Russie : Un journaliste agressé au couteau parce qu’il a critiqué l’islam

Par Melba le 30 mai 2012

Encore une attaque contre la liberté d’expression sur l’islam.

Moscou : Un animateur de radio a dû être hospitalisé après avoir été attaqué au couteau et blessé 15 fois par un groupe criminel non identifié. Il y a deux semaines, le journaliste s’était hasardé à critiquer le fondateur de l’Islam, le prophète Mahomet, sur les ondes.

Sergey Aslanyan, 46 ans, a été conduit à l’hôpital de Moscou avec de nombreuses blessures au couteau peu profondes à la poitrine, au cou et sur un bras.

Selon le rapport de police, lundi dans la soirée un homme inconnu a sonné à l’interphone de l’appartement d’Aslanyan, et a demandé à ce dernier de descendre parce qu’il voulait discuter avec lui. Lorsque le journaliste est sorti  il a immédiatement été frappé à la tête avec un objet lourd, après quoi l’agresseur a agi avec le couteau.

Sergey Aslanyan a affirmé que l’attaquant criait: “Tu es l’ennemi d’Allah!” alors qu’il le lacérait.

Source : RT  Extrait traduit par Bivouac-id

Rubriques: International
Mots-clés: , ,

news feed @2013

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

[Vidéo] Manifestation djihadiste à Tunis

Des milliers de Tunisiens supporters d’Oussama Ben Laden se sont rassemblés le 20 mai dernier.

http://www.youtube.com/v/TikEcT1DgEU?version=3&hl=en_US

La foule: Obama, Obama, nous sommes tous Oussama!

Moktar Jbeli (prêcheur tunisien): Certains tunisiens et musulmans ont peur des djihadistes.
Et il faut se demander: comment cela se fait ?
C’est parce que les ennemis ont distordu l’image des djihadistes, en les présentant comme les ennemis des musulmans.
Nous disons : NON ! chaque musulman est un djihadise.

les ennemis de l’islam voudraient que nous soyons comme des moutons, que nous agissions comme des femmes.

Ils ont pillé la Palestine et d’autres terres et lieux saints.

Ils veulent mettrent les djihadistes derrière des barreaux.

Pourquoi? pour que les lieux saints ne soient pas libérés.

Nous sommes tous des djihadistes, pour défendre Jerusalem et porter la parole d’Allah.

Alors crions ensemble “Allahou Akbar”, afin qu’Obama le singe nous entende. Allez tous ensemble

La foule : “Allahou Akbar”,

“Allahou Akbar”,

“Allahou Akbar”

…(démonstration de judo)

“Kaybar, Kaybar, Oh les juifs, L’amée de Mohammed est de retour.”

(démonstration de maniement de baton)

Source : Memri

Rubriques: International
Mots-clés: , ,

news feed @2013

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

L’islam est essentiellement une idéologie totalitaire plutôt qu’une religion

Version imprimableEnvoyer par courriel

Adaptation française, titre et sous-titres par Points de Repères à partir d’un article publié dans le Washington Times, écrit par Geert Wilders : « Wilders : Resisting threat of fanatical Islam – West must not surrender permanent liberty for temporary tolerance » paru le 4 mai 2012.
PDF de l’article (original en langue anglaise) disponible en cliquant ici.
Geert Wilders est membre du parlement hollandais. Il est leader du « Parti pour la liberté » et auteur du livre « Marked for Death : Islam’s War Against the West and Me » (Regnery, 2012).

« Alors que j’écris ces lignes, il y a des policiers qui veillent à ma sécurité »

Alors que j’écris ces lignes, il y a des policiers qui veillent à ma sécurité. Aucun visiteur ne peut entrer dans mon bureau sans faire l’objet au préalable d’une fouille minutieuse. Pourquoi? Parce qu’on veut me mettre à mort. Je dois désormais vivre dans une maison fortement sécurisée. Chaque matin, je suis conduit à mon bureau dans l’édifice du Parlement hollandais à l’aide d’un véhicule blindé. Quand je sors à l’extérieur, je suis protégé (depuis plus de sept années déjà) par des agents de police habillés en civil. Quand je parle en public, je porte une veste pare-balles.

Marked for deathQui suis-je? Je ne suis ni roi, ni président, ni même ministre. Je suis un simple politicien hollandais. Mais parce que je m’élève contre l’influence grandissante de l’islam en Europe, on veut me mettre à mort. C’est le risque que vous prenez si vous critiquez l’islam. Voilà pourquoi si peu de politiciens osent dire la vérité à propos de la menace que constitue l’islam. Le péril de l’islam surpasse celui du communisme de l’ère soviétique. En effet, les politiciens qui nous mettaient en garde quant à la menace soviétique n’étaient pas obligés de se cacher, alors que c’est le cas pour ceux qui osent parler contre l’islam.

J’ai reçu mes premières menaces de mort en septembre 2003 après que j’eus demandé au gouvernement hollandais d’enquêter sur une mosquée radicale. Quand les menaces de mort furent plus fréquentes, les autorités hollandaises m’assignèrent une présence policière en permanence. En novembre 2004, après qu’un musulman fanatique assassina le cinéaste hollandais Theo van Gogh pour avoir réalisé un film sur les sévices infligés aux femmes dans l’islam, des policiers armés vinrent, de nuit, m’évincer de ma résidence, par le biais d’un véhicule blindé. Ce fut la dernière fois que je résidai dans ma maison. Depuis ce jour, j’ai tour à tour vécu dans des casernes de l’armée, dans une cellule de prison et maintenant dans une maison sécurisée propriété du gouvernement.

Je me suis adapté à cette situation. Après plus de 7 années, les mesures de sécurité font maintenant partie de mon quotidien. Cependant, dans une société libre il va de soi qu’aucun politicien ne devrait craindre pour sa vie parce qu’il ose parler de sujets ou de problèmes qui inquiètent le peuple même.

La liberté de parole est un droit fondamental. Pourtant, des organisations islamiques couplées à des organisations de gauche tentèrent de m’enlever ce droit en m’intentant des poursuites judiciaires pour « discours haineux ». Après 3 années de poursuites, je fus innocenté de toutes les accusations qui me pesaient sur moi.

Plus d’islam signifie moins de vie, de liberté et de bonheur

J’avais coutume de voyager fréquemment dans le monde musulman, mais ce n’est plus possible maintenant. J’ai lu le coran ainsi que la vie de Mahomet. J’ai réalisé que l’islam était essentiellement une idéologie totalitaire plutôt qu’une religion. Je suis désolé pour les peuples arabe, perse, indien et indonésien qui doivent vivre sous le joug de l’islam.

Il s’agit d’un système de croyances qui condamne à mort, en vertu de la charia, ceux qui le quittent, oblige ses critiques à se dissimuler et nie le concept de liberté individuelle. Or sans liberté, il ne peut y avoir de prospérité ni de poursuite du bonheur. Plus il y a d’islam, moins il y a de vie, de liberté et de bonheur.

Voilà pourquoi je considère qu’il est de mon devoir de sonner l’alarme à propos de l’implacable expansion de l’islam. Alors que plusieurs musulmans sont modérés, l’islam pour sa part ne l’est pas. De fait, les musulmans qui prennent au sérieux l’islam font la guerre à l’Occident, et ils le font maintenant de l’intérieur de nos frontières.

57 % des Hollandais considèrent que l’immigration de masse qu’a connue leur pays est la plus grande erreur commise dans l’histoire de leur pays. Cependant, plusieurs politiciens continuent de minimiser l’importance de ce grand bouleversement. Ils ignorent les inquiétudes de leur peuple au nom du politiquement correct et du relativisme culturel, qui consiste à dire que toutes les cultures sont égales, et que par conséquent, les immigrants n’ont pas à s’intégrer : les valeurs islamiques étant prétendument aussi valables que les valeurs hollandaises, britanniques ou américaines.

Ce que nous risquons de perdre

Si nous ne nous opposons pas à l’islamisation de nos sociétés, nous allons tout perdre : notre liberté, notre identité, notre démocratie, notre État de droit. Afin de préserver la civilisation occidentale, nous devons faire quatre choses : se porter à la défense de la liberté d’expression, rejeter le relativisme culturel, contrer l’islamisation et chérir nos identités nationales et occidentales, qu’elles soient hollandaises, françaises, britanniques ou américaines.

De toutes nos libertés, la liberté de parole est la plus importante. La liberté de parole est la pierre angulaire d’une société libre. Tant et aussi longtemps que nous sommes libres de dire ce que nous pensons, il est possible d’éveiller nos concitoyens à l’importance de cet enjeu. Dans les démocraties occidentales, nous ne réglons pas nos différends par l’usage de la violence, mais par le biais d’arguments écrits ou verbaux. Dans la recherche du vrai, nous permettons à toute personne d’exprimer son point de vue. C’est de cette manière que nous nous sommes distancés de la barbarie pour nous orienter vers une société libre et prospère. C’est l’héritage que nous devons léguer à nos enfants.

J’ai écrit un livre intitulé « Marked for Death » (« Marqué pour la mort ») afin de défendre la liberté de parole. Ce livre parle du fait que l’islam m’a voué à la mort, ainsi que la civilisation occidentale. Ce livre constitue un avertissement à propos du danger qui consiste à fermer les yeux sur la nature véritable de l’islam.

Bien que l’islam menace l’Europe et l’Amérique, l’Occident n’est pas encore perdu. L’Occident survivra tant et aussi longtemps que l’esprit de liberté restera intact. Alors que l’islam m’a voué à la mort, de plus en plus d’électeurs hollandais me soutiennent. De fait, nous avons commencé à contrer l’islamisation dans mon pays. D’autres pays peuvent faire de même.

Je ne demeurerai jamais silencieux, car nous ne devons jamais permettre à de violents fanatiques de dicter ce que nous devons dire ou lire. Nous devons nous rebeller contre leurs règles et demandes étouffantes. Nous devons, selon les mots mêmes du vétéran et général John Stark, « Vivre librement ou mourir ».

AnyBlog @2013

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Crimes d’honneur : Francine Pelletier relaie le message des islamistes

RÉSUMÉ – Après avoir produit un film sur deux militantes musulmanes sans parler de leurs liens avec des organisations pro-charia financées par l’Arabie saoudite, Francine Pelletier fait montre de relativisme culturel en présentant les crimes d’honneur comme une variante de la violence domestique conventionnelle. Elle prend également soin d’évacuer la justification des crimes d’honneur par la charia.

pelletier francine boteOn savait de Francine Pelletier qu’elle avait réussi le tour de force de réaliser un film sur deux militantes musulmanes sans ne rien nous dire de leurs liens avec des organisations pro-charia qui reçoivent des fonds de l’Arabie saoudite et qui en transfèrent d’autres vers le collecteur de fonds du Hamas au Canada.

Point de Bascule (4 mai 2012) : Qui tire les ficelles derrière les sœurs musulmanes de Francine Pelletier?

On savait également de Francine Pelletier qu’elle a cautionné l’islamiste Tariq Ramadan en participant aux activités de son organisation Présence Musulmane dans le passé. Ramadan a été nommé récemment à la tête d’un centre de recherche sur la charia financé par le Qatar et endossé par le guide spirituel des Frères Musulmans, Youssef Qaradawi. Ce même Qaradawi, que Ramadan présente comme «un des exégètes de l’islam les plus importants» à s’être prononcé sur la question des attitudes et des comportements que les musulmans doivent adopter lorsqu’ils vivent en Occident, encourage ouvertement les mutilations génitales féminines et l’assassinat des homosexuels (vidéo 5:27). Il promeut Hitler comme un envoyé d’Allah venu punir les juifs. (Tariq Ramadan, Radical Reform, New York, Oxford University Press, 2009, pp. 31 et 326)

En 2004, Tariq Ramadan incita les leaders musulmans opérant au Canada à recourir aux institutions existantes pour introduire la charia au pays dans une interview à un périodique égyptien. En 2011, il invita ses supporteurs réunis à Dallas à «coloniser» les États-Unis «avec notre compréhension de l’islam, avec nos principes».

Pendant qu’une musulmane comme Fatima Houda-Pepin prenait des risques importants pour nous mettre en garde contre les tentatives d’implantation de la charia au Canada, Francine Pelletier s’activait à donner de la crédibilité à un de ses principaux promoteurs, Tariq Ramadan. Une histoire de résistance. Une histoire de collaboration.

Depuis quelques jours, on sait également de Francine Pelletier qu’elle relaie le message des islamistes sur la question des crimes d’honneur. Dans sa récente critique du film Ces crimes sans honneur, elle insinue que les crimes d’honneur ne seraient qu’une variante de la violence domestique qui survient en Occident : «Y a-t-il tant de différence entre ce genre de meurtre (les crimes d’honneur) et les 139 femmes assassinées par leur conjoint au Québec au cours des 10 dernières années?»

Oui, une énorme différence.

Comme l’ont précisé plusieurs rapports sur le sujet dont le rapport Petermann rédigé à la demande du juge belge responsable du procès des membres de la famille Sheikh accusés et condamnés en 2011 du meurtre de leur fille/sœur Sadia, les crimes d’honneur se distinguent des autres cas de violence domestique en ce qu’ils ne sont pas des actes individuels mais des actes prémédités et planifiés par la famille :

Rapport Petermann – Des membres de la famille sont dans tous les cas impliqués dans ces crimes : père, mère, frères sœurs, oncles, cousins, grands-parents, etc. Souvent c’est le plus jeune frère de la fratrie (à qui l’on demande de tuer) parce que légalement il est mineur. Il arrive que la mère ou les sœurs soient directement impliquées, non parce qu’elles sont poussées par la peur ou sous la contrainte, mais parce qu’elles ont la conviction que certaines traditions ne peuvent être transgressées

Si la jeune femme parvient à s’échapper, la famille entière se mobilise pour tenter d’accomplir la «sentence»; la planification et la participation de parents proches distingue ce type de crime des violences domestiques (notamment conjugales) qui peuvent déboucher elles aussi sur des homicides, ou des crimes dits passionnels.

Cette distinction fondamentale prend toute son importance quand il s’agit de protéger les jeunes filles menacées par leur famille.

Les intervenants de première ligne appelés à aider les femmes impliquées dans des dynamiques d’honneur doivent être sensibilisés au fait que tous les membres de la famille représentent une menace potentielle. Ils doivent décourager les jeunes filles menacées de se rapprocher non seulement de leur père mais également des autres membres de la famille qui sont encore proche de lui. Si les intervenants se font convaincre par le genre de désinformation véhiculée par Francine Pelletier, ils sous-estimeront la menace représentée par la famille et même la communauté avec les conséquences tragiques que l’on a pu voir dans le passé.

Texas – Janvier 2008 : Amina et Sarah Said étaient en sécurité après avoir fui la résidence familiale suite aux menaces de mort proférées par leur père. L’aînée refusait un mariage arrangée avec un Égyptien plus âgé qu’elle. C’est leur mère qui les a convaincues de revenir. Elle les piégea en invoquant vouloir les avoir prêt d’elles pour aller visiter la tombe de sa mère dont c’était l’anniversaire. C’était une ruse. Elle les ramena à son mari. Quelques heures plus tard, celui-ci prit le relai et tua ses filles.

Glenna Whitley (Dallas Observer News – 19 juin 2008) : Des filles américaines (American Girls)

Quand Francine Pelletier établit un parallèle entre les assassinats perpétrés par le docteur Turcotte et ceux de la famille Shafia, elle ne fait que colporter du politiquement correct. Les enfants du docteur Turcotte étaient en sécurité auprès de leur mère et même auprès des propres parents du médecin. Si ces adultes proches de Turcotte avaient réalisé la nature de la menace qui pesait sur les deux jeunes enfants, ils les auraient mis à l’abri. Ce n’est pas le cas dans une dynamique d’honneur.

Le crime d’honneur : un phénomène culturel ET religieux

L’autre précision qu’on doit faire dans le dossier des crimes d’honneur concerne l’origine du phénomène. Culturelle ou religieuse?

Francine Pelletier écrit que le film Ces crimes sans honneur «précise qu’il s’agit bien d’un « problème culturel » plutôt que religieux, la tentation d’y voir une autre manifestation de fanatisme musulman étant bien grande par les temps qui courent».

