La côte de popularité de Trump grimpe à plus de 50% grâce à son décret anti-immigration

Jean-Eric Branaa, maître de conférences à l’université Assas-Paris 2, spécialiste des Etats-Unis : « La majorité des Américains sont pour ce décret. C’est vrai que Donald Trump est populaire avec ce type de décret. Ca, on ne peut pas le nier, ce sont les faits. Sa côte est remontée brutalement. Elle était descendue à 37% au moment de son investiture ou juste avant. Elle est aujourd’hui à environ 50-50, Rasmussen le met même à 59% de bonnes opinions. »

> Voir aussi : 57% des Américains favorables au décret anti-immigration de Donald Trump

[embedded content]

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

« Dans l’enfer de Montretout », un livre tout en nuances…

Journaliste au service politique du Parisien-Aujourd’hui en France, Olivier Beaumont vient de sortir un livre intitulé « Dans l’enfer de Montretout », du nom de la propriété de la famille Le Pen, située sur les hauteurs de Saint-Cloud, près de Paris. A travers ce lieu, et des histoires qui s’y sont déroulées, notre confrère raconte tout un pan de la saga Le Pen. Et donc une partie de la politique française…

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

« Pourquoi l’affaire Fillon est une catastrophe pour la France » (Le Point)

Pour Emmanuel Berretta, journaliste au Point, uel que soit le gagnant de la présidentielle en mai prochain, l’affaire plombe déjà le prochain quinquennat. Avec une crise de régime à venir.

La justice s’est emparée de l’affaire Fillon avec une célérité stupéfiante. François Fillon et ses proches soutiens y voient la main scélérate de François Hollande… Peu importe, si justice doit être faite, il faut qu’elle aille vite dans un sens ou dans l’autre. […]

Trois scénarios sont plausibles. Dans le premier cas, François Fillon résiste à la tempête, la justice traîne. Il avance blessé sous la mitraille nourrie de ses adversaires… Mais, tout de même, il se maintient dans le duo de tête et parvient, à 19 ou 20 %, à se qualifier pour le second tour de la présidentielle face à Marine Le Pen. Il l’emporte le 7 mai. Avec un si faible score au premier tour de la présidentielle, c’est un président affaibli qui s’installera sous les dorures de l’Élysée. […]

Deuxième scénario : François Fillon ne se remet pas de cette tempête judiciaire, Emmanuel Macron lui dame le pion. Il apparaît alors comme le candidat de recours des réformistes de droite et de gauche. Le phénomène Macron se hisse au second tour sans vraiment éclaircir sa ligne politique « de gauche et de droite ». Face à Marine Le Pen, il triomphe. Mais que se passe-t-il aux législatives ? Avec qui peut-il gouverner ? Avec des candidats En marche ! issus de la société civile ? Avec d’anciens députés PS qui se seront collé l’étiquette Macron sur le front ? Avec des centristes qui auront fui – par opportunisme – la débâcle des Républicains ? Bref, c’est une majorité composite qui, éventuellement, se constituera autour d’Emmanuel Macron. […]

Enfin, il y a le scénario du Fraxit : la victoire de Marine Le Pen. Totalement exclue ? Le « plafond de verre » qui limite sa progression peut-il tenir longtemps dans un contexte où les scandales affaibliraient les partis traditionnels ? La crainte de perdre l’euro sera-t-elle suffisante pour retenir les votes ? Voyons le monde autour de nous : Donald Trump, populiste en chef, s’est imposé dans une démocratie comme les États-Unis. Partout, le vent du national-populisme souffle en Europe. Pourquoi la France serait-elle vaccinée à vie d’une rage révolutionnaire (car cela en serait une) ?

Pour l’ensemble de ces raisons, l’affaire Fillon est déjà une catastrophe pour le prochain quinquennat.

Le Point

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Breitbart France : un étudiant anti-raciste achète le nom de domaine pour en limiter l’influence

Le site d’actualités de l’Alt-right prévoit de lancer des sites français et allemands avant les élections de cette année, mais sa présence en ligne en Europe est encore insuffisante.

Lors d’une entrevue accordée l’été dernier, Steve Bannon a déclaré que son site Internet, Breitbart News , avait prévu d’ouvrir un bureau à Paris avant les élections présidentielles de 2017. Suite à l’élection de Donald Trump en novembre, Reuters a rapporté que Breitbart espérait alimenter un bouleversement similaire en France, en soutenant la candidate Marine Le Pen.

Bannon, l’ancien président exécutif de Breitbart News, est désormais un conseiller de premier plan de Trump, au sein de la Maison Blanche et les élections en France auront lieu dans trois mois. Pourtant Breitbart n’a pas encore lancé un site francophone. Un étudiant de 22 ans espère contrecarrer ce projet.

L’étudiant, qui a demandé à être seulement identifié sous le nom d’Antonin, a acheté le nom de domaine breitbart.fr après l’élection américaine, ainsi que deux autres domaines connexes: breitbartnews.fr et breitbartnewsnetwork.fr. Dans une interview accordée samedi à un café à l’extérieur de Paris, Antonin a déclaré qu’il avait acheté les domaines dans le but de limiter l’influence de Breitbart sur les élections présidentielles qui débuteront en avril.

« Quand j’ai vu qu’ils voulaient se lancer en France, j’ai eu vraiment peur, parce que je pensais que cela pourrait très bien fonctionner ici aussi », a déclaré Antonin. « Je suis donc immédiatement allé chez l’hébergeur OVH et j’ai vu que le nom de domaine était disponible.« 

Antonin indique que personne de Breitbart ne l’a contacté pour acheter les domaines et il dit qu’il ne les vendrait pas même s’il recevait une offre très intéressante.

Il pense rediriger breitbart.fr vers des organisations à but non lucratif qui luttent contre le racisme et l’antisémitisme. «Je pensais que ça pouvait être drôle», dit-il, ajoutant: «C’est bizarre qu’ils ne l’aient pas acheté

Bannon a pris congé de Breitbart l’été dernier après avoir été nommé PDG de la campagne Trump, et il a démissionné de la compagnie après la victoire de Trump. Sous le leadership de Bannon, Breitbart est devenu un havre pour l’alt-right, un mouvement d’extrême-droite amorphe avec des souches de nationalisme blanc. Bannon a décrit la France comme «l’endroit où il doit être» lors d’une entrevue en juillet avec Radio Londres et avait prévu de lancer des sites en France et en Allemagne d’ici janvier 2017, selon The Economist . (L’Allemagne organisera des élections à l’échelle nationale en septembre). En ligne, cependant, il n’y a guère d’activité dans les deux pays, et l’échec de Breitbart à sécuriser les domaines .fr avant son prétendu lancement français soulève des questions quant à ses ambitions européennes.

Interrogé sur les projets de Breitbart pour se développer en Europe, un porte-parole a déclaré dans un courriel qu’il n’y avait «rien à signaler», mais a conseillé de «revenir vers nous dans quelques mois».

Breitbart possède actuellement des bureaux à Jérusalem et à Londres, tous deux accessibles sous forme d’extensions d’URL (breitbart.com/jerusalem et breitbart.com/london). Il est possible que la société française et allemande de couverture soient hébergées sous des extensions similaires, plutôt que sous des noms de domaine distincts, bien que Breitbart possède le domaine breitbart.co.uk, qui redirige vers sa page de Londres.

Ne pas sécuriser un nom de domaine peut être coûteux. Des squatters achètent généralement des domaines dans le but d’en tirer un gain financier, et ils peuvent exiger des prix de vente exorbitants. Rand Paul a dû payer 100.000 $ pour la propriété de RandPaul.com en 2015. D’autres squatters, comme Antonin, ont utilisé leur propriété de domaine pour faire des déclarations politiques ou pour troller des opposants.

