Archive for février, 2014

N’en déplaise à l’hurluberlu BHL, il y a deux Ukraine, et peut-être trois…

février 28, 2014

Les contrôles rivaux successifs sur l’aéroport international de la presqu’ile de Crimée le montrent à l’évidence et s’imposent à tout esprit sérieux et honnête : il n’y a pas une, mais deux Ukraine(s), trois peut-être. La république d’Ukraine vit peut-être ses derniers jours, comme Etat unifié. Si c’est le cas, rien de scandaleux à cela, elle ne fera que suivre le chemin de l’ancienne Tchécoslovaquie crée après l’effondrement de l’empire austro-hongrois, avec un bout de « l’Ukraine » (la Slovaquie), un peuple slave fortement germanisé (les Tchèques) et une partie des Saxons (les allemands des Sudètes) et deux minorités (les Juifs et les Tziganes).

Il y a la russophone, toujours attachée à la Russie de Moscou, héritière de la grande Russie impériale et de la Russie des soviets. Ces deux Russie successives ont jeté des bases industrielles ou bâti des infrastructures (chemin de fer, centrales électriques, ports…), en y employant des prolétaires russes. En Ukraine, dans cette Ukraine orientale, on gardera le souvenir du bassin minier du Donbass, avec ses mineurs, -fières gueule noires-, organisés et combattifs. L’indépendance ukrainienne et la politique européenne ont, comme partout ailleurs, produit la fermeture des mines et une grande misère parmi ces ouvriers dignes et fiers, même quand les riches filons affleuraient encore.

L’ukrainophone, -on devrait d’ailleurs dire les « ukrainophones-, est formé de plusieurs nationalités et de différentes langues, distinctes du Russe de Moscou, du polonais, du slave germanisé de Prague, ou du slave lituanisé du nord-ouest du  pays. A l’inverse, elle garde non un souvenir, mais un cauchemar, celui de la famine organisée par Staline au début des années trente (trois millions de victimes).

Le farfelu sorti des laboratoires idéologiques de la rue d’Ulm voit, -dans l’Ukraine, ce grenier à blé de l’ancienne et de la nouvelle Russie de Moscou,- ce qu’il appelle « la ville » ou la « civilisation », par opposition à la Russie de Moscou. Il voit, dans l’ancienne Ruthénie, ou Russie de Kiev, le plus vieil et légitime Etat, sauf que… Sauf, que la première Russie étatique, la Russie de Kiev, -la Russie d’Alexandre Nevski fils du Prince de Kiev qui obtint la victoire sur les chevaliers teutoniques-, fut d’abord l’enfant de la conquête viking par les Varègues créant le plus grand ensemble étatique féodal avant la Pologne et la Russie de Moscou. Cette première Russie, la grande Russie « rouge » ne procédait pas d’un développement et d’une culture endogènes et disparut sans laisser beaucoup de traces et de regrets.

La Ruthénie (l’Ukraine) succomba rapidement, sous les coups des Tatars de Crimée de la Horde d’or. Ensuite, quand la Pologne réduisit les Tatars au rang de peuplades tributaires confinés à la Crimée, les dépouilles de l’ancienne Ruthénie devinrent possession de la confédération polono-lituanienne.

Parlant dans un micro, BHL roulait des larmes d’amour (feint ?) et d’admiration (feinte aussi ?) pour le « peuple de Maïdan », et beaucoup de mépris pour la Russie de Moscou, malgré les nombreux grands esprits de la Russie, celle de Moscou, non-Juifs et Juifs, Hertzen, Tchernychevski, Tolstoï, Bakounine, Voline, Trotski, Plekhanov, Martov, Soutine, et tant d’autres grands esprits politiques ou artistiques.

Les Russes de Moscou ont inventé le socialisme agraire, le vieux populisme de la Narodnaïa Volia (la Volonté du Peuple) et du « Partage noir », populisme dont l’esprit avait si fortement imprégné les intellectuels juifs qui retourneront vivre aux pays des aïeux qu’il en sortira le socialisme des kibboutz, qui se voulait socialisme intégral, qui demeurent consubstantiel à la renaissance nationale juive en Terre d’Israël.