Le film Ces crimes sans honneur a été présenté au cinéma Excentris à Montréal le 11 mai 2012. Après la projection du film, la réalisatrice Raymonde Provencher et une des participantes au film, Aruna Papp, ont répondu à quelques questions de l’auditoire. Le directeur de Point de Bascule était présent et rapporte ce qui suit. Un spectateur a fait remarquer à madame Papp que, durant le film, elle parlait du caractère culturel des crimes d’honneur et non de leur caractère religieux. Il lui a demandé pourquoi.

La réponse d’Aruna Papp est éloquente. Elle a déclaré ne pas avoir abordé l’aspect religieux car «elle désire vivre encore longtemps».

Ne pas vouloir parler d’un phénomène car on craint de subir des représailles physiques en le faisant ne signifie pas qu’on nie l’existence dudit phénomène. Bien au contraire madame Pelletier.

Le crime d’honneur comme l’excision sont certainement des phénomènes culturels puisqu’ils ne touchent pas qu’une seule religion et que, dans le cas de l’islam, ils ont même précédé son arrivée.

Cependant, quand on constate que quatorze siècles après les débuts de l’islam, les plus hautes autorités de cette religion, autant sunnites que chiites, continuent de promouvoir des manuels de charia qui décrètent l’immunité des parents qui tuent leurs enfants, on ne peut plus ignorer l’aspect religieux de cette pratique.

Décréter l’immunité des parents qui tuent leurs enfants c’est justifier le crime d’honneur

À la section o1.2 du manuel de charia Umdat al-Salik (sunnite), on énumère plusieurs situations pour lesquelles le meurtrier bénéficie de l’immunité. Le quatrième des cas cités concerne spécifiquement celui du parent qui tue son enfant :

(Traduction PdeB) o1.2 Les personnes suivantes ne sont pas sujettes à des représailles :

  1. Un enfant ou une personne démente, quelques soient les circonstances (…);
  2. Un musulman qui tue un non-musulman;
  3. Un juif ou un chrétien vivant dans un État islamique qui tue un apostat de l’islam;
  4. Un père ou une mère (ou leurs pères et leurs mères) qui tuent leurs descendants ou les descendants de leurs descendants.

Ahmad ibn Naqid al-Misri (1302 – 1367), Umdat al-Salik (Reliance of the Traveller – La dépendance du voyageur), Beltsville (Maryland), Amana Publications, 1994, pp. 583-584

Une reproduction de cet extrait est disponible ICI.

L’Umdat al-Salik est endossé par l’Université al-Azhar d’Égypte, l’un des principaux centres d’études de l’islam dans le monde sunnite et par l’International Institute of Islamic Thought (IIIT), une organisation d’exégètes associée aux Frères Musulmans basée aux États-Unis.

Tariq Ramadan endosse ce manuel de charia dans son livre Radical Reform (New York, Oxford University Press, 2009, pp. 302-303).

Un autre texte proclame l’immunité du père qui tue son enfant. Il se trouve à l’annexe II de l’ouvrage A Clarification of Questions (chiite). À la section 2.3, son auteur, l’ayatollah Khomeini, mentionne spécifiquement que, pour être puni, le meurtrier ne doit pas être le père de la victime :

(Traduction PdeB) «Représailles (Ghasas)

2. Conditions pour l’exercice de représailles:

1.  (…)
2.  L’égalité dans la religion. Un musulman ne doit pas être l’objet de représailles s’il tue un infidèle, à moins que le musulman n’ait l’habitude de tuer les infidèles;
3.  Le tueur ne doit pas être le père de la personne tuée (ni son grand-père paternel);
4.  Raison et sagesse;
5.  Puberté;
6.  Qu’il ne mérite pas d’être tué d’après la religion, comme c’est le cas pour la légitime défense.

Ayatollah Khomeini (1902-1989), A Clarification of Questions, Westview Press, Boulder (Colorado), 1984, p. 429

Une reproduction de l’extrait du livre est disponible ICI.

Des statistiques révélatrices

Peu après qu’Aqsa Parvez ait été tuée en 2007 par son père et son frère à Mississauga (Ontario) parce qu’elle refusait de porter le voile, un commentateur pakistanais publia un article dans le Pakistan Daily Times sur le phénomène des crimes d’honneur dans les pays musulmans. La famille d’Aqsa Parvez était originaire du Pakistan.

Dans son commentaire, Farrukh Saleem rapporta les statistiques suivantes :

Dans les 192 États membres des Nations Unies, presque tous les crimes d’honneur surviennent dans neuf pays très majoritairement musulmans.

Environ 2,5 % de l’humanité vit au Pakistan mais près de 30% de tous les crimes d’honneur rapportés dans le monde le sont dans ce pays.

Farrukh Saleem (Pakistan Daily Times – 19 décembre 2007) : Truth and Denial
Traduction sur Point de Bascule : Le crime d’honneur est notre exportation vers le Canada

Uniquement pour l’année 2010, le Telegraph (Londres) a rapporté près de 3 000 cas d’attaques liées à l’honneur (meurtres, acide au visage, etc.) en Grande-Bretagne.

Un exégète musulman confirme l’importance que les sociétés islamiques accordent au concept d’honneur

Le rapport que les sociétés islamiques entretiennent avec le concept d’honneur a été confirmé en 2006 par Mahmoud Ayoub, un expert musulman faisant partie du conseil des exégètes de l’International Institute of Islamic Thought (IIIT), lorsqu’il s’est présenté devant une cour canadienne pour témoigner en faveur d’un musulman qui avait déjà été condamné pour le meurtre de son épouse. Le témoignage d’Ayoub visait à faire passer l’accusation retenue contre cet homme de meurtre au premier degré à meurtre sans préméditation (manslaughter). Une décision favorable aurait allégé la sentence du meurtrier.

À cette occasion, Ayoub fit valoir que «la culture islamique accorde une grande importance au concept d’honneur dans la famille» (R. vs Humaid – section 67).

Ayoub avait également déclaré que «plusieurs sociétés islamiques permettent aux hommes qui soupçonnent leur femme d’adultère de les punir et parfois même de les tuer» (Canwest / National Post, 10 novembre 2006 – Top court refuses to hear whether religion can be a murder defence).

Ayoub ne cherchait rien de moins que de faire reconnaître par les tribunaux canadiens des principes de charia incompatibles avec l’égalité des individus devant la loi. Le juge rejeta ses arguments.

L’affaire fut portée devant la Cour Suprême qui refusa d’entendre la cause.

Mahmoud Ayoub est le même expert musulman qui témoigna en faveur d’un lobby islamiste qui poursuivit le magazine Maclean’s pour avoir publié un article de Mark Steyn qui citait des leaders musulmans appelant à conquérir l’Occident par l’immigration et la natalité.

Conclusion

S’il importe tant de rappeler que la charia endosse les crimes d’honneur en prévoyant l’immunité pour les parents qui tuent leurs enfants, c’est que plusieurs organisations islamistes s’activent dans le dossier et représentent des parents musulmans qui ont menacé leurs enfants dans le passé auprès d’organisations gouvernementales.

Floride – 2009 : Dans le cas de Rifqa Bary, notamment, qui s’était réfugiée en Floride, l’organisation islamiste CAIR associée au réseau des Frères Musulmans a tout fait pour aider ses parents à convaincre les juges et les autorités assignés au dossier de retourner Rifqa dans sa famille malgré les menaces de mort proférées à son endroit par son père parce qu’elle s’était convertie au christianisme.

Pamela Geller (NewsMax – 2 septembre 2009) : Rifqa Bary ne doit pas être renvoyée dans sa famille (Rifqa Bary Cannot Be Sent Back to Family)

Ces organisations islamistes pro-charia font partie du problème, elles ne font pas partie de la solution. Et pourtant, elles sont constamment invitées à s’adresser aux policiers et à d’autres intervenants dans le dossier des crimes d’honneur et dans des programmes de rapprochement.

En permettant à des défenseurs de la charia qui prévoit l’immunité des parents qui tuent leurs enfants de convaincre les intervenants de première ligne que la charia n’a rien à faire avec le phénomène grandissant des crimes d’honneur, on a rendu les loups responsables de la bergerie.

Selon ce que le procès Shafia nous a appris, une bonne dizaine d’intervenants dans les écoles fréquentées par les trois sœurs Shafia et à la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) connaissaient les menaces dont elles faisaient l’objet. Personne n’est intervenu pour les aider. On peut directement attribuer cette inaction à la confusion dont on entoure le crime d’honneur et au désir absolu de ne pas heurter des sensibilités religieuses. Amoindrir une menace en la dénaturant n’est pas sans conséquences.

Références supplémentaires

Aruna Papp (Toronto Star – 15 juillet 2010) : Le multiculturalisme étouffe la critique du crime d’honneur (Multiculturalism muffles ‘honour killing’ criticism)

Point de Bascule (12 octobre 2011) : Procès des Shafia : Rappel sur les crimes d’honneur

Point de Bascule (6 décembre 2011) : Maria Mourani relativise et dénature le concept de crime d’honneur

Point de Bascule (9 décembre 2011) : Charia et crimes d’honneur : Point de Bascule répond à Sikander Ziad Hashmi

Point de Bascule (24 janvier 2012) : Rapport Petermann : Une synthèse belge sur le crime d’honneur

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Mali: à Tombouctou, les chrétiens deviennent la cible des islamistes

Au Mali comme en Syrie (Lire), les islamistes ont les mêmes tactiques. Dès qu’ils prennent le contrôle d’une ville, ils pillent les habitants non-musulmans et les chassent, quand ils ne les massacrent pas.  Les islamistes ne font que suivre scrupuleusement les enseignements de l’islam (Coran et Sunna).

Après la prise de Tombouctou début avril par des groupes islamistes et la profanation, vendredi 4 mai, du mausolée d’un des saints musulmans de Tombouctou, les chrétiens ont déserté la ville malienne. Depuis une semaine, les biens des chrétiens sont spécifiquement visés, et pillés selon les différents témoignages qui sont parvenus à La Croix. Les musulmans qui ne partagent pas la même conception de l’islam qu’eux sont aussi menacés.

Depuis quelques jours, les maisons des chrétiens sont cambriolées méthodiquement par les islamistes

Mercredi 9 mai, un notable de Tombouctou raconte : «Aujourd’hui, des islamistes du mouvement Ansar Dine sont venus à bord de cinq Toyota avant de défoncer les portes de la maison du pasteur Nouh Ag Infa Yattara, un pasteur baptiste très connu dans la ville pour avoir converti de nombreux Touaregs au christianisme. Des voisins se sont interposés, les suppliant de ne pas s’en prendre à cette demeure. “C’est la maison d’un chrétien, le pasteur Nouh. Si on l’avait trouvé ici, il aurait été un homme mort”, leur ont répondu les islamistes. Tous les biens du pasteur ont été pillés.»

Jeudi 10 mai, selon ce même témoin, les islamistes occupaient toujours la maison de ce pasteur tandis que d’autres s’attaquaient à la résidence du pasteur Abdoulaye Cissé. […]

«Les leaders de la communauté chrétienne de Tombouctou sont recherchés par les islamistes» , témoigne un chrétien de Tombouctou, réfugié à Bamako : «Nos amis musulmans nous ont alertés sur l’existence d’une liste noire dressée par les salafistes sur laquelle on trouverait tous les noms des leaders de la communauté chrétienne.» […] D’autres lieux ont été visités par les islamistes, comme L’Arche de Noé, l’orphelinat chrétien de la ville. .[…]

Source : La Croix via Fdesouche

Rubriques: International
Mots-clés: ,

news feed @2013

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

La haine en moins de 140 caractères

Extrêmement populaires, les extrémistes religieux saoudiens diffusent désormais la haine, la violence et l’intolérance sur Facebook et Twitter. Qui pourra les en empêcher ?

Connus pour rejeter la civilisation occidentale et sa technologie moderne, ces stars du prêche islamique voient maintenant les médias sociaux sur Internet comme un moyen essentiel de communication avec le public saoudien et le monde musulman.

Malgré la promesse du gouvernement saoudien de sévir contre les radicalismes islamiques, les principaux dignitaires religieux  du royaume continuent de lancer leurs appels à attaquer les chrétiens dans le monde arabe. Et avec Internet, ces prêcheurs de haine bénéficient désormais d’un amplificateur de voix plus puissant que jamais.

Les trois principaux  prêcheurs saoudiens sur Twitter – Salman al-Odah, Mohamad al-Arefe, and Aidh al-Qarnee – ont chacun plus d’un million de “suiveurs”.

Al-Arefe a 1,5 million de suiveurs,  il rivalise en popularité avec la star phénoménale du football américain Tim Tebow. Dans un sermon de juillet 2010, Al-Arefe déclarait: “Le désir de repandre le sang, de briser les crânes, et d’arracher des membres pour l’amour d’Allah et pour la défense de sa religion, est, sans aucun doute, un honneur pour le croyant.”

Qarnee diffuse également le même genre d’invectives, et peu de temps après l’échange entre Israël et le Hamas, de prisonniers palestiniens contre le soldat israélien Gilad Shalit en Octobre 2011, Qarnee accourait à la défense de son compatriote Arabe qui offrait 100 000 $ à tout Palestinien qui pourrait capturer un autre soldat israélien. Qarnee a salué “tous ceux qui luttent avec leur langue, leur argent, leur sang, ou par leur connaissance [contre] l’entité sioniste.”

Ceci n’est qu’un petit échantillon d’une étude qui a duré six mois, réalisée par la Fondation pour la Défense des Démocraties basée à Washington, qui a collecté et analysé plus de 40000 messages postés par les dignitaires religieux saoudiens en arabe et en anglais sur les médias sociaux.

Sur les milliers de messages recueillis, 75 pour cent sont considérés comme xénophobes, intolérants, ou ouvertement haineux. Certains oulémas saoudiens comme Abdul Rahman al-Sudais, l’imam de la Grande Mosquée de La Mecque, y décrit encore les Juifs comme les “fils de singes et des porcs.” Saleh al-Fawzan du Conseil des hauts oulémas (CSU) a statué que les pères peuvent arranger des mariages de leurs filles “, même si elles sont encore dans le berceau.” Et le Comité permanent de recherche et de l’Ifta, un des plus hauts organismes religieux du royaume, a suggéré en décembre 2011 que l’abrogation de l’interdiction pour les femmes de conduire des voitures pourrait “provoquer une poussée de la prostitution, de la pornographie, de l’homosexualité, et des divorces”, prédisant même que dans 10 ans , il n’y aurait “plus de vierges.”

Source : Foreign Policy

L’étude en anglais est disponible en anglais ICI  (format pdf)

Rubriques: Divers
Mots-clés: , ,

news feed @2013

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Suisse: les imams ont le droit de conseiller de “battre les femmes quand on a besoin de sexe”

Quel bel apport culturel ! quel progrès pour les moeurs !

«L’homme a besoin de sexe. C’est pourquoi, si sa femme se refuse et dans des cas extrêmes, il peut la battre.» Ces paroles prononcées lors un reportage télévisé par le secrétaire des musulmans de Bâle ne sont pas répréhensibles, selon la justice.

Secrétaire de la communauté musulmane de Bâle, Aziz Osmanoglu s’est retrouvé pour la seconde fois mercredi devant le Tribunal de Bâle. Le 1er avril 2010, dans un documentaire intitulé «Hinter der Schleier» («Derrière le voile») diffusé à la télévision alémanique, il explique aux téléspectateurs que: «l’homme a besoin de sexe. C’est pourquoi, si sa femme se refuse et dans des cas extrêmes, il peut la battre.» Par ailleurs, il trouve que la flagellation ou l’amputation de la main sont des peines ayant un sens pour les voleurs. «Je serais même pour l’application de la charia», poursuit-il.

«Un appel au crime et à la violence»

Ces paroles avaient offusqué de nombreux téléspectateurs, et le procureur de Bâle a ouvert une procédure en septembre 2010, ces propos étant «une incitation publique au crime et à la violence». En première instance, Aziz Osmanoglu a été acquitté. La procureure Eva Eichenberger a fait appel contre ce jugement, rapporte «Blick».

La loi suisse respectée

«Les propos de l’accusé sont clairement une incitation au crime. Et et tant que secrétaire d’une communauté musulmane, il a un gros potentiel d’influencer les autres», a-t-il été rappelé en deuxième instance. Aziz Osmanoglu nie ces allégations. «Dans le reportage, je voulais faire tomber les préjugés envers les musulmans, mais certainement pas lancer un appel à la violence. De plus, la journaliste de la télévision a sorti mes propos de leur contexte et j’ai été attentif à toujours faire attention à me conformer au droit suisse. Mais cet aspect n’apparaît pas dans le film.»

Une nouvelle fois acquitté

Pour le président du tribunal, Claudius Gelzer, les déclarations d’Aziz Osmanoglu ont un caractère répréhensible. «La violence envers les femmes doit être sévèrement condamnée et ces propos ne sont pas éthiquement ou moralement corrects.» Et le magistrat d’ajouter: «On ne peut pas vous reprocher d’avoir incité directement quelqu’un à agir.» C’est pourquoi la procureure Eva Eichenberger s’est ralliée au jugement prononcé en première instance: l’acquittement.

Source : 20 Minutes

Signalé par Ewond3r.

Rubriques: International
Mots-clés: , ,

news feed @2013

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Iran: Une fatwa appelle au meurtre d’un chanteur “apostat”

Mais, mais….la “religion de paix d’amour et de tolérance” est là encore incomprise par les Ayatollah !

L’Ayatollah Safi Golpayegani (photo à droite),depuis la ville de Qom que les shiites considèrent comme sainte, a émis une condamnation à mort (fatwa) pour “apostasie” contre le chanteur Shahin Najafi (photo à gauche), a indiqué le site internet en persan du journal Al-Arabiya.

La sentence religieuse a été rendue après la sortie d’une chanson controversée de Najafi intitulée “Naghi”, nom du dixième Imam dans l’Islam chiite.

La chanson a provoqué des manifestations de fureurs parmis les croyants offensés.

Le site d’information Asr Iran, qui est étroitement lié au régime de Téhéran, a lancé une campagne en ligne appelant à la pendaison de Najafi. Le site déclare que l’objectif de la campagne est d’obenir la condamnation de Najafi pour apostasie, un crime passible de la peine de mort en Iran.

Les organisateurs de la campagne ont appelé tous les chiites et les musulmans en général à trouver Najafi, le tuer et “l’envoyer en enfer”, selon le site.

Najafi, 31 ans, était un artiste underground lorsqu’il vivait en Iran. Puis les autorités l’ont interdit de se produire en public dans le pays. Il a déménagé en Allemagne ces dernières années où il a rejoint un groupe appelé “Tapesh 2012″ qui interprète des chansons politiquement engagées en persan.

En 1989, un roman de l’auteur britannique Salman Rushdie avait créé une réaction similaire en Iran, quand une fatwa (décret religieux) a été émise par la plus haute autorité de l’Iran, l’ayatollah Ruhollah Khomeiny, appelant à son assassinat pour ce qu’ils considéraient une représentation irrespectueuse du prophète musulman Mahomet.

Plus récemment, le pasteur chrétien Youcef Nadarkhani a été accusé d’apostasie par les autorités iraniennes et condamné à mort pour avoir quitté l’islam et s’être converti au christianisme, provoquant un tollé dans la communauté chrétienne dans le monde entier.

Source : Al Arabiya

http://www.youtube.com/v/4rDXhjIN030?version=3&hl=en_US

Rubriques: International
Mots-clés: , , ,

news feed @2013

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Canada : Ouverture d’une enquête sur une madrassa de Toronto

Encore des musulmans quí n’ont pas bien compris le prétendu message de paix de l’islam. Si seulement ce n’était qu’un cas isolé.

La police canadienne a ouvert une enquête sur l’école musulmane  East End Madrasah de Toronto, dont le matériel tutorial enseigne  aux garçons de s’entraîner pour être ”prêts pour le jihad,” et apprend aux élèves que les Juifs  sont “perfides” et comparables aux nazis.

Sergent Rebecca Boyd, porte-parole de police, a dit au National Post, qu’une plainte pour crime de haine a été déposée par les Amis du Centre Simon Wiesenthal, qui ont découvert le tutorial sur le site de la madrassah East End, en précisant que l’enquête ne fait que débuter.

Interrogée sur le sujet, la directrice de la madrassa, Masuma Jessa a répondu qu’elle était en train “d’étudier la question”. Elle a déclaré que les textes du programme en question ont été retirés du site Internet de l’école.

Plus tard, lundi, c’est tout le site Internet de l’école qui a été désactivé.

Extraits traduits en français des textes ”éducatifs” de la madrassa

“L’islam permet aux garçons de pratiquer des sports, pour une raison bien précise qui est de toujours se maintenir en bonne santé et fort. Mais pourquoi un musulman dit-il être en bonne santé et fort ? Tout d’abord, parce qu’il est nécessaire de prendre soin de son corps parce qu’il est un don d’Allah. Deuxièmement, pour que vous puissiez être physiquement prêt pour le djihad quand le moment sera venu. “

“L’islam est une dynamique universelle qui vise à rectifier les systèmes sociaux et économiques du monde d’une manière spéciale. Contrairement aux croyances des anciens Romains, des Juifs et des nazis, l’Islam ne se limite pas à une certaine communauté ou une certaine race, mais il est pour tous les êtres humains … “

“Sans doute, toute personne sage et humaniste admire un tel combat [le djihad] parce qu’il n’y a pas d’autre moyen pour atteindre les objectifs sacrés des prophètes.”

“Fin des complots et des trahisons des Juifs: Depuis l’entrée du Prophète dans Médine, les Juifs perfides s’opposaient avec véhémence à lui et à son message islamique, évoquant des souvenirs de leur hostilité au Prophète précédent, Jésus-Christ, un demi-millénaire plus tôt. Les Juifs rusés ont alors conclu une alliance avec les les Qurayshites polythéistes dans le but d’éradiquer l’islam. Ils ont conspiré pour tuer le Prophète Muhammad en dépit du fait qu’il avait été clément envers eux et les avait traités avec bonté, dans l’espoir de les convaincre de la vérité de l’Islam. Mais finalement comme les complots juifs et les agressions se sont multipliés, il n’a pas eu d’autre choix que de prendre les armes contre eux, afin de protéger l’islam et les musulmans. Lors de la bataille de Khaybar qui est célèbre pour les exploits héroïques de l’Imam Ali, le Prophète les a battu, mettant ainsi fin aux intrigues juives en Arabie. “

Source : National Post

Rubriques: International
Mots-clés: , , ,

news feed @2013

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture

Qui tire les ficelles derrière les sœurs musulmanes de Francine Pelletier?

lepage genevive

Photo La Presse 29 octobre 2007, p. A4

Geneviève Lepage (à gauche) et Asmaa Ibnouzahir (à droite) participant en 2007 à un forum de la Commission Bouchard-Taylor organisé par l’Institut du Nouveau Monde à l’UQAM.

Bien que l’Institut du Nouveau Monde se soit formellement dissocié de Tariq Ramadan et de son organisation Présence Musulmane après la parution d’un texte (scan) du Muslim Canadian Congress et de Point de Bascule dans Le Devoir en 2009, il n’en présente pas moins toujours l’organisation de Ramadan comme une de ses partenaires en 2012.

Dans son film Mes sœurs musulmanes, projeté en première le 26 février 2010, Francine Pelletier met en vedette Geneviève Lepage et Asmaa Ibnouzahir. Le film est archivé sur le site internet de la Radio Télévision Suisse (RTS). Il peut être visionné en Suisse et dans d’autres régions du monde à l’extérieur du Canada.

Dans le passé, les deux militantes se sont associées à des organisations des Frères Musulmans opérant au Canada en participant à leurs activités, en signant leurs pétitions, en citant leurs leaders, en fréquentant leurs mosquées, etc.

Francine Pelletier n’a fait aucun effort pour essayer de nous éclairer sur les tenants et les aboutissants du projet dans lequel les deux vedettes de son film sont engagées. Sous prétexte de «laiss(er) évoluer ses sujets d’étude plutôt que de les confronter à leurs choix et à leur réalité», Pelletier s’est limitée à l’aspect personnel de la démarche de ses deux sœurs musulmanes sans véritablement s’intéresser aux idées et aux principes qui guident les organisations auxquelles les deux femmes sont associées. Elle fait bien allusion à Tariq Ramadan mais sans véritablement s’arrêter aux idées qu’il défend. Le résultat est un film complaisant à l’égard de l’islam politique.

Asmaa Ibnouzahir

Asmaa Ibnouzahir est née au Maroc en 1980. À de nombreuses reprises dans le passé, elle a été porte-parole de l’organisation Présence Musulmane fondée par Tariq Ramadan et Salah Basalamah : Commission Bouchard-Taylor en 2007 (p. 242), conférence de l’Organisation de la Coopération islamique (OCI) au Sénégal en 2008, visite de Tariq Ramadan à Montréal en 2009, etc.

Présence Musulmane Canada et Présence Musulmane Montréal sont inscrites au registre des entreprises du Québec (dossiers 3362068978 et 1165094765).

Dans un passage du film de Francine Pelletier, Asmaa Ibnouzahir, Geneviève Lepage et une de leurs amies rigolent de ceux qui déclarent qu’une campagne d’islamisation est en cours au Canada :

Asmaa Ibnouzahir : Nous, on est en train d’islamiser le Canada qu’ils disent dans leurs articles. On a un agenda puis on est en train d’islamiser le Canada. C’est tellement facile de véhiculer de la fausse information. Tout le monde peut écrire n’importe quoi.

Geneviève Lepage : Souvent ils sont comme : «On sait ben vous autres… dans votre religion-là…» Qu’est-ce que tu en sais?

EXTRAITS DU FILM : Asmaa Ibnouzahir, Tariq Ramadan et l’islamisation du Canada

Plusieurs formulations du projet de conquête poursuivi par les Frères Musulmans et d’autres islamistes ont été compilées dans l’article Le projet de conquête islamique disponible sur Point de Bascule.

En juillet 2011, Tariq Ramadan a clairement décrit le projet qu’il poursuit quand il convia ses supporteurs rassemblés dans un hôtel de Dallas à «coloniser» les États-Unis «avec notre compréhension de l’islam, avec nos principes».

Dans une interview à un périodique égyptien en 2004, Ramadan a indiqué qu’à cette étape-ci, il privilégiait le recours aux institutions déjà existantes pour introduire la charia au Canada plutôt que la mise sur pied de structures musulmanes parallèles telles des tribunaux islamiques.

La Commission Bouchard-Taylor facilita la mise en application du programme de Ramadan quand elle adopta l’approche des «accommodements raisonnables» quelques années plus tard. Après que le rapport de la Commission ait été rendu public, Geneviève Lepage s’est jointe à Salam Elmenyawi et Mohamed S. Kamel, deux poids lourds des Frères Musulmans dans la région de Montréal, pour adresser un message de satisfaction à la Commission.

Dans son livre Western Muslims and the Future of Islam (New York, Oxford University Press, 2004, p. 26), Tariq Ramadan présente Syed Maududi (1903-1979), le fondateur du parti islamiste Jamaat-e-Islami pakistanais allié des Frères Musulmans, comme l’un des principaux représentants du courant de l’islam auquel il appartient. L’explication du projet de Tariq Ramadan par Maududi ne laisse aucune place à l’ambiguïté :

(Traduction PdeB) L’islam cherche à détruire tous les états et les gouvernements opposés à l’idéologie et au programme de l’islam où qu’ils soient sur terre. (…) Le but de l’islam est d’instaurer un état fondé sur son propre programme et sa propre idéologie. (…) L’objectif du jihad islamique consiste à éliminer les systèmes non-islamiques et à les remplacer par un système islamique de gouvernement. L’islam n’entend pas limiter cette révolution à un seul état ou à quelques pays; le but de l’islam c’est de provoquer une révolution universelle.

Discours à Lahore – Jihad in Islam, pp. 6 et 22

Ce ne sont là que trois formulations du projet d’islamisation en cours au Canada et ailleurs dans le monde.

Geneviève Lepage

Geneviève Lepage s’est convertie à l’islam en 2002 après avoir écouté les cassettes de Tariq Ramadan. Elle déclare cependant ne pas faire partie de Présence Musulmane, l’organisation de Ramadan. Elle dirige présentement l’Association musulmane québécoise (AMQ) inscrite au registre des entreprises du Québec (dossier 1163750400) qui déclare «offr(ir) du soutien aux nouveaux musulmans du Québec».

Les bureaux de l’AMQ sont situés au 371 Jean-Talon E. à Montréal, un édifice possédé par la Muslim Association of Canada (MAC) selon les informations disponibles au Service de l’évaluation foncière de la ville.

La MAC est la principale courroie de transmission des Frères Musulmans au Canada. Sur son propre site internet, elle déclare «adopte(r) et fai(re) tous les efforts pour appliquer l’islam (…) tel qu’il a été compris dans le contexte contemporain par le regretté imam Hassan al-Banna (1906 – 1949), le fondateur des Frères Musulmans».

Dans son manifeste en 50 points, al-Banna promeut l’abolition des partis politiques et l’instauration d’un système de parti unique, la modification des lois pour les rendre conformes à la charia, la multiplication d’associations vouées à la promotion de l’esprit du jihad dans la jeunesse, la fermeture des salles de danse, la censure des films et des pièces de théâtre et l’imposition d’un code vestimentaire unique à la population.

Le 371 Jean-Talon E. est également l’adresse du Centre culturel Aboubakerseddik. En plus d’organiser des activités religieuses et sociales, le Centre agit comme une agence de certification halal. Selon le dossier 1165515017 au registre des entreprises du Québec, le Centre Aboubakerseddik est désigné comme l’Association des viandes halal quand il est impliqué dans des activités de certification.

Les liens entre l’Association des viandes halal, le Centre Aboubakerseddik et la MAC ont été documentés dans un récent article de Point de Bascule : Muslim Association of Canada : une contributrice au collecteur de fonds du Hamas contrôle la certification halal au Québec.

Dans une des scènes du film de Francine Pelletier, on assiste au mariage de Geneviève Lepage à la mosquée Aboubakerseddik sur Jean-Talon E. C’est le président de l’Association des viandes halal, Mohamed Habib Marzougui, qui officie à cette occasion.

EXTRAIT DU FILM : Le mariage de Geneviève Lepage

Dans le récent débat sur le halal, Geneviève Lepage est intervenue pour qualifier les objections qui avaient été soulevées de «lubies (…) vis(ant) à stigmatiser la communauté musulmane». Pourtant, dans un discours à un congrès sur le halal qui s’est déroulé au Pakistan en 2010, Mustafa Ceric, un important dirigeant des Frères Musulmans en Europe a ouvertement encouragé ses supporteurs à «conquérir le monde par le halal» (GMBDR). Les islamistes ambitionnent d’atteindre leur objectif en ne se limitant pas à l’abattage mais en exigeant des certifications halal pour le transport, l’entreposage et d’autres secteurs connexes à l’industrie alimentaire.

«Ces gens-là prennent plaisir à offusquer Allah»

Au début de son film, Francine Pelletier nous présente Geneviève Lepage à la mosquée al-Oummah (Omah) al-Islamiah au 1245 St-Dominique à Montréal en train d’assister à la charge d’un prédicateur qui accuse les Occidentaux et certains musulmans d’offusquer Allah :

Allah est unique et sans pareil. C’est grâce à lui si nous sommes devenus la meilleure communauté au monde. Mais la situation actuelle est amère car aujourd’hui plusieurs musulmans suivent les traditions des Occidentaux et des non-musulmans (kafirs). Dans ce qu’ils mangent et dans leur façon de s’habiller, ou encore dans ce qu’ils boivent. Ces gens-là prennent plaisir à offusquer Allah.

EXTRAIT DU FILM : «Ces gens-là prennent plaisir à offusquer Allah»

Qui dirige cette mosquée? Jusqu’où cet imam et les autres leaders de la mosquée sont-ils prêts à aller pour «défendre Allah» contre ces Occidentaux et ces musulmans qui, selon eux, «prennent plaisir» à l’offusquer? C’est le cadet des soucis de Francine Pelletier.

Saïd Youssef Fawaz

fawaz said photo mwlSelon le registre des entreprises du Québec (dossier 1141892381), c’est Saïd Youssef Fawaz qui est le «principal dirigeant» de la mosquée al-Oummah fréquentée par Geneviève Lepage sur St-Dominique à Montréal.

Comme c’est souvent le cas avec les organisations islamistes, la mosquée de Fawaz a des identités multiples. Dans les dossiers de l’Agence du revenu du Canada (ARC), la mosquée est identifiée comme le Centre culturel musulman de Montréal (CCMM). Le Centre bénéficie toujours du statut d’organisme de bienfaisance (dossier 133217497RR0001). Les deux noms de l’organisation figurent côte-à-côte au registre des entreprises du Québec (dossier 1141892381).

Pour dissiper toute ambiguïté, mentionnons que le Centre culturel musulman de Montréal (sunnite) et le Centre communautaire musulman de Montréal (chiite) sont deux organisations distinctes.

En plus de diriger le CCMM, Saïd Youssef Fawaz est administrateur du Centre communautaire islamique de la Rive-Sud (dossier 1145860475).

Dans une annonce parue sur la page Facebook de la mosquée al-Oummah en 2011, on identifie son leader Fawaz comme le représentant de l’organisation saoudienne Muslim World League (MWL – Ligue islamique mondiale) au Canada. Cette organisation a été mise sur pied en 1962 par l’Arabie saoudite pour répandre sa version de l’islam à travers le monde. Les Frères Musulmans ont joué un rôle important dans sa mise sur pied : Saïd Ramadan (le père de Tariq) et Syed Maududi, leur allié du Jamaat-e-Islami pakistanais participèrent à sa fondation.

La Muslim World League a établi de nombreuses succursales comme celle de Montréal à travers le monde pour mettre en œuvre son programme d’implantation de la charia et d’appui au jihad armé.

Dans son plaidoyer livré à l’Assemblée nationale du Québec en mai 2005 contre l’introduction de la charia au Canada, la députée Fatima Houda-Pepin a rappelé que c’est précisément la Muslim World League qui était derrière le projet de tribunaux islamiques au Canada. En 1991, la MWL a convoqué des imams de toute l’Amérique du Nord à Washington à une réunion dont le thème était : «Élaborer des stratégies pour introduire la charia au Canada et aux États-Unis».

Le 29 août 2005 sur les ondes de la chaîne saoudienne IQRA TV, Abdallah Basfar, le secrétaire-général de la Commission de mémorisation du Coran de la MWL, a ouvertement incité tous les musulmans à contribuer financièrement aux activités terroristes du Hamas en donnant à son organisation :

«Le Prophète a dit : ‘Celui qui équipe un combattant — c’est comme s’il avait combattu lui-même.’ Vous êtes étendu dans votre lit, en sécurité dans votre maison, vous donnez de l’argent et Allah vous crédite des récompenses d’un combattant. Qu’est-ce que c’est? Un privilège». (MEMRI)

Cet extrait a été présenté en 2005 à un sous-comité de la Chambre des Communes sur la Sécurité publique.

NOTE : la traduction française des échanges qui figurent au Hansard (29 août 2005) est déficiente. On a traduit l’original anglais «IQRA TV» par «la télévision iraquienne» en français alors qu’il était question de la chaîne de télé saoudienne IQRA TV.

Dans un rapport soumis à un comité du Sénat américain en 2003, l’expert français de l’antiterrorisme, Jean-Charles Brisard, est revenu sur le rôle important joué par la Muslim World League dans le financement du terrorisme international.

Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, le sénateur Marcel Prud’homme a reçu le représentant de la MWL au Canada, Saïd Youssef Fawaz, et d’autres islamistes en tant qu’invités personnels au Sénat en 2007.

Les Corans Hilali-Khan arabes-anglais distribués dans plusieurs mosquées du Canada par des organisations associées à la MWL attestent que les autorités saoudiennes considèrent légitime et essentiel de recourir au jihad armé pour propager leur religion :

(Traduction PdeB) Le jihad, le saint combat, pour la cause d’Allah avec des effectifs complets et de l’armement jouit d’un statut de la plus haute importance dans l’islam ; il en constitue l’un des piliers. C’est par le jihad que l’islam est établi, que la parole d’Allah est amenée à dominer (…) et que sa religion est propagée.

The Noble Qur’an, Riyadh, Darussalam Publishers, 1985, p. 50 (Explication du verset 2:190)

Jusqu’à ce qu’il soit dénoncé en 2003, le site internet du département des Affaires islamiques de l’ambassade saoudienne à Washington incitait (en anglais) les musulmans à «tenir bien haut la bannière du jihad afin d’imposer la parole d’Allah à la planète entière».

Conformément aux directives des leaders saoudiens de la MWL, le Centre culturel musulman de Montréal (l’autre nom de la mosquée al-Oummah de Fawaz) a transféré 36 342$ à IRFAN-Canada uniquement pour la période 200820092010. En avril 2011, l’Agence du revenu du Canada a révoqué le statut d’organisme de bienfaisance d’IRFAN-Canada après avoir conclu qu’il avait acheminé 14,6 millions $ à l’organisation terroriste Hamas uniquement pour la période 2005-2009.

Depuis 2002, le Hamas est inscrit sur une liste d’organisations terroristes maintenue par le gouvernement canadien. Le Hamas est impliqué dans un programme qui vise non seulement l’élimination de l’État d’Israël mais également la destruction de la civilisation occidentale. Dans un discours prononcé le 28 octobre 2011, son leader Mahmoud Al-Zahhar a déclaré que «cette civilisation (occidentale) sera incapable de résister au grand et glorieux islam».

Dans un article de 1992 intitulé L’avant-garde de l’islam (La Presse, 1 février 1992, p. A1), Richard Hétu a indiqué que Saïd Youssef Fawaz, Libanais d’origine, avait été envoyé à Montréal en 1982 par l’Arabie saoudite qui le payait pour mener ses activités au Canada. Selon Driss Benzakour, le trésorier de la mosquée al-Oummah à l’époque (également cité par Hétu), déjà trois ou quatre imams de Montréal étaient payés par l’Arabie saoudite en 1992.

Un rapport de la CIA de 2003 cité par Ayaan Hirsi Ali (Wall Street Journal – 18 août 2010) mentionne que les Saoudiens ont dépensé au moins 2 milliards $ par année sur une période de trente ans pour répandre leur idéologie à travers le monde. Les Frères Musulmans ont bénéficié largement de cette manne. Dans son livre Les signes annonciateurs de la victoire finale de l’islam (Auspices of the Ultimate Victory of Islam), Youssef Qaradawi, le guide spirituel des Frères Musulmans, y fait allusion quand il écrit que la progression de sa doctrine en Occident est attribuable à deux facteurs : le travail de terrain des Frères Musulmans et les contributions en pétrodollars qui proviennent des pays du Golfe.

Comme le rappelait Joseph Facal dans son commentaire La haine pure en octobre 2011, une partie importante de ces fonds saoudiens sert à publier des manuels scolaires qui sont utilisés hors d’Arabie saoudite et qui promeuvent la haine et la violence à l’égard des non musulmans.

Dans l’interview qu’il accorda à Richard Hétu en 1992, Fawaz a reconnu qu’il favorisait l’implantation de la charia au Canada : «Selon notre loi, si quelqu’un vole, on lui coupe la main, dit-il. Ça donne un exemple aux voleurs et ça permet aux gens honnêtes de vivre sans peur.»

Quand, en 2011, Foudil Selmoune de la mosquée de Brossard a été condamné à l’Assemblée nationale (Journal des débatsvidéo 01:03:56) pour avoir tenu des propos semblables, c’est le même Fawaz qui est venu à sa rescousse dans Le Devoir en affirmant qu’il n’avait jamais voulu préconiser la charia et qu’il n’avait fait qu’en expliquer les principes. Encore une fois de la désinformation ou plus exactement de la taqiyya.

Point de Bascule (28 décembre 2011) : Le réseau pro-charia de l’imam Foudil Selmoune de Brossard

Dans la vidéo de Francine Pelletier, on voit Geneviève Lepage implorer un dirigeant de la mosquée al-Oummah de ne pas reléguer les femmes au deuxième étage de la mosquée. C’est important que les femmes aient accès à un petit endroit dans la salle de prière afin qu’elles puissent voir l’imam, ça favorise la connexion avec l’imam, plaide-t-elle. En constatant que la mosquée al-Oummah (alias CCMM) finance le collecteur de fonds du Hamas et qu’elle constitue une partie importante de l’infrastructure saoudienne à Montréal vouée à l’implantation de la charia, on réalise combien lourde de conséquences est cette «connexion» avec l’imam…

Salam Elmenyawi

elmenyawi 2En raison de son emplacement au centre-ville de Montréal, la mosquée al-Oummah al-Islamiah constitue un centre d’activités important pour la Muslim Students Association de l’Université McGill, une autre courroie de transmission des Frères Musulmans. À titre d’aumônier accrédité par cette université depuis plusieurs années, Salam Elmenyawi est impliqué autant dans les activités de la MSA que dans celles de la mosquée.

Dans un rapport de la police de New York (p. 68) de 2007, la MSA est décrite comme un «incubateur de radicalisme». Les leaders spirituels des sections locales de la MSA, tels Elmenyawi, jouent un rôle crucial en cette matière.  

En 2003, alors qu’elle était journaliste à la Gazette (Montréal), Kinda Jayoush rapporta qu’Elmenyawi incitait les musulmans à ne pas collaborer avec le Service canadien de renseignement de sécurité (SCRS) qui enquêtait sur les supporteurs du terrorisme international vivant au Canada. (2 juillet 2003, p. A1 – Don’t co-operate with CSIS, Muslims told)

En 2004, alors qu’il travaillait avec d’autres leaders musulmans à mettre sur pied un conseil de la charia au Québec, Salam Elmenyawi, a reconnu l’autorité morale du guide spirituel des Frères Musulmans, Youssef Qaradawi (Al Kardaoui), et admis au Devoir que son Conseil envisageait le consulter pour trancher des questions de jurisprudence islamique. (11 décembre 2004 – Pressions sur Québec en faveur d’une cour islamique)

À la suite des récents attentats terroristes survenus à Toulouse, le même Qaradawi a été interdit de séjour en France en raison de ses «appel(s) à la haine et à la violence». Qaradawi incite les musulmans à développer des ghettos et à conquérir l’Occident, il défend les mutilations génitales féminines, il présente Hitler comme un envoyé d’Allah venu punir les juifs, il attribue à la mosquée un rôle politique, etc. Peut-on s’’étonner que des mosquées directement branchées sur de tels idéologues sécrètent la violence et le radicalisme ?

En 2005, Elmenyawi a également été l’un des principaux opposants à la motion de l’Assemblée nationale du Québec contre l’introduction de la charia au Canada via les tribunaux islamiques.

En 2008, la Commission Bouchard-Taylor a conclu dans son rapport (p. 18) que «quand on compare la situation au Québec avec celle de plusieurs pays européens, on s’aperçoit que plusieurs craintes qui peuvent être justifiées ailleurs ne le sont pas nécessairement ici». C’était plus que les Frères Musulmans en demandaient.

Les Frères Musulmans opérant au Canada connaissent les textes de Youssef Qaradawi qui expliquent qu’il n’y a qu’un islam et que l’islamisation est un processus graduel qui doit se faire en conformité avec les conditions qui prévalent dans un environnement donné. Ils savent que l’islamisation de l’Europe est simplement plus avancée que celle du Québec et ils travaillent inlassablement à combler le déficit.

Après que la Commission Bouchard-Taylor ait livré son rapport, Geneviève Lepage s’est jointe à Salam Elmenyawi et à d’autres leaders locaux des Frères Musulmans pour saluer les conclusions de Bouchard-Taylor.

elmenyawi mcgill chaplaincy
http://www.mcgill.ca/students/chaplaincy/resources/muslim/ (Archives PdeB)

Université McGill (4 mars 2010) : Visit to the Mosquée Al-Omah Al-Islamiah

Geneviève Lepage et l’Arabie saoudite

Dans une des scènes du film de Francine Pelletier, un chrétien du Moyen-Orient interpelle Geneviève Lepage. Il lui fait remarquer qu’elle est chanceuse de se convertir au Québec. Si elle était dans un pays musulman, ajoute-il, elle serait châtiée et tuée. Elle lui réplique : «Allez dans ces pays monsieur et faites campagne pour eux. Moi, je vais continuer à faire campagne ici».

Quand l’interlocuteur de Geneviève Lepage lui rappelle qu’il est interdit de séjour à La Mecque pour la simple raison qu’il n’est pas musulman, elle lui répond que c’est attribuable au fait que l’Arabie saoudite est une dictature.

EXTRAIT DU FILM : Geneviève Lepage se déclare non concernée par la persécution de ceux qui veulent abandonner l’islam dans les pays musulmans

Pourtant, comme l’a rappelé Tariq Ramadan lors de sa visite à Montréal en septembre 2011, l’interdiction de séjour des non-musulmans à La Mecque fait l’unanimité des exégètes de l’islam. Cela confirme que l’Arabie saoudite est une dictature non pas en dépit de la charia mais à cause de la charia.

Dans une intervention au 98,5 FM à Montréal en septembre 2011, Alain Pronkin a décrit le froid provoqué par Tariq Ramadan au Palais des Congrès de Montréal quand il justifia l’interdiction faite au Dalaï Lama d’aller à La Mecque car il n’est pas musulman. L’audio est disponible en cliquant ICI.

Point de Bascule (9 septembre 2011) : Tariq Ramadan justifie l’interdiction de séjour des non-musulmans à La Mecque lors de la conférence interreligieuse de Montréal

Geneviève Lepage a certainement raison d’identifier l’Arabie saoudite comme une dictature puisque la liberté de conscience n’y existe pas. Cependant, en déclarant n’avoir rien à voir avec ce pays, elle se tire d’affaire un peu trop facilement.

  1. L’Association musulmane québécoise (AMQ) que dirige Geneviève Lepage est hébergée dans des locaux de la Muslim Association of Canada (MAC) sur Jean-Talon E. Dans le passé, la MAC a été financée par la World Assembly of Muslim Youth (WAMY), une organisation saoudienne dont la succursale canadienne a récemment perdu son statut d’organisme de bienfaisance pour avoir financé le terrorisme. Au surplus, le président de la MAC, Wael Haddara, a critiqué la politique extérieure canadienne et défendu l’Arabie saoudite dans un commentaire récent.

    Dans cette chorégraphie islamiste, pendant que Tariq Ramadan et Geneviève Lepage critiquent l’Arabie saoudite, leurs proches savent où s’adresser pour recevoir des fonds.

  2. Lazhar Aissaoui, celui-là même qui administre, au nom de la MAC, l’édifice de la rue Jean-Talon E. où loge l’organisation de Geneviève Lepage, a également bénéficié de fonds saoudiens de la WAMY à titre de directeur de l’Institut Dar al-Iman.
  3. La mosquée al-Oummah fréquentée par Geneviève Lepage (au moins à l’époque du tournage du film de Francine Pelletier) est directement sous l’influence de l’Arabie saoudite via le rôle que son leader Saïd Youssef Fawaz joue au sein de la Muslim World League, tel qu’expliqué précédemment.
  4. En novembre 2010, Geneviève Lepage a confié à La Presse qu’elle avait tenté d’obtenir des fonds de l’International Association for New Muslims pour faire le pèlerinage traditionnel à La Mecque. Cette organisation est basée à Jeddah en Arabie saoudite. Qui Geneviève Lepage réussit-elle à berner quand elle déclare n’avoir rien à faire avec l’Arabie saoudite?

La violation de la liberté de conscience par l’Arabie saoudite est loin d’être une anomalie dans le monde musulman comme nous le présente Geneviève Lepage. C’est la règle. Dans ce domaine comme dans d’autres, l’Arabie saoudite applique des principes de charia auxquels Youssef Qaradawi, le mentor de tous les islamistes avec lesquels Geneviève Lepage est associée à Montréal, souscrit. Dans une fatwa accessible sur internet, Qaradawi déclare que les apostats de l’islam doivent être tués. Point à ligne. C’est la thèse standard des manuels de charia.

Quand cesse l’inconscience et où commence la complicité madame Lepage?

mecque kafirs large

Vue d’une route saoudienne près de La Mecque. Les panneaux de signalisation indiquent clairement que les non-musulmans (kafirs) ne sont pas autorisés à s’approcher de La Mecque.

lepage g gnrique

Générique du film Mes sœurs musulmanes
Les participants mentionnés dans le texte

Asmaa Ibnouzahir
Geneviève Lepage
Saïd Youssef Fawaz
Mohamed Habib Marzougui
Tariq Ramadan

PARTAGEZ ! ...
Continuer la lecture