Archive for février, 2011

Miracle océanographique du Coran obscur et sombrant

février 15, 2011

Source réfutée : Les Miracles du Coran

 

tempete-a-pen-had-29-camaret-sur-mer-france-bretagne_88037.jpg

Tempête en mer de Bretagne

L’obscurité des mers et les vagues internes, voilà deux caractéristiques scientifiques récentes dans le domaine de l’océanographie que Harun Yahya, un « des intellectuels musulmans les plus en vue de notre temps », prétend avoir décélées dans le Coran, livre vieux de près de 1400 ans. En effet, le texte coranique renfermerait, d’après lui, ces faits dans la sourate 24 « An-Nur (La lumière) », verset 40 :

« [Les actions des incrédules] sont encore comparables à des ténèbres sur une mer profonde : une vague la recouvre, sur laquelle monte une autre vague ; des nuages sont au-dessus. Ce sont des ténèbres amoncelées les unes sur les autres. Si quelqu’un étend sa main, il peut à peine la voir. Celui à qui Dieu ne donne pas de lumière, n’a pas lumière. » (version utilisée par le site dédié aux travaux de Harun Yahya)

La partie mise en évidence par mes soins (en gras) a servi de base à l’auteur du site pour ses recherches. Il s’en servira pour donner deux explications scientifiques, l’une concernant l’obscurité des mers, et l’autre les vagues internes.

L’obscurité des mers   

Harun Yahya explique comment les scientifiques n’ont été capables que récemment, par le biais d’équipements spéciaux, de connaître des informations détaillées sur les océans et les mers; et les hommes du passé, incapables d’accéder à de telles informations car leur technologie ne leur fournissant pas une assistance suffisante pour leur permettre de plonger au-delà de 70 mètres de profondeur. Ces propos sont illustrés par une image assez explicite :

denizisik.jpg

Notre intellectuel musulman qualifie alors de miraculeuse l’information coranique nous révélant avec 14 siècles d’avance l’existence de cette obscurité dans les profondeurs des océans présente à partir de 200 mètres. Est-il cependant nécessaire de plonger à plus de 200 mètres pour s’apercevoir de la présence des ténèbres au fond des océans ? Évidemment que non. Toute personne, bédouin du 7ème siècle y compris, qui jette un regard vers la mer relève son incapacité à distinguer le fond, sauf lorsque celui-ci est relativement proche de la surface de l’eau. Ainsi, cette personne ne doit pas être dotée d’une intelligence éblouissante pour comprendre que plus la mer est profonde, plus il fait noir là-dessous !

Les vagues internes

icdalgalar.jpgUn fait scientifique supplémentaire existe dans le même verset d’après le propagandiste Yahya. Il s’agit de l’existence de vagues internes en eau profonde, indécelables par l’oeil humain. En effet, il explique qu’il existe des vagues internes résultant de la différence de densité entre deux couches d’eau et qu’elles sont décelables en étudiant les changements de température ou de salinité à un niveau donné. Il affirme que cette explication est en accord avec les déclarations du Coran. Étudions ces déclarations coraniques pour vérifier si elles sont réellement en accord avec le phénomène qui nous intéresse :

« …des ténèbres sur une mer profonde : une vague la recouvre, sur laquelle monte une autre vague… » (Coran 24,40)

Harun Yahya comprend ou fait croire que la première vague qui fait l’action de recouvrir correspond aux vagues internes. Et que par conséquent, les vagues qui s’élèvent par dessus les premières correspondent aux vagues de surface. Penser comme lui relève d’un non-sens : comment une vague qui recouvre une mer peut-elle se situer dans celle-ci et non au-dessus d’elle ?

Dans sa compréhension, l’intellectuel Yahya harponne le pronom « la » renvoyant à « mer profonde » pour le substituer de manière non-dite à « les » en référence à « ténèbres ». On pourrait me reprocher de baser mon explication aux exigences de la grammaire française mais elle survit parfaitement au changement de langue. Le texte arabe connaît également l’existence du pronom dont l’accord en genre et en nombre a été réalisé indéniablement, et avec la même évidence qu’en français, en fonction de la mer.

Il n’appartient donc pas à Harun Yahya de dénaturer le sens d’un verset coranique pour le faire coïncider à un fait scientifique découvert récemment. Il devra donc se résoudre à trouver une autre explication pour interpréter le sens de ces vagues qui s’élèvent au-dessus d’autres vagues; mais il sera dispensé de documentations scientifiques car les mouvements qui se produisent à la surface d’une mer agitée sous un ciel nuageux sont parfaitement visibles et pourraient très bien expliquer ce verset qui ne décrit finalement rien d’extraordinaire, même pour une personne qui vivait à l’époque de la révélation du Coran.

rss directory @2013

PARTAGEZ ! ...

Tags: , , , , ,
Posted in Islamistes Commentaires fermés sur Miracle océanographique du Coran obscur et sombrant