Makhno, pour la Russie de Kiev, voulut d’une révolution paysanne libertaire en Ukraine, dans un esprit de communisme intégral non bureaucratique et fédéré. Malheureusement, il ne put, ne sut ou ne voulut, mettre fin aux débordements de violences meurtrières contre les stet’l juifs qui se trouvaient sur le passage de son armée se mouvant entre l’armée rouge et les armées blanches.

Il paraît que BHL, Bernard Henry Levy, -pas Bazar de l’Hôtel de Lille-, est un Juif. Quand on m’a rappelé cela, après son discours apologétique, creux et pathétique, de la place Maïdan, je me suis dit qu’il avait peut-être adopté ce nom, par snobisme ou pour une bizarre provocation.

En effet, l’Ukraine de la place Maïdan, – opposée à celle qui désigna le Juif Hassidim Marc Chagall en qualité de commissaire du peuple à la culture de la république soviétique d’Ukraine- n’est-ce pas celle aussi de Petlioura et des grands pogroms ukrainiens des années 1918-1921, qui firent plusieurs dizaines de milliers de victimes ?

Ce « peuple de Maïdan », placé au-dessus des celui du bassin minier du Donbass ou du barrage géant de Dniepropetrovsk, n’est-ce pas aussi celui des Travniki, celui de ces SS locaux qui formaient le gros bataillon des gardiens, dans les camps d’extermination nazis?

Je n’évoquerai pas ici Bandera, ce nationaliste ukrainien armé combattait à la fois Moscou et Berlin. Il n’aurait pas quémandé la venue de la Dame Ashton, pour s’abaisser à picorer dans le creux de la main de la diplomate europoïde. Ses partisans ne fusillaient pas les Juifs, ils ne les livraient pas non plus.

Le « peuple de Maïdan », promu comme le socle de la « ville », pilier de la « civilisation », dans le domaine des slaves orientaux constitués en Etat par les conquérants nordiques, n’est-ce pas aussi le peuple de Kmielnicki, celui du soulèvement des cosaques Zaporogues alliés aux Tatars de Crimée et entrainant des foules paysannes, menés par l’Hetman jusqu’à la mer baltique, laissant sur leur passage des flots de sang polonais et juif ? La révolte anti-polonaise de Kmielnicki (milieu du 17ème siècle) se traduira par un quart de million de Juifs massacrés.

Qu’en dit le « peuple de Maïdan » ?

On voit, par ces brefs rappels, que l’idéologie de bazar de l’ancien bachoteur de la rue d’Ulm, que Kiev n’a pas de légitimité particulière par rapport à Moscou. En vérité, ii y a une crise profonde. Il y a deux nations, deux communautés de destin accolées. Vont-elles se séparer, choisir la voie paisible des Tchèques et des Slovaques ou, à l’inverse, -sous la pression et les menaces irresponsables de la bureaucratie bruxelloise-, se forcer à vivre dans un Etat commun ; un Etat qui risque fort de devenir un nouveau corset de fer ?

Alain Rubin

PARTAGEZ ! ...

Tags: , , , , ,
Posted in Islamisation en France, Islamisme, Islamistes, riposte laique No Comments »

La haine des prétendus anti-racistes contre les immigrés patriotes

février 28, 2014

[unable to retrieve full-text content]Dans son journal intime, l’écrivain Renaud Camus raconte l’attitude haineuse de l’avocat du Mrap, Maître Mairat, à l’encontre d’un de ses témoins, Farid Tali…

PARTAGEZ ! ...

Tags: , , , , ,
Posted in Islamisation en France, Islamisme, Islamistes, RACISME - ANTI-RACISME No Comments »

France 24 au service de Dounia Bouzar et sa propagande sur l’islam

février 28, 2014

Sur France 24, nous n’avons eu droit qu’à cette propagande de Dounia Bouzar qui veut  « Désamorcer l’islam radical », au lieu de désamorcer l’islam tout simplement.

Image de prévisualisation YouTube

http://www.youtube.com/watch?v=1SaSzMhfUec

Presqu’au même moment, Naïma Charaï réagissait aux propos  dAlain Finkielkraut « Et puis il y a aussi une place en France pour les Français de souche ! Il ne faut pas complètement les oublier ! ». La commissaire politique du PS menaçait : « Il est inacceptable que ces propos soient tenus librement à la télévision sur une chaîne publique et qu’aucun des représentants du service public présents sur le plateau n’ait jugé opportun de relever ni de contredire ces affirmations que je trouve particulièrement choquantes ». Elle saisit le CSA et exprime  toute honte bue, son souhait totalitaire d’un TV-Pravda.

Mais devant les manipulations et les mensonges grossiers de Dounia Bouzar, Naïma Charaï ne trouve rien à redire.

Bien au contraire, elle apprécie l’aide apporté sur le service public par Gauthier Rybinski quand il va dans le sens de Dounia Bouzar en déclarant  « Désamorcer l’islam radical : saisir le dévoiement et la falsification présumée de l’islam auxquels ont procédé ces radicaux  …. ».

Sous prétexte d’informer les Français, ce journaliste fait preuve d’une ignorance, réelle ou feinte dans un but de manipulation de l’opinion française. On est en droit de se poser la question : Gauthier Rybinski est-il journaliste indépendant sur une chaine publique ? Il donne plutôt l’impression de relayer la propagande mensongère de Doubnia Bouzar, en prétendant que l’islam est étranger au terrorisme islamiste.

Face à ces manipulations grossière, il devient nécessaire de rappeler à Dounia Bouzar et ses supplétifs  de la TV-Pravda islamiste, que c’est bien eux, et non pas les radicaux terroristes, qui falsifient l’islam tel que son fondateur Mahomet l’a instauré.

Les terroristes appliquent l’islam authentique, en suivant les actes et les paroles de son fondateur, Mahomet ce « modèle parfait que tout musulmans se doit d’imiter »  comme le prescrit explicitement le Coran :

(S33, V21) : « En effet, vous avez dans le Messager d’Allah un excellent modèle à suivre, pour quiconque espère en Allah et au Jour dernier et invoque Allah fréquemment ».

Et à ce titre, les historiens musulmans nous apprennent que Mahomet pratiquait bel et bien le terrorisme. En effet, le Coran comme tous les textes fondateurs de l’islam, sont unanimes sur ce sujet .Les premiers biographes musulmans qui font autorité dans l’islam et qui sont enseignés dans tous les instituts islamiques, y compris en France, rapportent avec précision et unanimité les meurtres commandités par Mahomet.

Parmi ces historiens des premiers temps de l’islam, je citerais Ibn Ishaq et Ibn Hisham («Sirat Rassul Allah » : Conduite de l’envoyé d’Allah), Waqidi  (« Livre des expéditions »), Ibn Saad  (« Tabaqat »), Tabarri ou ceux qui ont établi les recueils de Hadiths : Bukhari ou Muslim (les Sahihs).

Dans la liste très longue des assassinats, exécutions, razzias, embuscades et massacres, pratiqués par Mahomet, on ne prendra que  quelques exemples.

Dans cet article, on commencera par les attentats terroristes commandités par le Prophète de l’islam. Ce terrorisme pratiqué par Mahomet lui-même, est en tout point semblable au terrorisme islamique qui ensanglante la planète aujourd’hui.

Trois exemples illustrent ce choix stratégique de la terreur par Mahomet : l’assassinat de la poétesse Asma, du vieux poète Kaab et celui d’Aqaf. Ces crimes punissaient  des personnes uniquement pour les paroles qu’elles avaient prononcées. Ce qui montre que le refus de la liberté d’expression fait partie intégrante de l’islam. On peut dire que ce refus de toute liberté d’expression est consubstantiel à l’islam. On peut illustrer ce point fondamental par le récit de ces attentats terroristes, tels que les rapportent les premiers historiens et biographe de Mahomet.

Trois exemples d’attentats terroristes commandités par Mahomet

·        Le meurtre de la poétesse Asma bint Marwane :

La poétesse Asma offensait et provoquait le parti musulman. Mahomet demanda : « qui veut me débarrasser d’Asma ? ». Umayr annonça qu’il allait la tuer. « La nuit,  il se faufila chez elle pendant que ses enfants dormaient autour d’elle. Le plus jeune était encore accroché à son sein. Il retira le bébé du sein de sa mère, et avec le sabre, il la transperça. Pour la prière du matin, il était déjà de retour à Médine. Muhammad lui demanda aussitôt s’il l’avait tuée. Il avait peur de la question. Ensuite, il fut tout de suite rassuré par Mahomet. » (Al Waqidi : Livre des expéditions)

·        Le meurtre du vieux poète Kaab.

Vers 624, Mohamet a été critiqué par le poète Ka`b ibn Al-’Achraf. Mahomet demanda : « Qui me débarrassera de Ka`b ibn Al-’Achraf qui a mal agi envers Allah et Son Envoyé? ». Muhammad ibn Maslama répondit: « O Envoyé d’Allah, veux-tu que je le tue? ». – « Certes oui », répliqua le Prophète. ..La nuit les quatre hommes allèrent trouver Ka`b en l’appelant à l’aide pour un prêt. L’homme généreux répond à l’appel à cet appel fait de nuit.

Muhammad ibn Mas`ûd dit à ses compagnons: « Quand il viendra, je m’approcherai de lui et lorsque je tiendrai bien sa tête entre mes mains, frappez-le ». Lorsque Ka`b descendit, en portant son arme, on lui dit: « Nous sentons une très belle odeur! » – « Oui, répondit-il, ma femme est la plus parfumée des femmes arabes ». Ibn Mas’ud lui dit ensuite: « Me permets-tu de sentir? ». – « Oui », répliqua Ka`b. Après que Ibn Mas’ud ait senti l’odeur, il lui dit: « Me permets-tu de la sentir encore une fois? ». Et comme il disait cela, il tint la tête de Ka`b entre ses mains en s’écriant à ses compagnons: « Il est à vous! ». Et, ils le tuèrent. (Sahih Muslim, Hadith 1801 : http://hadith.al-islam.com/Page.aspx?pageid=192&BookID=25&PID=3431 )

·        Le meurtre du vieux poète Abu Afaq.

Abu Afak était un vieil homme, ayant atteint l’âge de 120 ans. Il était un membre du clan des Banu Ubayda. Il avait montré de la désapprobation quand l’apôtre d’Allah a tué al Harith ibn Suwayd.

Mahomte a demandé : « Qui s’occupera de ce vaurien pour moi? »

« Alors Salim ibn Umayr, frère des banu Amir, s’engagea à le tuer. Il attendit une opportunité de le faire : certaine nuit très chaude, où Abu Afak dormait à l’air libre. Salim le sut, et il plaça son sabre juste au niveau de son foie, puis appuya fort jusqu’à atteindre le lit. L’ennemi d’Allah hurla et les gens qui était à sa suite se dépêchèrent à son secours, l’emportèrent puis l’inhumèrent. » (Ibn Sa’d : Tabaqat et d’ibn Hishâm : Conduite du Messager d’Allah)

Le terrorisme de Mahomet et les manipulation de Dounia Bouzar aidée par Gauthier Rybinski.

Ces quelques exemples montrent que Mahomet, en tant que fondateur de l’islam, a pratiqué le terrorisme. Face à cette réalité incontournable, les propos de Dounia Bouzar paraissent pour ce qu’ils sont : une suite de manipulations grossières. Quand elle dit : « C’est vrai que je commence le livre en disant au départ … et ils sont inquiets du résultat et du discours de haine, voire des meurtres barbares qui sont commis », elle serait plus crédible si elle s’exprimait ainsi : « c’est difficile pour les musulmans de devoir se justifier des actes terroristes de Mahomet, le fondateur de l’islam. Ils sont inquiets du résultat et du discours de haine propagé par leur livre sacré : le Coran, voir des meurtres barbares commis par leur prophète Mahomet ».

Au lieu de dire cette vérité, elle préfère continuer ainsi : « C’est vrai, au départ on a envie de se dire on n’a rien à voir avec ça… Et puis j’ai fini par écrire le livre à la suite d’une interview de Michel Onfray … Et Là, je suis dit, il va falloir essayer de faire la différence sur : à partir de quand c’est du radicalisme et à partir de quand c’est de l’islam…. » Mahomet, par ses meurtres, son terrorisme, son esclavagisme, ses razzias et ses massacres, est le mieux placé pour répondre à Dounia Bouzar : le radicalisme islamiste n’est rien d’autre que la mise en application de lîslam, qui reste une idéologie politique totalitaire et conquérante.,

Dans mon prochain article, j’essayerais de répondre à ces propos ignominieux de Gauthier Rybinski : « Il y a d’une manière consubstantielle à chaque religion monothéiste ce potentiel radical, radicalisant, est-ce que ce n’est pas finalement intrinsèque, congénital à chaque religion ». Ce journaliste aurait dû se contenter de dire la vérité : « Il y a d’une manière consubstantielle à l’islam ce potentiel radical, radicalisant ». Et s’il voulait réellement informer les Français, il commencerait par inviter ceux qui connaissent et s’expriment honnêtement sur l’islam, comme Wafa Sultane. Mais pour cela, il faut éliminer l’immense chape de plomb imposée aux médias du service public. Ce n’est pas demain que Rybinski permettra à Wafa Sultan d’expliquer aux français la vraie nature de l’islam.

Image de prévisualisation YouTube

http://www.youtube.com/watch?v=dv_ayC9uaik

Image de prévisualisation YouTube

http://www.youtube.com/watch?v=VqvskXCz-

Zohra Nedaa-Amal

PARTAGEZ ! ...

Tags: , , , , ,
Posted in Islamisation en France, Islamisme, Islamistes, riposte laique No Comments »

Démocratiser l’islam reviendrait à réhabiliter le nazisme

février 28, 2014

Je ne me fais guère d’illusions quant à l’avenir de la Démocratie en terre d’Islam contrairement aux rêveurs, aux fabulateurs et aux tartuffes en tous genres qui délirent sur la compatibilité de la démocratie avec l’islam comme si l’on dotait le nazisme de vertus humanistes et pacifistes.

Autant demander à Allah de céder sa souveraineté absolue à ses ouailles nées pour exécuter sa volonté, ‘abid esclaves, ce qui est un véritable crime blasphématoire exposant l’outrecuidant au pire châtiment. La terre musulmane du fait de son caractère propre est infertile pour la semence démocratique, comme si on voulait faire pousser du jasmin dans le désert d Arabie ou celui d’Atacama, le désert le plus aride au monde.

En effet, le problème est moins l’islamisme qui, à mon sens est un écran de fumée et un moyen pernicieux de dédouaner l’Islam, de le déculpabiliser et de l’exonérer de toutes ces dérives terroristes et exactions barbares commises par les extrémistes musulmans, se comportant comme des machines de mort. Les musulmans faute de fabriquer des armes de destruction massive ont transformé leur corps en de véritables bombes humaines jusqu’à atteindre une échelle industrielle. Alors que c’est l’Islam lui-même qui est la source nourricière de l’islamisme djihadiste combattant dans le sentier d’Allah. C’est pourquoi, il ne saurait condamner explicitement la terreur enracinée en lui-même s’il faut la resituer dans son contexte historique au 7 e siècle inhérente aux autres religions monothéistes qui ne sont pas non plus un hymne à la paix. Dans la mesure où l’on considère que l’islamisme est une banale idéologie politique comme si l’Islam n’en était pas une. Ne veut il pas faire de la terre le Royaume d’Allah justement à l’antipode du christianisme ? A la différence de ce dernier, l’Islam est un système de nature politico-religieuse. Foi, politique et société. Il est unitariste et totalitaire. Il ne sépare pas le sacré du profane et le séculier du séculaire. Ce mélange des genres qui s’articule autour de l’ omniscience et l’omniprésence de la parole sacrée, constitue un frein insurmontable à l’éligibilité de la Démocratie dans les pays musulmans.

Dans les sociétés islamisées, seules les lois d’essence divine ont cours, toute autre loi n’ayant pas ce caractère sacré est considérée comme un sacrilège. L’slam ne conçoit pas que l’homme responsable puisse agir sur son destin politique, alors que sa mission et la seule est de répandre la parole d’Allah sur terre et instaurer le modèle de l’Etat islamique tel qu’il est défini par le Coran dont les lois sont immuables et intemporelles.

Seul Allah a le pouvoir de légiférer en opposition totale et absolue avec notre droit positif et une négation du principe fondamental de la démocratie qu’est l expression de la volonté du peuple souverain. Or, la Démocratie est par définition une doctrine politique, d’ essence humaine, par laquelle la souveraineté appartient à l’ensemble des citoyens (notion inconnue dans le Coran) au sein d une organisation qui a souvent la forme d’une République (en opposition à la notion de l’Oumma).

Dans un système démocratique, les hommes sont libres et égaux en matière de leur choix de vie, leur choix politique (droit de vote), leur liberté de conscience (interdite dans l’islam et punissable de mort). Un système démocratique repose aussi sur le principe inaliénable d’égalité des droits entre les citoyens indépendamment de leur sexe (le coran ne reconnait pas l’égalité homme femme) de leurs origines (non fondées sur la foi contrairement à l’islam). La démocratie protège les citoyens sur des critères autres que ceux définis par le Coran ou la Charia qui autorisent de discriminer les non croyants et e les châtier si nécessaire. Un athée n’a pas le droit à la vie en terre d Islam, soit la conversion soit la mort.

En conclusion, une organisation politique quelle que soit son essence, humaine pour la démocratie et divine ou prétendue telle comme dans l’Oumma musulmane qui ne reconnaît pas à l’homme ses libertés fondamentales, telle que sa liberté de culte et conscience inscrite en lettre d or dans la Déclaration Universelle de Droits de l’Homme et du Citoyen de 1948 jamais adoptée par les Etats Islamiques jugée contraire à leur foi) est indéniablement liberticide, totalitaire et théocratique. Ainsi l’illusion démocratique sera pour les Musulmans qu’une effluve enivrante que laissera derrière elle DAME DEMOCRATIE. Dans une cité musulmane la souverainté revient à Allah et la soumission et l’allégeance sont au peuple.

Salem Benammar

PARTAGEZ ! ...

Tags: , , , , ,
Posted in Islamisation en France, Islamisme, Islamistes, NOUVELLE EXTREME DROITE No Comments »

Youtube videos traffics to bring them into compliance with sharia… For us to respond !

février 28, 2014

[unable to retrieve full-text content]I pointed out yesterday the Muslim revolt against a clip of Katy Perry. Well they may continue to impose Sharia law with their protest , as the youtube video have tampered concerned to dismiss the subject of the ch…

PARTAGEZ ! ...

Tags: , , , , ,
Posted in Islamisation en France, Islamisme, Islamistes, RESISTANCE REPUBLICAINE No Comments »

28 février 1794 : Massacre des Lucs-sur-Boulogne (Rediff)

février 28, 2014

Le massacre des Lucs-sur-Boulogne est le plus célèbre et le plus important massacre perpétré par les troupes républicaines des colonnes infernales pendant la guerre de Vendée. Le 28 février 1794, tuant et incendiant sur leur passage, les colonnes des généraux Cordellier et Crouzat se dirigent vers le village des Lucs-sur-Boulogne. Mais sur le chemin, ils […]

Cet article 28 février 1794 : Massacre des Lucs-sur-Boulogne (Rediff) est apparu en premier sur Fdesouche.

PARTAGEZ ! ...

Tags: , , , , , ,
Posted in 1794, Charette, culture, guerre de vendée, Histoire, Islamisation en France, Islamisme, Islamistes, lucs-sur-boulogne, Révolution, vendée No Comments »