Au cours de la primaire républicaine, quelqu’un a acheté JebBush.com et a redirigé vers le site Web de campagne de Donald Trump.

Certains domaines allemands liés à Breitbart sont déjà pris. Breitbart.de est la propriété d’une société d’hébergement web allemande, et son propriétaire dit que personne ne l’a approché pour l’achat du domaine. L’URL breitbartnews.de redirige vers une page Facebook pour Hooligans Gegen Satzbau – un groupe anti-extrémiste allemand qui corrige  ironiquement la grammaire et la syntaxe des groupes d’extrême-droite. Ce domaine est enregistré à un propriétaire à Cologne, selon les enregistrements en ligne, bien que The Verge n’ait pas été en mesure de déterminer leur identité.

Comme l’a signalé précédemment The Verge , il existe déjà un nombre croissant de sites d’information français d’extrême-droite, connus collectivement sous le nom de « fachosphère ». Tout comme le mouvement alt-right aux États-Unis, des sites comme FDesouche et Égalité et Réconciliation publie régulièrement des articles avec des titres incendiaires et anti-immigrés, et ils soutiennent largement le parti du Front national de Marine Le Pen. Le mouvement est apparu au milieu des années 2000 comme une réaction aux grands médias français, que les partisans de la fachosphère considèrent comme libéraux et biaisés.

David Doucet, un journaliste français qui a co-écrit un livre sur la fachosphère , affirme que bien que ces sites aient pris de l’ampleur et de l’influence ces dernières années, ils fonctionnent encore largement en amateur, en s’appuyant sur des dons en ligne et des ventes de T-shirts ou livres. Si et quand Breitbart se lance en France, dit-il, le paysage médiatique d’extrême-droite pourrait changer de façon significative.

«La création d’un site professionnel, avec des moyens comparables aux médias traditionnels,  changerait un peu la donne», explique Doucet, rédacteur en chef du magazine culturel français Les Inrocks . Il note qu’en raison de leurs finances limitées, la plupart des sites de la fachosphère agissent comme agrégateurs de nouvelles, ils récupèrent des histoires des médias traditionnels et les réécrire sous des titres exagérés. Breitbart aurait les moyens de produire des contenus originaux et des reportages, qui, selon Doucet, «viendraient sans doute compléter d’autres plates-formes».

Contrairement aux États-Unis, où les primaires et les campagnes présidentielles peuvent sembler interminables, les cycles électoraux de la France sont des affaires relativement compactes. Le Premier ministre du Parti socialiste a conclu dimanche, et le premier tour des élections aura lieu le 23 avril. Doucet affirme que Breitbart laisse encore beaucoup de temps à exercer son influence sur les médias français, mais il dit que le silence mystérieux du site, conjugué au désintérêt apparent de Trump dans la politique française, Ont émis des doutes quant à ses intentions.

« Je ne sais pas s’ils accordent beaucoup d’importance à la France« , a déclaré Doucet dans une interview accordée cette semaine. « Quand nous voyons des discours de Donald Trump, il parle d’Angela Merkel mais pas de François Hollande. » Il souligne également la récente apparition de Le Pen à la Trump Tower, où elle a été vue en train de siroter du café dans le hall de l’immeuble.

Kurt Bardella, un ancien porte-parole de Breitbart qui a quitté l’entreprise en signe de protestation l’an dernier, a déclaré dans un courriel qu’il était incertain quant aux plans actuels de l’entreprise pour l’Europe, bien qu’il soupçonne « leur objectif est de continuer à croître afin de transposer ce qu’ils ont fait aux États-Unis à l’échelle mondiale et de devenir la plaque tournante centralisatrice pour les soi-disant «anti-établissements».

Antonin, quant à lui, reste déterminé à garder ses domaines hors des mains de Breitbart. Il affirme ne pas adhérer à un parti politique particulier et ne sait pas qui il va voter en avril. Mais il dit qu’il est consterné par le racisme ouvert et la xénophobie que certains de ses amis à l’école ont dû faire face aux attaques de Paris de 2015 – quelque chose qu’il craint ne pourrait devenir plus courante si Breitbart  s’implante en France.

«Je pense qu’il est dangereux d’avoir une organisation qui soit vraiment organisée et bien financée avec ce genre d’objectif», explique Antonin. « Je pense que c’est vraiment dangereux.« 

The Verge

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Philippot : « Au FN, on veut que l’immigration ne soit plus qu’un souvenir »

Florian Philippot (FN) : « Au Front National, on veut mettre l’immigration au musée, que ce ne soit plus une politique mais un souvenir »

« Au Front National, on veut mettre l’immigration au musée. »Florian Philippot, vice président du Front National, invité dans @Lesmatinsfcult. pic.twitter.com/JSPS97Cm0U

— France Culture (@franceculture) January 31, 2017

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Caen (14) : un clandestin algérien agresse sexuellement une jeune femme dans le tramway

Un homme poursuivi pour avoir caressé une jeune femme dans le tramway à Caen (Calvados) a été condamné lundi 30 janvier 2017 par le tribunal correctionnel.

Le vendredi 20 janvier 2017, une jeune femme se fait aborder par Elyes Ovali, 30 ans, dans le tramway. Ivre, il commence par lui passer le bras autour du cou. Elle le repousse. Il insiste, puis avec l’autre main, il caresse sa cuisse et remonte. C’est l’ami de l’importun qui appelle les contrôleurs à la rescousse.

Jugé en comparution immédiate le lundi 30 janvier 2017, l’homme de 30 ans, en situation irrégulière, présente ses plus plates excuses, par interprète interposé, à la victime et à son père. L’homme est arrivé en France deux ans auparavant, et y vit avec l’aide financière de sa famille restée en Algérie. « Que faites vous ici ? », l’interroge le président. « Ici, c’est le paradis, en Algérie, c’est l’enfer. J’ai fait une demande d’asile en Allemagne, puis je suis venu en France. Je sors, je vois des amis, et fume quatre à cinq joints par jour, je suis en attente de soins spécifiques ». Sans domicile sûr, le prévenu écope d’un an d’emprisonnement assorti d’une interdiction du territoire de cinq ans. Il indemnisera sa victime de 2000€.

La Manche Libre

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Leforest (62) : Nordine menace d’égorger sa compagne et de faire «comme Mohamed Merah»

La Maison du Département Solidarité (MDS) a été le théâtre, jeudi après-midi, d’une scène si violente que la police a dû intervenir.

La police a été alertée après qu’un homme a proféré des menaces très inquiétantes : «  Je vais vous tuer comme Mohamed Merah ! Je suis pire que Mohamad Merah  », a-t-il lancé, menaçant de se servir d’une kalachnikov. Pas les premières de la journée puisque le matin, lors d’un différend conjugal émaillé de coups, il avait menacé sa compagne : «  Je vais t’égorger toi et ta famille. Te mettre des coups de couteau comme Mohamed Merah, je vais te mettre entre quatre planches  ».

La scène au sein de la MDS a été si violente que les assistantes sociales ont mis sa compagne et ses enfants à l’écart «  pour les protéger  ». Nordine Iadadaine a, lui, été interpellé et jugé en comparution immédiate, lundi, pour apologie du terrorisme, violences et menaces.

Beaucoup plus calme dans le box, il admet les menaces et parle de «  chamailleries  » concernant les violences sur sa compagne, ajoutant que «  pour elle, dès qu’on pose la main, c’est des violences  ». Pour ce qui est de l’apologie du terrorisme, disant lui-même avoir eu «  un comportement d’animal  », il ne sait pas ce qui lui a pris. «  Je ne me comprends pas. Je n’ai jamais eu ces idéologies, je n’ai aucune sympathie pour ce Mohamed Merah, je n’ai jamais été sur des sites djihadistes, jamais touché une kalachnikov. Je suis pour un islam laïc, moderne…  » Mais la présidente n’en retient pas moins les menaces de «  mettre des coups de couteau à des gens dans la rue, c’est inquiétant !  ». Surtout «  en ces temps troublés  », poursuit la procureur qui, lisant le casier judiciaire, estime avoir face à elle «  un homme au comportement violent et impulsif  » contre qui elle a requis deux ans de prison dont 6 mois avec sursis et mise à l’épreuve (SME).

Me Senaya répète que son client admet «  être allé trop loin dans ses paroles  » et insiste : «  Ce n’est pas un terroriste, c’est un musulman modéré  ». Concernant les violences sur sa compagne, l’avocate estime que «  Madame exagère  ». Minimisant la gravité des faits reprochés, elle a plaidé contre l’emprisonnement de son client. Mais les juges ont condamné Nordine Iadadaine à 20 mois de prison dont 6 avec SME et ont prononcé l’interdiction de contacts avec la victime qu’il devra indemniser à l’issue d’une prochaine audience, fixée au 1er juin.

La Voix du Nord

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Les Sœurs : les femmes cachées du jihad (Màj : vidéo complète)

02/02/2017

[embedded content]


31/01/2017

Depuis 2012, près de 300 Françaises ont rejoint la Syrie. Dans le jargon djihadiste, on les appelle les « sœurs ». La France a découvert leur existence le 8 septembre 2016 avec l’affaire dite des bonbonnes de gaz, un commando de jeunes femmes arrêtées suite à la découverte d’une voiture piégée dans le quartier de la cathédrale Notre-Dame à Paris.

[embedded content]

Depuis plus d’un an, une équipe de reporters a mené l’enquête sur ces femmes cachées qui jouent un rôle clé dans la sphère djihadiste. Leur outil de prédilection : Internet. C’est le plus souvent sur la Toile qu’elles rencontrent des recruteurs, préparent leur « Hijra », leur départ en zone irako-syrienne ou, pire encore, fomentent un attentat en France.

Les journalistes ont réussi à convaincre certaines de ces « sœurs » de briser l’omerta et de livrer leur histoire, malgré les menaces. Ces jeunes femmes radicalisées et ultra déterminées ont parfois à peine 15 ans et viennent de tous les milieux.

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Creil (60) : Miloud se rebelle et menace de mort les policiers

Son avocat a tout essayé, martelant que « sans son casier, mon client ne serait pas ici », le tribunal a bien condamné Miloud Boudali à 12 mois de prison, dont quatre avec sursis, avec mandat de dépôt. Le Creillois était jugé pour vol, outrage et rébellion.

Du haut de ses 21 ans, le jeune homme compte déjà une vingtaine de mentions à son casier. Actuellement incarcéré à Perpignan (Pyrénées-Orientales), c’est lors d’une permission qu’il aurait récidivé.

Dans la nuit du 23 au 24 janvier, la police est appelée sur le plateau Rouher, à Creil, pour un vol de téléphone. La jeune fille victime du vol identifie Miloud Boudali, son ex-petit ami, comme son agresseur. La police lui tend alors un piège, en demandant à la victime de l’appeler pour lui donner rendez-vous.

Le jeune homme se rend à la rencontre mais l’interpellation tourne mal. Face aux policiers, Miloud Boudali se rebelle. Et selon les forces de l’ordre, il les insulte, allant jusqu’à les menacer de mort. Assumant les faits de rébellion et d’outrage, tout en les minimisant, il niera jusqu’au bout le vol.

La défense tentera de s’appuyer sur « des faits très contestables » : le téléphone jamais retrouvé et les changements de version de la victime. Une première décrivant Miloud comme le voleur, une deuxième innocentant le jeune homme sous fond de vengeance sentimentale, avant de revenir à sa première déposition. Pas de quoi convaincre le tribunal qui a tranché pour une peine ferme.

Le Parisien

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture