jésus Christ. Ce sont les Celtes, en effet, qui l’ont développée les premiers face à la carence de leur nourriture en fer, sel minéral indispensable à la bonne santé. Pour s’éviter l’anémie et permettre au corps d’en absorber plus, les gènes de certains individus ont muté. La sélection naturelle, si chère à Darwin, a fait le reste : le gène mutant s’est peu à peu répandu dans la population. Mais un millénaire plus tard, les choses ont bien changé et les aliments dans nos assiettes sont beaucoup plus riches que ceux de nos ancêtres. L’anomalie génétique, elle, est restée. L’avantage d’hier est devenu l’inconvénient d’aujourd’hui : les individus porteurs absorbent dorénavant du fer en trop grande quantité.

La mutation se trouve presque exclusivement parmi les descendants des Celtes. L’Irlande, l’Écosse et l’Australie soit particulièrement impactées, tout comme la Bretagne, où près d’un individu sur 200 est concerné. En France, c’est tout simplement la maladie génétique la plus répandue. […]

Merci à Mutation-c282y

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Poissy, centre du PSG : des vestiges antiques et médiévaux retardent le chantier

[…] C’est le genre de découverte qui exalte les historiens et exaspère les bâtisseurs. La campagne de fouilles archéologiques préventives, débutée mi-mars sur les terrains du futur centre d’entraînement du PSG à Poissy (Yvelines), s’avère beaucoup plus fructueuse que prévu. De nombreux objets et vestiges, datant de l’Antiquité au Moyen-Age, ont en effet été trouvés. Et cela pourrait retarder le début des travaux de plusieurs mois.

Le rapport final des archéologues sera déposé en octobre à la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) qui devra alors décider de suspendre les recherches ou, au contraire, de les intensifier.

[…] Source : Le Parisien

Merci à Pila Paganica

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Loto du patrimoine : quels monuments allez-vous sauver ?

C’est un jeu d’un nouveau genre. Ou plutôt deux jeux pour contribuer à sauver le patrimoine français. D’un côté un super loto exceptionnel le 14 septembre prochain, à la veille des Journées du patrimoine, avec un jackpot de 13 millions d’euros ; de l’autre, un jeu à gratter en vente au prix de 15 euros à partir du 3 septembre et doté d’un gain maximum d’1,5 million d’euros. Des montants inédits. La Française des Jeux attend des recettes de 15 à 20 millions d’euros – correspondant à la part que l’État touche sur les ventes de jeux – qui seront affectés à un fonds spécifique baptisé « Patrimoine en péril ».

« Le patrimoine, c’est un engagement national » pour « défendre l’identité de nos territoires », a déclaré Emmanuel Macron jeudi en arrivant dans le château de Voltaire à Ferney (Ain). Le monument qui rouvre vendredi au public après une vaste restauration menée par l’État moyennant neuf millions d’euros. En fin d’après-midi, le président recevra à l’Élysée les 269 porteurs de projets sélectionnés par la mission menée par l’animateur de télévision Stéphane Bern sur le patrimoine en péril. L’objectif : financer la rénovation de monuments que les communes n’ont pas les moyens de sauver. « Nous voulons que les gens jouent pour jouer mais qu’ils aient aussi une conscience, un vrai lien avec cette cause », a affirmé à l’AFP la PDG de la FDJ, Stéphane Pallez.

[…]

Sur un total de 269 « monuments en péril » qui bénéficieront de ces fonds, 18 d’entre eux bénéficieront « d’enveloppes particulièrement significatives » : un par région, soit 13 en France métropolitaine et 5 en Outre-mer. Les voici (voir en images ci-dessus) :

  • Ancien Hôtel-Dieu, Château-Thierry (Aisne)
  • Château de Carneville, Carneville (Manche)
  • Théâtre des Bleus de Bar, Bar-le-Duc (Meuse)
  • Villa Viardot, Bougival (Yvelines)
  • Château de Bussy-Rabutin, Bussy-le-Grand (Côte-d’Or)
  • Rotonde ferroviaire de Montabon (Sarthe)
  • Fort-Cigogne, Fouesnant (Finistère)
  • Eglise Notre-Dame, La Celle-Guénand (Indre-et-Loire)
  • Maison de Pierre Loti, Rochefort (Charente-Maritime)
  • Aqueduc romain du Gier et pont-siphon de Beaunant, Chaponost et Sainte-Foy-lès-Lyon (Rhône)
  • L’hôtel de Polignac, Condom (Gers)
  • Pont d’Ondres, Thorame-Haute (Alpes-de-Haute-Provence)
  • Couvent Saint-François, Pino (Haute-Corse)
  • Maison d’Aimé Césaire, Fort-de-France (Martinique)
  • Habitation Bisdary, Gourbeyre (Guadeloupe)
  • Maison du receveur des douanes, Saint-Laurent-du-Maroni (Guyane)
  • Maison Rouge, Saint-Louis (La Réunion)
  • L’usine sucrière de Soulou, M’Tsangamouji (Mayotte)

Et les 251 autres monuments choisis : […]

Source : Le JDD

Merci à Auguste-sans-vouloir-influencer

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Burundi : dix ânes offerts par la France offensent la nation

Le ministre burundais de l’agriculture a ordonné, dimanche 27 mai, la mise en quarantaine de dix ânes introduits dans une commune du centre du pays grâce à un financement de l’ambassade de France. Achetés en Tanzanie, les ânes avaient été mis à la disposition des habitants d’un village de la province de Gitega, dans le cadre d’un projet d’une ONG locale pour aider femmes et enfants à transporter les produits agricoles, l’eau ou le bois de chauffe.

Le projet a été violemment critiqué ces derniers jours par des figures proches du pouvoir, qui ont qualifié ce don d’ânes d’« insulte à la nation », rappelant que cette espèce, qui n’est pas indigène du Burundi, symbolise dans la langue française l’ignorance et la bêtise. Dimanche, le ministre Déo Guide Rurema a demandé à un administrateur local de « faciliter le retrait immédiat de tous les ânes, qui ont été distribués […] sans respecter les procédures techniques de distribution d’animaux exotiques », et exigé qu’ils soient acheminés dans un centre de quarantaine.

Source : Le Monde

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Ébola : le Nigéria renforce ses contrôles aux frontières de la RDC

Le gouvernement nigérian s’est dit « préoccupé » mercredi par la nouvelle épidémie de fièvre hémorragique Ebola qui s’est déclarée dans le nord-ouest de la République démocratique du Congo et qui a déjà fait 17 morts.

« Le gouvernement fédéral a mis en place un programme d’urgence de surveillance de toutes les activités terrestres et aériennes aux frontières, pour assurer que les Nigérians soient en sécurité », a déclaré Isaac Adewole, ministre de la santé nigérian à l’issue du conseil des ministres. « Nous allons désormais passer au crible toutes les personnes arrivant de RDC et des pays voisins », a-t-il assuré, ajoutant que le pays le plus peuplé d’Afrique, avec quelque 180 millions d’habitants, mettait en place un « centre d’urgence » pour se préparer en cas de propagation de l’épidémie.

Le Centre National pour le contrôle des maladies (NCDC) pourrait également apporter son aide à la RDC pour contrer ce nouvel épisode épidémique. Le Nigeria est le seul pays d’Afrique de l’Ouest à disposer d’un « laboratoire mobile » pour fièvres hémorragiques, financé par l’Union Européenne qui peut effectuer des tests rapides dans les régions les plus reculées. Il avait été envoyé en Sierra Léone, au plus fort de l’épidémie en 2014 qui avait fait quelque 11.000 morts. Un cas avait été recensé à Lagos, mégalopole tentaculaire de 20 millions d’habitants, faisant craindre une « épidémie urbaine apocalyptique » à l’Organisation Mondiale de la Santé.

Apparue pour la première fois dans l’ex-Zaïre (actuelle RDC) en 1976, la fièvre hémorragique Ebola vient d’un virus qui se transmet par contact physique avec des liquides corporels infectés. Le gibier de brousse est considéré comme un vecteur potentiel. Il s’agit de la neuvième épidémie d’Ebola sur le territoire de l’actuelle RDC. La dernière épidémie remonte en 2017. Rapidement circonscrite, elle avait fait officiellement quatre morts. L’épidémie Ebola la plus violente de l’histoire avait frappé l’Afrique de l’Ouest entre fin 2013 et 2016, causant plus de 11.300 morts sur quelque 29.000 cas recensés, à plus de 99% en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone.

Source : BéninWebTV

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Vous en avez marre de ces pubs ? Faites-un don ou abonnez-vous… Fdesouche n’est pas un service public. Pas le site d’un parti. Pas un site de promotion personnelle. Mais un site animé par des gens comme vous, bénévoles, qui sacrifient leur vie personnelle, leur temps pour vous rendre un service en faisant de la veille et en vous fournissant gratuitement une revue de presse. Ce travail à un coût. Comme vos dons et abonnements sont inférieurs à celui-ci, nous n’avons dû trouver d’autres solutions. Quand les dons et abonnements nous permettrons de couvrir nos frais, nous retirerons ces pubs. Encore merci à ceux qui nous aident.

Solution 1 : Faire un don avec paypal ou carte bancaire


Solution 2 : S’abonner avec paypal

Option A : paiement mensuel

Option B : paiement hedomadaire


Solution 3 : Faire un don par chèque

Chèque à l’ordre d’Esprit de Clocher

Esprit de Clocher 64, rue Anatole France 92300 Levallois-Perret France


Solution 4 : Faire un don en Bitcoin

Adresse bitcoin : 1KyyRyYGMMfxYi6qCGkFARQ1TcqcrumoC4


PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

La mariée refuse de serrer la main de l’échevin, pas de mariage !

La mariée refuse de serrer la main de l’échevin, pas de mariage

L’échevin de l’Etat civil de Malines a refusé lundi de célébrer un mariage car la future mariée a refusé de lui serrer la main en raison de ses convictions religieuses.

Le couple s’est présenté lundi matin à l’Hôtel de Ville de Malines où l’échevin de l’État civil, Marc Hendrickx (N-VA), les a accueillis par une poignée de main. Lorsque la future épouse a refusé de lui serrer la main, l’échevin a refusé de célébrer le mariage.

« Je lui ai expliqué qu’il s’agissait d’une affaire civile qui n’avait rien à voir avec la religion et que se serrer la main était une marque de respect », explique l’échevin. « J’ai donné quelques minutes au couple pour réfléchir mais rien n’y a fait: la dame ne voulait pas me serrer la main parce que sa religion le lui interdisait. J’ai donc refusé de célébrer le mariage. »

7sur7.be

Merci à Alize

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture